F comme farine

Elle balance ses jambes dans le vide et tout en elle respire cette volupté qui vous envoie au septième ciel ou en enfer. Ça dépend de votre religion.

Son corps vous promet bien d'autres voyages que ceux des brochures du club Med', d'autres découvertes que le plus illustré des dictionnaires médicaux.

- Alors, dis-moi... Qui est-ce qui a gagné, en fin de compte?

Elle, c'est sa paresse qui la mènera en enfer. Mais elle a cette perfection du mouvement et la certitude d'être admirée, quoi qu'elle fasse.

Tibo a remonté les marches, lentement, presque à reculons, sans la quitter des yeux, sans lui répondre. Il sait bien que sa conversation ne l’intéresse pas. Sous lui, la roue du moulin à eau tourne à grands fracas. Il a encore des tas de commandes à préparer pour demain et si le patron le surprend trop près de sa gamine...

Son amour pour elle date du premier jour où il l'a vue. Quel âge avait-elle, alors? Treize ou quatorze ans, maximum, et une longue chevelure qui flottait librement jusqu'au ras de ses fesses. Etrange et troublant assemblage de femme et de fillette.

Une promenade nocturne, voilà ce qu'il devrait lui proposer. S'il osait courir le risque d'un refus.
Parfois il se fait peur. Parfois il se dit qu'il est prêt à toutes les folies pour cette lolita. Puis il la voit faire ses chatteries à tout homme qui passe, même au gros Hubert qui a le triple de son âge.

C'est encore une enfant, se dit-il. Prenons patience.

Et il retourne à ses sacs de farine.

 001 - kopie (2).JPG

photo que j'ai prise d'une photo
(oui je sais la vie est inutilement compliquée, parfois Langue tirée)

 F comme farine, fiction et femme, bien entendu

Commentaires

  • Cette gamine a de la chance, Tibo est un brave.
    Bonne journée à vous.

  • un brave, adjectif devant substantif, je suppose, Mme Chapeau ;-)
    bonne journée à vous aussi!

  • On décèle cependant un léger anachronisme entre l'âge vénérable du moulin et l'apparition de Lolita dans le vocabulaire.
    Comment ça, le moulin tourne encore ?

  • oui il tourne encore, sur commande à aller chercher sur place un dimanche par mois et à la mode bio ;-)
    bonne journée, Walrus!

  • La mode bio, je connais, c'est celle qui produit de la farine pleine de "mites" preuve de l'absence de pesticides ;-)

  • LOL Walrus, tu me fais penser à un de mes élèves de dernière année qui déclarait, vendredi passé, que les gens veulent des pommes d'un aspect parfait, alors (je le cite) "sur les moches on colle une étiquette bio et on les vend plus cher"

  • Bonjour,
    Ah, les femmes, elles peuvent vous emmener au septième ciel quand elles ont le diable au corps !
    Bisous

  • notre vocabulaire est aussi empreint de notions religieuses que nos jugements mais je me demande si on s'en rend compte, Rafaël
    (à vrai dire, j'en doute fort ;-))

  • Ton texte a le goût d'un conte de Maupassant ou de Daudet. J'ai peur que Lolita finisse mal...

  • chez Maupassant, elle finirait mal, c'est sûr ;-)
    chez Daudet (celui des Lettres... en tout cas) elle a une chance de rédemption (LOL)
    merci d'être passée, Caro, j'espère que ça continue d'aller entre tes deux villes et tes deux vies, bises!

  • C'est sans doute de là que vient l'expression "jeter son bonnet par dessus les moulins" !

    Dans les deux acceptions (j'aime ce mot !) : http://www.expressio.fr/expressions/jeter-son-bonnet-par-dessus-les-moulins.php

  • Ici, on utilise encore "brave" comme un nom.
    Sur la Toile, on cite Molière: Il est de faux dévots ainsi que de faux braves ;
    Victor Hugo: Gloire à ces braves ! Sparte et Rome jamais n'ont vu d'exploits si beaux ;
    Boileau: Je crains peu, direz-vous, les braves du Parnasse...
    Mais je ne pensais pas à eux ce matin, je parlais juste comme dans ma campagne.
    ;-)

  • ceux que vous citez, je les comprends comme des braves = des courageux, Mme Chapeau, c'est pour ça que je posais la question devant ou derrière le substantif ;-)

  • Ici, un brave peut signifier un honnête homme... Le contraire d'un malhonnête donc.
    Ce malhonnête ne s'est pas arrêté pour me laisser passer.
    Pourtant, j'avais priorité.
    ;-)

  • oui c'est sans doute parce que c'est aussi son sens flamand que j'avais un doute ;-)
    (comme substantif je ne lui connais que le sens courageux)

  • "C'est aussi son sens flamand" sonne comme une bonne nouvelle...
    Mais est-ce une bonne nouvelle pour Bart et ses amis?
    Je n'oserais pas en jurer.
    Bonne soirée.

  • braaf, nen braven, quand ma grand-mère le disait, c'était un compliment :-)
    merci et bonne soirée à vous aussi!

  • Ce matin, c'était un compliment pour votre Tibo.
    ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel