• Z comme zéro franc

    - Et vous réussissez à remplir vos journées? me demande le Padre le deuxième matin au petit déjeuner.

    Voilà la question à zéro franc.

    Mais puis-je lui dire, à ce brave homme, que j'ai même des choix "déchirants" à faire?
    Lequel choisir parmi les trois concerts du dimanche à 17.00 h.?
    Tant de lieux ouverts seulement trois avant-midis, auxquels donner la priorité?
    Le samedi, une conférence à 10.00 h. à la villa dei Quintili, à 11.00 h. au palazzo Mattei di Giove ou à midi au mausolée de Cecilia Metella?
    La visite guidée de la villa di Livia ou des thermes de Caracalla à 15.00 h.?

    etc. etc.

    Rome 2011 059 - palazzo Mattei di Giove.JPG

    palazzo Mattei di Giove, il cortile
    derrière s'ouvrait un grand jardin disparu aujourd'hui

     

    Rome 2011 060 - kopie.JPG

    le même, mais vu de l'autre côté

    Rome 2011 061 - kopie.JPG

     le même, un des deux murs latéraux, avec des sarcophages antiques comme éléments de décoration

     

  • Y comme Yvonne

    - Pascal ?

    - Quoi donc ?

    - Dis un peu... quel âge as–tu au juste ?

    Il grimpe sans les regarder : « Douze ans ! » Il ne ment que de deux mois. La voix de Suzanne un peu essoufflée, et rendue indistincte par les framboises lui arrive dans le dos : « Tu vois, Yvonne, tu croyais qu’il n’avait que onze ans... »

    Louis Aragon, Les voyageurs de l'impériale, Folio n°120

  • Padre X et son avenir inconnu

    - Moi, me dit encore le Padre, un autre matin, je fais aussi l'économat. Je mets la table pour le petit déjeuner. Je fais toutes les courses. Je prépare le café. Mais mon successeur changera probablement tout ça! On peut très bien tout déléguer et gérer cette maison depuis l'écran de son ordinateur.

    - Mais vous pourriez revenir ici en touriste, lui dis-je, et vous auriez enfin le temps de visiter, d'aller à des concerts...

    - Et me mêler de tout? fait-il en riant. Non, non, non!

    ***

    la vue sur Rome, depuis l'autre côté de ma chambrette sous les toits

    voyage,italie,rome

    des coupoles d'églises et le monument pour Vittorio Emmanuele

    voyage,italie,rome

    à gauche Castel Sant'Angelo (en travaux) et à droite le palazzo di Giustizia

     

     

  • W comme wagon de train

    C'était le premier samedi des vacances de Pâques et j'allais en train à Ostende voir ma carissima nipotina, j'en ai déjà parlé.

    Bien sûr, le train était bondé: samedi matin + vacances + soleil = foule à Ostende.

    Je suis assise du côté gauche. A droite, de l'autre côté du couloir, un couple qui parle anglais et qui descend à Bruges. Et un autre couple, plus la grand-mère et les deux enfants, parlent le français et vont à Ostende.

    A ma gauche, on ne parle pas.

    Un couple qui peut passer une heure en face à face sans desserrer les dents et avec comme seule occupation la vue d'un paysage qui défile derrière la vitre d'un train... est-ce leur vie ou est-ce leur tête, qui est vide? ou y a-t-il une autre explication?

    Puis, juste avant de descendre à Bruges, madame dit:

    - Et la semaine prochaine, qu'est-ce qu'on va faire?

    Assis en face d'elle, monsieur n'ouvre même pas la bouche. Il se contente de hausser les épaules.

    Et ils sont sortis en silence.

    wagon de train,ostende

     

  • V comme Vanitas vanitatis

    Le Padre est d'humeur mélancolique. Car toutes les belles choses ont une fin, tout passe tout casse et voilà qu'il voit arriver la fin de son mandat romain. Fin décembre, il laisse la place à son successeur.

    - Moi, me dit le Padre, j'ai 68 ans. Si je reprends un nouveau mandat de trois ans, j'en aurai 71. Et j'ai peur de ne plus avoir assez d'enthousiasme pour continuer à gérer cette maison encore trois ans.

    Il rumine des pensées moroses. Puis il ajoute:

    - Et à mon âge, quelle autorité puis-je encore avoir sur de jeunes prêtres, qui ont entre trente et quarante ans de moins que moi?

    Les questions et les réflexions se bousculent dans ma tête, mais je les garde pour moi. Un jeune prêtre pourrait-il manquer de respect envers lui? Risquerait-il un Mutiny on the Gianicolo-Bounty?

    - Je vois bien, lui dis-je, que vous aimez énormément le travail que vous faites. Vous pourriez encore changer d'avis et reprendre pour trois ans...
    - Mon successeur est déjà nommé, répond-il. Et il n'a qu'un an de moins que moi.

    ***

    Il ne sait pas où son ordre l'enverra. Sans doute dans une maison de repos, où il aura surtout à s'occuper de morts et de mourants.

    Alors dites-moi: on serait d'humeur mélancolique pour moins que ça, non?

    Et qui pourrait quitter cet endroit sans éprouver un pincement au coeur?

    voyage,italie,rome

    vue sur le jardin des voisins, depuis ma chambre sous les toits

     

     

     

     

  • U comme Urbi et Orbi

    - A 17.00 h., me dit le Padre, je peux concélébrer une messe au Vatican.

    Je sens bien, à la façon dont il me l'annonce, que l'événement est d'importance. Je le regarde donc en faisant un grand "Ooohhh!" (ou était-ce "Aaahhh!" je ne sais plus).

    - C'est un ami philippin qui me l'a demandé. Et ça ne se refuse pas, n'est-ce pas.
    - J'irais bien vous voir, lui dis-je, comme s'il s'agissait d'un spectacle.

    Mais en fin d'après-midi, au Vatican, il y a encore une longue file, des détecteurs à métaux et une pancarte indiquant qu'on aura juste le droit de jeter un regard à la porte de bronze... Suivre une messe, il n'en est question nulle part. N'est-ce pas étrange, en cet endroit?

    Par contre, ce qui était déjà fin prêt, c'était une armée de chaises. C'est qu'on en attend, du monde, pour la béatification du précédent pape.

    Rome 2011 046 - kopie.JPG

    Rome 2011 047 - kopie.JPG

    Le soir, je dis au Padre:

    - Je suis allée au Vatican, pour votre messe, mais je n'ai pas trouvé le moyen d'entrer.

    Il a eu l'air étonné, je dirais même incrédule. Car on peut être incrédule et croyant, n'est-ce pas.

    - C'est vrai que pour moi, me répond-il réflexion faite, mon nom était sur la liste.

    LA liste?

    ***

    Comme 23e métier, je pourrais peut-être aussi faire "vérificatrice de liste d'entrée pour une messe au Vatican".
    Mais je crains de ne pas avoir les qualités requises.

     

     

  • T comme tout fout le camp

    C'est un Japonais, un certain Dajki Yamamoto (ça ne s'invente pas!) qui a gagné le concours du meilleur pizzaiolo à Salsomaggiore Terme.

    Voilà ce qu'on pouvait lire et voir en première page des journaux le jeudi 14 avril.

    pizzaiolo.jpg

    Et maestro Paganini?

    Il vend des tapis.

    D'Orient.

    paganini.jpg

     

     

     

  • Stupeur et tremblements

    Je sais pourquoi nous n'avons plus que de très vieux prêtres dans nos paroisses, tous plus octogénaires avancés les uns que les autres: les jeunes, les fringants, sont à Rome.

    Je le sais, je les ai vus. Et pas seulement sur le calendario romano pour 2012.

    - Ils veulent tous rester à Rome pour y faire des doctorats, me dit le Padre.

    Et je sens comme un soupir dans sa voix.

    calendario1.jpg

    calendario2.jpg

     

    calendario3.jpg

     celui pour 2012 est déjà en vente Rigolant

     

     

  • 22 métiers que je pourrais exercer à Rome

    1.prof de français (quoique tous les Italiens se soient mis à l'anglais, semble-t-il Clin d'œil)
    2.figurante de procession

    22

    3.madame pipi (si Amélie l'a fait pour subsister à Tokyo, pourquoi pas moi à Rome?)
    4.guide touristique
    5.accueil polyglotte de restaurants raccoleurs
    6.demandeuse de silence dans les églises (faire de grands "chut" de temps en temps, comme à San Luigi dei Francesi... et voir les Caravaggio tant qu'on veut Sourire)
    7.surveillante anti-flash (chaque fois qu'un flash crépite dire que c'est interdit de photographier avec flash)
    8.vendeuse de gelati (on ne voit que des regards émerveillés)
    9.barista (en enfin savoir faire mes propres cappuccino)
    10.occupante d'un cagibi à l'entrée d'un des innombrables bâtiments officiels (le rêve! on est à l'ombre, au sec, assis pour bouquiner, ...)
    11.surveillante de détecteur à métaux (et faire peur à tout le monde)
    12.femme de ménage dans un des grands musées nationaux (et épousseter les jolies fesses de marbre)
    13.cerbère de la nudité (des touristes... celle des statues étant plus ou moins admise Innocent)
    14.classeuse de livres chez Feltrinelli
    15.contrôleuse de billets dans les bus (appelé aussi le métier de la femme invisible)
    16.archéologue en avril sur le mont Palatin (on est trois, on rigole, on papote, puis on retourne brosser tranquillement le haut d'un mur)

    22

    17.promeneuse de chiens du côté de San Gregorio (pour la vue sur le Colosseo)
    18.vendeuse de billets au musée du palazzo Altemps (on a le droit de répondre "je ne sais pas" à toutes les questions qu'on vous pose Langue tirée)
    19.préposée à l'entrée de la maison d'Auguste (il ne faut savoir compter que jusqu'à dix et on a une assistante)
    20.chambrière au Vatican (de préférence chez les zouaves pontificaux)
    21.surveillante de phare au Gianicolo (comme ça je saurais à quoi il sert)
    22.jardinier (jardinière? LOL) au palazzo Corsini (à partir de juin l'herbe ne pousse plus)

    22,voyage,italie,rome

     

     

     

  • R comme relève de la garde

    Samedi après-midi, les hasards de la balade romaine me font arriver près du palazzo del Quirinale au moment où les uniformés en chassent les non-uniformés derrière quelques barrières nadar.

    Comme il n'y avait pas grand-monde, que j'avais du temps à perdre et de la lecture pour patienter, qu'il faisait beau et que le soleil était du bon côté, j'ai attendu la suite.

    C'était la relève de la garde, un petit spectacle chanté et dansé avec beaucoup de conviction. La marine venait relever l'armée de terre - corrigez-moi si je m'abuse - et les deux nous ont servi une petite chorégraphie bien rythmée ainsi qu'une interprétation en bel canto viril de l'hymne national.

    Dommage, je n'ai que les images, il manque le son Clin d'œil car voici d'abord les musiciens

    voyage,rome,italie

    suivis par les pas dansants de la marine en guêtres blanches

    voyage,rome,italie

    puis quand tout ce petit monde est bien installé

    voyage,rome,italie

     une petite troupe de l'armée de terre déboule du palazzo à grands pas bien rythmés

    voyage,rome,italie

    on s'installe, on échange les salutations d'usage, sabre au clair, puis on chante avec ferveur tous en choeur

    voyage,rome,italie

    après, le ballet reprend, on va relever avec faste et decorum les deux soldats de l'armée de terre qui étaient plantés là - depuis combien d'heures? - et on les remplace par deux petits jeunes en costume marin

    voyage,rome,italie

    puis on peut se retirer, en musique, avec la satisfaction du devoir accompli

    voyage,rome,italie

     voici les braves qui doivent sûrement souffrir de quelques raideurs pour avoir joué à la statue

    voyage,rome,italie

    et la marine qui prend momentanément possession du Quirinal - où elle se retire jusqu'au prochain spectacle

    voyage,rome,italie

    alors que l'armée de terre peut aller prendre un pot et suivre le calcio à la télé

    voyage,rome,italie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • le bilan du 20

    Une settimana della cultura à Rome
    Deux concerts de musica antiqua
    Trois conférences avec visite guidée
    Quatre gelati : nocciole, bacio, crema, tiramisù
    Cinq visites à la librairie Feltrinelli (dont deux sans achat, ça vaut la peine d'être noté!)
    Six traversées du Forum Romanum et du Palatin (hé oui, pratiquement tous les jours, c'était gratuit Rigolant)
    Sept ponts franchis et photographiés depuis l'isola Tiberina jusqu'au Castel Sant'Angelo
    Huit photos du Colisée, de près, de loin, d'en haut, d'en bas, le matin, le midi...
    Neuf heures du soir et je tombais de fatigue, m'écroulais sur mon petit lit de fer (hahaha) et dormais jusqu'au lendemain
    Dix heures entre le seuil de mon logis belge et de celui du Gianicolo
    Onze trains et bus pour aller de mon home sweet home jusqu'à mon logement romain et en revenir (six à l'aller et cinq au retour)
    Douze repas italiens, depuis le panino al prosciutto à 2,50€ jusqu'au carpaccio d'orata à 17€
    Treize degrés à Rome les premiers jours, 21 le dernier, moins bien qu'en Belgique, en fait Langue tirée
    Quatorze bouteilles d'Acqua Panna
    Quinze cappuccino (à peu près, parce que quand on aime on ne compte pas Clin d'œil)
    Seize marches en haut de la rue en forte pente pour arriver au logis romain adossé au Gianicolo (puis encore 96 pour arriver à ma chambrette sous les toits, quatrième étage sans ascenseur)

    Rome 2011 118 - kopie.JPG

    vous voyez les marches? je vous fais un close-up Clin d'œil

    Rome 2011 118 - kopie (2).JPG

    Dix-sept églises et palazzi (mais j'en oublie sans doute)
    Dix-huit personnes: la capacité maximale de la table du petit déjeuner est atteinte samedi matin
    Dix-neuf Storie di solitudine e allegria (Stefano Benni, ed. Feltrinelli)

    et le 2764e anniversaire de Rome fêté en grande pompe dimanche après-midi

    Rome 2011 091 - kopie.JPG

     

     

     

  • Question existentielle

    Proférer des imprécations contre Dieu, est-ce un acte de foi?

    Je poserai la question autrement:

    Peut-on dire qu'on ne croit pas en Dieu et en même temps être parfois très fâché(e) contre lui?

    ***

    Je sais, chers lecteurs, chères lectrices, je ne raconte que des bêtises aujourd'hui...

    et ça le jour de la Saint-Léon!

    C'est un comble Clin d'œil

  • P comme plie et P comme Pacific

    001 - kopie.JPG

    C'est dans un hôtel-pension-de-famille d'Ostende (mais je précise qu'il ne s'agit pas de celui-ci, seul le nom m'y a fait repenser) que l'ex-homme-de-ma-vie a travaillé pour la première fois l'été de ses 16 ans.

    Il y a tout appris, faire les lits, manier l'aspirateur, servir et desservir à table en tenant des assiettes en équilibre sur la main et l'avant-bras et quantité de verres entre les doigts.

    Il y a aussi appris que certaines catégories de touristes sont méprisées.

    Depuis, je me méfie des pensions de famille... et pourtant, pour la première fois de ma vie, en juillet je prendrai une semaine de vacances dans une véritable pension de famille. A la mer.

    Mais ce sera en Italie Cool

  • O comme Ostende

    A Ostende, le week-end du 9-10 avril, le jardin japonais était ouvert au public. Et gratuit. Sans doute parce que les floraisons n'étaient pas encore à leur top - le sous-bois est planté essentiellement de hostas qui ne faisaient que poindre - mais la visite en valait tout de même la peine.

    003 - kopie.JPG

    A l'intérieur du jardin japonais, il y a une deuxième "enceinte" qui enferme un second jardin japonais avec cascade, plan d'eau, arbustes taillés, prunus en fleurs...

    004 - kopie.JPG

    il faisait bon prendre le soleil sur un banc avec vue sur la "Villa royale"

    006 - kopie.JPG

    Aujourd'hui la Villa royale est un centre de revalidation pour des personnes souffrant d'un cancer http://www.koninklijkevilla.be/

    Et puis juste à côté, bien sûr, il y a la mer... où il y avait ce matin-là les deux premiers baigneurs! D'accord, il faisait un temps magnifique, mais tout de même...

    ostende

     

     

     

     

  • N comme nipote nipotina

    Je ne sais pas ce que deviennent les doudous perdus par les petits enfants

    Je ne sais pas ce que c'est que cette tache que je vois quand je ferme les yeux

    Je ne sais pas où les oiseaux se cachent pour mourir

    Je ne sais pas où j'habiterai dans cinq ans

    Je ne sais pas qui a cassé le vase de Soissons

    Je ne sais pas si je peux encore appeler mes nièces mes nièces

    ***

    En quatre ans et cinq mois je n'ai toujours pas trouvé de réponse à cette question: quel titre donner aux enfants de mes ex-beaux-frères et ex-belles-soeurs s'ils gardent des contacts avec moi?

    Mais je sais que je suis très heureuse quand ils se disent encore mes neveux et nièces Bisou

    Pour ma chère "ex-nièce" J*** j'ai résolu le problème depuis qu'elle aussi s'est mise à apprendre l'italien: je l'appelle "cara nipote" ou "carissima nipotina"

    ***

    Et l'ex-femme de mon frère?

    Vingt ans après leur séparation, je continue à l'appeler "belle-soeur de mon coeur" Bisou

    ***

    Je ne sais pas comment font les gens pour cesser d'aimer

  • M comme magnolia

    Chaque année début avril, c'est l'apothéose du magnolia soulangeana et il faut trembler un peu pour d'éventuelles nuits froides qui mettraient à mal les jolies fleurs parfumées.

    Cette année, le temps a été magnifique déjà longtemps avant et aussi pendant la floraison. Alors une fois de plus, je n'ai pas résisté à l'envie d'en faire quelques photos. Celles-ci ont été prises le jeudi 7 avril vers 19.30 h.

    Je crois que je mettrai la dernière en fond d'écran Rigolant

    001 - kopie.JPG

    C'est un bouquet rose
    légèrement parfumé:
    un bel éphémère

    002 - kopie.JPG

    Les corolles s'ouvrent
    un peu plus au fil des jours
    et tombent en pluie rose

    003 - kopie (2).JPG

     Les chats, l'écureuil
    tous les oiseaux du jardin
    y jouent à cache-cache

     

     

  • L comme linotte

    "Tête de linotte!" me disait ma mère, et je me demande bien pourquoi, moi qui n'oublie jamais rien.

    Sauf parfois de fermer la porte du garage à l'heure du coucher, ou d'éteindre la lumière dans la cave. Mais c'est rare, très rare Innocent.

    Ou d'oublier de sortir la poubelle. Et ça c'est encore plus rare, parce que je n'ai que deux poubelles par an. Alors, quinze jours de plus ou de moins, ma chi se ne frega?

    http://www.youtube.com/watch?v=waKnqNMa1M8

    Bien sûr, cela ne va pas sans trois agendas et deux calendriers, sans compter les "petits papiers" et autres listes.

    Pourtant c'est le tout grand stress à chaque départ de la maison, que ce soit pour quelques heures d'école ou pour un long voyage. J'ai beau me raisonner, j'ai toujours la crainte d'oublier une chose essentielle, que ce soit les clés de la maison ou la feuille imprimée prouvant le 'check in'.

    J'ai beau me dire qu'en trente ans la seule chose que j'aie oubliée un jour de départ en vacances, c'était le coupe-ongles - et encore, j'avais des excuses, nous avions décidé un vendredi soir de partir cette nuit-là pour faire du camping en Bretagne! - mais rien n'y fait.

    Surtout que cet oubli s'est facilement réglé: il a suffi d'acheter un nouveau coupe-ongles à Saint-Cast-le-Guildo ou à Saint-Jacut-de-la-Mer. Aussi peu Breton que moi, le coupe-ongles, mais soit Clin d'œil

    Et qu'au moment du divorce, cela m'a permis de garder le vieux (d'autant plus précieux qu'il me venait d'un héritage, hahaha)

    ***

    Pour ceux qui voudraient approfondir la question:

    Pays / Région Expression équivalente Traduction littérale
    Allemagne

    Spatzenhirn Cerveau de moineau
         
    Argentine

    Cabeza de novia. Tête de fiancée.
         
    Belgique (Flandre)

    Kip zonder kop Poule sans tête
    Brésil

    Cabeça oca Tête creuse
    Canada (Québec) Cervelle d'oiseau  
    Canada (Québec)

    Petit cerveau  
    Espagne

    Cabeza de chorlito Tête de linotte
    États-Unis

    Scatterbrain Cerveau éparpillé
    États-Unis

    Airhead Tête d'air
    États-Unis Bird brain Cerveau d'oiseau
    Hongrie

    Szeleburdi. Etourdi.
    Italie

    Cervello di gallina Cerveau de poule
    Pays de Galles

    Pen dafad Tête de mouton
    Russie дырявая голова Une tête à trous

    Slovaquie

    Vetroplach La personne qui dissipe le vent

    source: http://www.expressio.fr/expressions/tete-de-linotte.php

  • K comme Krapoverie

    Défi krapovien

    Que feriez-vous avec ces neuf prénoms : Josiane, Eliane, Maryvonne, Marie-France, Arlette, Dominique (la femme), Anne-Françoise, Henry et Dominique (l’homme), sachant que ces personne se réunissent hebdomadairement dans une salle nommée « Mandoline » ? Revoici le chapitre 1, qui a déjà paru sur ce blog le 13 du mois dernier, suivi du chapitre 2, inédit Langue tirée

    ***

    Arlette et Henry sont mariés depuis plus de 40 ans. Ensemble.

    Lui est un gars d’Ostende, élevé au turbot poché sauce hollandaise et au rôti de bœuf en croûte. Elle une fille du Limbourg, là où on a, comme disent les blagues belges, (les vraies, les nôtres) tout récemment encore dégusté un missionnaire.

    Au début de leur mariage, Henry lui pardonnait ses pommes de terre trop cuites, ses légumes à l’eau, sa viande déshydratée et ses sauces … euh … passons, ça vaut mieux.

    Puis ils sont venus s’installer à deux ou trois kilomètres de la maison de ses parents. Arlette et la mère d’Henry ont vite compris, chacune de leur côté, que si elles voulaient sauver ce mariage, il faudrait inculquer à la belle-fille quelques notions culinaires de base.  Arlette a donc appris à cuire un poisson sans qu’il se décompose et à faire un beurre fondu sans le brûler. Et si Henry voulait de la sauce hollandaise ou un beurre blanc, ils allaient tout bonnement manger chez sa mère : Arlette n’en faisait pas un complexe, car elle avait – disait-elle – d’autres qualités.

    Trois enfants sont nés, qu’on a nourris comme on nourrit les enfants, de lait, de tartines, de soupes et de spaghetti bolognaise. Quand Henry réclamait des croquettes aux crevettes, Arlette rétorquait que ce n’était pas avec ça que l’appétit de leurs ados serait satisfait, que de toute façon les crevettes grises étaient hors de prix et qu’elle avait prévu un pot-au-feu.

    ***

    Eliane est née dans une petite ferme du Velay. Josiane est sa sœur cadette et Maryvonne leur aînée. Maryvonne est grande et forte mais les petites sont d’apparence si fragile qu’elles font soupirer leurs père et mère, le soir, quand ils les voient picorer dans leur assiette de soupe au pistou.

    Elles ont connu une enfance dure, avec le travail de la ferme où les bras masculins manquaient. Elles ont quitté l’école à quatorze ans, sans aucune qualification. Elles se sont mariées jeunes, ont eu des enfants.

    Puis Josiane a commencé à avoir des problèmes rénaux. De graves problèmes, qui l’ont menée jusqu’au calvaire de la dialyse de plus en plus fréquente. Au bout de quelques années, il a fallu se rendre à l’évidence : seule une greffe pourrait encore la sauver.

    Comme la liste d’attente était fort longue – et l’état de santé de Josiane fort précaire – c’est la fragile Eliane qui a offert un rein à sa sœur. Il est vrai qu’elles étaient bien compatibles, mais l’opération était tout de même loin d’être évidente.

    Eliane s’est bien remise de l’intervention. Josiane essaie de vivre chaque jour comme s’il était le premier – ou le dernier – et de ne pas trop culpabiliser à chaque signe de rejet de la part de son corps envers ce don qu’on lui a si généreusement fait.

    ***

    la suite le 13 du mois prochain

  • J comme jour J

    C'est aujourd'hui que normalement un avion décolle avec à son bord une Adrienne chez qui un brin d'appréhension se mêle toujours à l'excitation du départ.

    Voyager en avion, je n'arrive pas à trouver ça banal ni anodin, je continue à m'émerveiller que nous ayons des machines capables de décoller, de rester suspendues dans les airs et d'atterrir... même si c'est à grands renforts de freins.

    Chaque fois que je suis dans un avion, je me dis que j'ai encore oublié d'écrire mon testament. LOL.

    Enfin bref, tout ceci pour vous dire de ne pas vous étonner si je ne réagis plus à vos commentaires et ne viens plus sur vos blogs pendant une huitaine de jours. Ce n'est qu'au-delà du 19 avril que vous pourrez commencer à vous inquiéter Clin d'œil

    Sarò a Roma, città eterna Cool

    Rome 2009 005.JPG

    Encore une photo de mai 2009: la louve avait dû quitter sa petite salle habituelle à cause d'une expo temporaire... ce qui fait qu'on pouvait la photographier à l'aise :-)
    Quand on la voit de près, on voit bien que les deux putti sont tout à fait incongrus sous cette belle bête, même s'ils représentent soi-disant Romulus et Remus...

     

  • I comme inquiétude

    Que voyez-vous quand vous fermez les yeux ?

    Quand je ferme les paupières, mes yeux voient encore.
    Au soleil de l’aube, ils voient la vie en rose, à midi en orange et le soir en rouge.

    Du côté gauche, ils voient toujours une petite tache noire dont la forme évolue peu au fil des ans. Il me semble qu’aujourd’hui elle est peut-être plus allongée.

    Mais elle est difficile à saisir…

    L’œil bouge derrière les paupières et la petite tache fait de même.

    Un jour que je m’en inquiétais, mon docteur Zigmund local m’a rassurée.

    Depuis quelques temps, tout ce qui m’arrive est parfaitement normal : c’est l’âge.

    Aucune inquiétude à avoir, donc: mon obsolescence à moi est aussi programmée Clin d'œil

    texte écrit pour le défi 144

  • H comme haïku

    Je continue sur ma lancée du "h comme haïku" du mois dernier et vous raconte la suite de cet atelier haïkus de novembre 2010. Pour les petits nouveaux Clin d'œil j'en avais déjà parlé en décembre également http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2010/12/05/h-comme-haiku.html

    Après l'inspiration durassienne dont je parlais le mois passé, on nous a demandé d'en écrire un qui évoquerait un souvenir relatif au thème de l'automne.

    Ceux qui me connaissent déjà un peu ne seront pas étonnés de me voir tout de suite retomber en enfance à la simple évocation du mot "souvenir" Clin d'œil

     

    Le rosé des prés
    Je le cueillais autrefois
    Derrière chez moi

     

    Le bois le ruisseau
    Les fraises les châtaignes
    Monde disparu

     

    La route est longue
    Et le cartable très lourd
    L'automne sourit

     

     

  • G comme grosse gâtée et G comme grazie

    Je viens de constater que la semaine où je serai à Rome sera la "settimana della cultura", ce qui veut dire que la plupart des musées et des sites archéologiques seront libres d'accès et qu'il y aura toute une série d'autres activités gratuites, concerts, conférences, visites guidées...

    Oh! quel bonheur!

    Pour ceux que ça intéresse, le signal du départ est donné aujourd'hui. Toutes les infos ici: http://www.beniculturali.it/mibac/export/MiBAC/sito-MiBAC/MenuServizio/EventiCorrelati/index.html_718455120.html ou ici: http://www.060608.it/it/eventi-e-spettacoli/manifestazioni/xiii-settimana-della-cultura-2011.html

    Moi qui croyais aller à Rome pour me reposer, m'asseoir sur un banc, bouquiner, boire un cappuccino à n'importe quelle heure...

    Moi qui hier encore répondais à quelqu'un qui me demandait ce que j'allais visiter, vu que j'y suis déjà allée deux fois: "Je ne sais pas, je verrai... Je n'ai pas encore eu le temps d'y penser..."

    Je sens qu'il y aura des choix déchirants à faire et que je vais cavaler de concerts en conférences et d'expos en visites guidées Cool

    Ah oui vraiment, je suis une grosse gâtée...

    Grazie, Roma!

    rome,italie,culture

    Voici les deux premières photos prises lors de mon séjour à Rome en mai 2009: pour moi, la visite de Rome, c'est avant tout un pèlerinage toujours émouvant sur les hauts lieux de l'antiquité

    rome,italie,culture

     

     

  • F comme Francis, coiffeur-philosophe

    Je n'y étais plus allée depuis trois mois, voir ici http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2010/12/07/f-comme-francis-mon-coiffeur-philosophe.html donc il était grand temps d'y retourner.

    Vu que j'avais un quart d'heure d'avance, une dame était encore entre les mains de l'artiste quand je suis arrivée. Une dame aux cheveux blancs qui faisait la conversation à elle seule. De temps en temps elle vérifiait si Francis l'écoutait:

    - Moi, dit-elle, je trouve que le Roi devrait avoir plus de pouvoir.

    Avant ça, elle était en train d'émettre son point de vue sur la formation de notre gouvernement. Formation extrêmement lente, on l'a remarqué jusqu'à l'étranger, n'est-ce pas Clin d'œil?
    Ensuite, elle avait tout naturellement enclenché sur son sujet suivant, la fonction royale.

    - Le Roi, dit-elle, il devrait leur dire: Bon, assez rigolé, vous arrêtez tout ce bazar.
    - ...
    - Vous ne pensez pas, vous, que le Roi devrait avoir plus de pouvoir?
    - Non, a dit Francis.

    Et la petite dame aux cheveux blancs en a été tout étonnée. Si étonnée qu'un petit silence a plané. Puis Francis s'est cru en devoir de lui expliquer: élections, démocratie, séparation des pouvoirs...

    Il m'a épatée Cool mais je ne sais pas s'il a convaincu la dame. Elle a préféré se mouvoir sur un terrain d'entente, le temps qu'il faisait, le printemps qui était là, le vent frisquet. On était le 9 mars et il faisait très beau, mais pas encore assez pour elle, qui devait confondre la Flandre avec l'Andalousie.

    On lui a fait un brushing, avec une "mousse" spéciale, puis on lui a mis de la laque, spéciale aussi. Elle a payé 38,50 €, le double exactement de ce que moi je paie, s'est admirée dans trois miroirs et s'en est montrée très satisfaite.

    Un peu plus tard, alors que son mari venait la chercher, elle a enfoncé un gros bonnet sur le chef-d'oeuvre en disant:

    - Dommage, hein!

    Dans le miroir, Francis m'a lancé un regard... que j'ai essayé de lui rendre en y mettant toute la sympathie possible Sourire

    Etre coiffeur-philosophe, ce n'est sûrement pas donné à tout le monde!

    ***

    Pendant qu'on pomponnait la dame "Je vous mets un peu de mousse? Je vous mets un peu de laque?" etc. je ne pouvais penser qu'à Fernand Raynaud et au timbre à 0,25 franc (hahaha) alors en guise de dessert je vous offre ce sketch http://www.youtube.com/watch?v=il2d-2thaoc et cette interview http://archives.tsr.ch/player/humour-raynaud

     

     

     

  • Les 7 vies de mes chats

    chats

    La vie de chat-de-prof implique quelques responsabilités.

    Comme celle de surveiller les corrections du dimanche après-midi.

    Heureusement, quand il fait beau et que le prof corrige dehors, sur la terrasse, on peut surveiller ça de très près. A l'intérieur, on ne peut pas.

    Par contre, à l'intérieur on est bien placé pour surveiller le feu et la réserve de bûches.

    chats

    A chaque jour suffit sa peine Langue tirée

     

  • E comme expert

    Quand Mozart a composé la musique de l'opéra La finta giardiniera, il n'a que 18 ans. Pourtant, c'est une oeuvre vraie et profonde, bien au-delà de tout ce qui se faisait à l'époque, que ce soit dans le domaine de l'opera seria ou de l'opera buffa.

    "On ne peut pas, dit Benoît Jacquemin dans son introduction à la représentation donnée à la Monnaie, parler d'oeuvre de jeunesse: d'accord, Mozart n'a que 18 ans, mais c'est déjà son 10e opéra."

    Un peu plus tard, il ajoutera encore ce deuxième argument:

    "Pour quelqu'un qui a commencé à composer à l'âge de 6 ans, on ne peut pas qualifier d'oeuvre de jeunesse ce qu'il a écrit à 18!"

    ***

    Moi, me dis-je, le dos bien calé dans le fauteuil de velours rouge, à six ans, je savais juste écrire "confiture de fraises De Betuwe".

    A condition d'avoir le pot sous les yeux, sur la table du goûter chez mes grands-parents.

    ***

    Un petit aperçu de cette production: http://www.youtube.com/watch?v=Fs6EuFIB9_U

    Toutes les infos sur le site de La Monnaie http://www.lamonnaie.be/fr/opera/49/La-Finta-Giardiniera

  • D comme défi d'avant la dactylographie

    Qu’y a-t-il au fond d’un encrier ?

    Au fond d’un encrier, il y a quelques grains de poussière, de minuscules particules qui empêchent la plume de courir sans heurt sur la feuille. La pointe sent l’obstacle, si infime soit-il, dérape, dévie et parfois projette une gouttelette.

    La belle page d’écriture est déparée. On est consterné. On s’appliquait si bien, pourtant, le nez sur la feuille.

    Au fond de l’encrier, il y a un reste d’encre dont on s’aperçoit, en l’utilisant, qu’elle n’a plus exactement la même couleur : elle est un peu plus délavée, instable. Elle est moins bleue.

    La belle page d’écriture devient grise, avec ici et là des petits points plus sombres. On ne trouve pas ça joli. On soupire.

    Au fond de l’encrier, il y a encore tous ces mots qu’on voulait écrire. On n’a que sept ans mais on sait déjà qu’il n’y a pas de temps à perdre.

    Heureusement, quelqu’un lève le doigt et dit :

    - Madame, je n’ai plus d’encre  dans mon encrier !

    texte écrit pour le défi 142

    ***

    Lundi j'ai demandé à une de mes classes de Terminale qui parmi eux écrivait encore à l'encre.

    Plus personne.

    - Moi non plus, ai-je ajouté. Mais j'ai encore un encrier, des plumes et un porte-plumes. Vieux de plus de quarante ans Rigolant

  • C comme chien

    J'aime les chiens. Les chiens m'aiment. Je n'ai qu'à leur tendre la main.

    Il s'en trouve généralement un qui s'offre pour m'accompagner dans ma promenade.

    Celui-ci, par exemple, une bonne grosse bête genre Belle et Sébastien (1):

    125 - kopie.JPG

    La seule chose qui me gêne, c'est que certains me regardent de travers, croyant que c'est mon chien et que je ne le tiens pas en laisse. C'est incroyable le nombre de gens qui ont peur des chiens! Ou ceux qui froncent les sourcils parce que je lui permets de lever la patte où il veut et de prendre la température des passants.

    Mon chien à moi, je le tenais en laisse. Ou je le rappelais à l'ordre. Ceux qui accompagnent ma promenade, je ne sais même pas comment ils s'appellent.

    Mais ça ne fait rien. J'aime les chiens. J'aime la façon qu'ils ont de regarder un humain et d'attendre tout de lui. Comme l'occasion d'une petite balade, par exemple.

     

    (1) c'était en 1965

    Belle.jpg

     

  • B comme bidouillage et bricolage

    Bidouillage et bricolage sont les deux mamelles de ma survie ici.

    Il y a toujours un truc à dévisser, revissser, déboulonner, reboulonner. Un manche d'outil à réparer, un appareil à réanimer. Ici ça coince, là ça grince, il faut huiler, il faut débloquer.

    Parfois c'est moi qui débloque. Alors ma voisine m'entend crier du fond du jardin:

    - Purée! Purée! Purée!

    C'est que je suis en train de faire un truc légèrement au-dessus de mes forces. Ma voisine ne parle pas le français, mais comprend sûrement que ce sont des "krachttermen" (1)

    Puis ça marche. La machine tourne, l'outil fonctionne, la tâche se réalise. Alors je chante à tue-tête:

    - Purée! Purée! Purée!

    Car oui, j'utilise le même mot pour les imprécations et pour les bénédictions. Education stricte oblige, je ne me permets pas le mot de Cambronne  Clin d'œil

    ***

    Enfin bref, tout ça pour vous dire que j'ai réussi à dévisser revisser, déboulonner reboulonner et débobiner rebobiner le cordon de la tondeuse à gazon.

    Et que la pelouse a reçu sa première tonte de l'année.

    ***

     132 - kopie.JPG

    (1) een krachtterm = un "mot de force", si je traduis littéralement; l'équivalent de juron ou gros mot, en français.

  • Adrienne et la loterie

    Ma grand-mère Adrienne et moi, me disais-je le week-end dernier, alors que je pensais à la vie à la mort, nous n'avions vraiment pas grand-chose en commun - et pourtant un immense amour nous liait.

    Puis l'actualité m'en a offert un, de point commun: nous avions toutes les deux un mari qui jouait au loto chaque semaine. Et qui, chaque semaine, ressentait des émotions fortes au moment où les balles numérotées venaient se ranger côte à côte.

    - 't Is van mijn broek (1), disait immanquablement mon grand-père, en voyant qu'une fois de plus ses chiffres fétiches n'étaient pas sortis du tourbillon de la machine.

    Or le week-end dernier, un Belge a gagné 69 millions d'euro à la loterie Euro Millions. Je garderai peut-être pour ma rubrique "Stupeur et tremblements" ce qui a paru dans la presse à ce sujet, déjà avant que le tirage ait lieu!

    Je vous dirai seulement une deuxième chose que nous avons en commun, ma grand-mère Adrienne et moi: à chaque fois que la présentatrice essayait d'appâter les joueurs potentiels en leur faisant miroiter les chiffres mirobolants de futurs gains, ma grand-mère ressortait sa petite phrase:

    - C'est beaucoup trop d'argent pour une seule personne! On pourrait faire tellement plus d'heureux en le partageant en petites sommes...

    Non, je ne voudrais pas gagner 69 millions d'euro. D'ailleurs, je ne joue à aucun jeu de hasard et n'ai jamais acheté le moindre billet de loterie.

    Sauf aux journées portes ouvertes à l'école, où dans le meilleur des cas je peux gagner une plante fleurie Rigolant

    ***

    (1)'t Is van mijn broek se traduit littéralement par "c'est de mon pantalon" mais veut dire quelque chose comme: "c'est raté". Vous ne trouverez pas l'expression dans un dictionnaire Langue tirée

  • Premiers travaux de jardinage

    Je sais.

    Je sais ce que vous allez me dire.

    Je sais qu'il y a longtemps que vous, heureux possesseurs d'un jardin, avez commencé vos travaux.

    Je sais que chez nous la date du départ des activités horticoles est passée depuis une quinzaine de jours.

    Je sais qu'en Belgique on se fie à la Saint-Joseph (19 mars) et que cette année le joli printemps était là avant l'heure.

    Je sais qu'il a fait beau dans notre plat pays pendant si longtemps que même les pelouses étaient déjà tondues en mars.

    Je sais que mon arrière-grand-père profitait d'un petit coin bien exposé pour avoir ses salades en primeur avant tout le monde.

    Je sais tout cela mais voilà, j'ai besoin d'aide pour les labours et l'ami G*** ne pouvait venir qu'aujourd'hui.

    Enfin, c'est ce qu'il m'a dit. Reste à savoir si ce n'est pas un poisson d'avril Clin d'œil