X comme anonymat garanti

Tu devrais écrire ce livre, lui dit-il au téléphone, alors qu'il était question de télé qui ne marche plus et puis qui marche quand même.

 

Depuis, elle y réfléchit. Elle devrait l'écrire, ce livre, c'est une évidence. Depuis le temps qu'il mûrit en elle, ce fruit ne finira-t-il pas par pourrir?

 

Elle ne veut pas qu'il ressemble à un réquisitoire. Cependant, dans sa tête, C'EST un réquisitoire. Ou plutôt: il a tout d'un réquisitoire. D'ailleurs, comment faire pour que ce n'en soit pas un? L'autre jour elle a raconté une simple anecdote. Tout le monde l'a trouvée horrible. Quoique racontée avec humour: pendant qu'elle le racontait, tout le monde a ri. Ce n'est qu'après qu'elle a eu les réactions: comme c'est cruel!

 

Ce qu'elle voudrait, c'est qu'il soit un témoignage. Et que d'autres, après sa lecture, lui disent: "Moi aussi!" Moi aussi j'ai vécu cela. J'ai vécu cela comme ça. Ce qu'elle voudrait, c'est que ce soit un grand soulagement pour tout le monde. Mais sans qu'il soit besoin de savoir qui est qui. Sans qu'on doive montrer quelqu'un du doigt. Discrétion assurée. Anonymat garanti.

 

Ce pardon qu'elle ne réussit pas à donner, elle le veut dans le livre.

 

Mais d'abord, il faut l'écrire. Et elle ne sait pas par quel bout commencer.

Les commentaires sont fermés.