• Dernier refuge

    Depuis qu'elle avait trouvé ce travail chez un vieux savant 

    plus rien ne faisait obstacle à sa passion dévorante 

    des livres et de la lecture... 

    lali476.jpg

    Lali 476 et Le Hibou semaine 22 
    thème: obstacle

  • Z comme Zohra

    Zohra est belle sous son voile. Belle et fière, même si elle garde toujours les yeux baissés. 

    Belle, droite, fière, inaccessible Zohra. Elle fait rêver les copains de son frère. Même s'ils n'ont jamais vu ses cheveux. Jamais vu ses jambes nues. 

    Alors ce matin-là, dans la maison de ses parents, j'ai fait celui qui se trompe de porte. 

    Et j'ai vu.

    lakévio4.jpg

    chez Lakévio

  • Y comme Y a de la joie!

    Ce n'était pas la querelle des Anciens et des Modernes, ce n'était pas la Guerre des Roses, ce n'était pas les Leliaards contre les Clauwaards. 

    C'était les Romantiques contre les Comiques. 

    Grand-père chantonnait "ma Tonkiki- ma Tonkiki- ma Tonkinoise", un texte pour lequel Maurice Chevalier se ferait lyncher aujourd'hui. Il donnait de la voix pour dire à la Marquise que "Tout va très bien, tout va très bien". Il esquissait un pas de danse fripon avec Madelon qui vient nous servir à boire et dont on frôle le jupon. 

    Grand-mère préférait les roucoulements de Tino Rossi et ça rendait grand-père assez jaloux. Il s'amusait à ridiculiser le Tino en imitant sa pauvre petite-voix-de-rien-du-tout qui traîne sur les voyelles finales en susurrant  "Marinellaaaa, reste encore dans mes braaaaas..." (1) 

    Puis un refrain inspirait des idées à grand-père, il entourait grand-mère de ses bras, l'arrachait à ses casseroles et la faisait doucement tanguer sur André Claveau, "ne me laisse pas seul sans ton amour". 

    Alors mini-Adrienne était tout heureuse et se disait que si leur idylle avait si bien résisté au temps, c'était peut-être une chose possible pour elle aussi, un jour... 

     miletune.22.png

    Le sujet de Mil-et-une n°22 
    mot imposé: idylle 

    (1) L'estocade serait donnée un jour par petit frère qui en ferait "Marie Thumas, des carottes et des petits pois...". 

  • X c'est l'inconnu

    10
    Pour rafistoler un coeur en détresse
    Il faut plus qu'une petite compresse

    défi 404.jpg

    9
    Pour soutenir un coeur en charpie
    Il ne suffit pas d'une béquille

    défi 404bis.jpg

    8
    Pour soulager le coeur qui pleure
    Il faut plus qu'un antidouleur

    défi 404.5.jpg

    7  
    Si tu as le coeur brisé
    Je te chante du Bizet

    défi 404ter.jpg

    6
    Si tu as le coeur gros
    Je le rends allegro

    défi 404.4.jpg 

    5
    Ton coeur en compote
    Je le retricote

    défi 404.6.jpg

    4
    Coeur qui soupire
    Vois ton empire...

    défi 404.7.jpg

    3
    Coeur en miettes
    Ne t'inquiète

    défi 404.8.jpg


    Coeur d'or
    J'adore

    défi 404.9.jpg

    1
    Le jour n'est pas plus pur que le fond de ton coeur...

    (alexandrin monosyllabique pris chez Racine, Phèdre, acte IV scène 2:
    Hippolyte: Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon coeur)

    ***

    pour le défi du samedi n°404

  • W comme what a relief!

    Le train de l'Adrienne - tout comme celui de Madame - était sur le point de dérailler.

    Avoir les batteries à plat à cinq heures du soir, parfois même déjà à la pause de midi, avoir besoin de dormir le samedi - alors qu'il faudrait faire le ménage, le jardin, les courses, la lessive, l'administration - et stresser tout le dimanche parce que le lendemain, c'est solfège et piano, et qu'on n'a pas trouvé dix minutes pour s'exercer... il y a un moment où il faut admettre que ce n'est pas normal.

    Alors avant que la locomotive rende l'âme et soit juste bonne au rebut, des mesures s'imposaient.

    Taillant dans le vif, l'Adrienne a décidé d'arrêter le piano et Madame, ne voulant pas être en reste, va passer en mode mi-temps.

    On ne verra donc jamais d'oranger sur le sol irlandais ni démolir Pachelbel en "versión muy fácil y corta" tongue-out  

     

  • V comme Vilain

    C'est par hasard que j'ai vu le film "Pas son genre" juste après avoir lu une interview de l'auteur du livre, Philippe Vilain.

    Il est donc bien dommage que ce grand défenseur de l'idéal et du style ait laissé passer un "je me suis dite que...", prononcé nota bene par une prof de philo aux propos par ailleurs hautement érudits.

    Si encore cela avait été le fait d'une pauvre petite coiffeuse arrageoise tongue-out 

    pas son genre.jpg

    source de l'image RTBF 

     

  • U comme urbanités

    - Mais regardez-les! Ces malheureux! Au coude à coude en plein milieu du pont! Où tout le monde peut les voir! 

    - La belle affaire! Depuis le temps qu'elle s'affiche avec lui, vous pensez bien qu'elle est tout à fait compromise!

    - Et elle est encore sortie en cheveux! ça n'a vraiment aucune décence!

    - Lui ne vaut guère mieux... Même pas la politesse d'ôter son chapeau pour parler à une jeune fille... Enfin, quand je dis une jeune fille, je n'en sais trop rien... Je n'en mettrais pas ma main au feu.

    lakévio3.jpg

    Emile Friant chez Lakévio

    - Mais regardez-les! Sont-ils mignons, tous les deux! à se regarder comme ça dans le blanc des yeux...  

    - N'est-ce pas? Depuis le temps qu'on les voit ensemble, ça ne m'étonnerait pas qu'il y ait du mariage dans l'air! 

    - Elle est ravissante, cette petite! et elle a encore oublié son fichu... 

    - Lui ne vaut guère mieux... Tellement ému qu'il n'a pas pensé à ôter son chapeau et à éteindre sa cigarette! Ahlala! jeunesse, jeunesse!

    ***

    un tableau, deux versions

    cool

  • T comme trois impressions

    DSCI2759.JPG

    j'ai l'impression que les touristes ne vont rien comprendre

    DSCI2805.JPG

    j'ai l'impression que les gamins ne pourront pas récupérer leur ballon

    DSCI2786.JPG

    j'ai l'impression que je devrais ranger mon bureau

    tongue-out

    pour le projet du Hibou

    semaine 21: impression

  • Stupeur et tremblements

    J'apprends avec stupeur qu'il est question d’organiser chez nous des élections de "Miss" pour des petites filles de six à dix ans. 

    Cette mode américaine aura mis bien longtemps à nous parvenir - et c'est tant mieux! - mais apparemment quelques esprits troublés voudraient l'importer... 

    Des voix s'élèvent ici et là contre ces pernicieux "concours" et j'en suis bien contente.

    Je tremble pour les petites filles d'ici ou d'ailleurs qui ont ou qui auraient à les subir! 

    miss.jpg

    article et source de la photo: 

    http://weekend.knack.be/lifestyle/radar/schattig-zijn-is-geen-talent/article-opinion-694629.html?utm_source=Newsletter-22/04/2016&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBWEEKNL

  • 22 rencontres (10)

    L'autre samedi, Madame et sa mère se promènent en ville. Elles vont boire un cappuccino et s'acheter deux trois bricoles au petit magasin bio. Elles ont beaucoup de sympathie pour le propriétaire, un gentil convaincu, un charmant passionné, un utopiste qui s'est créé son abbaye de Thélème.

    Surprise: ce jour-là, au lieu du sympathique Arne, c'est un monsieur aux bouclettes et à la moustache grises qui tient le minuscule magasin.  

    - Bonjour monsieur R*!

    Il observe Madame derrière ses lunettes rondes.

    - Vous êtes le papa de L* et E*, je les ai eus en classe de français!

    C'est vrai qu'il y a déjà de nombreuses années mais Madame a gardé d'excellents souvenirs de la fille et du fils de monsieur R*, qui tout à coup se souvient: 

    - Quelle coïncidence! Justement, on parlait de vous, hier soir!

    C'est à des moments comme celui-là que Madame ressent toujours une pointe d'inquiétude: qui sait quelle sorte de souvenir de potache ressort le vendredi soir, des années après, autour de la table familiale des R*?

    Elle va le savoir:

    - Mon fils racontait qu'à une interro il avait écrit exprès d'une façon illisible, parce qu'il ne savait pas l'orthographe exacte, et il avait espéré que ça aurait passé...

    Madame ne sait plus si ça a passé ou pas - elle suppose que non - alors elle répond en souriant:

    - ça, c'est le genre de souvenirs que j'efface tout de suite de ma mémoire cool 

     opening Passage maart (4) - kopie.JPG

  • R comme Robert

    Content de lui. Très content de lui. Une affaire florissante. La petite entreprise en bâtiments, héritée de son père, est devenue une toute grosse boîte, incontournable. Une épouse qui a fait des études, juste ce qu'il faut pour diriger le bureau des comptables et le tout nouveau show-room. Un gros investissement, mais il faut ce qu'il faut, comme il dit toujours.

    Oui, très content de lui. Voilà ce qu'il ressent. Et sa main tâte sa poche pour en sortir le briquet et une cigarette.

    Satisfaite. Très satisfaite d'elle-même. Elle a misé sur le bon cheval, comme dit sa mère. C'est vrai. Robert est un peu rustaud, mais à eux deux ils forment une bonne équipe. Elle ne regrette absolument pas d'avoir arrêté ses études de psychologie pour l'épouser et entrer dans l'affaire de son beau-père. Elle a fait le bon choix.

    Oui, très satisfaite. Voilà ce qu'elle se dit en pensant à sa magnifique propriété avec piscine et écuries, son appartement sur la côte d'Azur et sa villa en Espagne.

    lakévio1.jpg

    Kay Crain

    chez Lakévio

    Trois semaines plus tard, elle meurt dans un accident de voiture.

  • Le bilan du 20

    C'est au printemps que la maison avait la plus fière allure, elle le savait bien. C'est en cette saison qu'elle méritait pleinement son appellation de "Maison jaune", surtout depuis qu'elle avait planté une marée de jonquilles sur le devant, du côté de la rivière.

    C'est au printemps qu'elle faisait son "grand nettoyage" et se débarrassait, année après année, des encombrants. Vu son grand âge, elle estimait que c'était une sage décision: elle préférait décider elle-même de ce qui valait la peine d'être gardé ou jeté. Elle jetait beaucoup. Elle faisait le vide.

    C'est au printemps aussi qu'elle mesurait l'avancée des eaux. Le niveau de la rivière montait et elle ne s'en expliquait pas la cause. Bientôt, le parterre de jonquilles serait complètement marécageux, puis inondé. Tant pis pour les fleurs, même si elles n'étaient pas plantées là depuis très longtemps.

    Elle espérait juste que ça ne ferait pas remonter à la surface le cadavre qui pourrissait sous les bulbes.

    lakévio2.jpg

    William Chadwick 

    chez Lakévio

  • Question existentielle

    "Cette vieille question: 'Qui sommes-nous?', trouve une réponse décevante dans le monde où nous devons vivre. Nous ne sommes, en effet, que les sujets de ce monde prétendument civilisé, où l'intelligence, la bassesse, l'héroïsme, la bêtise, s'accommodant fort bien les uns des autres, sont à tour de rôle d'actualité. Nous sommes les sujets de ce monde incohérent et absurde, où l'on fabrique des armes pour empêcher la guerre, où la science s'applique à détruire, à construire, à tuer, à prolonger la vie des moribonds, où l'activité la plus folle agit à contresens; nous vivons dans un monde où l'on se marie pour de l'argent, où l'on bâtit des palaces qui pourrissent abandonnés devant la mer. Ce monde tient encore debout tant bien que mal, mais on voit déjà briller dans la nuit les signes de sa ruine prochaine.

    Il paraîtra naïf et inutile de redire ces évidences pour ceux qu'elles ne gênent pas et qui profitent tranquillement de cet état de choses. Ceux-là qui vivent de ce désordre aspirent à le consolider et les seuls moyens qui lui soient compatibles étant de nouveaux désordres, ils concourent, en replâtrant le vieil édifice à leur manière dite "réaliste", à précipiter sans le savoir sa chute prochaine."

    ***

    Je lis ce texte et je me demande en quelle année il a été écrit. Je vérifie. En 1938. Bien, on comprend: ça se vérifie, pour l'époque.

    Et pour la nôtre? Pour la nôtre aussi, il me semble.

    Vous voulez savoir qui en est l'auteur? Ou vous préférez deviner?

    tongue-out 

    Je vous mets sur la piste: c'est le début d'une conférence donnée à Anvers le 20 novembre 1938.

    Par René Magritte.

    Oui, oui, celui-là même dont tout le monde connaît la pipe.

    Je vous rajoute un petit paragraphe?

    ***

    "Cependant, il nous faut nous défendre de cette médiocre réalité façonnée par des siècles d'idolâtrie pour l'argent, les races, les patries, les dieux et j'ajouterai d'idolâtrie pour l'art."

    Conférence reprise dans "Les mots et les images", éd. Espace Nord, 2012, p.39.

    histoire,art,actualité,lire,lecture,lecteur

    un Guernica signé par les enfants de l'école primaire
    ne risque pas l'idolâtrie
    tongue-out

  • P comme pommes

    a1000mains4.png

    photo de Plume d'Ambre

    C'était un de ces mercredis qu'il était tout seul dans la maison...

    - Alors il a encore fait une bêtise?

    Alors il a pris quatre belles pommes dans le compotier, les a pelées...

    - Et il s'est coupé? le sang a giclé?

    Il les a coupées en beaux morceaux bien égaux qu'il a mis dans un poêlon avec du beurre et du sucre...

    - Qui a joliment cramé?

    Qui a joliment caramélisé! Et pendant ce temps il a pris de la farine pour faire une pâte...

    - Il a bousillé le mixeur et dégueulassé la cuisine?

    Il a étalé la pâte sur les pommes caramélisées et a mis son plat au four.

    - Où il l'a oublié? Carbonisé?

    Où il l'a laissé dorer une petite demi-heure et quand il l'a sorti...

    - Il s'est brûlé? il l'a laissé tomber par terre?

    Il l'a mis à tiédir sur une grille.

    - Alors le chien l'a mangé?

    Alors sa mère est rentrée et elle s'est écriée "mais tu le fais exprès ou quoi? tu sais bien que je suis au régime!"

    - Je le savais que ça finirait mal, cette histoire!

  • O comme observez!

    C'était il y a bien longtemps, l'Adrienne suivait sa première année de cours d'italien.

    - Quelqu'un sait comment on dit "moustache" en italien? demande la prof.

    L'Adrienne lève la main, toute contente:

    - Mustacchi (1)! fait-elle.

    La prof lève un sourcil étonné:

    - Ah non, dit-elle, non non! Tu confonds avec le mot français...

    - C'est dans Mozart! riposte l'Adrienne. C'est dans "Così fan tutte"!

    - C'est possible, dit la prof un peu sèchement, mais en italien, moustache se dit "baffi".

    Non siate ritrosi, occhietti vezzosi,
    Due lampi amorosi vibrate un po quà.
    Felici rendeteci, amate con noi,
    E noi felicissime faremo anche voi.
    Guardate, toccate, il tutto osservate;
    Siam due cari matti,
    siam forti e ben fatti, 
    E come ognun vede,
    sia merto, sia caso,
    Abbiamo bel piede,
    bell'occhio, bel naso,
    Guardate bel piede, osservate bell'occhio,
    Toccate bel naso, il tutto osservate:
    E questi mustacchi chiamare si possono
    Trionfi degli uomini, pennacchi d'amor,
    Trionfi, pennacchi, mustacchi!

    (1) se prononce comme Moustaki, sauf pour l'accent tonique, évidemment  wink 

    ***

    semaine 20 chez Le Hibou

    thème: moustache

  • N comme nourricière

    J'ai retrouvé dernièrement une recette de "crème de semoule aux raisins de Corinthe" qui ne pouvait évidemment que me rappeler ma grand-mère Adrienne et une de ses fameuses tartes réservées aux festivités de la kermesse d'été.

    Grand-mère Adrienne n'avait pas de balance fort précise et de toute façon, ses recettes étaient ajustées au goût (je rajouterais bien un peu de sucre? est-ce qu'il ne faudrait pas mettre un peu plus de sel?), à la vue (la sauce est un peu liquide? ou au contraire pas assez fluide? on rajoute ce qu'il faut pour atteindre la consistance souhaitée) et au toucher (la pâte est-elle assez souple? la cuisson est-elle parfaite?).

    Bref, au pif cool 

    Même les recettes que je lui ai vu faire, que j'ai réalisées avec elle, il m'est impossible de les recréer parfaitement: je n'ai plus la même bière pour cuire le lapin, je n'ai pas sa grande casserole en fer blanc légèrement cabossé, il y a toujours un je-ne-sais-quoi pour rendre le résultat final différent. Même sans nostalgie ni paradis perdu.

    Alors en lisant cette petite phrase chez Erri De Luca, je ne pouvais qu'être totalement d'accord: "il lutto si sconta a tavola, invece che al cimitero": le deuil se ressent beaucoup plus à table qu'au cimetière.

    erri de luca.jpg

    source: Feltrinelli 
    il existe une version traduite chez Gallimard:
    'Le plus et le moins'

  • M comme merci!

    De retour en classe, jeudi dernier, après un voyage de quatre jours à Paris, les élèves de Première font le bilan.

    Ceux qui ont - comme Madame les y avait encouragés - osé s'adresser en français à quelques autochtones, que ce soit lors d'un trajet en métro, dans un bar ou un resto, ont reçu trop souvent la réaction suivante:

    - Vous êtes Belges? Vous êtes de Molenbeek?

    Ainsi que quelques rires gras.

    Paris 2012 039 - kopie.JPG

     

  • L comme Lakévio

    lakévio.jpg

    chaque semaine, un tableau chez Lakévio

  • K comme Kjell Westö

    "Je parle le finnois couramment et je suis tout à fait bilingue depuis l'âge de 10-12 ans. Je suis un funambule culturel et linguistique. Parler ces deux langues a toujours fait partie de mon identité."

    Kjell Westö, en conversation avec Geert van Istendael à Passa Porta, le 7 août 2008, in Les présents de l'écriture, éd. Passa Porta, 2015, p.231.

    Kjell_Westö.jpg

    source de la photo

    et pour en savoir autant sur lui que Wikipedia 

    cool 

    funambule culturel et linguistique?

    l'image me plaît!

  • J comme Jourdain

    On m'écrit qu'il a besoin de moi. Que 600 familles ont besoin de moi, besoin de nous. Pour leur survie.

    600 familles de petits agriculteurs à qui on a interdit l'accès à leurs propres terres. Alors aujourd'hui ils essaient de survivre grâce au seul élevage de moutons.

    Mais sans l'accès à leurs terres, ils sont obligés d'acheter du fourrage. C'est cher.

    Obligés de garder leurs animaux confinés dans de trop petits espaces. Ce qui cause des maladies. Des fausses couches chez les brebis. Il faut des vaccins et des soins vétérinaires. C'est cher aussi. 

    Je crois bien que ce qui se passe là-bas, envers et contre tous les accords internationaux, c'est ce qui me fâche le plus au monde.

    Et me fait honte.

    11.11.11.png

    Destruction par l’armée israélienne du réseau de transport électrique financé par la Belgique dans le village palestinien de Khirbet al Tawil en Cisjordanie, dans la région de Naplouse (2014)

    source et article de presse: ONG 11.11.11 http://www.cncd.be/Destructions-israeliennes-de-biens

  • I comme ineffable affabilité

    Quand on voyage en Finlande, on a l'impression d'être dans un pays véritablement bilingue: l'étiquetage dans les supermarchés, par exemple, est en finnois et en suédois. Le nom des rues aussi et si vous écrivez à vos amis finlandais, votre lettre arrivera sans encombres, que vous ayez opté pour l'adresse en finnois (katu) ou en suédois (gatan).

    Vous ne manquez pas de trouver ça admirable.

    Puis vous apprenez que les "suédophones" de Finlande ne forment qu'une toute petite minorité d'à peine 6% et vous admirez encore plus, que pour une tranche aussi infime de la population, on fasse de tels coûts et de tels efforts d'affabilité.

    Enfin, votre admiration devient émerveillement quand vous lisez l'histoire de ce pays: quoi, nul ressentiment envers celui qui a toujours été l'envahisseur? le "colonisateur"? nul rejet de la langue "de l'ennemi"?

    Finland Lempisaari Naantali.jpg

    source wikipedia 

    merci à Ralf et Pirkko
    qui m'ont fait découvrir leur pays aux mille lacs
    "et aux millions de moustiques"

    cool

     

  • H comme horrible

    lalicorne17.3.jpg

    De l'horrible danger de la lecture...

    ***

    jeu 17 chez La Licorne

    (le texte illustrant une photo choisie
    doit comporter un titre célèbre)

    et

    semaine 19 chez Le Hibou

    (thème doublement illustré:
    monument de pierre et monument littéraire)

    ***

    et pour ceux qui voudraient relire ce toujours fringant Voltaire...

  • G comme génome

    C'est le gros titre d'un article du Daily Mail de lundi dernier:

    "The founding fathers of Europe: DNA reveals all Europeans are related to a group that lived around Belgium 35 000 years ago."

    On croirait à un "poisson d'avril belge" mais voici le résumé de l'article de Nature, tout ce qu'il y a de plus sérieux:

    L'humain moderne est arrivé en Europe il y a environ 45000 ans mais on sait peu de choses sur lui, génétiquement, avant qu'il devienne cultivateur, il y a 8500 ans. Ici nous analysons le génome de 51 Eurasiens d'il y a entre 45000 et 7000 ans. 

    Tous les individus d'il y a 37000 à 14000 ans sont issus d'une même population du nord-ouest de l'Europe qui est à l'origine des Européens d'aujourd'hui.

    Etc.

    Et plus loin (p.4) on peut lire que ce nord-ouest de l'Europe, c'est nous: "Among the newly reported individuals, GoyetQ116-1 from present-day Belgium is the oldest at ~35,000 years ago. This individual is  similar to the ~37,000-year-old Kostenki14 and all later individuals in that it shares more alleles with present-day Europeans (for example, French) than with east Asians (for example, Han)." 

    Je suis perplexe...

    Voilà qui m'apporte plus de questions que de réponses.

    histoire,belge,belgique,actualite

    merci à Rafaël pour ce dessin

  • F comme fleurette

    Il n'avait pas eu besoin d'entendre la chanson de Pierre Perret pour en avoir l'idée: chaque fois qu'il avait fait une bêtise - déchiré sa chemise aux barbelés, troué son pantalon en faisant du toboggan sur des troncs râpeux, perdu une chaussure dans la boue du ruisseau - il revenait une petite fleur à la main.

    Avec la manie de sa mère, ça ne ratait jamais: elle oubliait de gronder pour donner une leçon de botanique:

    - Oh! s'écria-t-elle ce jour-là, quelle jolie pulmonaire!

    Il était temps qu'il grandisse: bientôt il aurait épuisé toute la flore locale.

    àmillemains3.png

    https://amillemains.wordpress.com/2016/04/01/atelier-n3/#comment-765

  • 7 d'un coup

    Ce n'est qu'au moment où elle est définitivement installée dans l'avion et qu'il a pris son envol dans le bleu du ciel, que cessent les tremblements nerveux de ses mains, cette peur qui lui colle au ventre et qui la fait sursauter à la vue de l'étoile d'argent sur un uniforme militaire.

    C'est fini, c'est fini, ce cauchemar est terminé. Demain elle reverra Muanza.

    *** 

    Un vertige la saisit et elle se rend compte qu'elle n'a plus rien mangé depuis la veille. Elle a la gorge sèche. Oserait-elle demander un verre d'eau à l'hôtesse? Elle a peur de déranger la femme en vert assise à côté d'elle, qui lui a déjà jeté des regards méchants quand elle a dû se relever pour la laisser s'installer.

    Rosemund inspire profondément l'air un peu trop frais de la cabine. Est-ce possible de se sentir à la fois si vulnérable et si téméraire? Elle en est encore toute bouleversée, de cet adieu aux lisières ghanéennes qu'elle croit définitif.

    ***

    Finalement encore une petite participation aux plumes d'Asphodèle

    asphodèle.jpg

    en rouge les 7 mots utilisés dans le premier paragraphe
    en vert les 7 mots utilisés dans le second

    Bleu, cauchemar, vertige, avion, tremblement, sursauter, vulnérable, coller, ventre, eau, téméraire, inspirer, méchant bouleverser.

    et les 3 titres imposés:

    L’adieu aux lisières (Guy Goffette) L’étoile d’argent (Jeannette Walls) La femme en vert (Arnaldur Indridason).

  • E comme e-mail

    Ce sont 272 millions de mots de passe qui ont été "volés" par des hackers russes: 57 millions appartiennent à des adresses mail russes mais 40 millions sont des adresses Yahoo, 33 millions Hotmail et 24 millions gmail, selon les spécialistes de Hold Security.

    Comment s'y prend-on pour se les approprier? Quel usage compte-t-on en faire? et bien d'autres questions pourraient être posées autour de la sécurité de nos données...

    Un seul conseil de la part du "spécialiste" Alex Holden: changer votre mot de passe. Surtout si vous l'avez utilisé pour d'autres choses encore. J'aurais pu vous le donner moi aussi, ce conseil-là tongue-out.

    Car bien sûr, vu le nombre d'activités pour lesquelles on a besoin de se fabriquer un mot de passe, on finit souvent par avoir recours au même. Je me suis beaucoup compliqué la vie avec mes différentes versions, les plus anciennes où 4 lettres (ou chiffres) suffisaient, puis cinq, six et enfin huit signes.

    Chez Microsoft, on a réagi laconiquement en disant que "dergelijke diefstallen nu eenmaal een onaangename realiteit zijn" (de tels vols sont une désagréable réalité) alors que "Yahoo en google weigerden commentaar" (Yahoo et google ont refusé de commenter) conclut De Standaard d'hier matin.

    Refuser de commenter, voilà bien le comble, quand on s'appelle Yahoo ou gmail tongue-out

     actualité,les joies d'internet

    source de la photo météo du vendredi 5 mai

    Mais qu'importent tous les problèmes du monde, aujourd'hui nos contrées sont les plus chaudes d'Europe et ça rend mes copines très heureuses. Il n'est plus question que de soleil, de bronzette et de soirées barbecues

    cool

  • D comme déclaration

    Inopia 

      Fernando del Paso

    He despilfarrado el arcoíris.
    Las golondrinas que tenía destinadas a varios poemas
    están en números rojos.
    Mi cuenta de atardeceres está congelada.
    Le debo al fisco tres mil quinientas mariposas.
     
    INDIGENCE

                  Fernando del Paso

    J'ai gaspillé l'arc en ciel.
    Les hirondelles que j'avais destinées à divers poèmes
    sont dans le rouge.
    Mon compte de crépuscules est congelé.
    Je dois au fisc trois mille cinq cent papillons.
     
    BEHOEFTIGHEID
     
    Fernando del Paso
     
    Ik heb de regenboog verkwist.
    De zwaluwen die bestemd waren voor verscheidene gedichten
    staan rood.
    Mijn bedrag zonsondergangen is bevroren.
    Ik moet de fiscus nog drie duizend vijfhonderd vlinders.  
    (traduction de l'Adrienne)
     
    Tout ça pour vous dire que l'Adrienne trouve toujours de nouvelles raisons de stresser: en ce moment, c'est l'idée qu'elle devrait se mettre à sa déclaration d'impôts tongue-out
     poème, espagnol, traduction

    signe extérieur de richesse

  • C comme conversation

    - Et toi? pas de nouvelles? tu n'as rien à me raconter?

    - Ben si... mon ordinateur a rendu l'âme...

    Ici, vous pensez à quelques réactions possibles, par exemple:

    - Ah bon! depuis quand?

    - Et qu'est-ce que tu vas faire?

    - Tu crois que tu pourras le faire réparer?

    - ...

    Vous pensez même à celle-là, qui pourtant est de l'ordre de l'improbable:  

    - Si tu veux, tu peux utiliser le mien...

    Rien de tout cela:

    - Ah oui? c'est arrivé il n'y a pas longtemps à B*** aussi, alors un de ses copains - tu le sais, il a un tas de copains - un de ses copains lui a dit de chercher "Au bon coin" (et patati et patata, toute l'histoire de l'ordi de mon frère, depuis la panne jusqu'à l'achat du nouvel appareil, plus quelques incises et parenthèses)

    ***

    Le comble, c'est qu'à la première occasion
    - c'est-à-dire au moins une fois par semaine -
    elle me dit:

    "Toi, tu ne me racontes jamais rien!"

     

    vive la famille

    septembre 2013

    une des premières choses qu'on a déménagées: 
    la table de camping et l'ordi

     

  • B comme bilingue

    La journaliste demande à Jorge Semprun:

    - Vous parvenez à être à la fois dans l'écriture et dans la pensée, parfois en espagnol puis en français?

    - Oui, mais quand on est bilingue, on est schizophrène - quand on est vraiment bilingue.

    Entretien avec Françoise Wolff à Passa Porta, le 17 mai 2010, in Les présents de l'écriture, éd. Les impressions nouvelles/Passa Porta, 2015, p.219

    Bon, on comprend qu'il utilise "schizophrénie" dans le sens "double personnalité", ce qui est un cliché fort répandu à propos du bilinguisme.

    Mais on comprend ce qu'il veut dire: chacune de nos deux langues appartient à une culture, qui a ses codes, ses références, ses champs sémantiques qui ne se recoupent pas parfaitement... et comme bilingue on passe aisément de l'un à l'autre.

    Par exemple, un collègue qui a épousé une Italienne me racontait que sa fille, parfaite bilingue néerlandais-italien, utilise automatiquement toute la "gestuelle italienne" quand elle parle italien, ce qu'elle ne fait évidemment pas quand elle parle le néerlandais.

    Et oui, on pense dans les deux langues, tantôt l'une, tantôt l'autre... ça dépend à qui ou à quoi on pense tongue-out 

    mythes-et-idées-reçues-sur-le-bilinguisme.jpg

    source de l'image:
    http://www.bilinguisme-conseil.com/actualit%C3%A9s/

     

  • Adrienne gratte

    L'Adrienne est têtue, c'est là son moindre défaut.

    Il y a deux ans, elle a acquis une maison que les propriétaires précédents avaient entièrement peinte en beige. A l'extérieur comme à l'intérieur: cuisine beige, des murs au plafond, et vinyl beige cachant le carrelage, salon beige avec moquette beige, bureau beige, couloir beige, portes beige...

    Depuis deux ans, l'Adrienne s'acharne à gratter pour retrouver le bleu des faïences:

    augustus 2013 (8) - kopie.JPG

    la situation en août 2013

     augustus 2013 (7) - kopie.JPG

    c'est à peine mieux aujourd'hui: la peinture est tenace

    juni 2013 (16) - kopie.JPG

    sous la moquette, la plage

    cool

    pour le projet Hibou

     https://hibou756.wordpress.com/portfolio/52hibou-2016-suj...

     thème 18 - peinture