W comme wagon de train

L'Américaine Edith Wharton a publié en 1908 une sorte de carnets de voyage relatant ses visites touristiques dans la France de 1906, l'année de naissance de grand-mère Adrienne, A motor-flight through France. 

En voici l'incipit: 

The motor-car has restored the romance of travel. Freeing us from all the compulsions and contacts of the railway, the bondage to fixed hours and the beaten track, the approach to each town through the area of ugliness and desolation created by the railway itself, it has given us back the wonder, the adventure and the novelty which enlivened the way of our posting grand-parents. 

L'automobile a rendu aux voyages leur romantisme. 
Elle nous a libérés des contraintes et des contacts (des promiscuités) du chemin de fer, de la soumission aux horaires et aux tracés fixes, de l'accès aux villes par des endroits d'une laideur et d'une désolation créées par la voie ferrée elle-même, elle nous a rendu le merveilleux, l'aventure et la nouveauté qui rendaient le voyage en malle-poste de nos grands-parents si réjouissant. 

(traduction de l'Adrienne)

On peut lire le texte entier ici

Quand on lit Madame de Sévigné ou d'autres, on n'a pas l'impression que les voyages en malle-poste étaient si merveilleux ou romantiques, bien au contraire. Ils ont par exemple définitivement dézingué la santé du petit Amadeo, trimbalé par papa Mozart d'un coin de l'Europe à l'autre. Bref, il y aurait beaucoup de choses à dire sur le snobisme de madame Wharton et de son mari, découvrant la France dans leur automobile 1906 avec chauffeur. 

L'Adrienne, sa mère et son neveu iront à Amsterdam en train. Avec les horaires et les tracés contraignant et toute cette vilaine promiscuité tongue-out 

voyage,wagon de train,littérature,lecture,lire,lecteur

auto-collant avec ce vieux slogan qui aurait plu à Edith Wharton

Commentaires

  • Et encore, Mrs. Wharton n'a parlé ni des grèves, ni des retards que connaissent nos trains ;-)

  • on aime se plaindre mais je pense qu'on a tort ;-)

  • À moins d'avoir un chauffeur qui vous dépose et revient, ponctuel vous chercher, le train est absolument préférable à la voiture pour Amsterdam (ou quelconque grande ville!)
    Bonne journée Adrienne.

  • oh oui, même s'il faut compter beaucoup plus de temps!

  • N'importe quelle grande ville avec une liaison directe... As-tu essayé Lisbonne ? (Et je ne parle pas du prix...) :o)

  • ah Lisbonne, non, je ne parle pas la langue...

  • Je suis certain que tu te débrouillerais vite, ça ressemble quand même fort à l'espagnol, juste un petit problème de prononciation et d'audition...

  • Quid aujourd'hui, par la route ou l'autoroute, de l'accès aux villes par des endroits d'une laideur et d'une désolation quasi uniformes sinon Dantesques (un mauvais souvenir de Roissy me survient). Dans le train, tu n'es pas obligé(e) de regarder par la fenêtre, non plus ! En voiture, si tu conduis, si ! ;-)

    Bonnes vacances !

  • très juste remarque :-)

  • Coucou, Adrienne,

    Nous sommes allées à Amsterdam en voiture, mais nous avions réservé une chambre à Amstelveen, et avons laissé la voiture sur le parking de l'hôtel? Nous avons pris le tram opur aller à Amsterdam, puis tout à peid. Le plus grand danger à Amsterdam? Les cyclistes!!! Et je ne plaisante pas! Et ils tiennent le rythme...

    C'est une ville qui en vaut la peine. Je n'ai pas pu, enfin, pas voulu, visiter le Musée Van Gogh, car il y avait beaucoup trop de monde... Mais ce n'est que partie remise!

    J'espère que vous aurez du beau temps!

    Bisous,
    lulu

  • Je crois que j'ai été dyslexique pendant quelques heures ce matin... :-)

  • oh tu sais, le beau temps, c'est très secondaire ;-)

  • "Laurent, serrez ma haire avec ma discipline" et peut-être qu'ainsi après ma mort j'irai droit au ciel ;-)

  • A l'époque d'Edith Wharton, on n'imaginait sans doute pas tous les embarras qu'allait provoquer le "tout à l'automobile" au XXe siècle. La liberté des horaires, des arrêts, des étapes, oui, le vieux slogan a encore du répondant... hors des villes.

  • de toute façon, en auto si je ne conduis pas, j'ai le mal de voiture ;-)
    et en train, je peux lire, écrire, traduire L'Amica geniale ;-)

  • merci petit Belge!
    ce n'est pas encore pour tout de suite et je n'ai pas encore eu le temps de préparer un semblant de programme...

  • Oui, c'est bien le train.
    Madame Wharton aurait sans doute un autre discours aujourd'hui.
    J'espère que tu profiteras bien de ton séjour à Amsterdam Adrienne !

  • j'espère ne pas revenir plus fourbue que je ne l'étais en partant, comme les autres fois ;-)

  • je me demande si c'est à cause de Brel que ça fait tellement rêver les Français :-)

  • nous sommes bien d'accord :-)

  • Formidable Amsterdam en train... Tes yeux n'auront qu'à admirer paysage défilant sous tes yeux, ça, c'est du luxe !
    Madame Wharton avait acquis une somptueuse propriété sur les hauteurs d'Hyères, non loin d'ailleurs de la villa de Noailles. Ses murs abritent aujourd'hui les bureaux des espaces verts, le jardin se visite... Cela méritait bien une belle automobile avec chauffeur, c'est so chic aussi !
    Bises. brigitte

  • ah! Madame Wharton ne se privait de rien, dirait-on :-)
    merci Brigitte, bises aussi

  • merci petit Belge!

Écrire un commentaire

Optionnel