B comme borderline

lakévio1avril.jpg

Quand elle est venue s'installer dans la maison d'à côté, elle a tout de suite entrepris de grands travaux. La grange a été transformée en immense séjour avec atelier à l'étage et dans la fermette basse où le vieil Oscar avait vécu jusqu'à ses 96 ans elle a aménagé une cuisine et une salle de bains. 

Dans le grand jardin déjà fort touffu depuis que le vieil Oscar ne l'entretenait plus, elle a planté des sapins pour qu'ils fassent vite un écran total l'hiver comme l'été: ses voisins, même depuis leur étage, ne verraient bientôt plus du tout sa maison. Du côté de la rue, elle a fait ériger un mur de parpaings en béton gris, haut de plus de deux mètres. 

De son atelier, elle avait une vue sur toute la campagne et les quelques maisons environnantes. Mais de la sienne on ne voyait rien. Rien qu'un mur et une masse de conifères. Pourtant, elle se sentait toujours épiée et avait avec sa plus proche voisine des relations en dents de scie. 

- Moi, disait-elle à chaque fois qu'elles se voyaient, je suis une artiste. J'ai une âme d'artiste! 

La voisine ne savait pas trop ce que ça voulait dire, mais opinait de la tête. Elle supposait que l'âme d'artiste expliquait les accoutrements bizarres, les cheveux longs mal peignés retenus par des foulards multicolores, les tas de bijoux et bagues de pacotille, les sautes d'humeur et la douzaine de chats. 

- Il faudra venir prendre le café chez moi, dit-elle un jour, comme ça vous verrez la maison, comme elle a changé! 

La voisine n'aimait ni "l'âme d'artiste", ni ses chats, ni ses travaux entrepris sans le moindre permis de bâtir. Mais elle y est allée, la curiosité a été la plus forte. 

Et elle a vu ce qu'elle voulait voir.

Elle a vu les rénovations, les beaux espaces, les chats qui entrent et sortent, celle qui allaite ses petits au creux d'un fauteuil où elle avait apparemment mis bas, ceux qui sautent sur la table et lapent le lait prévu pour le café, reniflent les tasses.

Elle n'a pas vu la dame qui avait tellement besoin qu'on l'aime et la rassure.  

 *** 

aquarelle et consigne ici, chez Lakévio, que je remercie!

Commentaires

  • Moi, j'aime les chats mais pas l’excès de chats ;-)

  • les chats non plus ;-)

  • C'est ça, elle veut qu'on l'aime... Les chats sont doués pour donner le change (en fait ils aiment surtout les croquettes et le confort)

  • les chats bien élevés te donnent ce que tu leur demandes :-)

  • j'oubliais de préciser, à la manière du roi dans le Petit Prince, qu'il ne faut leur demander que des choses "raisonnables" ;-)

  • elle ne voit pas son propre mur ;-)

  • Ça ne fait rien, elle l'imagine !

  • en tout cas, elle sait qu'il est là et ça la rassure :-)

  • Le chat n'est pas l'animal que je préfère et quand ils sont nombreux je suis loin d'être à l'aise ;)

  • j'aime les chats, mais je ne les accepte ni sur ma table ni dans mon lit ;-)

  • Des dames à chat, j'en ai connu. Je suis une dame à chat (chat sans s. Je l'adore et il est en fin de vie, c'est triste.) Celles que j'ai connu (deux) ... ont été séparées de leurs chats. Il faut dire qu'il y en avait plus de trente et dans un appartement parisien...c'est pas top ni pour les chats ni pour les voisins !

  • oui, je comprends, mon Pipo vient de nous quitter pour son 16e anniversaire

  • Notre Garry aussi est mort à 16 ans. Par contre, notre Dondon n'en avait que 11...
    Je pense bien fort à vous.

  • merci Mme Chapeau
    16 ans, c'est bien, je me dis qu'il a eu une fin de vie heureuse grâce à ma nipotina, même si apparemment il aurait préféré "rester chez lui"
    c'était vraiment un bon chat, jamais contrariant, jamais rien fait d'interdit, toujours là

  • Enfermée, seule avec ses chats, comme c'est triste ..... terrible le besoin d'être aimé et de ne pas arriver à l'être, j'ai eu une collègue comme ça ! elle, elle s'était réfugiée dans la démesure et l'agressivité et faisait fuir beaucoup de monde ....

  • en effet, ça fait partie du portrait...

  • à cause du titre? voilà bien une femme qui continue à hanter les esprits ;-)

  • J'ai longtemps habité chez mon chat, mais je n'ai plus maintenant que ceux des voisins qui ont annexé mon jardin et la serre-véranda. Ils m'ont boulotté mes poissons rouges de bassin et je les soupçonne de croquer aussi les oisillons des cerisiers.
    Je suis bien triste pour cette femme

  • je suis triste aussi pour sa voisine qui a préféré s'enfermer (à sa façon) dans ses clichés et ses a priori :-)

  • C'est un beau récit. Dommage qu'elles se soient "passées à côté" les deux voisines qui auraient pu devenir amies...les à-priori font bien du tort si on ne veut pas regarder au-delà....

  • oui, dommage!
    merci pour la visite et le commentaire :-)

  • J'admire ta broderie créative sur les consignes: je pense que j'en serai incapable. La photo de la dame peinte m'a fait penser à beaucoup de femmes rencontrées ici et là, le visage me semble un peu impersonnel ...

  • bah, on choisit dans ses souvenirs et on colle ensemble pour faire un tout qui se tient à peu près :-)
    faut pas trop réfléchir et se mettre à écrire, ça coule de source

Écrire un commentaire

Optionnel