Z comme Zigzags (2)

Pour terminer le mois belge, voyons ce que dit Théophile Gautier à propos de son voyage dans notre pays: 

Belgique.png

extrait 1: Mons 

"Mons est une vraie ville flamande. Les rues y sont plus propres que les parquets en France ; on les dirait cirées et mises en couleur. Les maisons sont peintes, sans exceptions, du haut en bas, et de teintes fabuleuses. Il y en a de blanches, de bleu cendré, de ventre de biche, de roses, de vert pomme, de gris de souris effarouchée, et de toutes sortes de nuances égayées, inconnues dans ce pays-ci. Le pignon découpé en forme d’escalier s’y montre assez fréquemment. La toiture de l’Ambigu-Comique peut donner aux Parisiens, qui ne sont pas très-cosmopolites en général, une idée assez nette de ce genre de construction : cela produit un effet d’une bizarrerie assez agréable." (p.60) 

Madonna.jpg

extrait 2: la "catholicité" dans le paysage traversé 

"Plus on avance, plus on sent dans l’air un vague parfum de catholicité totalement inconnu en France ; presque à chaque maison il y a une vierge ou un saint dans une niche, et non point un saint ou une vierge avec des nez cassés et des doigts de moins comme ici, mais jouissant de tout leur nez et très-peu manchots. Dans beaucoup de villages les vierges sont habillées en robe de soie et ornées de couronnes, d’oripeaux et de moelle de sureau ; elles ont une lampe devant elles comme en Espagne ou en Italie ; les églises sont aussi parées avec une recherche et une coquetterie amoureuse tout à fait méridionales." (p.66) 

jour 1 Bruxelles (1) - Copie.JPG

extrait 3: Bruxelles 

"Après avoir traversé une infinité de rues bordées de maisons avec des toits en escaliers, nous débouchâmes tout d’un coup sur la place de l’Hôtel de Ville, c’est la plus vive surprise que j’aie éprouvée dans tout mon voyage.

Il me sembla que j’entrais dans une autre époque, et que le fantôme du moyen âge se dressait subitement devant moi ; je croyais que de pareils effets n’existaient plus qu’au Diorama et dans les gravures anglaises.

Qu’on se figure une grande place dont tout un côté est occupé par l’Hôtel de Ville, un édifice miraculeux avec un rang d’arcades, comme le palais ducal à Venise, des clochetons entourés de petits balcons à rampes découpées, un grand toit rempli de lucarnes historiées, et puis un beffroi de la hauteur et de la ténuité la plus audacieuse, tailladé à jour, si frêle que le vent semble l’incliner, et tout en haut, un archange doré, les ailes ouvertes et l’épée à la main.

À droite, en regardant l’Hôtel de Ville, une suite de maisons qui sont de véritables bijoux, des joyaux de pierre ciselés par les mains merveilleuses de la Renaissance. On ne saurait rien voir de plus amoureusement joli ; ce sont de petites colonnettes torses, des étages qui surplombent, des balcons soutenus par des femmes à gorge aiguë, terminées en feuillages ou en queues de serpent, des médaillons aux cadres fouillés et touffus, des bas-reliefs mythologiques, des allégories soutenant des écussons armoriés, et tout ce que la coquetterie architecturale de ce temps-là peut imaginer de plus séduisant et de plus amusant à l’œil. Toutes ces maisons sont admirablement conservées, il n’y manque pas une pierre ; la triple chemise de couleur dont elles sont couvertes les conserve comme dans un étui." (p.78-80) 

Zigzags a paru en 1845

 

 

Commentaires

  • Voila un homme qui sait observer. Je me demande ce qu'il entend par
    "ornées de couronnes, d’oripeaux et de MOELLE DE SUREAU" ...

  • je me suis posé cette question aussi, hélas on ne peut plus interviewer l'auteur :-)

  • Ce mot "amour" décliné qui revient.
    La ville à travers ses yeux, sa plume, la rend devient amoureusement jolie". J'ai lu deux fois ces extraits, absolument superbes.
    Merci dame Adrienne, joli dimanche!

  • merci et bon dimanche à toi aussi!

  • Ou j'ai raté quelque chose, ou ma mémoire est vraiment déficiente, mais il me semble qu'il parle de Bruxelles comme le montre la photo d'Adrienne et non de Mons comme cité au début de l'extrait...

  • oui tu as raison, ce sont trois extraits, trois étapes de son voyage, pour Mons j'ai mis la carte de Belgique, pour que les non-Belges puissent situer cette ville que lui appelle "flamande" (LOL), ensuite un passage sur les aspects "catholiques" et la dévotion à Marie en particulier, partout dans le paysage qu'il traverse, et enfin, Bruxelles et sa merveilleuse Grand-Place :-)
    bises et bon dimanche!

  • Zut, je pensais que comme moi, il considérait Bruxelles comme un petit faubourg de Mons :o)

  • bon, je vois, je vais mettre des intertitres explicatifs, en plus des photos, mais je te signale que Mamou a compris, elle :-)

  • Ce qui prouve que j'ai épousé une femme intelligente (pléonasme s'il en est !)

  • étant donné que la bêtise est humaine, je n'en exclurais pas les femmes ;-)

  • Ah, toi aussi tu penses que les femmes sont des hommes comme les autres ;-)

  • bien sûr, puisque homme = mens, Mensch :-)

  • Tu parles yiddish maintenant ? Tu m'épateras toujours !

  • je parle du 2 en 1 ;-)

  • La première fois que j'ai vu la Grand Place, j'ai éprouvé la même chose: l'impression d'un saut dans le temps, d'un décor féerique...
    Les mots du poète sont justes et bien sentis. Comme toujours.
    J'adore ton dialogue avec Walrus. C'est un bonus !
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • Walrus adore taquiner les gens et moi j'aime bien bavarder avec lui :-)

  • toutes les villes (et même la campagne!) se battent quotidiennement contre les dépôts de détritus, il me semble que plus on demande aux gens de trier (et surtout de payer de plus en plus cher pour le ramassage), plus il y a de contrevenants...
    dans ma petite ville, une équipe s'occupe quotidiennement de ramasser ce qui traîne (et à l'école aussi c'est un combat quotidien)

  • Ce Théophile Gautier savait parler aux femmes ... heu : aux villes. Le vieux Lille n'est pas mal non plus dans son genre, mais notre Grand-Place vaut vraiment le détour.

  • Absolument, vous avez raison sur toute la ligne :-)

  • On peut dire qu'il était tombé sous le charme de ces villes ! à juste titre me semble-t-il ! bon 1er mai Adrienne !

  • merci Colette et bonne fête à vous aussi!

  • Ah, Mons et Bruxelles ont trouvé grâce aux yeux de Théophile contrairement à Venise.
    Tant mieux, c'est bien agréable à lire !

  • le brave homme ;-)

  • D'accord avec Theophile et Célestine, c'est l'impression que j'ai toujours dans les villes de Flandre, d'arriver dans une autre époque, d'entrer dans la ruelle de Vermeer, ou un poeme de Rodenbach, merci pour le partage de ces beaux extraits

  • merci à toi, Emma!

  • Oui, Mons flamande, c'est curieux ça... Sans doute considérait-il la propreté comme une qualité typiquement flamande. Et donc, si toute la Belgique était propre, donc, la Belgique était flamande (aïe, aïe, aïe!!!)

Écrire un commentaire

Optionnel