Y comme Ysabelle

lakévio52.jpg

A l'âge de seize ans, elle a décidé de prendre fermement en main le reste de sa vie. 

D'abord, elle a changé la première lettre de son prénom: Isabelle était trop commun. Elle voulait se singulariser. 

Elle a commencé à l'écrire avec un Y. 

Quelques recherches généalogiques lui ont permis de trouver une lignée de bonne noblesse terrienne dont le nom de famille présentait une similitude avec le sien. Il était juste plus long. Beaucoup plus long. 

Elle a testé sur quelques amies le roman qu'elle se brodait. Son allure, son chic, son joli chignon blond, ses robes bien coupées, ses manières un peu précieuses, tout était étudié pour accréditer la thèse d'une Tess d'Urberville du 20e siècle. Contrairement à l'héroïne de Thomas Hardy, elle saurait bien mener sa barque. 

Quatre ans plus tard, elle est prête pour la scène finale, décisive, quand tout à coup elle est prise d'un doute. C'est comme un étourdissement qui l'oblige à poser son léger bagage et à s'asseoir sur le perron. 

Tout à coup, elle ne sait plus si elle fait le bon choix.  

*** 

tableau et consigne (passée depuis longtemps) chez Lakévio

Commentaires

  • Belle entrée en matière pour une histoire à venir. Le Y a du chien et évite peut-être une vie de chien ;)

  • sortir du lot, telle est sa devise, à Y ;-)

  • Moi, je connais une petite Ysaline. C'est joli aussi.

  • c'est joli, c'est même féerique

  • Parfois à vouloir p^ter plus haut que son c.l, on se casse magnifiquement la goule.
    Pas Ysabelle, biensûr, je ne le lui souhaite pas, mais gaffe quand même.

  • je lui donnerais le même conseil, mais tu sais aussi bien que moi que ça ne servira à rien ;-)

  • éternelle question! et éternelle tentation du paraître ;-)

  • c'est ce qu'elle pense aussi :-)

  • Le (la) sage est celui (celle) qui doute.

    Bien fol est qui s'y fie
    Au monde qui varie.

    Allez Ysabelle, rends le costume !
    Ou pas !

    ;-)

  • oui mais à ce compte-là, le sage ne fait jamais rien, puisque dans le doute abstiens-toi ;-)

  • Vous avez l'art de capter et d'enrichir l'atmosphère. Poursuivez, que diantre !

  • ah Nicole, c'est très gentil de me dire ça, mais je n'ai pas le souffle assez épique pour poursuivre ;-)
    (ni le temps, même si Walrus prétend que ça n'existe pas ;-))

  • Puis parce que Tess d'Urberville, revue et corrigée par Polanski, ce n'était pas très drôle... Et puis, Ysabelle, cela donne Ys aussi...

  • c'est le livre aussi qui n'est pas drôle, c'est même une succession de malheurs, un crescendo de l'irréparable...

  • mais toi tu n'as jamais eu envie de le changer en Ysabelle, si?
    ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel