P comme paradis perdu

Il arrive que l'Adrienne ait un gros coup de nostalgie. Il arrive qu'elle repense à son paradis perdu et que sa verte campagne lui manque. Parfois la solitude en ville pèse alors que ça n'avait jamais été le cas dans la vraie solitude de sa petite réserve naturelle. L'Adrienne chaussait ses bottes, allait faire un tour dans les bois et les prés et se revivifiait au chant des oiseaux.

Il arrive que l'Adrienne ait un gros coup de découragement dans la maison de tante Fé. Tant de choses ne sont toujours pas en ordre. Une armoire à pharmacie attend d'être accrochée au mur depuis plus d'un an, des étagères sont encore au sol et il reste des cartons dans chaque pièce. Elle se demande si un jour elle s'y sentira chez elle et emploiera le mot "thuis" (1) pour la désigner.

1962 (3) - kopie.JPG

l'autre paradis perdu
celui de l'enfance
dans la maison de grand-mère Adrienne.
Remarquez comme mini-Adrienne,
qui ne sourit jamais sur les photos, malgré tous ses efforts,
respire le bonheur

Mais ne vous inquiétez pas: l'Adrienne est en train de recréer le décor de ses deux paradis perdus. Elle va planter des pommiers et un seringat pour faire "campagne" et elle a déjà les hortensias et la clématite pour faire "jardin de grand-mère".

Samedi dernier, elle a acheté des centaines de bulbes à fleurs. Reste à savoir où et quand elle les plantera Langue tirée

***

(1) thuis = à la maison, chez moi. C'est un mot qui manque en français, je trouve. L'équivalent du "home sweet home".

Commentaires

  • merci gballand :-)

  • merci Mme Chapeau!

  • Un petit coup de blues à l'entrée de l'automne ?! Courage et bonne plantation.

  • je ne sais pas s'il y a un rapport avec l'automne, c'est une saison que j'aime :-)

  • Finalement, tu n'es peut-être pas une vraie Flamande, la plupart de ceux que je connais auraient plutôt tendance, dès qu'ils disposent d'un peu d'espace, à s'entourer d'étendues de pelouses bien nettes et bien plates. :o)

  • et de l'entourer d'une haie pour se soustraire aux regards ainsi que d'un portail (automatique)?
    (sans oublier le "Hier waak ik!")

  • Chaque printemps, je me dis que j'aurais dû penser à mettre plus de bulbes à l'automne.
    L'année prochaine sera magnifique autour de la maison de tante Fé!
    Bises !

  • à condition que je trouve un moment pour préparer le terrain et les planter ;-)

  • S'entourer de campagne en ville, excellente initiative pour te sentir mejor!
    En attendant le printemps, des rideaux à fleur?
    Besos.

  • chaque chose en son temps, d'abord les couleurs de l'automne et la paix de l'hiver ;-)

  • Comme je vous comprends. La ville a ses facilités mais la verte campagne nous rejoint dans le coeur avec ses odeurs, sa lumière, son silence. Recréer un petit coin de campagne en ville une belle façon d'alléger la nostalgie de cette campagne perdue.

  • vivre à la campagne a toujours été mon rêve, j'ai pu le réaliser pendant une vingtaine d'années :-)

  • ce sont des choix qui ne sont pas simples mais une fois que c'est décidé, faut assumer ;-)
    (j'assume, mais la nostalgie me prend de temps en temps ;-))

  • Oui, il y a des choses qui sont parfaitement exprimées dans un langue et manquent dans une autre... parfois il est difficile de savoir pourquoi. Un ami Indien pueblo me disait que du temps de sa grand-mère et encore de ses parents, il n'existait rien pour le "I love you" qui leur fut introduit par la langue anglaise et les films avec "happy ending". Il me disait que ce qui était le plus proche était quelque chose que j'ai retenu comme "scombux" (sans garantie) et qui signifait: tu as de belles fesses. Un compliment, en somme...

    Bravo pour ton jardin dont les bulbes attendent déjà d'être plantés et de jaillir de la terre renaissante...

  • c'est vrai que le 'I love you' est un bel exemple, même dans nos langues européennes son équivalent ressemble plus à un "je te veux" ou à un "j'aime te voir" ;-)

  • Quoi ? Il manque des mots à la langue française ? J'y crois pas !
    Et le logis ? le doux logis, t'en fais quoi ? :)

    Je dis ça, je ne suis pas sûr que ce soit l'équivalent.

  • sans blague, tu dis "je vais au logis" pour dire "je rentre chez moi/à la maison"? ;-))

  • Non, non, moi je ne dis pas, mais on pourrait dire, comme ça, dans l'absolu, si on avait des Lettres. ;)

  • Les anglophones utilisent aussi "my place"... mon trou, mon chez moi...

  • ah bon :-)

  • Pour accompagner cette page nostalgique, je te conseille une des nombreuses versions des "paradis perdus" de Christophe!Bonne plantation!

  • merci Alezandro ;-)

  • Ton jardin ? Je l'imagine déjà ! Des centaines de bulbes...ce sera une explosion de couleurs.
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • alors imagine-le surtout blanc, avec du bleu et du rose ;-)

  • J'ai la chance d'être revenue vivre dans mon paradis "perdu" ; je le recrée perpétuellement, mais je fais ponctuellement de petites crises de nostalgie, parce que j'ai beau planter, rénover, entretenir, remanier, il manque toujours la présence de ceux qui sont partis.
    Serions nous programmés pour la nostalgie ?

  • hélas... trop souvent dans le passé auquel on ne peut rien changer ou dans le futur que nous ne maîtrisons pas, nous sommes loin du 'carpe diem' (mais on fait son possible, n'est-ce pas ;-))

  • Il y en a aussi qui regagnent leurs pénates, mais ce n'est pas pareil. Chez moi, on dit "Oost, West, thuis best".
    J'aime me promener à la campagne, j'ai fait le plein de vert en Drôme - pensé à toi en passant à Grignan - mais je suis toujours heureuse de rentrer en ville où en ce moment, de ma haute fenêtre, je vois le soleil flamboyer à l'horizon.

  • la Drôme, hors saison hypertouristique, est sans doute plus "genietbaar"
    (ou alors je suis vraiment tombée sur tous les grognons et malpolis du coin ;-))

Écrire un commentaire

Optionnel