• Question existentielle

    La question du mois est la suivante: 

    2017-08-14 (53).JPG

    est-ce que ça vous fait rire? 

    Murakami sa culotte à l'envers 

    Lamartine à la ferme 

    Prévert solitaire 

    Le charme Hopper 

    ... 

    Moi je me suis esclaffée dans cette pourtant très sérieuse et silencieuse librairie, à Neuchâtel 

    laughing

  • P comme pareil partout

    2017-08-09.JPG

    Comment est-ce possible, s'insurgeait un politicien qui n'est pas mon ami, comment est-ce possible que des écoles, par manque de moyens, doivent faire appel à toutes sortes de bonnes volontés pour réaliser les travaux nécessaires l'été avant la rentrée? 

    Pourquoi, continue-t-il, trouvons-nous ce bénévolat normal quand il s'agit de l'école? Accepterions-nous la même chose pour, par exemple, les maisons de retraite ou les hôpitaux, que les familles soient invitées à venir donner un coup de main pour faire le grand ménage, repeindre, réaliser diverses réparations? 

    Non, évidemment. 

    Par hasard, la veille de la parution de l'article, j'avais photographié l'affiche ci-dessus, me disant qu'à Asciano on allait encore plus loin que dans notre école: on invite tout bonnement les parents d'élèves à s'associer aux profs pour repeindre ensemble les locaux. 

  • O comme onze

    jeu,fiction,françois bon

    (1) Depuis ses 15 ans, il connaît The Matrix par cœur. Depuis ses 15 ans, il ne s'habille plus qu'en noir, avec le manteau très long et les lunettes sombres. Malheureusement, depuis ses 20 ans une calvitie sévère l'empêche de jouer pleinement les Keanu. 

    (2) A 60 ans, elle a eu envie de faire le trajet Belgique-Compostelle à vélo. Elle s'est un peu entraînée, quelques samedis, et puis elle est partie. Personne n'ose lui demander si elle n'a pas triché et pris le train, ici et là, pour alléger le parcours. 

    (3) Ses parents l'ont appelé Christophe mais il a choisi la graphie Kristof. Toute la vie il leur reprochera ce prénom français. Malheureusement, il n'a pas pu changer son nom de famille, qui est d'origine picarde. 

    (4) Elle regrettait d'être née trop tard pour pouvoir être hippie. Ça ne l'a pas empêchée de se parfumer au patchouli, de fumer de la marijuana et d'abandonner ses études à 17 ans. Ni d'enseigner l'anglais en Inde. 

    (5) Ses trois frères font la fierté de leurs vieux parents: ils ont bien réussi dans leur entreprise de toiture, plomberie, chauffage, électricité. Ils ont des villas, des piscines, un manège. Lui seul est un gagne-petit: il a fait des études et est prof dans le secondaire. 

    (6) Depuis de nombreuses années, sur tous les billets de banque qui lui passent entre les mains, elle écrit consciencieusement au stylo bleu: "L'argent, c'est de la merde". Depuis de nombreuses années, elle espère en vain qu'un de ces billets lui reviendra en mains. Aujourd'hui, elle se demande si elle n'a pas inspiré un Brestois. https://attaque.noblogs.org/post/2017/07/31/brest-finistere-largent-cest-dla-merde/

    (7) Arrête de faire le pitre! lui disait constamment sa mère.
    Tu vas encore te faire remarquer avec tes grimaces et tes pitreries! lui sifflait-elle. 

    Après sa mort, il a trouvé un carnet où elle consignait pieusement toutes ses facéties. 

    (8) Si vous saviez, dit-elle, comme j'ai galéré! Galéré des années, des années avant de trouver ce que j'aime vraiment faire! Ça me désespérait!

    Elle vient d'avoir vingt ans. 

    (9) Après deux opérations aux genoux, ligaments, rotule, il a dû arrêter le foot. Il s'est mis au vélo: il a parcouru toute la Corse, grimpé le mythique Mont-Ventoux, passé l'hiver sur son VTT. C'est comme ça qu'un soir de neige et de boue, un camion l'a percuté.

    (10) Elle a préparé le petit déjeuner familial, les boîtes à tartines pour les enfants, rangé la maison. Elle a conduit les enfants à l'école et leur a dit à ce soir, travaillez bien. Puis elle est allée se jeter dans le canal.

    (11) Il était ambulancier. Le roi de la vitesse et de l'efficacité. Le jour où l'ambulance a dû venir pour lui, elle est arrivée trop tard. 

    *** 

    atelier d'été de François Bon - consigne 1: onze personnages en 3 phrases chacun 

    source de la photo wikipedia

  • N comme nationalités

    2017-08-11 (18).JPG

    - Tous ces Africains qui débarquent par milliers en Italie, dit Monsieur, c'est un vrai problème! Un grand problème! 

    Quelques-uns d'entre eux sont arrivés à Asciano. Le matin, ils vous accueillent tout sourire lorsque vous allez faire vos courses au supermercato COOP. Ils vous disent buongiorno à votre arrivée et à votre départ. Quelques gentilles vieilles dames se laissent attendrir et leur offrent une piécette en échange d'un peu d'aide pour charger le contenu du chariot dans le coffre de la voiture. Elles se disent sans doute que là-bas en Afrique ils ont une mère, une grand-mère, qui s'inquiètent pour eux. 

    Je me demande ce qu'ils font le reste de la journée. Et quelles perspectives ils ont. 

    2017-08-11 (9).JPG

    - Vous avez sûrement déjà remarqué nos Chinois? dit Monsieur. 

    En effet, j'avais déjà rencontré des Asiatiques, toujours entre eux par petits groupes, parlant fort une langue comprise par eux seuls. Ils ont de beaux vêtements, des sacs griffés, leur Ipod et leurs oreillettes. 

    - Ils sont ici pour apprendre l'italien, dit Monsieur. Ils suivent des cours pendant quelques mois, ensuite ils poursuivent une formation ailleurs en Italie, dans la mode par exemple. 

    J'en ai vu quatre dans le train pour Sienne. En sortant de la gare, ils n'avaient que l'esplanade à traverser pour entrer dans leur école de langue. Apparemment le cours ne commençait qu'à onze heures. 

    2017-08-07 (6).JPG

    Les Belges d'Asciano se filment et se photographient, boivent du vin, mangent des spécialités locales, puis un soir ont tout à coup une envie de frites, même s'il fait encore 36° à la terrasse de la trattoria

    voyage,italie,italien,belge,belgique

    Assis toute la journée jusqu'à minuit passé à leur coin de rue, les Italiens d'Asciano contemplent tout ça en donnant des commentaires.
    Ne vous méprenez pas en voyant ces bancs vides, ils sont bien là, ils ont placé leurs sièges en plastique de l'autre côté des buissons, à l'ombre. 

    Je me demande quand ils mangent ou dorment tongue-out 

  • M comme monts et merveilles

    La Suisse, ça se mérite 

    2017-08-12 (6).JPG

    de quelque côté que vous vouliez entrer 

    2017-08-12 (4).JPG

    il y a des files et des formalités 

    2017-08-13 (20).JPG

    et même des feux rouges le long de l'autoroute... 

    2017-08-13 (21).JPG

    Alors vous êtes d'autant plus content 

    d'avoir atteint le but! 

    2017-08-13 (19).JPG

     

  • L comme long et loin

     

    - Et pour retourner à Bologne, comment fait-on? demande l'Adrienne à la dame qui renouvelle les rouleaux de papier toilette pendant que tout un car de Japonaises fait la queue. 

    - Vous prenez la prochaine sortie, dans une dizaine de kilomètres, répond-elle en riant. 

    L'Adrienne aime bien faire rire les gens alors à chaque arrêt c'est le pompiste, le barista, la caissière, tous ceux à qui elle demande la route qui rigolent et qui ne peuvent que conclure qu'elle est en effet drôlement "fuori strada" cool 

    Le plus comique, c'est qu'Antoinette avait dit: 

    - Oh pour trouver le chemin du retour, tu n'auras pas besoin de carte ni de GPS! Partout il sera marqué "Gottardo! Gottardo!" 

    Et bien vous savez quoi? La première fois que l'Adrienne l'a vu mentionner, c'était à la frontière suisse. 

    Entre-temps, il y avait déjà eu de franches rigolades avec une dame des toilettes, un barista, une caissière, un pompiste et trois jeunes gens dont l'un voulait l'envoyer en Ligurie et les deux autres "toujours tout droit" tongue-out 

    voyage,italie

    première mention du Gottardo

  • K comme Krapu

    krapu.jpg

    Eva-Lena a trente-neuf ans, un mari, trois enfants, et sa vie se trouve à un point mort au moment où, par un malheureux concours de circonstances, elle se retrouve enfermée dans le cagibi de la photocopieuse, un vendredi soir. 

    Elle n'en sera "sauvée" que le lundi matin, de sorte qu'elle a eu de très nombreuses heures pour réfléchir à son passé, son présent et son avenir. 

    Voilà pour le pitch

    info et photo sur le site de l'éditeur 

    lire, lecture, lecteur, nordique

    deuxième lecture pour le challenge chez Margotte. 

    Au début, ça m'a très fort fait penser au Lièvre de Vatanen, peut-être à cause des oreilles sur la photo de couverture, ou parce que l'auteur est née en Finlande, mais il me semblait retrouver des similitudes dans la situation burlesque d'Eva-Lena et celle de Vatanen ainsi que des ressemblances de ton, d'atmosphère. 

    J'ai juste failli arrêter de lire en me rendant compte que le portrait d'Eva-Lena comme prof ressemblait un peu trop au mien: celle qui vient déjà pendant les vacances préparer sa classe, celle pour qui aucun manuel n'est assez bon et qui préfère fabriquer tout son matériel elle-même, celle qui pense tout le temps à l'école, à ses élèves, à ses cours, s'interroge tout le temps sur ses méthodes, ses évaluations, le bien-être de ses élèves. Et qui a tout le temps le nez dans ses copies, méritant ainsi les sarcasmes de son mari: pourquoi faire toutes ces heures supplémentaires sans être payée? 

    Or, je ne voulais surtout pas lui ressembler! 

    Heureusement, les ressemblances n'allaient pas plus loin tongue-out et j'ai suivi avec attention (et espoir tongue-out) l'introspection forcée de l'héroïne qui arrive aux bonnes conclusions: "J'ai fait partie des personnes les plus prétentieuses qui soient" (p.239) cherchant la perfection dans un tas de domaines - elle est par exemple un as du planning, de l'organisation, du ménage et de la traque anti-poussière - et en a oublié ce qui compte réellement.  

    "Quand je sortirai d'ici, j'aurai à nouveau le choix. D'innombrables options s'offriront à moi. 
    Maintenant, il faut que je note les choses que je ne veux pas rater à l'avenir. Et les choses dont je peux me passer." (p.256) 

    Elle ne gardera qu'un seul principe, finalement: l'amour. De soi et des autres. Le plaisir. 

  • J comme jubilé, jubilons!

    voyage,italie,musique,amitié

    C'est Antoinette qui s'en souvenait, il y a exactement 10 ans qu'on s'est rencontrées pour la première fois, à ce festival en pays siennois. 

    Nous avons donc levé notre verre à dix ans d'amitié. 

    Enfin, elle buvait de l'eau, avec son groupe elle était allée à Montepulciano où elle avait dégusté cinq vins différents pendant le repas, et elle avait l'estomac en compote. 

    Ce qu'il y a de bizarre à ce festival dans des villages toscans, c'est qu'on n'y voit et entend quasiment que des Flamands. Un ou deux francophones et presque aucun Italien. 

    On y fait donc salle comble, ou plutôt "église comble", rien qu'avec des gens venus spécialement de Belgique. 

    voyage,italie,musique,amitié

    Mais quels gens cool Que du beau monde élégant et bien coiffé, bien chaussé. Qui vient chaque année et qui porte le badge "abonné" ou "mécène" autour du cou, se connaît et se retrouve bien serré au coude à coude autour des amuse-gueule d'avant concert. 

    voyage,italie,musique,amitié

    C'est en admirant une dame particulièrement soignée, collier de perles, sac Delvaux, vertigineuses sandalettes dorées, que je me suis rendu compte que je portais la même robe qu'il y a dix ans tongue-out 

  • I comme illogique

    voyage,italie

    Antoinette est venue en voyage organisé. Elle loge avec le groupe dans un hôtel très étoilé, situé à une dizaine de kilomètres de la petite ville. La vue sur les collines siennoises est merveilleuse. Il y a une piscine et tout l'hôtel est parfaitement climatisé. 

    L'Adrienne est venue toute seule et loge comme vous savez cool. Elle n'a vue sur rien, sauf sur une porte qu'elle doit garder bien fermée et protégée du soleil. Il n'y a évidemment pas de piscine ni de climatisation. 

    Antoinette a un buffet de petit déjeuner avec œufs, fromages, charcuteries, viennoiseries toutes plus délicieuses les unes que les autres. Mais vu qu'elle a déjà des repas gastronomiques avec force vins, tous les jours, elle a l'estomac dérangé et se contente d'une pomme. 

    L'Adrienne déjeune comme vous savez. Le cake maison qui a suivi celui des trois premiers jours est jaune, en forme de couronne, et brûlé par en-dessous. Vous préférez celui-ci ou celui d'avant, a demandé la dame, et l'Adrienne a longuement hésité avant d'être capable de trancher... 

    Antoinette dès le matin tôt n'a pas de temps à perdre: se préparer, déjeuner, retrouver le groupe pour le départ en excursion avec le minibus. Elle ne rentre que très tard le soir. La nuit est tombée depuis longtemps. 

    L'Adrienne en journée reste dans sa chambre: même sans clim', il y fait plus frais que dehors. Elle sort juste un peu le matin, pour une balade, un musée, et le soir, pour un concert. Elle passe son temps à lire-au-lit. 

    Au bout de cinq jours, Antoinette n'a toujours pas eu l'occasion de profiter de la piscine.  

    voyage,italie

    Eglise de Sant'Agata, le soir. 
    Sant'Agata est la sainte patronne de la ville. 

  • H comme hôtes et hôte

    2017-08-06 (2).JPG

    - Je vous conseille, me dit-elle, de garder la porte-fenêtre bien fermée, à cause de la chaleur. Mais ouvrez-la cette nuit, pour avoir un peu de fraîcheur. (1) 

    Ouvrir la porte la nuit, pour la fraîcheur, je veux bien, mais les moustiques? 

    - Oh! des moustiques? il n'y en a pas la nuit! Et puis il y a ça: 

    voyage,italie

    Le lendemain, je me lève avec de grosses cocardes rouges sur les bras, les jambes et la joue: oui, les moustiques siennois dorment la nuit... avec moi tongue-out 

    - Il y a un frigo, me dit-elle, si vous voulez mettre des choses au frais... 

    Ah super, me dis-je. 

    Quand je l'ouvre, je vois qu'il est rempli de petites bouteilles. Il n'y a même pas la place d'y entreposer un œuf dur. Il y a aussi cette affichette dedans: 

    voyage,italie

    Sans doute puis-je y mettre au frais mes sous-vêtements, comme Marylin dans The Seven Year Itch 

     La chambre est au rez-de-chaussée, les hôtes logent au premier. Je les entends faire des va-et-vient, l'un fait slof slof, probablement en savates, l'autre fait kloiiing kloiiing avec une sorte de sabots. Je les entends aussi discuter, faire pipi, tirer à la chasse. 

    Alors une pompe se met en marche à côté de ma chambre. C'est pratique pour savoir qu'il est quatre heures du matin wink 

    Régulièrement, ça fait slof slof ou kloiiing kloiiing dans le couloir derrière ma porte ou dans la pièce à côté. Je finis par me demander s'il n'y a pas un œilleton pour surveiller l'hôte undecided 

    (1) Fraîcheur toute relative, au plus frais de la nuit il fait encore 24° - sur la photo il est six heures du matin et il fait encore un brin plus frais dehors que dedans tongue-out 

  • G comme GPS

    voyage, italie

    Faites demi-tour aussi vite que possible! a répété deux ou trois fois Madame GPS, alors que l'Adrienne roulait dans un tunnel. Probablement parce qu'il n'était pas encore construit quand Madame GPS est née. 

    En fait, entendre sa voix lors de ce premier trajet, vendredi dernier, tenait du miracle: elle est restée muette pendant des heures, de sorte que l'Adrienne avait déjà raté une entrée d'autoroute, à une trentaine de kilomètres de chez elle, et qu'elle s'est dirigée au pif en direction du Luxembourg.  

    Puis à force de l'éteindre et de la rallumer - à déconseiller quand on est au volant, mais que voulez-vous - elle a tout à coup déclaré: 

    Veuillez faire attention à la limitation de vitesse! 

    Jamais l'Adrienne n'a été aussi heureuse de s'entendre sermonner. 

    Bref, vendredi Madame GPS a plus ou moins fait son boulot, même si de temps en temps il faut rectifier le tir et surtout ne pas la prendre trop au sérieux. 

    Mais samedi matin, Madame GPS a refusé tout service: l'Italie? Elle ne connaissait plus ce pays. 

    Obligeant l'Adrienne à aller de Kempten à Asciano sans carte et sans G(uide) P(eu) S(ûr). 

    Une carte d'Italie, elle en a une pourtant, achetée en 2012, un bon gros volume Michelin. Malheureusement elle l'a prêté à quelqu'un. 

    voyage, italie

    photos prises à divers endroits entre Arbia et Asciano: Che bellezza! che bellezza! 

    voyage, italie

  • F comme faim

    voyage,italie

    - Le petit déjeuner entre huit et neuf heures, dit la dame. 

    L'Adrienne, qui a passé la nuit à écouter aboyer les chiens des environs, et a très peu mangé pendant les douze heures passées au volant la veille et l'avant-veille, meurt de faim dès six heures et décompte patiemment les minutes. 

    A huit heures tapantes, elle se pointe à la cuisine de ses hôtes (1) 

    - Café ou thé? ou un cappuccino? demande le monsieur. 

    Vous connaissez la réponse de l'Adrienne smile 

    - Un morceau de gâteau? demande la dame en montrant un reste de cake sous une cloche de plastique. 

    L'Adrienne hésite. Est-ce tout ce qui est prévu? 

    - Il y a aussi des biscottes, dit la dame en posant sur la table quatre de ces petits carrés sur lesquels on pourrait se casser les dents. 

    Sûrement que l'Adrienne a eu sa tête d'ahurie, car la dame a ajouté: 

    - Ou vous voulez peut-être une brioche? 

    Elle montre un emballage du supermarché dans lequel sont serrés deux ou trois croissants qui sont la honte de la boulangerie. 

    - Je crois que je vais prendre un morceau de gâteau, dit l'Adrienne. 

    La dame lui en coupe une tranche et remet le reste sous la cloche. On se rend compte en le mangeant qu'il a dû survivre aux 40° des derniers jours. 

    Quand le morceau de cake et le cappuccino ont été avalés, la dame débarrasse. 

    Et l'Adrienne est sortie de là en se demandant comment elle tiendra le coup jusqu'à midi. (2)

    voyage,italie

    photo 1: six heures du matin
    photo 2: huit heures, le soleil apparaît derrière l'arbre 

    *** 

    (1) c'est un B&B dans un appartement, la chambre était un garage, les propriétaires sont au premier étage. 

    (2) je sais ce que vous allez me dire, "Paese che vai, usanze che trovi", mais c'est quand même la première fois que c'est à ce point-là "à l'italienne", juste un café et un petit truc sucré tongue-out

  • 7 fois!

    hollanddief.jpg

    Oui, vous voyez bien: ceci est une petite Renault transportant deux énormes pylônes. 

    Vous trouvez ça bizarre? Vous n'êtes pas le seul: un riverain a alerté la police. 

    Celle-ci a arrêté le conducteur et fait les constats suivants: 

    1.cette façon de transporter des pylônes n'est pas réglementaire. 

    2.la voiture n'est pas assurée. 

    3.le permis de conduire du chauffeur n'est pas valable. 

    4.le chauffeur pue l'alcool. 

    5.il est déjà fiché pour divers délits.

    6.par exemple, il s'est servi à une station-service sans payer. 

    7.on vérifie la provenance des pylônes: tout porte à croire qu'ils ont été volés.

    C'est une histoire hollandaise tout à fait vraie et elle m'a beaucoup fait rire. Vous aussi, peut-être, ça vous a rappelé ce cher Fernand: 


    Fernand Raynaud "la prévention routière" sketch par marmiton93 

    source de la photo (politie Lelystad) et article ici

     

  • E comme Encore est vive la souris!

    voyage,italie

    Maintenant elle peut l'avouer: l'Adrienne a eu peur. 

    Elle sait que c'est un peu fou de vouloir faire le trajet Belgique-Italie (Sienne) avec sa vieille petite bagnole, toute seule, sans carte et avec un vieux GPS de m... (comme disait Cambronne). 

    En plus un week-end comme celui-ci, que tous les visons butés d'Europe déconseillaient fortement. Files et encombrements à gogo. 

    Et en effet, ça s'est vérifié. Par exemple il a fallu quatre heures rien que pour traverser ce petit bout d'Autriche par Innsbruck et le Brenner. 

    On comprend pourquoi tous ceux à qui on avait demandé conseil: Gottardo? ou Brennero? n'avaient su quoi dire tongue-out 

    Bref. C'était fou, long et dur, mais ça en valait la peine. 

    La dernière centaine de kilomètres, l'Adrienne s'est mise à répéter sans arrêt: Che bellezza! che bellezza! 

    Ça doit être ça, le syndrome de Stendhal tongue-out 

    voyage,italie

    12 heures séparent les deux photos: files le matin, bellezza le soir, mieux vaut ça que le contraire cool 

    Et d'un bout à l'autre, la vaillante petite Mazda!

  • D comme dernier défi

    h18.jpg

    Il a ajusté la partie supérieure d'une roulotte de romanichels à la barge qu'il utilise le plus souvent pour aller sur la rivière. A cause de cette roulotte, il est impossible de voir ce qu'il trafique à l'intérieur, et ça intrigue beaucoup les paysans, les pêcheurs et les gens du village. On le soupçonne d'y emmener des dames, une ou même deux à la fois, pourquoi pas, et qu'on imagine très peu vêtues, puisqu'il a toujours le prétexte de sa peinture, de son art. 

    Ce en quoi on ne se trompe pas. 

    h19.jpg

    Ce jour-là précisément Aline est à bord, vêtue cependant, de sa plus jolie robe et de son chapeau neuf. Il l'emmène déjeuner à Chatou, chez le père Fournaise avec ses amis les canotiers. Aline a tenu à emporter son chien et fait des mines que l'ami Gustave semble trouver à son goût. 

    On l'aime bien, Gustave, c'est lui qui règle la note... 

    h31.jpg

    L'a-t-il peinte, son Aline! Aline en lectrice, assise en tailleur dans l'ombre bleue du salon, Aline au bain, soulevant légèrement sa jambe de statue, Aline au jardin, moment de farniente parmi les papillons, les mésanges et les fleurs, Aline dans le champ de blé, avec le village en arrière-plan, Aline lui faisant un baiser d'au revoir, la bouche en coeur au bout de ses jolis doigts... 

    Il se dit qu'il finira sans doute par l'épouser. Il a cinquante ans passés et leur petit Pierre bientôt cinq. 

    *** 

    Dernier défi des Plumes d'ici et d'ailleurs
    jours 18 (Claude Monet, La barque atelier, 1874), 19 (Renoir, Le déjeuner des canotiers, 1871) et 31 (logorallye avec les mots des objets présents sur la photo: lectrice, statue, mésange, bleue, tirelire, au revoir, village, tailleur, farniente)

  • C comme casque d'or

    Voisine Casque d'Or est une pimpante petite vieille dame qui fait ses courses et son ménage en souliers vernis, balaie devant sa porte en élégant tailleur rose bonbon et semble toujours sortir de chez son coiffeur. 

    Le contraste ne peut pas être plus grand avec l'Adrienne, son vieux jean noir qui s'effiloche, ses sandales plates et ce peigne qu'elle a encore oublié de se passer dans les cheveux le matin. 

    Chaque fois qu'elles se voient, elles se font le même genre de conversation, à commencer par la météo et l'état de plus en plus lamentable du trottoir et de la rue, avec la date sans cesse remise pour les travaux annoncés - aujourd'hui il est question de janvier prochain. 

    carport 2017-07 (3).JPG

    - Mais cette chose-là, que vous avez fait mettre dans votre jardin, c'est quoi, au juste? 

    - ... ? 

    - J'en parlais avec ma voisine, elle ne savait pas non plus à quoi ça pouvait servir... 

    - Ah! vous voulez parler du carport

    Carport 2017-07 (2).JPG

    le carport, en cours de construction 

    elle m'a bien fait rire avec sa question smile 

    je lui avais pourtant annoncé ce projet, mais bon, il y a plusieurs mois déjà, elle l'aura oublié

     

     

  • B comme bonne idée!

    Chaque année, nous explique-t-on dans la vidéo, de grands et coûteux travaux sont nécessaires pour remettre "à niveau" le sable le long de notre côte belge. Surtout à cause des tempêtes hivernales, qui emportent au large des tonnes de sable. 

    On pourrait peut-être régler le problème de manière moins coûteuse et tout à fait écologique, en créant une sorte de récifs artificiels constitués de plantes marines, de coquillages et bien sûr de moules tongue-out 

    Ces récifs formeraient une sorte de filtre et empêcheraient l'érosion des plages. 

    Ce mois-ci, un projet pilote sera installé sur un bout de côte, à hauteur de La Panne. S'il est concluant, dans trois ans il sera réalisé à grande échelle. 

    mer,actualité,belge,belgique

    source de la photo (Jimmy Kets) et article ici

     

  • Adrienne à Amsterdam

    Vous le savez déjà, l'Adrienne a passé une semaine à Amsterdam. 

    Elle y a dépensé plus d'argent en musées qu'en nourriture: le billet d'entrée coûte plus cher qu'un plat du jour. 

    Un musée par jour donc, pas d'overdose, et chaque fois un endroit qui puisse intéresser également Monsieur Neveu. 

    A'dam 2017-07-18 (9).JPG

    Découverte d'un peintre que je ne connaissais pas, le Bruxellois Colijn de Coter (né entre 1450/55 et décédé entre 1522/32), huile sur panneau, Bewening van Christus.   

    Monsieur Neveu n'a été que fort peu impressionné par les Rembrandt, Vermeer, Van Dijck, Jordaens. Par contre, en bon petit Français, il s'est extasié devant cette toile-ci tongue-out. De même qu'il trouvait nulles les sculptures dans le jardin du musée et qu'il a complètement changé d'avis quand je lui ai dit qu'elles étaient de Dubuffet. 

     A'dam 2017-07-18 (18).JPG

    Comprenne qui pourra, au Rijksmuseum on peut photographier toutes les œuvres grandioses exposées, mais le lendemain, au musée Van Gogh, les photos sont interdites. Je le déplore. La photo ci-dessus a été prise au Rijksmuseum, c'est un "jeune" Van Gogh qui, à peine arrivé à Paris, peint la butte de Montmartre dans un style encore très classique, naturaliste. 

    A'dam 2017-07-20 (11).JPG

    Le troisième jour, nous l'avons passé entièrement au Tropenmuseum et nous en sommes partis à regret. La riche collection permanente, les expos temporaires, tout nous a intéressés. La photo ci-dessus représente un "tablier de danse" porté par les femmes du nord de la Papouasie, autour du lac Sentani. Ces motifs peints sur les écorces d'arbre ont inspiré des artistes européens comme Henri Matisse et Joan Miró. En voici un autre exemple: 

    A'dam 2017-07-20 (13).JPG

    Par contre, le lendemain au musée de l'Hermitage, nous nous sommes juste contentés d'y prendre un repas. Payer 17,50 € par personne et par expo nous semblait prohibitif, surtout que Monsieur Neveu ne montrait que peu d'intérêt pour le dernier des Romanov ou pour les Hollandais du 17e siècle. 

    A'dam 2017-07-21 (7).JPG

    Que peut-on conclure en voyant cette photo d'un plat principal au café-restaurant du musée de l'Hermitage? 
    1.qu'il est normal que le billet d'entrée coûte plus cher que le plat, vu la taille du saumon et les quantités de légumes qui l'accompagnent 
    2.qu'on peut facilement passer huit jours en Hollande sans prendre un gramme 

    A'dam 2017-07-21 (2).JPG

    Par contre, la visite des établissements du diamantaire Gassan sont gratuites (sur réservation) et dans la langue de votre choix. 

    La visite se termine évidemment par d'alléchantes vitrines devant lesquelles Monsieur Neveu a eu bien du mal à résister à l'achat d'une montre. 

    voyage,peinture,art,amsterdam

    Touchante visite - en tout cas pour l'Adrienne - de la maison où a vécu Rembrandt de 1639 à 1658. Ce coin de cuisine a rappelé des souvenirs à l'Adrienne, dont la chère grand-mère a eu le même genre de "pompsteen" avant que le grand-père ne décide qu'il était temps d'avoir une cuisine "moderne", c'est-à-dire un affreux évier en inox au lieu du vaste bac en pierre naturelle... 

     *** 

    petite note pour ceux qui ont compté jusqu'à sept: oui, il en manque deux: le musée des sciences NEMO et le petit musée archéologique Allard Pierson

    cool

     

     

  • Première participation

    la minute de vérité.jpg

    Un des gros problèmes de l'Adrienne, c'est de se lancer dans des tas de trucs et d'avoir du mal à les mener à bien. 

    Faut qu'elle apprenne à se limiter. 

    Faudrait... 

    Mais bon, elle s'est engagée dans un challenge chez Margotte

    Il y avait le choix entre Poucette (un à trois livres), Petite sirène (trois à cinq livres) et Reine des neiges (plus de cinq livres). Je vous laisse deviner à quoi l'Adrienne s'est engagée tongue-out 

    Bref, ceci explique pourquoi aujourd'hui elle va vous parler d'un livre qui l'a barbée. 

    Oui, barbée. 

    Et pourtant - une fois de plus - elle s'était laissé embobiner par l'alléchante quatrième de couverture, qui promettait un voyage en Italie, la découverte d’œuvres d'art (Giotto, Brunelleschi, Raphaël...) et de l'amour. 

    Est-ce que tout ça ne s'y trouverait donc pas, vous demandez-vous. 

    Si, si. Quatre cent quinze pages. 415. Pour seulement deux personnages, une jeune fille de 17 ans, un jeune homme à peine plus âgé, féru d'art et préparant une série d'articles sur le thème de la crucifixion en peinture. 

    Elle tombe amoureuse de lui et pour avoir une bonne raison de s'attacher à ses pas de musée en église, se fait expliquer - en long et en large - la grosse trentaine d’œuvres qui formeront l'objet de ses articles.

    Comme il s'agit de crucifixions et qu'on suppose que les (jeunes) lecteurs d'aujourd'hui ne connaissent pas l'histoire sainte, on reçoit au fil des pages de longs cours de catéchisme. David, Salomon, Jésus, Marie, les apôtres, l'Ancien et le Nouveau Testament, les fêtes chrétiennes, tout est aussi minutieusement expliqué que les trente quatre peintures et sculptures. 

    Ouf! Même l'Adrienne - qui pourtant on le sait aime l'Italie, ses peintres, ses musées - n'est pas arrivée à lire jusqu'au bout. 

    Peut-être parce qu'elle connaît son catéchisme. 

    Ou peut-être parce que l'intrigue amoureuse est quasi nulle. Nul le suspense. Nulle l'évolution des personnages. 

    Bref, n'en parlons plus. 

    margotte nordique.jpg

    BjØrn Sortland, La minute de vérité, roman d'art et d'amour, traduit du norvégien par Françoise, Marina et Tom Heide, Bayard, 2015