H comme histoire de ...

C'est l'histoire d'un élève qui a une forme d'autisme.

Il est convoqué chez le directeur après un conflit avec sa prof de biologie.

Les voilà assis face à face dans le bureau du directeur.

Celui-ci est assez énervé - l'école idéale, c'est une école sans élèves et sans parents d'élèves - alors il sermonne durement le garçon tout en cliquant sans arrêt son stylo à bille.

- Vous voulez bien arrêter avec ce stylo? demande l'élève.

***

Je vous laisse deviner la suite de l'histoire...

Commentaires

  • J'imagine très bien... Le cours idéal, est-ce un cours sans professeur ou un cours sans élèves, tout dépend du point de vue ;)

  • tu es sûre de vouloir parler aux murs pour de vrai? ;-)
    (moi parfois je vérifie: est-ce que quelqu'un a entendu ce que j'ai dit? vous voulez que je répète ma question?)

  • Tiens, tu me rappelles le jour où mon prof d'histoire m'interpelle pour me demander ce qu'il vient de dire. Je le lui répète mot pour mot (c'est fou ce que les profs ont la mémoire courte) sur quoi il me lance : "Mais si vous écoutez, vous pourriez au moins faire semblant !"

  • quand j'ai perdu le fil de mes idées, je suis bien contente si les élèves sont capables de me dire où j'en étais ;-)

  • J'ai vécu la situation inverse. Un jour, une classe m'a demandé d'intervenir auprès d'un élève qui avait une forme d'autisme et qui faisait du bruit avec son bic pendant une interro. Je lui ai demandé doucement d'arrêter, lui expliquant que les autres n'arrivaient pas à se concentrer et il avait obéi.

  • absolument, Mme Chapeau, et c'est d'ailleurs ainsi que le prof devrait s'adresser à tous les élèves :-)

  • Prendre en compte les besoins de chacun ... cela s'apparente à l'Utopie. Savourons les moments d'utopie comme celui que nous offre Mme Chapeau.

  • oui, chapeau à Mme Chapeau :-)

  • Malheureusement, la scène ne se passait pas à Utopia...
    Par exemple, les autres élèves n'ayant pas vraiment formulé leur requête poliment, j'avais d'abord dû les réprimander.

  • si, si, c'est encore Utopialand, que le prof signale gentiment à l'élève que sa question est mal posée ;-)

  • C'est bien connu, que ce soit l'élève ou le parent d'élève : il n'a pas ouvert la bouche que déjà il a tort !

  • désolée que vous ayez cette impression!

  • tu as dit le mot exact! et devant ce comportement de la part d'un directeur, on est plutôt impuissant, si on veut "réparer", on le désavoue
    bref, hier et cet avant-midi Madame a dû jouer les diplomates-thérapeutes, demain la suite et tous les jours d'après jusqu'à ce qu'il ait son diplôme, ce gamin, mille sabords!!!

  • Tout le monde énerve tout le monde. Mais un monde où personne n'énerverait personne serait tout aussi énervant.
    ;-)

  • c'est sûr, mais le mode d'emploi pour chacun est différent, tandis que ce garçon n'en dispose que d'un ou deux...

  • Haha, j'ai un ami directeur d'école qui dit aussi que sans les élèves, les parents d'élèves et les enseignants, son école irait comme sur des roulettes !
    Et dans la situation que tu décris, je pourrais tout à fait imaginer mon Tilulu, autiste lui aussi, d'ici quelques années ! Autant dire que ses parents et nous avons déjà quelques inquiétudes ...

  • non non, ne vous inquiétez pas, Tilulu aura des parents compétents en la matière qui s'efforceront de bien 'briefer' les profs, année après année, si c'est nécessaire (j'ai connu une maman comme ça, c'était à une époque où la plupart des gens n'avaient pas encore entendu parler d'autisme, elle devait faire un travail de pionnière et je lui dois beaucoup!)
    ce garçon-ci aura 18 ans cette année et le diagnostic vient d'être posé, ses parents sont complètement démunis et lui aussi

  • Oui tu as raison. L'autisme est de mieux en mieux compris, pris en compte, et les jeunes enseignants sont mieux formés pour aider ces enfants. Mais demander à des parents (et des grands-parents!) de ne pas s'inquiéter pour leur petit, c'est peine perdue ;) !
    Ton élève va y arriver, lui aussi. Le diagnostique posé permet de trouver des pistes et des solutions à ses difficultés.

  • bien sûr, on s'inquiète pour ceux qu'on aime, je voulais dire que l'autisme en lui-même ne doit pas être une cause d'inquiétude, chaque enfant a son "mode d'emploi" si je puis m'exprimer ainsi (pour faire court) et doit être traité avec respect et bienveillance (ce qui ne veut pas dire permissivité, mais ça tu le sais très bien, tu es prof aussi :-))
    bises

  • ça, c'est sûr! et c'est grave!!!

  • quoi une belle jeunesse comme toi a déjà des oublis ;-)
    ça me rassure ;-)

  • face à ce fait navrant, je suppose que le directeur voyait le début de son rêve exaucé ? Déjà un élève de moins dans son école ! Il est sur la bonne voie (le directeur, pas l'élève)

  • oh mais Madame ne va pas le lâcher, ce gamin!

  • J'imagine la réaction du directeur... en fait l'élève était moins énervé que le maître "sermonneur". Il me semble qu'il est plus simple et plus constructif d'essayer de comprendre et d'aider à résoudre certains comportements au lieu de sermonner.

  • plus constructif de chercher les causes d'un comportement que de se mettre à aboyer contre l'élève et lui asséner des punitions, c'est sûr!

  • J'ai bien peur qu'il n'ait pas fait preuve de bienveillance et pourtant ...... c'est ce qui aurait sûrement fonctionné .....

  • sûrement! c'est un garçon sensible derrière sa carapace de protection

Écrire un commentaire

Optionnel