P comme Po

Finalement, ce qu'il y a eu de plus beau à ce séjour turinois, c'est la balade sur les rives du Po Cool

Torino 2015-5 006 - kopie.JPG

c'était un jeudi après-midi

Torino 2015-5 007 - kopie.JPG

par ciel bleu

Torino 2015-5 008 - kopie.JPG

j'ai traversé le pont Umberto I

Torino 2015-5 011 - kopie.JPG

il y avait très peu de promeneurs

Torino 2015-5 013 - kopie.JPG

mais les canoteurs se bousculaient

Torino 2015-5 017 - kopie.JPG

c'était le moment idéal pour admirer les feux de l'automne

Torino 2015-5 019 - kopie.JPG

 toute cette beauté juste à côté de la ville

Commentaires

  • merci gballand

  • oui, si belle que j'ai trouvé anormal de ne voir quasiment personne (tout le monde était sur l'autre rive, dans le parc)

  • Comme je te comprends, loin du gigantisme, sérénité.
    Merci pour ces photos, bonne journée.

  • c'est ça, sérénité (et nature :-))
    bonne journée à toi aussi!

  • Avez-vous vu des arbres qui ne poussent pas ici?

  • je n'en ai pas l'impression, même si je n'ai pas fait très attention aux essences (sauf à un magnifique ginkgo!)
    Turin, c'est très près des Alpes, ce n'est pas vraiment un climat méditerranéen

  • absolument :-)
    bonne journée à toi aussi

  • ça me rappelle les blagues de potaches de l'école primaire : "Ma journée sur le Pô, les mémoires d'un rameur piémontais"

  • vous étiez des potaches diablement cultivés, en primaire!

  • Eh oui, aujourd'hui l'enseignement primaire l'est plus que jamais !
    Tandis que de mon temps... ;-)

  • J'aime beaucoup la photo de cet arbre penché au bord de l'eau et ce jaune si lumineux des feuilles !

  • de l'eau et un bel arbre, ça ne peut que faire une jolie photo :-)
    merci Brigou!

  • toutes les villes ne sont-elles pas implantées dans nos campagnes? et parfois c'est comme chez Brassens, il suffit de passer le pont ;-)

  • C'est toujours très agréable de se balader, même virtuellement, le long de ces fleuves à deux lettres chers aux cruciverbistes. Ah, les délice de l'Aa ! Ils valent bien un triple A ! Remercions-les au passage, ces pacifiques auxquels il manque toujours une case pour faire un carton plein : sans eux que saurait-on de l'Ob et de l'Iénisséï ?

    Merci à toi pour cette promenade italienne !

Écrire un commentaire

Optionnel