Stupeur et tremblements

Stupeur en découvrant hier midi un des titres de l'actualité du jour: suite au Brexit, de nombreux sujets de sa majesté Elisabeth II veulent obtenir la nationalité belge. 

Meer en meer Britten willen Belg worden 

L'article est en néerlandais mais les chiffres sont clairs. Ils concernent les demandes d'informations sur les conditions de l'obtention et les premières ouvertures de dossiers. 

C'est là où le bât blesse: les conditions sont assez sévères. Il y en a trois: habiter en Belgique depuis au moins cinq ans, y avoir un travail et parler une de nos langues nationales. 

Or, l'anglais n'en fait pas partie tongue-out 

Lyon 2016 (217).JPG

photo prise le 17 juillet à Lyon au Musée de l'Imprimerie: 
affiche de Pierre Di Sciullo

Commentaires

  • Pas encore, mais qui sait ? ;)

  • en Flandre c'est quasiment chose faite ;-)

  • Certains Britanniques vivent ici depuis longtemps. Ils connaissent peut-être assez de français ou de néerlandais pour s'en sortir...

  • je ne peux que l'espérer pour eux :-)

  • Il y a plus de Britanniques qui parlent Français que nous le pensons. Généralement, ils ne le font pas, mais ils peuvent :o)

  • ce ne serait que logique qu'ils connaissent la langue du pays où ils habitent, mais les Britanniques qui vivent une retraite heureuse dans leur villa andalouse ne parlent généralement pas un mot d'espagnol (je me demande si ceux-là aussi ont envie de changer de nationalité ;-))

  • Je parlais des Britanniques en général (enfin, de ceux qui ont fréquenté au moins l'enseignement secondaire). Mon ami Dave "Brandy" Cummerson maîtrisait très bien le français et il habitait Liverpool. Beaucoup l'ont appris mais manquent de pratique.

  • Qu'est-ce que ça va être si jamais, par le plus grand des malheurs, Donald Trump est élu président des Etats-Unis??? :-)

    Biz,
    lulu

  • je ne lis rien de très bon venant de ce côté-là, sur aucun des deux candidats

  • Il me semble que les Anglais sont plus prompts à parler le français que les Américains qui ne fréquentent, à Bruxelles, que leurs cafés américains, leur propre super marché et leurs clubs fermés. Ils partent de chez nous sans rien savoir... et puis expliquent chez eux comment est la vie en Belgique :)

  • je suis mauvais juge, aucun des Britanniques rencontrés jusqu'à présent ne prétendait parler un mot de français (ce que j'appelle parler, donc un peu plus qu'un bonjour-merci-au revoir)

  • at Mrs. Adrienne: did you hear Christopher Froome this afternoon? According to me, he said much more than: "hello", "thank you", "see you soon"...

  • non je ne regarde pas ces émissions ;-)
    je crois que les cyclistes professionnels forment une catégorie exceptionnelle de ce point de vue-là (je me souviens comme nous admirions ces fils de paysans flamands qui s'expliquaient au micro des chaînes françaises)

  • A Bruxelles, l'anglais a déjà droit de cité au côté de nos langues nationales (quand il ne les remplace pas).
    Pour ma part, je m'attends aussi à des demandes de nationalité belge de certains sujets du Bosphore.

  • les seuls Turcs que je connaisse sont très nationalistes (j'en ai parmi mes élèves), ils tiennent à leur nationalité

  • Pour moi cette nouvelle date d'il y a au moins une semaine : j'ai vu les chiffres pour la région de Bruxelles :: finalement bien moins qu'on ne le pense.

  • ça peut vous sembler peu, mais si sur les 1535 Britanniques en si peu de temps il y en a déjà 140 qui sont allés s'informer sur les conditions d'un changement de nationalité, et qu'il s'en ajoute encore chaque semaine, ça me semble énorme: quitter sa nationalité n'est pas une chose anodine, je trouve

  • C'est depuis qu'il y a de nouveau un magasin Marks and Spencer à Bruxelles... Je n'avais pas trop envie qu'ils quittent l'Europe moi, les Anglais...

  • je ne sais pas trop que penser de tout ça...

  • Les quelques amis et connaissances anglaises que je côtoie sont tous catastrophés par le brexit, même si cela ne devrait pas changer leurs conditions de séjour ou de travail ici puisque nous ne sommes pas non plus dans l'union européenne.
    J'ai lu que beaucoup de Britanniques se tournaient aussi vers l'Irlande pour obtenir le passeport européen...

  • oui, j'ai lu ça aussi, ça me semble plus évident que de devenir Belge ;-)

  • D'un point de vue linguistique, sans aucun doute !
    Mais ils ont aussi une longue histoire de frères/sœurs ennemis !

  • je sais, mais dans ce passé-là, c'est l'Irlande qui a souffert

Les commentaires sont fermés.