O comme oiseau

Comme j'ai pris le train le week-end dernier, j'ai enfin lu La langue des papillons, une nouvelle de Manuel Rivas.

Une présentation du livre ici chez Gallimard

Dans cette nouvelle, un oiseau très particulier est cité, le ptilonorhynque, qui décore son nid de bleu et est même capable de faire de la peinture bleue pour mieux attirer une femelle dans son intérieur coloré. 

Le jardinier satiné par RCavignaux

Voilà comme les choses sont simples, aujourd'hui... Un mot nous intrigue? Nous tapotons notre clavier et nous avons des réponses, des images et des vidéos. 

J'ai du mal à me souvenir comment je faisais, à vingt ans, pour me documenter en vue de mon mémoire de licence (ce qu'on appelle aujourd'hui un master). Des heures infructueuses, des journées perdues à lire des tas de documents dans des bibliothèques, avant de trouver les bons. Des milliers de notes griffonnées. La mauvaise humeur du bibliothécaire, vieil homme bougon qui semblait préférer qu'aucun étudiant ne vienne lui demander de livres. 

C'était, quand j'y repense, vraiment une autre époque tongue-out

Commentaires

  • ce n'est pas ce qui manque, l'inspiration pour les "quand j'étais petit(e)..." et autres souvenirs d'enfance ;-)

  • Un lien: http://www.oiseaux.net/oiseaux/jardinier.satine.html

  • la preuve en est faite :-)

  • Tu as raison Adrienne, comment faisait-on avant ? Maintenant en un clic on trouve ce qu'on cherche, quel outil merveilleux qu'internet :-)

  • merveilleux et addictif, omniscient et éphémère :-)

  • Bah, on trouve plus vite, mais on trouve toujours un peu de tout, le boulot c'est de trier, de synthétiser et ça, ça n'a pas changé, bien au contraire!

  • pour les livres, à l'époque dont je parle, on devait se fier aux bibliographies, donc aux dates de parution, au titre, à l'auteur... pour deviner si le contenu présenterait un quelconque intérêt pour notre objet de recherche... comme ils n'étaient pas en libre disposition, on ne pouvait pas les feuilleter, il fallait faire appel au bibliothécaire puis rapidement les parcourir, les rendre, en demander d'autres etc pendant le peu d'heures d'ouverture de la bibliothèque...
    on ne pouvait pas les emporter chez soi, donc on était obligé de pendre des notes, des notes, des notes...
    non, non, crois-moi, aujourd'hui le travail de recherche est simplifié (le tri, il fallait aussi le faire à l'époque)
    et je ne parle pas encore de la facilité de prise de notes, de leur sauvegarde, de leur réutilisation...

  • J'ai vu un reportage sur cet oiseau fou de bleu et décorateur, c'était fascinant.
    Les études ne sont plus ce qu'elles étaient, j'y pense souvent : de nouveaux outils, des ordinateurs pour suivre les cours, et sans doute, comme l'écrit Walrus, de nouvelles compétences à acquérir pour évaluer la crédibilité des sources.
    Et le traitement de texte pour écrire son mémoire, quel progrès par rapport à la machine à écrire !

  • ah oui, la machine à écrire et les tipp-ex ;-)
    pour la mise en page, la numérotation, les notes en bas de pages, les corrections, les remaniements... c'est tellement plus simple à l'ordi!

  • D'ac, on trouve vite, mais ce qui est présenté n'est pas toujours très exact... N'empêche que c'est un bon outil à condition de faire soi-même le déblayage.

  • Dans le cas de mon mémoire, il s'agissait de la critique théâtrale à l'époque "romantique", donc je devais trouver un maximum de critiques, ce qui serait infiniment plus simple aujourd'hui
    (c'est de cette époque que date ma recette de poulet à la Désiré Nisard ;-))

  • je vois que j'ai déjà parlé de ça en 2010 (je radote) http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2010/08/03/d-comme-desire.html

  • Comme Brigou, je trouve ça merveilleux et magique. Bien sûr, faut faire du tri, mais quel mine.

  • quelle mine, c'est le mot! et tous ces ouvrages qu'on peut lire en ligne! même pas besoin de liseuse :-)

  • bibliothécaire : vieil homme bougon qui semble préférer qu'aucun étudiant ne vienne lui demander de livres.

    C'est la définition parfaite ! (et je n'ajouterai pas : crois-en ma longue expérience !) ;-)

  • il était tellement désagréable qu'on a cessé le lui demander des livres et qu'on a fait avec ce qu'on avait, c'est grave, non?

  • Internet c'est le monde entre les mains...ça donne le tournis, mais on ne peut plus revenir en arrière. Il faut réinventer la façon d'enseigner et d'étudier...
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • tu as vu comme il recycle les bouchons en plastique?
    :-)

  • Oui, oui!
    Qui aurait pu penser que ces bouchons aident à la drague! :-))

  • tu imagines les magazines Home & Décoration, ou les tutoriels DIY auxquels sont abonnés ces jardiniers satinés?
    ;-)
    bises et bonne soirée, bonne nuit!

Écrire un commentaire

Optionnel