U comme un arbre, un lieu

lakévio72.jpg

- Tu ne peux pas te tromper, avait-il dit, il n'y en a qu'un! 

C'est donc là qu'il l'attendait, à l'entrée du parc, au soleil de cette belle matinée de fin avril. 

Sous l'arbre dans toute la splendeur de sa floraison blanche. 

Cet arbre-là, dont le parc ne possédait qu'un seul exemplaire. 

Voilà pourquoi il lui avait bien dit: Tu ne peux pas te tromper! 

Et elle, que faisait-elle pendant tout ce temps? Pourquoi n'arrivait-elle pas? Avait-elle changé d'avis au dernier moment? 

Il n'avait pourtant pas menti, sur sa page de profil: ni sur son âge, ni sur sa taille, ni sur sa profession. Ni évidemment sur le lien principal qui s'était tout de suite créé entre eux deux: sa passion pour la botanique, qu'elle partageait. 

Alors au fait, oui: et elle, que faisait-elle pendant tout ce temps? 

D'abord, elle avait dû faire une recherche, le davidia involucratafranchement ça ne lui évoquait rien de connu. Elle avait peut-être un peu exagéré, lors de leurs échanges, sur sa connaissance des arbres, mais tout le monde ne le faisait-il pas, pour amorcer le poisson? 

Finalement, cette histoire s'était terminée à son avantage. 

- Il n'y en a qu'un, vraiment? Oui, si tu veux, un au parc Monceau, un au Luxembourg et un au Jardin des plantes.

Et tout en marchant d'un bon pas vers le jardin du Luxembourg, elle se demandait ce qui serait le mieux: avouer rapidement ses lacunes en botanique ou essayer de les combler avant qu'il ne s'en rende compte...  

*** 

tableau et consignes chez Lakévio
que je remercie!

Commentaires

  • Oui , oui,mieux vaut avouer tout de suite.
    Bravo Adrienne.

  • merci Berthoise (et je pense aussi que c'est le moment idéal pour l'aveu ;-)

  • J'avoue tout de suite: avant ce matin, je n'avais jamais entendu parler de l'arbre aux mouchoirs ;-)

  • ayant eu un grand jardin, j'ai pas mal bouquiné avant de décider de sa composition (et c'était encore dans de vrais livres à l'époque ;-))

  • Je crois qu'elle peut préparer son mouchoir, mais quelle idée aussi avaient eue ses parents de l'appeler Madeleine... :o)

  • Madeleine Wallace ;-)

  • Je ne connaissais pas non plus l'arbre aux mouchoirs. Je viens chercher sa photo, il est magnifique. Oui, il vaut mieux qu'elle avoueavant de s'emberlificoter dans des mensonges.

  • l'arbre sur la peinture m'y faisait penser, avec ses "pendeloques" blanches :-)

  • Étonnante appellation pour cet arbre ! Au moins elle se souviendra de son nom "vulgaire". Le lâcher prise, c'est ce qu'il y a de mieux en relations amoureuses. Traduction en langage familièr : "ne pas se prendre la tête" !

  • en néerlandais on l'appelle "vaantjesboom" ce qui veut dire l'arbre aux petits fanions :-)

  • Et en anglais, c'est un "dove tree"...
    https://www.thespruce.com/dove-tree-growing-profile-3269308

  • oui, drôlement plus romantique :-)

  • ah non! chacun son domaine de spécialité :-)

  • ça risque!

  • Si j'étais à Paris, j'irais sans aucun doute découvrir l'arbre - les arbres - que je ne connais absolument pas. Tu as piqué ma curiosité. Quant à ton héroïne, je trouve que ce n'est pas de très bonne augure que de se donner rendez-vous près de cet arbre aux mouchoirs ... :)

  • on n'a qu'à changer de langue, et son nom change aussi ;-)

  • je ne connais pas cet arbre. Je vais filer sur Internet.
    Quand-à elle, il vaut bien mieux que dès le début elle joue franc jeu! Mentir n'amène que des déboires . Il s'en rendrait cmpte très vite ! :)

  • je le crois aussi !

  • Arbre aux mouchoirs, c'est joli, mais plutôt pour une rupture amoureuse...
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • alors appelons-le l'arbre aux fanions ;-) c'est ici! c'est ici! le rendez-vous et la fête... :-)

  • Vive Internet qui m'a permis de savoir ce qu'est l'arbre aux mouchoirs !
    Il n'est pas trop ûuté, car il aurait dû s'apercevoir assez vite qu'elle ne connaît que peu de chose en botanique... Peut-être est-il prêt à l'accepter, aussi ignare soit-elle, afin d'avoir tout le loisir de l'initier (en botanique au moins !)

  • je suppose qu'aussi longtemps qu'on est à l'abri derrière son écran et ses moteurs de recherche, on peut entretenir l'illusion... mais plus "en vrai"!

  • M'enfin ? On peut très bien aboutir à une relation durable - ou même pas, si c'est ce dont on a envie - en étant nul en botanique ! Maintenant, si c'est juste pour jouer à la bataille navale à l'ombre des grands arbres au printemps, je n'ai rien dit ! ;-)

  • tout à fait d'accord :-)
    c'est nul de feindre et d'épouser la passion d'un autre si on ne la ressent pas, jamais je ne pourrai feindre d'aimer le moto-cross ;-)

  • mais pourquoi est elle allée draguer un botaniste si elle se contrefiche de la botanique ? d'autant que les fleurs, c'est périssable ....

  • qui n'a jamais feint ou tenté de montrer de l'intérêt pour un truc qui passionne l'élu de son coeur, surtout quand il s'agit d'un amour débutant (et peut-être d'un cas désespéré, vu qu'il a fallu avoir recours à un site de rencontres ;-))

  • Avouer, c'est bien.
    C'est surtout efficace.
    Il expliquera tout de cet arbre.
    Il sera si content de le faire.
    Le fruit qui tombe tout seul de l'arbre est tellement plus sucré.
    Ce sera sûrement délicieux...

  • oui, c'est ce moment sous le davidia qui est le plus propice aux aveux :-)

  • fatigant et si peu productif, il se fera une telle joie d'être son maître ;-)

  • Aïe ! Elle ne s'est pas mise dans une situation de facilité. Une histoire qui commence par un mensonge, j'espère qu'il n'est pas trop à cheval sur les principes.

  • là, comme il a commis une bourde avec son lieu unique, c'est le moment d'avouer qu'elle a un peu exagéré ses connaissances en botanique: si elle se montre prête à être son élève, je crois que ça passera ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel