Y comme Y a qu'à demander!

2017-08-08 (1).JPG

Chaque matin au petit déjeuner, Monsieur et Madame vous répètent que ces chaleurs sont exceptionnelles, du jamais vu, et que dès demain la température va baisser. 

Chaque matin. 

Puis vous vous dites qu'à force d'attendre au lendemain, votre semaine de vacances italiennes sera passée et que vous n'aurez pas vu les deux musées de la ville. 

Vous décidez donc d'y aller après la pause de midi (qui dure jusqu'à 17.00 h., ici c'est déjà presque le sud tongue-out

Surprise! la porte est fermée. Vous étiez pourtant très fière de l'avoir trouvée parce qu'elle ne correspond pas à ce qui est marqué sur le dépliant offert aux touristes par la ville. 

Vous vous rendez donc quatre rues plus loin à l'autre musée, qui est aussi l'office de tourisme. 

- Vous voulez voir le musée Cassioli? Mais c'est tout simple, il n'y a qu'à demander et quelqu'un vous y accompagnera. 

Vous payez un billet combiné pour les deux musées et une dame munie d'un gros trousseau de clés retourne avec vous pour vous ouvrir et attendre patiemment que vous ayez fait votre tour des peintures exposées. 

Heureusement, c'est vite fait, car on y voit principalement ce genre de croûtes: Cesare Maccari, Leonard de Vinci en train de peindre la Joconde  

2017-08-08 (2).JPG

Ça vous laisse donc du temps pour la promenade. 

Vous vous dites que c'est le moment de faire le "percorso dei mulini" qui longe la rivière au nord-est de la ville. 

2017-08-11 (1).JPG

Le départ est tout à fait charmant et vous vous enfoncez avec délices dans un peu de verdure, grappillant ici et là les premières mûres. 

Puis vous tombez sur ça: tous les sentiers d'accès sont barrés. Vous aimeriez savoir pourquoi... 

2017-08-11 (5).JPG

Là aussi, il suffisait de demander: l'explication est un peu défraîchie - elle date du 20 janvier dernier - mais on réussit encore à en déchiffrer l'essentiel: 

2017-08-11 (7).JPG

Le sentier est fermé depuis le 20 janvier parce qu'un malheureux y a trouvé la mort et que la municipalité craint que des curieux ne viennent sur les lieux (tale fatto potrebbe suscitare la curiosità della cittadinanza inducendo le persone a visitare il luogo dell' accaduto) 

Commentaires

  • Reste à nous dire si les barrières ont stoppé votre promenade...

  • j'ai commis une infraction :-)

  • L'Italie serait-elle un pays de curieux ? Heureusement que ton "surmoi" ne te barre pas la route ;)

  • j'ai trouvé l'argumentation du maire très faible...
    (non heureusement ma grand-mère ne m'a jamais rien dit à propos des routes barrées ;-))

  • La fraîcheur c'est toujours pour demain, lalalère.
    Comme elle n'est toujours pas arrivée ici, je me plonge avec délice dans l'eau "cressonnante" de la chute d'eau de ta photo.
    Bonne journée dame Adrienne.

  • je pense qu'ils voulaient me le faire croire dans l'espoir d'y croire eux-mêmes ;-) mais ça n'avait aucun sens, la météo disait le contraire ;-)
    ici aussi on aura 30° aujourd'hui, hier 27°, c'est loin des 36 mais c'est beaucoup trop chaud pour moi ;-)
    bises, chère Colo

  • bien dit, Margotte :-)
    je me demande ce qui est arrivé exactement, en janvier dernier...

  • c'est ça :-) y a qu'à aller ailleurs :-)
    (je suppose que c'est le stade qu'on atteint quand les touristes viennent de toute façon... mais l'accueil reste gentil!)

  • Tu aurais dû ramener la pancarte pour la planter à l'entrée du boyau de la mort à Dixmude :o)

  • bonne idée!
    il y a aussi les 216.111 conscrits de nos provinces belges (rebaptisées en départements) dont plus de la moitié a trouvé la mort dans l'une ou l'autre guerre napoléonienne...

  • C'est vrai le monde est peuplé d'individus morbides : j'en connais qui vont fréquenter les cadavres de Rimbaud, de Braque, d'Albert Roussel sous prétexte de faire du tourisme improbable à Charleville-Mézières ou à Varengeville-sur-Mer.
    ;-)

  • s'il n'y faisait pas si chaud, j'irais même me pencher respectueusement au-dessus d'une tombe à Sète :-)

Écrire un commentaire

Optionnel