O comme Odette

lakévio66.jpg

Odette riait. On ne savait pas toujours pourquoi. Elle semblait heureuse alors on l'était aussi. Elle riait, et même elle minaudait. Elle prenait ses airs de petite fille candide, clignait des paupières, souriait. 

Elle jouait avec son écharpe rose. Son chapeau rose, sa robe rose, elle ne voulait plus porter que du rose. Elle avait dû porter du noir trop longtemps, trop souvent. Elle avait bien le droit, maintenant, de porter ce qui lui plaisait. Pourquoi pas du rose, comme ses petites-filles de dix et douze ans. 

Odette pleurait aussi, parfois. Un chagrin tout à coup l'accablait. Elle était incapable d'expliquer pourquoi. On se sentait si impuissants et malheureux pour elle. Que pouvait-on faire pour chasser les idées noires? Pour lui rendre son sourire? 

On regardait de vieux albums. Elle tournait les pages, sans rien dire. Parfois elle regardait ailleurs. Les choses l'ennuyaient vite. Alors on allait se promener au jardin. Avec son chapeau rose et son écharpe rose. Elle marchait à petits pas.  

Puis tout à coup elle disait: il faut vous en aller maintenant. 

Ou d'autres fois, c'est elle qui voulait partir. Il faut que je rentre, disait-elle. Elle devenait nerveuse, fébrile. 

Et elle répétait: Il faut que je rentre! mon papa va s'inquiéter. 

*** 

tableau et consignes chez Lakévio, que je remercie!

Commentaires

  • Je suis passée par là plusieurs fois mais c'est la première fois que la dame est
    coquette...
    Passez une bonne journée.

  • vous avez raison, Mme Chapeau, mais ici je ne considère pas que c'est de la coquetterie, juste une sorte d'idée fixe sur le rose ;-)

  • Ton texte met en éveil plusieurs sentiments
    Une narration qui donne à réfléchir
    Bravo pour ton texte profondément émouvant
    @ BIENTÔT

  • merci Rose!
    vous n'avez pas mis de lien vers votre blog?

  • Ton texte est touchant. Les mots vont bien au-delà d'une petite histoire charmante de lubie de vieille dame. Il évoque la solitude et la souffrance, la perte du lien, avec les autres, avec soi-même... Douloureux mais très beau, Adrienne.

  • merci Lakévio! le rose ne m'inspirait pas, mais je lui ai trouvé un air un peu perdu, à cette dame...

  • J'ai une cousine qui se prénomme ainsi ! Une bonne-femme étonnante, faudrait peut-être que je raconte ce que je sais de sa vie, pas toujours rose mais passionnante entre mannequin au Canada et chargée de cours d'astronomie à Namur...

  • oui oui raconte :-)

  • merci Le Goüt!

  • son papa l'attend, il ne faut surtout pas le faire attendre... une tendre et délicate évocation au pastel

  • merci Emma!

  • c'est ce que j'ai pensé aussi ;-)
    (et puis le tableau m'y obligeait...)

  • C'est très beau cette vie en rose que s'est choisie cet être fragile. Qu'elle rit souvent, et même tout le temps...

  • elle rit et elle pleure plus encore... mais sur le tableau, elle rit :-)
    merci Véro!

  • Je me suis fait cueillir par la dernière phrase que je n'attendais pas !
    Bravo pour avoir donné vie à Odette qui ne veut pas inquiéter son papa...

  • merci Gwen!

  • Tu la décris, mais laisse toute la place au lecteur pour imaginer sa vie, et c'est tant mieux ;)

  • merci gballand :-)

  • bien vu, Julie

  • On aimerait tant penser qu'il suffit de les mettre en rose pour que les pleurs s'arrêtent...souvent.
    Tout en délicatesse ton texte, merci.

  • oui ces pleurs sont terribles à voir et j'ai souvent eu l'impression qu'ils étaient liés à un instant de lucidité...
    merci à toi, Colo!

  • merci Coumarine :-)

  • Ton texte est profondément émouvant ..... ce curieux mélange de fuite et de présence en attendant bien pire est adouci par le rose en effet ! mais quelle tristesse ...... Merci Adrienne pour ce texte si fort et si pudique à la fois !

  • merci pour cette belle lecture que tu en fais, Colette!

  • C'est si bien évoqué, et très émouvant.
    Ma maman aussi riait beaucoup et nous demandait de partir pour pouvoir vite aller aider son père aux travaux de la ferme.

  • elle riait peu et l'évocation de son papa m'émouvait beaucoup parce qu'il est mort très jeune, quand elle n'avait que 13 ou 14 ans

  • C'est un peu... "Le rose et le noir" ............................

  • c'est juste ;-)

  • Sinon, je crois que ce qui gêne un peu dans ce tableau, c'est qu'il y a beaucoup de bleu mélangé au rose... Normalement, pour compléter du rose, on doit mettre du vert ...................... Mais ouf ! Ce n'est pas du rose Barbie...

  • il y a du vert sur son front, son bras, son menton ;-)
    justement aujourd'hui on a visité le musée Van Gogh (mais photos interdites, hélas...)

Écrire un commentaire

Optionnel