7 fois Emile (5)

Emile VERHAEREN_la lecture.jpg

Emile Verhaeren, extrait du tableau de Theo Van Rysselberghe, La lecture (1903), date à laquelle notre Emile est l'heureux époux de Marthe depuis 12 ans. 
Tableau à voir au musée de Gand (MSK) 

Voici quinze ans déjà que nous pensons d'accord

Voici quinze ans déjà que nous pensons d'accord ;
Que notre ardeur claire et belle vainc l'habitude,
Mégère à lourde voix, dont les lentes mains rudes
Usent l'amour le plus tenace et le plus fort. 

Je te regarde, et tous les jours je te découvre, 
Tant est intime ou ta douceur ou ta fierté : 
Le temps, certe, obscurcit les yeux de ta beauté, 
Mais exalte ton cœur dont le fond d'or s'entr'ouvre. 

Tu te laisses naïvement approfondir,
Et ton âme, toujours, paraît fraîche et nouvelle ;
Les mâts au clair, comme une ardente caravelle,
Notre bonheur parcourt les mers de nos désirs. 

C'est en nous seuls que nous ancrons notre croyance,
A la franchise nue et la simple bonté ;
Nous agissons et nous vivons dans la clarté
D'une joyeuse et translucide confiance.

Ta force est d'être frêle et pure infiniment ;
De traverser, le cœur en feu, tous chemins sombres,
Et d'avoir conservé, malgré la brume ou l'ombre,
Tous les rayons de l'aube en ton âme d'enfant. 

in Les heures d'après midi (1905)

Commentaires

  • de très jolis mots d'amour :-)

  • merci d'être passée aman bou!

  • Le poème est superbe...

    ...Mais la moustache fiche tout par terre !

    OK, je sors continuer ma thèse sur "L'influence du port de la moustache sur l'oeuvre de Nietzsche, Proust, Dali, Staline et Hitler".

  • je préfère celle de Maupassant :-)

  • Ces "heures d'après midi" m'en rappellent d'autres bien des décennies en arrière...Petite classe assoupie et studieuse, ciel bleu et fleurs qui bourgeonnent en même temps que nos envies!

  • chaud devant, Alezandro ;-)

  • Qu'il est beau ce poème !
    J'ai essayé de retrouver quel poème d'Emile Verhaeren je connaissais. J'ai fait une recherche sur Internet. Décembre...
    "Ouvrez, les gens, ouvrez la porte,
    je frappe au seuil et à l’auvent,
    ouvrez, les gens, je suis le vent,
    qui s’habille de feuilles mortes."

  • je me demande si les enfants d'aujourd'hui apprennent encore des poèmes par coeur... peu, il me semble

  • Mention spéciale pour le dernier paragraphe...tellement merveilleux !
    Merci Adrienne pour ce moment de pur amour.
    Ta force est d'être frêle et pure infiniment ;
    De traverser, le cœur en feu, tous chemins sombres,
    Et d'avoir conservé, malgré la brume ou l'ombre,
    Tous les rayons de l'aube en ton âme d'enfant.

    C'est bô !
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • d'accord avec toi, la dernière strophe renferme la plus belle déclaration d'amour!

  • Je n'ai jamais été très poësie, je suis trop terre à terre pour cela, mais j'ai aimé Verhaeren que l'on apprenait quand j'étais à l'école, j'aime aussi beaucoup Théo Van Rysselberghe.

  • oh oui moi aussi j'aime beaucoup Theo Van Rysselberghe!
    bises, Mamou, bon week-end!

Écrire un commentaire

Optionnel