T comme Tryst

Tryst, ça veut dire rendez-vous. Le mot appartient à la langue familière mais le traduire par 'rancard' serait aller trop loin, puisque là on est déjà dans le langage carrément populaire, voire argotique. 

Tryst, c'est le titre d'un livre que j'ai lu à l'adolescence. J'avais oublié le mot ainsi que le nom de l'auteur, Elswyth Thane (ce qui se comprend, je pense, vu son exotisme tongue-out) mais je me souvenais parfaitement bien de l'histoire. 

Pourtant, je l'ai relu avec plaisir, je dirais même dévoré, en une soirée. 

Il commence ainsi: 

Sabrina had never picked a lock in her life, but it was done every day in books. She tiptoed along the carpeted upper passage and whisked around the corner to the second flight of stairs leading to the top floor of the house. Gripped tightly in one hand she carried her burglar tools- nail scissors with curved points, a button-hook, and some wire hairpins stolen from Aunt Effie’s dressing-table. 

Sabrina n'avait jamais crocheté une serrure de sa vie, mais ça se faisait tous les jours dans des livres. Sur la pointe des pieds, elle suivit le tapis du couloir et tourna au coin vers la seconde volée d'escaliers qui menait à l'étage supérieur. Fermement serrés dans une main, elle tenait ses outils de cambrioleur - des ciseaux à ongles aux bouts ronds, un tire-boutons et quelques épingles à cheveux volées à la table de toilette de tante Effie. 

(traduction de l'Adrienne) 

traduction,lecture,souvenir,lire,lecteur

photo et compte-rendu de lecture ici 

*** 

J'aimais alors - et j'aimerais encore maintenant - voir la mort comme elle est présentée dans le livre: ceux qui ont disparu ne le sont pas pour qui sait voir. Et en mourant, on retrouve ceux qu'on aime.

Commentaires

  • je n'ai aucun mérite, je suis tombée dans une marmite de langues et je m'y suis toujours sentie bien :-)

  • Bien sur, si vous l'avez lu en anglais en Italie, c'est encore plus épatant ;-)

  • non en Italie j'ai lu Onfray, Décadence, et un livre en italien bien sûr, pour la couleur locale ;-)

  • Je viens ici vous remercier de votre commentaire d'hier sur mon petit blog. J'ai été touchée. Et oui, vous avez raison, cela peut être important d'être lu. Quoique....
    Bonne journée.

  • heureuse de vous avoir fait plaisir et merci d'être venue me le dire!
    bonne journée

  • Le compte rendu est en anglais et, hélas, je n'ai pas ton don des langues (je ne suis douée que pour les langues mortes, ce que je ne m'explique pas, alors que j'aurais aimé parler le latin au lieu de le traduire).

    Peut-être que ceux qui sont partis n'ont pas disparu pour autant. Moi qui n'avais pas toujours des discussions très profondes avec mon père, il est constamment à l'arrière-plan de mes pensées. Je ne peux pas dire que je le voie d'ailleurs, c'est plutôt une atmosphère ou le souvenir d'une atmosphère. Pour le reste, hum ............................

  • c'est une 'ghost story', une sorte d'histoire de revenant, mais racontée de façon à (presque) nous y faire croire :-)

  • " ceux qui ont disparu ne le sont pas pour qui sait voir. Et en mourant, on retrouve ceux qu'on aime.
    Ma mère morte il y a 23 ans et le plus jeune de mes frères en juin 2016. Le jour avant sa mort au soin palliatif il nous a dit à ma sœur et moi "maman est dans la chambre" lui qui trouvait si ridicule ces idées tout au long de sa vie ... Moi qui essaie de toujours comprendre impossible à comprendre.

  • oui, je n'exclus pas qu'il se passe de drôles de choses dans notre cerveau, au moment de la mort...

  • Dans ce domaine-là - ce qu'il y a après la mort - comme dans d'autres, je n'exclus rien, mais je n'ai pas vraiment de croyances et encore moins de certitudes. Mais j'aime bien l'idée que ceux qui nous ont aimé continuent à le faire, et réciproquement.

  • c'est surtout quand j'ai perdu ma grand-mère que j'ai ardemment souhaité la revoir dans "une autre vie"
    et oui, l'amour reste, bien sûr. L'amour et le manque qui l'accompagne :-)

Écrire un commentaire

Optionnel