• Dernière fois

    La dernière fois que des élèves ont joué une pièce de théâtre à l'école, c'était fin février.

    toneel 2015.JPG

    à droite, Madame le bourgmestre, à côté d'elle, sa nièce, jeune fille à marier, et sa fille, une jeunesse révoltée. Entre les deux jeunes filles se penche la dame un peu fofolle qui tient la cantine.
    Bref, on a bien rigolé.

    Et Madame, vous savez quel rôle elle a joué?

    Trrrrrès important!

    Indispensable!

    schooltoneel - kopie.JPG

    maquilleuse

    Cool

    Elle qui ne se maquille jamais
    et ne s'est jamais maquillée
    a consciencieusement tartiné de fond de teint
    les joues bien lisses de ses élèves

    Langue tirée

     

  • Z comme zut

    miletune14.jpg

    C'est dur d'être aimée par un con!

    photo de Nous deux proposée par Mil-et-une
    http://miletune.over-blog.com/2015/03/sujet-semaine-14.html

    Bon, ça ne va peut-être pas plaire à tout le monde,
    la légende que je mets sous cette photo,
    mais je prends le risque, c'était trop tentant

  • Z comme zut ou Zazie

    Madame leur fait écouter ce qu'elle aime. C'est-à-dire le Renaud des années 80.

    Ou avant le voyage à Paris, ce qu'elle appelle les grands classiques: Dutronc qui se couche à cinq heures, Brel et les prénoms de Paris, les inévitables Aux Champs-Elysées, Lavoine qui pisse dans le caniveau... et l'Amoureux de Paname, évidemment. (1)

    Il faut se rendre à l'évidence: ils n'aiment pas ça! Ni les vieux machins de Madame, ni la chanson française d'aujourd'hui. D'abord parce que ça manque de "beat". Mais aussi parce qu'ils jugent les textes "melig".

    - Comment est-ce qu'on dit "melig" en français? demandent-ils.

    "Melig", c'est un mot que les Hollandais ne connaissent pas. En Flandre on l'utilise beaucoup pour déprécier une oeuvre: dès que ça devient un peu trop sentimental, dès qu'on abuse de la corde sensible.

    "Melig?" s'étonne Madame. "Melig?" le Renaud de Laisse béton

    Ils en sont désolés pour Madame et s'excusent en lui expliquant que pour eux, en dehors de la musique anglo-saxonne... n'est-ce pas?

    Le comble, c'est que les deux ou trois élèves francophones ne sont d'aucune aide: ce sont des filles fans raide dingues de K-pop (2)

    Alors elle a envoyé ce clip de Zazie à son spécialiste, accompagné de la question: Et ça? tu le trouves aussi "cucul"?

    Elle attend sa réponse.

    (1) Chaque année elle se demande si elle osera aussi leur faire écouter Sttellla, la tour Eiffel-elle-est-pas-belle Langue tirée

    (2) Madame est une ignare à qui en décembre dernier on a dû apprendre que la K-pop, c'est de la musique pop coréenne. Bin oui. Et surtout, qu'ils sont "trop beaux" les garçons des groupes coréens!

  • Yeah!!!

    L'Adrienne aujourd'hui va faire deux ou trois choses qu'elle n'a jamais faites.

    Jamais faites pour la simple raison que ça ne l'attire ni ne l'intéresse.

    D'abord, ce matin vers neuf heures, elle va monter dans un autocar avec une cinquantaine d'autres personnes.
    Pas du tout son truc, les voyages organisés.

    Ensuite, cet autocar va se diriger vers les Pays-Bas.
    Pas du tout son truc, la Hollande, ni en fromage ni en rien.

    Enfin, elle va s'asseoir dans une grande salle de spectacle pour y applaudir une comédie musicale. Chantée en néerlandais.
    Pas du tout son truc non plus. Elle en est restée à celles des années cinquante (à la limite soixante) avec Gene Kelly ou Luis Mariano

    et Annie Cordy

    Langue tirée

    Mais zalors, mais zalors?
    Que diable etc?

    Surpris

     L'explication est simple:

    l'Adrienne a un ancien élève
    qui a fait le Conservatoire
    et qui aujourd'hui tient le rôle principal
    dans une comédie musicale hollandaise

    Yeah!

    Allen daarheen!

  • X c'est l'inconnu

    Ceux qui ce matin-là ont vu l'Adrienne en route pour l'école se baisser une dizaine de fois pour ramasser quelque chose à terre ont dû penser qu'elle trouvait une fortune en piécettes sur le sol.

    En réalité, elle tentait de sauver d'une mort certaine quelques-uns des vers de terre qui, pour une raison inconnue, avaient par centaines décidé de quitter leur terrain vague et de s'élancer sur le trottoir et sur l'asphalte. Etaient-ils attirés par la fine petite pluie qui tombait après des semaines de temps sec?

    En tout cas, l'Adrienne n'a pas pris le temps de les interviewer ni de les photographier: il y avait plus urgent à faire.

    ***

    Dans le jardin de l'école, elle a constaté que le lapin qui y avait passé l'hiver dans la solitude, avait trouvé un(e) partenaire.

    konijnen.JPG

    Malheureusement, la photo prise de très loin et à travers la vitre n'est pas très convaincante.

    Alors s'il faut une autre preuve, la voici:

    animal - kopie.JPG

    D'où viennent ces lapins inconnus? Lâchés dans le jardin du couvent quand ils ont cessé d'amuser la famille? Ils m'ont rappelé ce bon gros lapin noir et blanc qui avait réussi à survivre à un rude hiver dans notre petite réserve naturelle et qui au printemps suivant formait un couple avec un(e) lapin(e) sauvage. Cette année-là, quelques jeunots bigarrés ont apporté une touche d'excentricité dans les populations de la garenne.

    ***

    Projet 52 - semaine 13 - thème: animal

     http://manuelles.canalblog.com/archives/2014/12/30/31227714.html

     

  • W comme wagon de train

    C'est le 27 mars 2008 que le premier wagonnet a été rattaché à ce blog et envoyé sur les rails.

    Le wagonnet d'aujourd'hui est le 2458e Sourire

    Merci à ceux qui me lisent, merci à ceux qui laissent un commentaire.

     

    blog

    certains y sont montés
    d'autres en sont descendus
    Langue tirée

    Et pour ceux qui en redemandent, voici ce morceau d'anthologie,
    ce premier balbutiement:
    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2008/03/27/on-est-alles-voir-l-expo-sur-l-europe.html

     

  • V comme vieux du stade

    Les vieux du stade, c’est d’abord Roger et Simonne, qui tiennent la cantine chaque quinzaine.

    C’est Eloi, l’entraîneur des minimes, fidèle au poste le dimanche matin depuis quarante ans.

    C’est Albert, qui chouchoute la pelouse toute l’année durant, répare, ressème, trace et retrace les lignes.

    C’est Lucien et André. Sous prétexte qu’ils sont là pour chaque match, c’est eux qui se chargent de ramasser les papiers gras, les canettes, tout ce qui traîne.

    C’est Mariette, qui nettoie bénévolement les douches et les toilettes depuis trente-cinq ans. Après avoir applaudi, crié et chanté avec les autres, dans la tribune « debout », celle des vrais supporters.

    Elle était déjà là pour son père, son frère, son mari, son fils. Aujourd’hui pour son petit-fils.

     

    Toute une vie en bleu et blanc.

    ***

    texte écrit pour illustrer la photo de Mil-et-une
    sauf que nous ne sommes pas à Bellac
    Langue tirée

     miletune8.jpg

    http://miletune.over-blog.com/2015/02/sujet-semaine-8.html

     

  • Stupeur et tremblements de femme

    bricabook169.jpg

    ©Marion Pluss

    http://www.bricabook.fr/2015/03/atelier-decriture-169e-une-photo-quelques-mots/

    Non nous n'exagérons pas
    quand nous disons que nous en avons assez
    qu'on nous mette la main aux fesses
    qu'on nous fasse des gestes obscènes
    qu'on nous lance des mots triviaux

    Non nous ne sommes pas
    des "Juffrouwen Truttenbol"
    quand nous protestons
    contre les pubs sexistes
    les mains lestes et les propos salaces

    Non nous ne sommes pas offerte à tous
    sous prétexte que nous avons mis une robe courte
    ou que nous nous promenons seule

    http://wijoverdrijvenniet.org/
    http://wijoverdrijvenniet.org/in-de-pers/

    "trut" est le mot néerlandais pour "conne"
    "Juffrouw Truttenbol" pourrait se traduire par "Mademoiselle Connasse"

    trut.jpg

     non je n'étais pas Charlie
    mais je suis à 100%
    Juffrouw Truttenbol

    pour ceux qui ont voulu arracher le maillot à la piscine
    pour ceux qui ont brutalement mis la main sur les seins au sortir de l'école
    pour ceux qui se sont collés au dos et aux fesses dans une file d'attente
    et pour tout ce que j'essaie d'oublier

  • 22 variations sur un thème

    Depuis qu'il avait un coeur artificiel, seul le semblant l'émouvait encore.
    Il n'aimait plus que les faux-culs, les faux seins et les fausses barbes. 

    Il préférait la rumeur à l'info, l'intox à la vérité.

    Il affectionnait les pseudo-sciences et leurs pseudo-vérités, toutes ces peurs remontant depuis la nuit des temps, faisant fi de la raison et du savoir.
    http://www.hoaxbuster.com/

    Il voulait cet iris bleu dû au rayon laser quand la nature l'avait fait brun.
    http://weekend.knack.be/lifestyle/beauty/nieuwe-cosmetische-procedure-kan-ogen-permanent-van-kleur-doen-veranderen/article-normal-541793.html?utm_source=Newsletter-19/03/2015&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBGEZHNNL

    Il était devenu le roi de la fausse déclaration, que ce soit pour les impôts ou pour les serments.

    Il admirait la femme postiche, fausse blonde, faux cils, faux ongles et extensions de fausses boucles.

    Depuis qu'il avait découvert internet et les sites de rencontre, il se cachait derrière divers pseudonymes et y menait allègrement ses doubles vies.

    Il applaudissait le sportif dopé, les matchs truqués et tous ces autres jeux où les dés sont pipés.

    Il votait pour celui qui maniait le mieux le travestissement de la vérité, la poudre aux yeux et le cynisme des belles promesses de lendemains qui chantent.

    Il s'extasiait devant des scènes de lévitation ou de cuillers pliées et cessait de regarder ou d'écouter dès qu'on passait aux explications scientifiques.

    Il se vautrait devant des émissions qui prétendent montrer "la réalité" mise en scène selon un scénario fixé.

    Il se complaisait dans l'illusion d'un bien-être factice, comme si la planète offrait des ressources inépuisables.

     ***

    Quoi?

    Que dites-vous?

    Vous en connaissez des millions qui sont comme ça?

    Langue tirée

     vendeur de tableau.jpg

    photo prise à Bruxelles en novembre 2009

     ***

    merci à Pascal Perrat pour l'idée http://www.entre2lettres.com/il-aimantait-les-petits-secrets/

  • R comme Redouan

    Comme la classe se trouve amputée de ses 19 Scientifiques, Madame décide de faire quelques activités ludiques sur la grammaire du mois. Elle explique le jeu du portrait chinois et après deux ou trois exemples, chacun se lance dans le portrait de son voisin.

    - Si Madame était une couleur, dit Redouan, elle serait le rouge. 

    En effet, ce jour-là Madame avait des collants rouges et le foulard assorti.

    - J'ai déjà remarqué, ajoute-t-il, que vous portiez souvent quelque chose de rouge.

    On le félicite pour sa perspicacité et pour le fait que cette fois, il n'a pas dit "si Madame serait".

    - Si Madame était un film, continue Redouan, elle serait "Dead poets society".

    - Oh! s'inquiète Madame, qui se souvient vaguement que dans ce film, ça tourne mal pour le prof. 

    ***

    Vendredi soir, Madame rentre chez elle après une petite visite à sa mère. Un gros coup de claxon la tire de sa rêverie de promeneuse solitaire.

    C'est Redouan. Il agite la main, sans doute très fier d'être vu au volant d'une énorme BMW.  

    Madame ne peut qu'espérer que Redouan et les autres sauront toujours penser par eux-mêmes, comme l'espérait le prof de Dead poets society.

     prof,école,élève

    Madame et son manteau rouge

  • Le bilan du 20

    Mercredi

    Trois heures passées à regarder des photos.

    Une à une, attentivement.

    Trois heures à émettre des remarques élogieuses.

    Des 'oh!' et des 'ah!'

    Trois heures passées chez une amie qui a un Ipad.

    Et qui est trois fois grand-mère.

     107 (2) - kopie (2).JPG

    mon père à Knokke en 1933 entre son frère et sa soeur

    Vendredi

    Une centaine de petites lunettes spéciales pour éclipse, commandées et payées par l'école, seront distribuées aux profs - dont moi - qui les ont "réservées" pour leurs élèves... mais la météo annonce une avant-midi grise et brumeuse.

    Lors de la dernière éclipse - en août 1999 - les lunettes spéciales étaient encore offertes par un tas de marques, journaux ou commerces.

    Ces derniers jours, des mamans inquiètes écumaient les magasins et les opticiens dans l'espoir d'en trouver pour leurs enfants et sont souvent revenues bredouilles.

    Beaucoup de gens, c'est sûr, seront contents si le ciel est bien voilé ce matin.

    Edit vers 16.00 h.

     

    photo,père,vive la famille,actualité,école,prof,élève

    nous avons tout de même réussi à voir les phases principales de l'événement

    Cool

    photo prise dans ma ville à 10.38 h.

     

     

  • Question existentielle: et demain?

    La question qui ne vous lâche jamais, quand vous êtes prof, pas même le dimanche, c'est "est-ce que je suis prête pour demain?"

    Le "qu'est-ce que je vais leur raconter demain?" peut hanter tout votre dimanche, surtout si vous avez sept cours différents à assumer le lundi.

    Les seuls moments où vous soyez à peu près à l'aise dans votre tête, c'est le vendredi soir quand vous tombez d'épuisement ou le samedi quand c'est le moment de faire les travaux ménage-nettoyage-linge-courses-jardin.

    Sauf bien sûr ces six à sept week-ends sur l'année où l'école organise des entretiens parents-professeurs le samedi ou une de ces nombreuses activités destinées à faire entrer quelques deniers dans les caisses toujours trop vides.

    eetfestijn - kopie.JPG

    Comme ces repas pour cinq cents personnes
    où vous vous retrouvez le samedi comme serveur/serveuse
    et le dimanche comme sponsor
    ou vice-versa

    ***

    ça intéresse quelqu'un?
    on cherche deux introuvables
    un prof de maths
    et un prof de FLE
    niveau master

    Langue tirée

    Projet 52 - semaine 12 - thème: demain

     http://manuelles.canalblog.com/archives/2014/12/30/31227714.html

     

  • P comme patio

    Au sifflement aigu, il saisit et se retourne vivement. Dans le patio, une jeune fille en chemise natte sa chevelure. A terre, près d'elle, son chapeau de paille garni d'un ruban bleu et de roses blanches. C'est elle qui a émis ce sifflement?

    Sur une corde, des draps blancs sèchent et d'autres chemises, pareilles à celle qu'elle porte. Des chemises d'homme, sans col. Sur le bord de la fenêtre, un chat se lèche les pattes, consciencieusement, en fermant les yeux.

    La dernière fois qu'il a entendu un sifflement aussi strident, c'était pendant la guerre. 
    C'était une patrouille allemande qui avait découvert son ami Miguel. On ne l'avait plus jamais revu.

    A côté d'elle se trouve encore la grande bassine d'étain qui a contenu le linge à étendre.  Le patio respire la fraîcheur. Il doit faire bon s'y arrêter, s'y reposer, y bavarder.

    Pourquoi a-t-elle sifflé? Au plus il l'observe, au plus elle a l'air de se moquer de lui. Ses nattes faites, elle les enroule savamment autour de sa tête, comme si elle n'était pas consciente de sa présence. Ou plutôt comme si elle posait pour un peintre réalisant un tableau d'une jeune fille à sa toilette. Sur un banc de pierre est posée une cruche fêlée dans laquelle poussent des plantes grasses aux minuscules fleurs roses. Les fleurs sont envahies de papillons. 

    Sa coiffure terminée, elle se lève, prend d'une main l'escabeau sur lequel elle était assise et de l'autre la bassine d'étain d'où s'échappe encore un filet d'eau.

    C'est alors seulement qu'il remarque les langes qui sèchent sur un autre fil. 

    Debout derrière la grille dans la lumière du matin, il ne sait plus ce qu'il doit faire. Continuer sa route ou entrer par cette porte. Il a le souffle court d'un homme qui aurait fait des escaliers en courant.

    fiction

     

  • O comme Olivier

    La vie d'Olivier est réglée comme du papier à musique. Oui, c'est un cliché, mais il convient parfaitement.

    Chaque matin à sept heures, il ferme sa porte derrière lui, dépose sa grosse mallette dans le coffre de sa voiture de fonction et part pour une journée de travail.

    Peu avant dix-sept heures, il est de retour chez lui. Vide sa boite aux lettres, enfile un jogging et court une petite heure, montre en main. Il rentre trempé de sueur et content de lui.

    Le samedi matin, entre neuf et dix, il fait ses courses pour la semaine. Toujours au même endroit. Toujours les mêmes choses dans son chariot.

    Il ne reçoit jamais de visites. Et quand dans la nuit du samedi au dimanche il découche, toute la rue le sait.

    C'est notre lot à tous, dans ces quartiers de petites maisons sans garage, où les nombreux retraités n'ont rien de mieux à faire qu'à observer la rue à l'abri de leur voilage.

    Et à vous prouver par leur conversation - tout à fait anodine - qu'ils ont tout vu Langue tirée

     

    vie quotidienne,ça se passe comme ça,maison à vendre

    photo prise d'une agence immobilière d'Ath

     

     

  • N comme navire

     bricabook168.jpg

     © Diane

    merci Leiloona!

    http://www.bricabook.fr/2015/03/atelier-decriture-une-photo-quelques-mots-168e/

     

    A l’avant comme à l’arrière, de grosses stalactites de glace pendent aux amarres et aux filins.

    C’est à pied que les pêcheurs flamands se sont rendus à Dunkerque ou à Gravelines pour y monter à bord de goélettes françaises en partance pour six mois de pêche au cabillaud dans les mers islandaises.

    Dix-huit hommes à bord d’un bateau de bois, souvent sans sextant ni baromètre. La météo à venir, on la devine en observant le ciel, la mer et les oiseaux.

    Dix-huit hommes dont deux enfants, petits mousses dans un monde de violence, celle des hommes et celle de la nature. Parfois de terribles tempêtes durent plus de soixante heures, parfois une goélette est écrasée entre deux icebergs, parfois des vagues plus hautes que des maisons engloutissent le bateau et les hommes.

    Sur mille marins qui partent en mars, cent trente ne reviennent jamais.

  • M comme mulch

    Voilà une paire de semaines - oui, deux exactement - qu'il fait sec et ensoleillé. L'Adrienne et supercollègue-ancienne-élève commencent à sentir les titillements dans les doigts (verts). C'est le moment de sortir pour la première fois la tondeuse à gazon, se sont-elles dit.

    L'Adrienne et supercollègue-ancienne-élève sont bien d'accord: la première fois, on y va de gaieté de coeur, et au fil des tontes, ça devient la corvée numéro un du week-end. L'Adrienne tient à jour ses statistiques de tonte et le but du jeu est, année après année, de réduire leur nombre au minimum.

    Dix-sept tontes en 2007, quinze en 2008, treize en 2009, onze en 2010, à cette allure-là il n'en faudrait bientôt plus qu'une seule Langue tirée 
    Malheureusement, à partir de là le chiffre est resté stable.

    Cette année, c'est mal parti pour le record, d'abord parce que la première tonte n'a encore jamais eu lieu si tôt, et ensuite parce que l'Adrienne a eu l'excellente idée de ne pas ramasser l'herbe coupée. Elle appelle ça la technique du mulching. Mais si elle est honnête, elle avouera que c'est surtout la technique de la paresseuse.

     jardin,jardinage

    voilà un bout de pelouse et un bout de potager
    avec encore un peu de mâche, de navets et de chicorée de Chioggia

    jardin,jardinage

    et voilà le "mulch"

     Cool 

    la question du pour ou contre vous intéresse?
    une réponse ici:
    http://www.jardipartage.fr/une-tondeuse-mulching-ou-avec-bac-de-ramassage/
    e
    t une véritable étude de la question ici:
    http://cthgx.be/Mulching.pdf

  • L comme luxe

    Le luxe, c'est avoir de l'eau potable qui coule quand on ouvre un robinet. C'est avoir de l'air parfaitement respirable. C'est avoir le droit au travail et des droits au travail.

    http://weekend.knack.be/lifestyle/mode/werk-harder-of-je-wordt-ontslagen-nieuw-rapport-vernietigend-voor-cambodjaanse-textielsector/article-normal-540731.html?utm_source=Newsletter-13/03/2015&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBWEEKNL

    Raison pour laquelle, pas plus tard qu'hier, en voyant une étiquette "made in Cambodia" au joli pull rose bonbon que j'étais sur le point de m'offrir, je l'ai raccroché et suis sortie sans rien acheter.

    Le luxe, c'est avoir un père et une mère qui t'aiment et de pouvoir grandir en paix. C'est de ne pas être une de ces neuf femmes par heure qui se font violer (chiffres pour la France, qu'on peut supposer être représentatifs pour l'Europe)

    http://towardgrace.blogspot.be/2015/03/le-viol-linde-et-nous.html 

    Excellent billet lu hier chez le Clavier Cannibale (Claro).

    Le luxe, c'est avoir de temps à autre un moment à soi et pouvoir faire ce qu'on aime. Lire et écrire, par exemple Sourire. Et s'acheter un bouquet de tulipes roses au marché.

     

    002 - kopie.JPG

     

     

  • K comme kwade dagen

    De temps à autre je range une boite, je trie, je jette.

    Sur un vieux classeur de plastique bleu, un de ceux que j'ai encore utilisés comme élève, puis comme jeune prof, je retrouve un auto-collant: "Kwade dagen gaan ook voorbij", les mauvaises journées passent aussi.

    C'est vrai, bien sûr.

    Mais je ne crois pas que ça consolera la maman à qui on annonce que son fils vient d'avoir un grave accident de voiture.

  • J comme je récidive

    Peut-on aimer à ce point la musique dite "classique" et être incapable de lire une note ou de jouer d'un instrument?

    Non, me suis-je dit, même si le musicologue à qui j'en ai fait la remarque un jour prétend que oui.

    Aussi, après avoir consciencieusement fait démolir le piano (et le gros orteil gauche) j'ai décidé de m'inscrire à un cours de musique en septembre prochain.

    Option piano.

    2308.JPG

    les premiers outils de démolition 

    2310.JPG

    la responsable des travaux (une experte, elle aussi Langue tirée)

    2319.JPG

    signature pyrogravée de monsieur Cannoot

    2321.JPG

     petite note de bas de page: les statistiques du blog m'apprennent que, parmi les demandes qui mènent le plus souvent des gens chez moi, figure en bonne place la question suivante:
    "comment se débarrasser d'un piano"
    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2012/10/19/question-existentielle-comment-se-debarrasser-d-un-piano.html
    J'en profite pour leur dire que j'espère que ça s'est mieux passé pour eux que pour moi!

    Et à tous les autres: prière de lire attentivement la consigne!
    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2012/10/21/r-comme-revanche.html

    Cool

    Projet 52 - semaine 11 - thème: classique

     http://manuelles.canalblog.com/archives/2014/12/30/31227714.html

    ***

    comment le piano entra dans ma vie:
    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2012/10/18/p-comme-piano.html

  • I comme il y a bien longtemps...

     

    jeu,fiction,incipit

    Il y a bien longtemps, dans la bonne ville de Stanhill, vivaient une femme osseuse prénommée Hilda et son chat qu’elle appelait « le chat ».

    - Stanhill ? Pourquoi Stanhill ? Pourquoi pas un nom de chez nous, bien reconnaissable, bien flamand ? Tiens, Damme, par exemple !
    - Damme ? Non, pas possible, c’est déjà pris par Charles De Coster.
    - Bruges, alors ? Dans la bonne ville de Bruges ?

    Il y a bien longtemps, dans la bonne ville de Bruges, vivaient une femme osseuse prénommée Hilda et son chat qu’elle appelait « le chat ».

    - Osseuse ? Pourquoi osseuse ? Elle m’est tout de suite antipathique, ton Hilda. D’ailleurs, toutes les Hilda que j’ai connues étaient plutôt bien en chair.
    - Tu n’en as connu qu’une seule, non ?
    - C’est possible, mais en tout cas elle pesait plus de quatre-vingts kilos !

    Il y a bien longtemps, dans la bonne ville de Bruges, vivaient une femme grassouillette prénommée Hilda et son chat qu’elle appelait « le chat ».

    - Quelle idée d’appeler son chat le chat ! Personne n’aurait cette idée-là ! Ce n’est pas crédible !
    - C’est pourtant ce qu’on fait, quand on l’appelle Pussycat ou Poes ou Minou…
    - Et bien alors appelle-le Minou. Ou prends un chien, tiens ! Hilda avait un caniche, tu te souviens ?

    Il y a bien longtemps, dans la bonne ville de Bruges, vivaient une femme grassouillette prénommée Hilda et son chien qu’elle appelait César.

    - Voilà qui est beaucoup mieux ! Ça au moins, c’est vraisemblable.

    ***

    Jeux d'écriture basés sur des incipits connus: 
    http://fr.calameo.com/read/00088815863c655c3af1e

    ***

    la photo n'a pas été prise à Bruges
    mais à Louvain
    Langue tirée

  • H comme horresco referens

    Hier, il y avait une semaine très exactement que Madame, pour la première fois de toute sa longue carrière, a ressenti une si énorme lassitude qu'elle s'est laissé tomber sur sa chaise et a déclaré à une de ses classes:

    "Vivement qu'on invente la machine-à-donner-cours, parce que je commence à comprendre pourquoi plus personne ne veut faire ce métier!"

    Horresco referens, mais ce qui est dit, est dit.

    D'ailleurs, Madame le pense encore aujourd'hui.

    Ils existent, malheureusement, ces élèves à qui on voudrait pouvoir dire:

    - Voilà: la machine est là. Débrouille-toi avec elle.

     

    prof,école,élève

    jeune et courageux collègue
    prêt à recevoir des parents d'élèves
    pour une longue journée d'entretiens

     

     

  • G comme gadjo et gonze

    bricabook157.jpg

    © Marion Pluss

    Le jeu des 7 différences

    Il s’appelle Bernard mais il veut qu’on l’appelle Johnny.
    Il aime le
    bourbon, le tabac de Virginie et la vieille veste en jean sur laquelle il a cousu lui-même toute sa collection de badges.
    Il laisse trois millimètres de barbe sur le bas des joues et la pointe du menton.
    Il s’adresse à ses compères à grands coups d’accolades viriles et de
    Yo man !

     

    Il s’appelle Johnny mais il veut qu’on l’appelle Carlos.
    Il aime les bagues, les cigarettes blondes et ses vêtements de cuir noir.
    Il noue ses cheveux en une longue queue et a une belle barbe sombre et frisée.
    Il a baptisé sa bécane ‘Mustang’ en hommage aux Indiens d’Amérique.

     

    Et pourtant à les voir on croirait qu'ils sont pareils Langue tirée

     

    ***

    merci à Leiloona

    pour son Bricabook 157

    http://www.bricabook.fr/2015/03/une-photo-quelques-mots-157e-atelier-decriture-en-ligne/

     

  • F comme farine

    Elle balance ses jambes dans le vide et tout en elle respire cette volupté qui vous envoie au septième ciel ou en enfer. Ça dépend de votre religion.

    Son corps vous promet bien d'autres voyages que ceux des brochures du club Med', d'autres découvertes que le plus illustré des dictionnaires médicaux.

    - Alors, dis-moi... Qui est-ce qui a gagné, en fin de compte?

    Elle, c'est sa paresse qui la mènera en enfer. Mais elle a cette perfection du mouvement et la certitude d'être admirée, quoi qu'elle fasse.

    Tibo a remonté les marches, lentement, presque à reculons, sans la quitter des yeux, sans lui répondre. Il sait bien que sa conversation ne l’intéresse pas. Sous lui, la roue du moulin à eau tourne à grands fracas. Il a encore des tas de commandes à préparer pour demain et si le patron le surprend trop près de sa gamine...

    Son amour pour elle date du premier jour où il l'a vue. Quel âge avait-elle, alors? Treize ou quatorze ans, maximum, et une longue chevelure qui flottait librement jusqu'au ras de ses fesses. Etrange et troublant assemblage de femme et de fillette.

    Une promenade nocturne, voilà ce qu'il devrait lui proposer. S'il osait courir le risque d'un refus.
    Parfois il se fait peur. Parfois il se dit qu'il est prêt à toutes les folies pour cette lolita. Puis il la voit faire ses chatteries à tout homme qui passe, même au gros Hubert qui a le triple de son âge.

    C'est encore une enfant, se dit-il. Prenons patience.

    Et il retourne à ses sacs de farine.

     001 - kopie (2).JPG

    photo que j'ai prise d'une photo
    (oui je sais la vie est inutilement compliquée, parfois Langue tirée)

     F comme farine, fiction et femme, bien entendu

  • 7 aphorismes

    -         Je suis comme le paralytique
    qui a trouvé dans l’immobilité le moyen d’éviter les chutes

    Je suis comme l’escargot
    qui a trouvé dans sa coquille le moyen de se cacher

    -    Pour atteindre l’authenticité,
    il faut que quelque chose craque

    Pour atteindre le nirvana,
    il faut que quelque chose plane

    -    Dans un monde d’arrivistes,
    la règle la meilleure est de ne pas partir

    Dans un monde d’architectes,
    la règle la meilleure et un té

    -    La meilleure preuve qu’il existe une forme d’intelligence extra-terrestre est qu’elle n’a pas essayé de nous contacter

    La meilleure preuve qu’il y a une forme d’intelligence chez les élèves, c’est qu’ils ne lisent que les messages contenant une bonne nouvelle

    -    Si cinquante millions de gens disent une sottise,
    c’est toujours une sottise

    Si cinq cents millions d’Africains n’ont pas accès à internet,
    c'est le marchand de sucre qui va le leur procurer
    (et se sucrer)

    http://www.europe1.fr/high-tech/facebook-veut-connecter-l-afrique-avec-11-000-drones-1905145

    Si 10 % des bébés naissent obèses,
    c’est qu’ils prévoient une famine

    http://www.standaard.be/cnt/dmf20150303_01560708?_section=60682888&utm_source=standaard&utm_medium=newsletter&utm_campaign=ochtendupdate&M_BT=110935810948&adh_i=

    -    Quand le sage montre la Lune,
    l’imbécile regarde le doigt

     Quand le prof montre le tableau,
    l’élève regarde la fenêtre 

     

    ***

    merci à Joe Krapov pour sa consigne:
    u
    tilisez la trame de ces aphorismes pour en construire à votre manière

  • E comme experte

    Si quelqu'un d'autre est capable de le faire, alors moi aussi (Wat een andere kan, moet ik ook kunnen), disait ma grand-mère Adrienne.

    Forte de son exemple, j'ai donc pris mon courage à une main et la perceuse dans l'autre. Il est tout doucement évident que si je veux avoir un jour des étagères, cadres ou miroirs accrochés aux murs, il faudra que je le fasse moi-même.

    Samedi dernier, je me rends d'un bon pas à mon magasin de bricolage habituel - où, si les choses étaient bien faites, je devrais avoir droit à une réduction spéciale (Prix spécial d'opiniâtreté, par exemple?) - et j'en reviens allègrement avec le matériel nécessaire pour installer ceci dans un coin de la chambre à coucher (côté rue)

    001 - kopie.JPG

    Magnifique! me direz-vous. Et bravo l'Adrienne!

    Oui mais...

    002 - kopie.JPG

    Il semblerait que le mur soit un faux mur, ou en tout cas d'une substance si poreuse, qu'une fois l'installation faite, les vis et leur cheville en ressortent aussi facilement que si je les avais enfoncées dans du beurre... ou presque.

    Si quelqu'un d'autre est capable de le faire, alors moi aussi. Comme faire de gros gros trous dans les murs, à l'exemple de mon expert-ès-armoire-de-salle-de-bains...

    nov 14 (2) - kopie.JPG

    vous vous rappelez?
    (état inchangé depuis novembre dernier) 

     ***

    Mesdames, Messieurs
    A la suggestion de Joe Krapov
    un petit ajout ce soir:
    "la trombine horrifiée"

    expert,maison à vendre

     merci et bonne soirée à tous!

  • D comme débats

    Voyez comme Madame a des idées géniales pour faire parler ses élèves, en sixième (en Terminale) ils sont invités à diriger un débat avec la classe. 

    Voyez comme les élèves de Madame ont des idées géniales, deux garçons ont tenu à mener un débat sur la peur du terrorisme.

    Fin du cours, tout le monde a bien discuté et émis des avis, argumenté et donné des exemples. Sauf une élève.

    - Et toi, Rania, pourquoi tu n'as rien dit?

    - C'est lundi, Madame!

    - ...?

    - Ben oui, disent deux ou trois élèves pour lui venir en aide, le lundi elle est trop fatiguée.

    ***

    C'est étonnant comme Madame, après plus de 30 ans de métier, continue de s'étonner.

     prof,école,élève

    lundi matin

     

  • C comme chocolat

    J'ai déjà dit à certaines occasions que j'avais été élevée sans sucre, c'est-à-dire sans bonbons. Il y avait de la pâtisserie le dimanche midi chez grand-mère Adrienne et de la confiture maison sur le pain du petit déjeuner.

    Pour le goûter, au retour de l'école, je me préparais du lait au Nesquik et une tartine de Kwatta. Heureusement que le pain était "solide", parce que la pâte à tartiner Kwatta l'était aussi!

    Langue tirée

    nes.png

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nesquik

    à l'époque, on savait encore écrire droit Langue tirée aujourd'hui toutes les marques ont tendance à s'élever vers le ciel au fur et à mesure que les lettres vont vers la droite

    chocolat,projet 52,souvenir d'enfance

    il n'y avait pas encore ce lapin ridicule sur l'étiquette ni ce "Groquik" qu'on a fait disparaître du champ de vision pour cause d'obésité

    Langue tirée

     il n'y avait pas non plus l'argument de vente "contient de la vitamine D, du fer et du zinc"

    kwatta.jpg

    http://www.kwatta.be/fr/home

    c'est l'emballage vintage le plus ressemblant que j'aie pu trouver, sauf que le pot était en plastique et d'un jaune plus soutenu

    chez Kwatta aussi, à l'époque, on écrivait droit... 

    ***

    Projet 52 - semaine 10 - thème: chocolat

     http://manuelles.canalblog.com/archives/2014/12/30/31227714.html

  • B comme bourgeons

    Voilà une dizaine de jours que l'Adrienne a vu ça en passant son portillon:

    013 - kopie.JPG

    Alors elle s'est dit que tant qu'il y a des bourgeons, il y a de l'espoir! Espoir de clématites ou d'amaryllis...

    016 - kopie.JPG

    Espoir que les arbres reverdiront et que les orchidées refleuriront

    014 - kopie.JPG

  • Adrienne s'amuse

    bricabook156.jpg

    © Leiloona

    http://www.bricabook.fr/2015/02/une-photo-quelques-mots-156e-atelier-decriture/

    Madame s'en va-t-en mer
    Mironton mironton mirontaine
    Madame s'en va-t-en mer
    Ne sait quand reviendra (3X)

    Elle reviendra z'à Pâques
    Mironton mironton mirontaine
    Elle reviendra z'à Pâques
    Ou à la Trinité (3X)

    La Trinité se passe
    Mironton mironton mirontaine
    La Trinité se passe
    Madame ne revient pas (3X)

    Monsieur à sa tour monte
    Mironton mironton mirontaine
    Monsieur à sa tour monte
    Si haut qu'il peut monter (3X)

    Il voit venir trois Mages,
    Mironton mironton mirontaine
    Il voit venir trois Mages
    Tout de noir habillés (3X)

    Beaux Mages, oh savants Mages
    Mironton mironton mirontaine
    Beaux Mages, oh savants Mages
    Quelles nouvelles apportez ? (3X)

    Nous portons des nouvelles
    Mironton mironton mirontaine
    Nous portons des nouvelles
    Jamais vous ne les croirez (3X)

    Elle revient à la nage
    Mironton mironton mirontaine
    Elle revient à la nage
    Avec un Nord-Côtier (3X)

    ***

    vous êtes libres d'y ajouter un couplet de votre fantaisie

    Clin d'œil

    merci Leiloona

    et à lundi prochain!

     

     

  • Premier rire du matin

    Pour le thème du rire, j'ai longuement réfléchi, beaucoup cherché, mais je n'ai rien trouvé de mieux que mon duo comique (mijn komisch duo) qui était mon premier rire du matin, le dernier du soir et aussi celui d'entre les heures Langue tirée

    Je les ai surtout photographiés imbriqués l'un dans l'autre comme le yin et le yang et auto-empaquetés dans les emballages les plus divers. Ils ont toujours dédaigné le panier qu'on leur proposait et élu les boites, caisses, sacs, de préférence un brin trop étroits.

    184 - kopie.JPG

    ce qui s'apprend dès la plus petite enfance

     002 (2).JPG

    même si la sieste est impossible

    003-05dec10-kopie.JPG

    parce qu'on est drôlement serrés

    13dec 2011 - kopie.JPG

    la cagette est pratique, on peut sortir une patte

    123 - kopie.JPG

    on dort comme des bûches

    Alhaurin feb 12 003 - kopie.JPG

     on dort toujours comme des bûches

     2028 - kopie.JPG

     on partage le paillasson en famille

    2013-07-25 (1).JPG

    on teste la boite du nouvel appareil ménager

    09sep11 - kopie.JPG

    on teste le voilage

    zen maart 2013 (2).JPG

     on teste les caisses de vin

    zen maart 2013.JPG

    on teste l'étage supérieur

    Pipo -19okt10-kopie.JPG

    on teste un sac en papier

    september 2010 002 - kopie.JPG

    ou celui des courses, c'est mieux, il y a la place pour deux

    pipo maart 2013.JPG

     on teste le sac de l'ordinateur

     chats 27nov10 - kopie.JPG

    on pose pour la postérité

     verhuis 1 - kopie.JPG

     et on finit par se faire embarquer en direction d'Ostende 
    (on n'avait pas vu qu'il y avait un couvercle, des fermoirs et des roulettes)

     ***

    Projet 52 - semaine 9 - thème: rire

    http://manuelles.canalblog.com/archives/2014/12/30/31227714.html