22 rencontres (2)

Nous nous croisons lors d'un petit concert en ville. Je la reconnais immédiatement, elle a toujours la même coiffure, le même minois pointu. Je ne trouve pas tout de suite son prénom (euphémisme) mais je me souviens qu'elle est devenue pharmacienne.

Malheureusement, ce n'est pas dans sa pharmacie que je vais acheter mes pastilles pour la gorge, rien que dans ma petite ville cinq ou six pharmacies (au moins) sont tenues pas des anciens élèves: Karen, Bert, Johanna, Justine, Audrey... et ceux dont le prénom ne me revient pas en tête.

- Vous savez que vous avez mon fils en classe? me dit-elle tout sourire.

Non, je ne savais pas. Les fils ne portent que très rarement le nom de leur mère, n'est-ce pas.

- Je crois bien qu'il sera meilleur que moi, en français... ajoute-t-elle. Il est doué pour les langues, lui.

Toujours ce même complexe qu'il faut combattre: mais non, tu n'es pas nul(le)! mais oui, tu te débrouilles très bien! Toujours ces inhibitions: mais vas-y! lance-toi! qu'importe une petite erreur ici ou là! parler, c'est communiquer! on te comprendra! on appréciera que tu fasses l'effort de parler français!

Toujours cette peur de la moquerie de celui qui "sait", qui a "le bon accent" envers celui qui "ne sait pas", et qui sera trahi par son accent flamand.

- Je suis plus à l'aise en anglais, me disent-ils.

Bizarrement, en anglais ils s'en fichent de ne pas avoir "le bon accent".

En anglais, ils n'ont ni ce complexe, ni cette inhibition.

Il y aurait une étude à faire là-dessus...

 rencontre,prof,école,élève

je sais déjà qu'elle sera une fidèle des entretiens parents-professeur
Bisou

Commentaires

  • Vas-y lance-toi, il y a un créneau ;)

  • le sujet est trop politique ;-)

  • La photo m'a trompée. Je croyais que c'était une salle préparée pour un loto.

  • un loto?
    (moi pas savoir quoi c'est)

  • Je crois que c'est le même principe qu'un bingo : chaque joueur a une carte avec des lignes où figurent des nombres et un meneur de jeu tire des nombres au hasard. On gagne lorsque les nombres d'une même ligne sont sortis ou lorsqu'une carte est complétée.

  • ça ne me dit rien du tout (sauf qu'on crie "bingo" dans un Lucky Luke ;-))

  • Etonnant, j'ai possédé plusieurs de ces jeux et j'y ai beaucoup joué étant jeune. Il y en avait dans presque toutes les maisons. En Wallonie on disait également jouer à la quine.
    Image : http://www.casalsport.com/casal/phproduit/20150129/JS121_Z.jpg

  • jamais joué à ça...
    c'est un pur jeu de hasard?

  • De hasard et de vitesse...

  • J'étudie l'anglais sans oser le parler...mais je ne suis pas Flamande.
    ;-)

  • ça peut aussi tenir au caractère ;-)

  • Je ne le connais que trop bien, ce complexe de faire faux qui empêche de parler dans les langues étrangères. Mes enfants l'ont beaucoup moins, tant mieux !

  • dans l'enseignement actuel on "fait" beaucoup plus d'oral que quand nous étions élèves, je suppose que ça aide aussi, sans compter toute la culture musicale anglophone dans laquelle ils baignent :-)

  • Oui c'est amusant : les anglais parlent toujours français avec un accent à couper au couteau mais qui nous plaît bien (ça nous rappelle le charme de Jane Birkin) Alors pourquoi on a honte de parler anglais ?
    J'ai perdu mes complexes quand les anglo-saxons m'ont dit qu'ils adoraient mon délicieux accent frenchy.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    PS moi aussi, j'ai cru à une salle de loto...

  • décidément ;-)

  • Bonjours,
    Sers moi donc quelques verres de Vodka et je parle russe...
    Bisous bisous

  • comme ma belle-mère, alors :-) sauf qu'elle n'avait même pas besoin d'alcool pour parler toutes les langues de la terre :-)

  • L'inverse est vrai aussi. mais si je vais aux Pays-Bas, y a pas le choix, je me lance. Mon amie Dan, avec qui je voyage le plus souvent n'a rien appris en néerlandais et pour elle, c'est comme parler le chinois... Mais avec la traduction à côté o:))))

    En Angleterre, il faut se lancer aussi, on n'a pas le choix, mais là, en plus, à cause de l'accent, on n'est pas compris du tout. Sauf, disons, après deux semaines, ça s'améliore.

    Ici, on a toujours la vague espérance que l'autre moitié du pays comprendra un peu de français, on baragouinera chacun de son côté, avec force sourires (sauf quand on tombe sur un mauvais coucheur, mais c'est rare), et c'est vrai sûrement pour l'inverse aussi...

    Même mon fils, traducteur diplômé pourtant, et fils d'un authentique gantois (d'origine pure flandrienne), souffre de ce syndrome, comment pourrait-on l'appeler ??? Mais je lui ai déjà dit que s'il habitait dans la moitié nord du pays, il se lancerait et après quelque temps serait parfait bilingue...

  • hé oui, comprendre, se faire comprendre, ça demande des efforts ;-)
    justement, en rentrant de l'école ce soir, des Français se sont arrêtés pour me faire expliquer comment arriver à une certaine rue dont le nom flamand est intraduisible (c'est un nom de famille) et imprononçable en français ;-)

  • Les rencontres parents-professeurs doivent être fatigantes non? Il doit y avoir un sacré bruit dans cette salle de gym...

  • en effet, on a la voix cassée en milieu de journée et la tête qui éclate... on est là du matin au soir, tout un samedi

  • Il y a aussi une "langue parents" qu'on apprend à parler au fil des ans...je suis sûre que celle-là tu la domines aussi parfaitement que l'espagnol!

  • ohlala l'espagnol je le comprends un peu mais je ne le parle plus du tout, j'ai tout oublié et remplacé par l'italien, faut croire que je n'ai qu'une case dans ma tête pour y ranger ces deux langues ;-)

  • l'étude, si on pouvait l'avoir en anglais.....

  • très drôle, Alezandro :-)

  • La krapoverie du jour :

    "Peut-être parce que l'anglais n'est pas une langue !"

  • English is a language, it isn't a tongue...

  • ne viens pas encore tout compliquer, Joe Krapov, tu vois ce que tu déchaînes?
    ;-)
    on va te faire un cours sur les langues germaniques, qui n'ont pas le même mot pour la langue qu'on parle (taal) et celle qu'on a dans la bouche (tong) ;-)
    en néerlandais on fait une différence de plus entre la langue qu'on parle (taal) et la façon de parler (taalgebruik)

  • Oui, j'essayais il y a quelques jours de faire comprendre la différence entre flamand et néerlandais, vaste question ! (Il faut peut-être dire néerlandais et non flamand d'ailleurs...)

  • oui, pour la langue commune il faut dire "le néerlandais", j'y tiens et je n'aime pas lire ou entendre dans la presse francophone l'amalgame entre flamand et néerlandais, comme si on voulait réduire cette langue à un patois ou à un idiome sans culture...

  • Ils disent pourtant "néerlandophone", ils doivent donc être au courant (d'autant que c'est pareil pour le wallon et le français).

  • Entretien parent-prof ? on dirait une salle préparée pour un marathon de speed dating... ^^

  • je sais ;-) ça manque absolument de charme, les chaises te cassent le dos, il n'y a pas de lumière naturelle et l'acoustique est plus que déplorable...
    bref, ça manque de tout...

Les commentaires sont fermés.