P comme patrimoine

Nos villes ont tout un patrimoine industriel datant de la seconde moitié du 19e siècle. Dans le cas de la mienne, il s'agit surtout d'anciennes usines textiles et de cheminées, patrimoine auquel on essaie de trouver une seconde vie. On y installe un musée, un entrepôt, des lofts, un centre culturel, une académie de musique. 

Notre académie "recycle" ainsi une ancienne teinturerie. On a conservé les bassins, les structures métalliques de bâtiments abattus, tout un ensemble où la nature a commencé à s'installer. 

muziekacademie 2017-07 (5).JPG

une poule d'eau aménage son nid 

muziekacademie 2017-07 (2bis).JPG

le ruisseau est plein de grenouilles 

muziekacademie 2017-07 (20).JPG

des nénuphars poussent dans une des cuves 

muziekacademie 2017-07 (21).JPG

un saule dans une autre 

muziekacademie 2017-07 (23).JPG

et les poissons sont bien mignons 

muziekacademie 2017-07 (15).JPG

encore une belle découverte!

Commentaires

  • Chez nous, le site de l'ancienne sucrerie a été rasé et est devenu un lotissement T&P.
    Seul un des anciens bassins de décantation a été gardé.
    http://biodiversite.wallonie.be/fr/112-l-escaille.html?IDC=1881&IDD=251660065

  • j'aime beaucoup ce genre de seconde vie mais il est vrai que conserver coûte plus cher que raser et faire du neuf...

  • Dans cette seconde vie, une fois de plus c'est la nature qui est la plus forte... Il y a de l'espoir ! Belle journée Adrienne. brigitte

  • oui moi aussi j'aime voir que la nature a colonisé un endroit d'où elle avait été absente longtemps :-)
    merci et bonne journée!

  • Leur activité a dû se prolonger assez longtemps, le moteur de la pompe est très vingtième siècle ;-)

  • oui, l'activité s'est poursuivie jusque dans les années 60 je pense

  • J'aime bien les friches industrielles.
    Et les terrains vagues de mon enfance.

  • je les trouve émouvantes :-)

  • la nature reprend toujours ses droits, comme à Angkor... la conservation des vestiges industriels est pertinente comme témoignage d'une époque, ils doivent être entretenus à ce titre en quelques endroits, mais cette piété ne doit pas être prétexte à ne rien faire pour la réhabilitation des paysages qui les ont précédés

  • oui on a souvent ce dilemme et bien sûr on ne peut pas tout conserver!

  • je vais casser un peu l'ambiance mais a t-on donné une seconde vie à ces milliers de femmes et d'hommes éjectés ?
    PS : toujours un plaisir de passer ici (je me fais pardonner hein)

  • dans les années 60 peu à peu les filatures, teintureries, tissages, ont été "délocalisés", ne sont restés que les plus "pointus"

  • Là où il y a de l'eau, il y a de la vie. C'est tout un art de concilier la conservation du patrimoine et le renouveau d'un quartier.
    Tu te souviens de la pétition pour conserver l'avis conforme des Monuments & sites ? Eh bien, il a été réintégré dans le code bruxellois, hourra !

  • bravo, bonne nouvelle :-)

  • oui! et ça m'a fait plaisir à voir!

Écrire un commentaire

Optionnel