H comme histoire

h1.JPG

- Plus vite, plus vite, crie Gaius, nous allons arriver trop tard!

Là-bas, sur la plage de Neapolis, des gens sont massés et attendent ils ne savent trop quoi, dans l'anxiété.

- Mais rame! rame! éructe Gaius dans une dernière quinte de toux qui lui sera fatale.

Quelle idée aussi de s'aventurer sous ce nuage de poussières quand on est asthmatique...

h2.JPG

Dix-sept siècles plus tard, c'est au tour de François-René d'aller faire du journalisme d'investigation scientifique en Italie. Ou appelez ça autrement, c'est comme vous voulez.

h3.JPG

Il y accompagne un certain Joseph Fesch, qui, croyez-le ou non, est le tonton à Napoléon. Selon que vous soyez auteur ou victime, vous adopterez à son propos une des deux phrases suivantes: 

"En 1793, Joseph Fesch fuit les partisans de Pascal Paoli et se réfugie en Provence. Sous la Terreur, ayant abandonné l'habit, il devient d'abord garde-magasin d'une division de l'armée des Alpes avant de se voir confier par son neveu Napoléon Bonaparte la charge, en 1795, de commis aux marchés de fournitures pour l'armée d'Italie. Durant cette campagne, il commence une collection de tableaux appelée à devenir l'une des plus riches de France voire d'Europe." 

ou 

"En 1793, Joseph Fesch fuit les partisans de Pascal Paoli et se réfugie en Provence. Sous la Terreur, ayant abandonné l'habit, il devient d'abord garde-magasin d'une division de l'armée des Alpes avant de se voir confier par son neveu Napoléon Bonaparte la charge, en 1795, de commis aux marchés de fournitures pour l'armée d'Italie. Durant cette campagne, il commence à voler tous les tableaux qui lui semblent avoir quelque valeur, de sorte qu'aujourd'hui la France a une des plus riches collections qui soient."

h4.JPG

Ce tableau-ci, par contre, n'a pas été volé, vu qu'il était accroché dans une église française, fut-elle à Rome. Pour le voir, il suffit de glisser quelques pièces de monnaie dans le dispositif qui vous donnera un instant d'éclairage. Ou si vous n'avez pas de monnaie, d'attendre qu'un autre touriste le fasse.

h5.JPG

Finalement, François-René n'est pas resté plus de six mois à Rome, le Cardinal ayant demandé son renvoi. Il y revient en 1828 comme ambassadeur de France.

- San Stefano di Sessanio, dit-il d'un air songeur, appuyé à la monumentale cheminée de marbre gris, ça ne serait pas ce village de Calabre où cet imbécile de Paul-Louis a cru vivre ses dernières heures?

- Je ne crois pas, Votre Excellence, c'est dans les Abruzzes, il me semble...

- Calabre, Abruzzes, c'est chou vert et vert chou, déclare l'ambassadeur, qui n'aime pas être pris en défaut.

h6.JPG

Et pour couper court à de nouvelles remarques de son secrétaire, il s'exclame:

- Bientôt sept heures et demie! Je n'ai que juste le temps de me préparer pour la réception de ce soir!

h7.JPG

ces images sont proposées à l'écriture sur le site des Plumes d'ici et d'ailleurs (première semaine)

Commentaires

  • dès la première photo, la piste italienne s'imposait ;-)
    merci Mme Chapeau!

  • Je comprends que tu préfères Rome à mes chaussures ! Moi aussi.
    Belle narration historique et voyageuse.
    Bonne semaine, Adrienne.

  • c'est gentil d'être passée, Lakévio!
    ne t'inquiète pas, je tiens à tes consignes hebdomadaires, je les attends avec impatience chaque samedi matin :-)

  • merci Colo, bonne journée à toi aussi!

  • Le titre en capitales vaut bien pour Histoire et histoire, voire histoire de l'art ;-)

  • tu as bien vu, Tania :-) je voulais les deux sens du mots parce que je raconte une histoire en mêlant fiction et vérité historique ;-)

  • à l'époque de Pline ou à celle de Chateaubriand, les femmes se torturaient aussi pour "être belles" mais pas avec ce genre de chaussures ;-)

  • non, juste un génie du christianisme ;-)

  • Chou vert, vert chou, c'est comme bonnet blanc et blanc bonnet. ;)

  • très juste :-)
    c'est une expression que François-René aura conservée de son passage en Belgique ;-)
    bises, Berthoise!

  • J'attendais les chaussures rouges de pin-up... mais ce sont celles du cardinal Fesch qui ont eu la vedette. J'ai appris bine des choses grâce à toi sur ce personnage !

  • ah oui, j'avais prévenu Lakévio que les chaussures rouges ne m'inspiraient pas (je ne voulais pas refaire le trio femme-beauté-amour ;-))
    hé oui, on connaît Napoléon et son népotisme, donc le tonton cardinal envoyé à Rome ne nous étonne pas, finalement ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel