I comme incipit

lakévio70.jpg

Longtemps je me suis couchée de bonne heure. Non par goût, mais parce que j'avais un petit frère qui refusait d'aller au lit aussi longtemps que j'avais la permission de veiller. 

Longtemps je me suis donc couchée à l'heure des petits enfants. Je ne réussissais pas à m'endormir - l'ado vit à un autre rythme, c'est bien connu - et j'appréhendais ces longues heures dans l'attente vaine du sommeil. 

C'est encore pareil aujourd'hui et j'ai déjà appliqué tous les conseils des spécialistes et autres gourous du sommeil: des rituels, des heures fixes, pas de café ni d'écrans lumineux dans les heures précédentes, que sais-je encore. 

Ma carissima nipotina a le même problème et réussit à s'endormir en faisant tout le contraire de ce qui est préconisé: allongée dans son fauteuil, la télé allumée, les chats couchés sur elle, elle dort... 

Vous commencez à la connaître, vous savez bien qu'elle n'en fait qu'à sa tête tongue-out 

Peut-être a-t-elle un peu raison?

*** 

tableau et consignes chez Lakévio 
qui impose l'incipit indisposant irrémédiablement
Walrus innocent 

La dernière phrase aussi est imposée. 

Commentaires

  • Petit Frère et Marcel dans le même billet, on est gâtés ce lundi ;-)

  • et ma carissima! :-)

  • Eh oui, ce ne sont pas les enfants qui créent de mauvaises habitudes, mais leurs parents ;)

  • ça peut arriver, oui

  • merci Pivoine

  • Si près de la vérité .......
    J'ai bien aimé te lire
    C'est court , c'est bien écrit
    Bonne semaine

  • merci Rose! en effet, le sujet ne m'a pas inspiré de fiction, ici c'est du vécu à 100% ;-)

  • Ça y est, Marcel, je vais avoir du mal à m'endormir !
    ...Une fois n'est pas coutume :o)

  • laisse au chien le choix du parcours, tu dormiras comme une bûche ;-)

  • tu crois? j'arrive toujours à un passage où il m'énerve, alors j'arrête de lire ;-)

  • Attendre le sommeil, se tourner et se retourner dans le lit, c'est long !! Heureusement c'est rare pour moi ;)

  • sois heureuse de faire partie de ces privilégiés :-)

  • Elle a complètement raison, je m''endors avec la lumière, je lutte contre le sommeil depuis toujours.

  • il y a les privés de sommeil et les privilégiés du sommeil, à voir vos commentaires à tous ;-)

  • " carissima nipotina " est comme ma mère qui s'endormait devant la télé avec du bruit autour.
    Une merveille de concision et de clarté cette note.

  • merci le Goüt

  • ah les bons conseils !!! pareil pour les centenaires, le secret de l'un est la sobriété en tout, celui de l'autre est le petit vin blanc...

  • oui les journalistes sont tellement navrants à poser toujours cette question-là aux centenaires :-)

  • Je connais pas mal de personnes qui dorment très bien devant la télé et qui se réveille en sursaut dès que le poste s'éteint !
    Pas moi, mais je m'endors souvent lumière allumée, un livre dans les mains, et le sursaut vient quand il finit par tomber !

  • quand l'endormissement devient si problématique, on a presque peur de se mettre au lit: on n'y croit plus ;-)

  • Je m'endors facilement devant la télé, après le repas de midi surtout, après, je peux recommencer à travailler, le soir je ne suis pas vite fatiguée, alors je regarde la télé parfois, je joue sur l'ordinateur, je ne me couche jamais avant minuit, et je lis encore dans mon lit, alors je peux m'endormir, et si au cours de la nuit je me réveille, je reprends ma lecture, c'est mieux qu'un somnifère. Le matin, à 7 heure, je suis debout. Je crois que chacun à son propre rythme.

  • oui, c'est sûr! mais je crois qu'en général, nous ne dormons pas assez... c'est en tout cas ce que je lis dans tout ce qui se publie (d'un peu sérieux) sur le sujet, à commencer par les enfants et les ados, justement

  • J'ai aussi un sérieux problème de sommeil. Moi-aussi, j'ai essayé des tas de trucs, sans succès. Bon, maintenant, je fais tout le contraire de ce qui devrait se faire. Pourquoi sommes-nous si inégaux face au sommeil ? Mon mari s'endort à peine la tête posée sur l'oreiller.

  • c'est dans la tête, probablement ;-) on ressasse, on ne déconnecte pas de notre quotidien...

  • Mmmh, j'ai croisé un charmant pharmacien -- à qui j'ai acheté des remèdes homéopathiques (et pourtant, je n'y crois pas) mais aussi un remède naturel - avec cette hormone qui favoriserait à la longue, l'endormissement (la mélatonine?) Bref, il y a un médicament - une marque, où l'hormone est pure, non nocive, je voudrais décrocher un peu des somnifères, j'en prends depuis trop longtemps, quand j'ai perdu le sommeil, alors, m'endormir, ça va (je m'endors par exemple devant Diane femme flic o;) pour le moment, mais se coucher après, et c'est galère pour se rendormir. Et les réveils ! 4h, 5h, 6h, etc.

    La tisane de lavande... Les huiles essentielles... J'essaie aussi de tout. Car vraiment, le somnifère, j'en ai plus qu'assez.

  • les rituels peuvent aider, probablement, une tante de mon mari ne pouvait dormir que si elle avait bu son lait chaud ;-)

  • Moi, je tombe de sommeil le soir. Mais dans la nuit, c'est une autre histoire, je cours après Morphée.

  • oui oui, je vois, fatiguée le soir et réveillée toutes les heures - ou pendant des heures - la nuit...

  • Moi, c'est le dimanche soir que j'ai un mal fou à m'endormir et que je vois défiler les heures (et je n'ai pourtant pas de souci particulier au boulot le lendemain...). Les autres jours, pas de problème. Par contre, impossible pour moi de dormir devant la télévision, dans un autocar, dans un avion, dans un train ; j'ai besoin d'un vrai lit!

    Bonne semaine Adrienne.

  • c'est vrai que le dimanche soir est spécial ;-)
    même si j'ai un boulot que j'adore, le dimanche soir j'ai du stress pour tout ce qui m'attend le lendemain

  • La télé comme berceuse, c'est sans doute mieux que les somnifères ?
    J'ai une amie qui avait tout essayé aussi, finalement elle a retrouvé le sommeil à la retraite - qui sait ?

  • speriamo :-)

  • À peine la tête sur l'oreiller je dors... tous les soucis restent derrière mais je les retrouve le lendemain malheureusement.
    Il m'arrive parfois que le sommeil ne vient pas alors je lis et c'est un pur somnifère. Avoir cette difficulté à m'endormir et mal dormir je trouverais cela bien difficile.

  • dormir la tête à peine posée sur l'oreiller, c'est un bonheur :-)
    je suppose qu'alors on a fait le plein d'énergie pour affronter les problèmes du lendemain?

  • a part quand j'ai du soucis pour le miens, sinon , je dors bien mes huit ou neuf heures, et si ce n'est pas le cas, une petite sieste sur le canapé devant la télé l'après-midi.
    Parfois,ça permet de ne pas penser !
    Je le vois avec mon mari, l'insomnie est très pénible et il traîne sa fatigue sans pouvoir fermer l'œil la journée pour récupérer.

  • oui, pénible! et un vrai cercle vicieux

  • Mon mari s'endort tout de suite, je l'envie !
    Pour moi c'est beaucoup plus long et c'est ainsi depuis toujours.
    Par contre lui se réveille très tôt le matin et en pleine forme et moi j'émerge péniblement...

  • c'est bien vrai que c'est enviable!

  • Ah oui ! Certains ont demandé si mon récit était du vécu et j'ai dit non mais j'aurais dû préciser la seconde information sur ma personne (la première étant les dessins d'enfants) : j'ai toujours été une couche tard (j'ai toujours pensé que c'était parce que j'étais née le soir...) avec l'heureux privilège de m'endormir une fois la tête sur l'oreiller (ce n'est pas toujours vrai à présent !)
    J'ai bien aimé ton texte franc. Court mais bien mené !

  • merci Lakévio :-)
    (et oui, on se demande toujours quelle est la part de vécu dans ce que les participants racontent...)

  • J'ai le bonheur de ne pas connaître : moins d'un quart d'heure dans le pire des cas pour sombrer dans un sommeil profond. Mon seul regret : ne jamais me souvenir de mes rêves qui doivent être merveilleux, je n'en doute pas !

  • ah oui, c'est un bonheur :-)
    et dormir jusqu'au lendemain aussi :-)

Écrire un commentaire

Optionnel