T comme théâtre

Voilà, c'est fait. 

Des mois de préparations, de mises au point, de répétitions... et puis en un week-end, c'est passé, envolé: trois représentations pour montrer au public ce en quoi on a investi tout son temps libre - ou presque - depuis septembre dernier. 

prof,école,élèves

une partie de la troupe, quelques heures avant la première: "chill!" 

Un gros stress, beaucoup d'adrénaline et d'émotions fortes. 

Et une grande fierté.

Commentaires

  • "C'est passé, envolé".
    Reste les souvenirs.
    ;-)

  • c'est vrai, reste l'expérience :-)
    (et quelques photos ;-))

  • Oui, reste l'expérience et restent les souvenirs.
    ;-)

  • c'est pour ça que je suis toujours très contente de voir que des élèves timides ou peu sûrs d'eux se lancent aussi dans l'expérience :-)
    je sais que ça va leur faire un bien fou!

  • C'est vrai que l'énorme travail semble effacé, mais c'est là tout l'art de l'art...
    Garder la fierté, les rires, le succès!

    Je me souviens d'un spectacle de marionnettes monté avec une douzaines d'adolescents; ils avaient voulu réaliser eux-mêmes les poupées, écrire le texte, coudre le rideau...souvenirs de sueurs tout à fait anormales;-)))

  • oui on dirait bien que le contentement est en rapport avec le stress qu'on a eu avant ;-)

  • Montage d'une représentation théâtrale ou quoi que ce soit d'autre, chez les scouts, nous appelions ça la pédagogie du projet.
    On peut tout demander aux jeunes, suffit d'une petite étincelle pour qu'ils s'impliquent et c'est parti ! Vous pouvez leur faire confiance, vous devez leur faire confiance !

  • oui bien sûr!
    s'il n'y a pas cette confiance, ce n'est même pas la peine d'y commencer ;-)
    (ni de faire ce métier, d'ailleurs)

  • C'est vrai qu'on n'est pas fier quand on monte sur une scène mais qu'on l'est un peu plus quand on en sort !

    Je préfère quand même faire l'auteur ou le metteur en scène mais mes troupes sont minces : je ne connais plus que deux fous et ce sont eux qui pilotent l'avion ! Prochaines prestations samedi dans la rue et mercredi 1er mars sur scène. Mais c'est tellement peu sérieux et tellement "en complicité" que le stress disparaît (un peu) à force !

    Bravo à tes troupes !

  • comme tu dis, "C'est vrai qu'on n'est pas fier quand on monte sur une scène mais qu'on l'est un peu plus quand on en sort !" c'est exactement ça!
    Alors bonne fierté samedi et mercredi prochains!

  • Je ressens encore physiquement ce mélange d'épuisement et de fierté...
    Un des (très) bon côtés de notre métier...
    bravo pour ton engagement, Adrienne.
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • oh non mon engagement est tout petit petit, je suis là, c'est tout, je ne suis pas le metteur en scène ;-)

  • je ne suis pas méritante, juste présente, sympathisante, on va dire :-) parce que je pense que c'est bon que l'école donne l'occasion de montrer d'autres talents qu'uniquement ceux des apprentissages de matières scolaires

  • Bravo ! Bien sûr, les cours sont essentiels, mais quand je revois des anciennes élèves, elles me parlent souvent des activités en dehors qui les ont marquées : voyages, spectacles, réalisations... Bref, de tout ce qui sort de l'horaire des profs au sens strict, qu'on se le dise ;-)

  • c'est vrai, et c'est valable pour nos propres souvenirs d'école aussi :-)

  • Le bonheur de l'avoir fait ne s'envolera pas ! il sera peut être même le premier pas d'un chemin meilleur !

  • ils sont très nombreux ceux qui à l'adolescence ont besoin d'acquérir confiance en eux! quasiment tous, en fait :-)

  • Ah magnifique !
    C'est si important de pouvoir développer d'autres talents que les aptitudes scolaires. J'ai connu des enfants timides, peu sûrs d'eux, qui se sont révélés sur scène.
    Et mes propres souvenirs de spectacles : les préparatifs, les répétitions, l’excitation en coulisses, le trac, ... c'est inoubliable !!!

  • exactement!
    bon week-end, Loulou

Écrire un commentaire

Optionnel