Questions existentielles

Refuse-t-on une offre de livre de la part de Masse Critique? 

Non, bien sûr, surtout si au nom de l'auteur (qui nous est inconnu) se trouve accolé celui de Philippe Grimbert (qu'on aime beaucoup depuis 2004 et Un Secret, qu'on fait lire à ses élèves) 

A-t-on le droit de ne pas être enthousiaste à 100% à propos d'un livre offert? 

Voilà qui va se vérifier tout de suite tongue-out

lire,lecture,lecteur

C'est une lecture que j'ai entamée dès la réception de l'ouvrage et que j'ai poursuivie à un bon rythme, aux dépens de mes heures de sommeil. Ça veut donc dire qu'on y trouve un certain intérêt. 

Mais en même temps, cet intérêt se double très vite d'un malaise. D'un double malaise. 

D'abord, on se sent voyeur. Complètement voyeur. Car même si c'est raconté en termes choisis, avec respect, avec pudeur, on a ici un homme qui dévoile tout son être et ses blessures intimes, toute sa vie même ainsi que l'intimité de son père et de sa mère. 

Ensuite, on se sent agacé. On ne peut s'empêcher de voir en lui un gosse de riche (de très riche, il le souligne à plusieurs reprises, très fortuné et privilégié socialement) qui a beaucoup de temps et d'argent à consacrer à "sa névrose", comme il l'appelle: une quinzaine d'années de séances hebdomadaires de psychothérapie chez trois thérapeutes successifs - dont le dernier est Philippe Grimbert, qui s'immisce dans le récit en le ponctuant ici et là de quelques réflexions sur le chemin parcouru. 

Pourtant, on poursuit sa lecture. C'est qu'on y trouve aussi quelques échos à sa propre vie, ou à sa propre névrose, s'il est vrai que chacun a la sienne. Point sur lequel je ne me prononcerai pas tongue-out

Bref, ça se lit facilement et chacun y trouvera assurément son grain à moudre. Mais j'en reviens à mon double malaise: j'ai l'impression que ce livre fait partie de la thérapie et qu'il aurait dû rester dans le tiroir du bureau de son auteur. 

 

Commentaires

  • Bonjour Adrienne, je ne connais pas l'auteur mais sans doute ce genre d'auto-thérapie devrait-il s'annoncer sur la couverture du livre!
    Bon dimanche, un beso.

  • l'édition définitive mentionnera sûrement cette démarche en 4e de couverture (du moins je le suppose)

  • Bon, s'il fait avancer la problématique du lecteur, c'est bon à prendre ;)

  • le passage que j'y ai reconnu pour ma propre vie, c'est celui du choix des prénoms (si on choisit d'en donner un en souvenir de tel ou tel disparu)

  • Aller voir un psychanalyste est "tendance".

  • mais 15 ans!
    et de façon hebdomadaire (ou même plus, au début) et à 80 euro la séance
    (il mentionne ce prix quelque part dans le livre, je ne sais pas si c'est un prix fixe ni si c'est pareil en Belgique mais ça fait un gros paquet)

  • Bah, de mon temps c'était l'analyse et la Gestalt-thérapie qui étaient "classe".
    Jamais pratiqué, bien sûr : je ne suis pas classe ! :o)

  • je vais devoir faire une recherche ;-)
    la dernière partie du livre est consacrée à une autre forme de thérapie qu'il a suivie et qui est apparemment à la mode en ce moment, l'EMDR
    (je n'ai pas encore cherché non plus ce que c'est)

  • EMDR ! je ne me souviens plus de la signification je sais juste que cela concerne le mouvement des yeux. LA Thérapeute qui nous l'a vanté était si enjôleuse ( aguicheuse et antipathique ) que je n'irai pas plus loin dans l'expérimentation. Je préfère garder mes euros pour me faire vraiment du bien ;-)

  • oui! pour 52x80 € économisés par an, on see fera une merveilleuse croisière :-)

  • Pour le E, je ne sais pas, mais pour MDR j'imagine que c'est la signification classique :o) (MDR)

  • la thérapie par le rire, ça me plaît :-)

  • Je confirme ! EMDR c'est Ecrivain Mort De Rire ! Il fait sa thérapie sur le papier et ce sont les lecteurs qui le paient !
    C'est drôle, non ? ;-)

  • c'est un drôle de don, le sens du commerce :-)

  • Comme quoi, une fois de plus, on peut constater que l'argent ne fait pas nécessairement le bonheur... :-)

    Bon dimanche, Adrienne!

    Biz,
    lulu

  • non, mais être "très à l'aise" comme il dit lui a enlevé bien des soucis matériels et permis de se livrer à des tas de thérapies (il ne crache pas dans la soupe ;-))

  • C'est ce qui est fascinant dans certains livres...Ils nous attirent et nous repoussent à la fois, et on continue jusqu'au bout....
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • ça doit être le voyeurisme ;-)

  • Et toujours elle écrivait - une psychose, ça ? Bon dimanche, Adrienne.

  • le titre est un peu racoleur, je trouve...
    il le dit à propos de sa mère, qui le prévenait avant ses départs en vacances qu'elle ne lui écrirait pas mais qui lui écrivait toujours :-)
    (il s'agit du rapport à l'écriture, se sentir bloqué pour une raison ou une autre face à l'acte d'écrire)

  • C'est curieux ça, parce qu'une psychose, c'est quand même différent des bonnes vieilles névroses qu'on balade un peu partout... Et ça ne se règle pas seulement avec une thérapie ou un bouquin... Je suis aussi sceptique quant aux thérapies réflexologiques, EMDR (ou autre), kinésiologiques... Je crois plutôt à la parole, oui, mais dans le dialogue... Et à des techniques de relaxation en cas de stress......... J'ai un ami qui est très versé aussi en cohérence cardiaque (célestine en a parlé dans un article),
    mais ça ne fait pas un bon bouquin avec une préface de Philippe Grimbert, évidemment...

  • entièrement d'accord avec toi en ce qui concerne l'utilisation du mot "psychose"!

  • EMDR, c'est très efficace pour les gens traumatisés par un accident. L'idée est la suivante : lorsque tu parles d'une chose passée, gaie ou triste, tu en parles avec détachement. Une chose triste ne te fait pas rire, mais pas pleurer non plus.
    Le traumatisé, malgré le temps qui passe, vit toujours avec intensité ce moment fort. Par ailleurs ça l'empêche de vivre sereinement. Le but de la thérapie est de faire en sorte que ce souvenir prenne la place des autres, sa place en quelque sorte.
    Pour cela, le thérapeute fait parler du fait, et en même temps, il fait travailler le cerveau droit et gauche à des rythmes spéciaux (soit par mouvement des yeux, c'est l'origine du EMDR, soit par des sons passés dans un casque, soit par des vibrations données aux mains par des bâtons, soit encore par des touchers à droite et à gauche).
    C'est extrêmement efficace, encore faut-il en avoir besoin.
    Et comme toujours il faut un thérapeute sérieusement formé.
    http://www.emdr-schweiz.ch/description.html

  • merci pour tes explications, Alphonsine, elles sont claires :-)
    (il me semble que chacun de nous a de ces "souvenirs" qui continuent de faire mal...)

  • Le pire, c'est que je ne l'ai pas reçu : je l'ai acheté ! La honte ! :o)

  • c'est l'émotion qui t'a fait te tromper d'étage (ah Marcel quand tu nous tiens :-))

  • A-t-on le droit de ne pas être enthousiaste à 100% à propos d'un livre offert ?

    Oui. Demande à l'oncle Walrus s'il est enthousiaste à 100% sur son intégrale de Proust ! ;-)

    Le lecteur a tous les droits ! (Pennac ?)

    Ah, tiens, j'ai encore perdu cinq minutes grâce à toi ! Je ne t'en veux pas, j'ai trouvé ça qui m'a bien plu : http://www.action-suspense.com/les-droits-du-lecteurs-parlons-en

  • LOL le droit de jeter un livre par la fenêtre, je risquerais de faire mal à un passant ;-)
    merci pour le lien!
    (si Walrus le jette par la fenêtre, son chien le lui rapportera, ça ne l'avancera pas non plus ;-))

  • J'ai trouvé une meilleure solution : je l'ai prêté à mon beau-fils. Si j'attends qu'il l'ait terminé, il est pas près de me le rendre ! :o)

  • cet exemplaire est déjà fort chargé d'histoire :-)

  • Je ne connais pas ceux dont tu parles mais je sais que j' m'accorde le droit de ne pas être enthousiaste à 100% à propos d'un livre offert !

  • après, on peut aussi discuter du pourcentage ;-)

  • Je veux bien recevoir des livres mais pas devoir en faire la critique !
    (quoi, c'est pas ce qui est prévu ?)

  • ça s'appelle donnant-donnant :-)
    (un jour que j'ai fait une critique négative - polie, respectueuse, mais négative - j'ai reçu des mails virulents de la part de l'auteur, ça rend prudent!)

  • En tout cas, c'est émouvant un livre qui n'est pas encore terminé, avec ce petit bandeau "épreuves non corrigées"

  • oui n'est-ce pas :-)
    et en plus, on n'a pas le droit de critiquer les fautes d'orthographe ou les redites, puisque peut-être elles seront enlevées dans l'édition définitive ;-)

  • Jamais, au grand jamais, le moindre éditeur ne m'a proposé de m'envoyer un livre.... Ca alors....

  • quand on me le propose, c'est pour un auteur "inconnu", pas pour les bouquins qui se vendent tout seuls ;-)
    (c'est pour ça que je me demande si j'ai le droit de critiquer... mais ma "crédibilité" est à ce prix ;-))

Les commentaires sont fermés.