K comme Kristof

grand-cahier.gif

Un autre grand classique de tout atelier d'écriture: s'inspirer du Grand cahier d'Agota Kristof pour rédiger un texte d'où on ôte soigneusement tout ce qui ressemble à de l'affect, tout ce qui est expression d'un jugement, d'une appréciation, d'un sentiment. Des critiques du Grand cahier sont à lire ici.

*** 

Il marche face au vent qui s'engouffre sous son duffle-coat devenu beaucoup trop large. Il ne sait pas combien de temps il tiendra le coup. Arrivera-t-il jusqu'à la brasserie pour s'y réchauffer le cœur et le corps d'une gaufre et d'un café noir? Ou devrait-il faire demi-tour et rentrer chez lui? 

Ces promenades sur la plage ne sont plus pour lui. Il devrait se rendre à l'évidence et ne plus sortir de chez lui sans son déambulateur. 

*** 

L'incipit était imposé (il marche face au vent). 

D'autres avaient pioché "Le parc était désert", "Cette femme est un monstre d'égoïsme", "Un cri retentit dans la chaleur du matin", "Assise au milieu du bruit incessant" etc.

Commentaires

  • Marche face au vent était une bonne pioche. Votre texte est très parlant.

  • merci Mme Chapeau

  • J'aime toujours autant la concision de Madame Adrienne, quasi Walrussienne parfois ! Mais le déambulateur, c'est déjà et encore trop d'affect, va dire l'animateur ;-)

    "rédiger un texte d'où on ôte..."

    Mais non, mais non ! Quand on rédige il faut en ajouter des tonnes au contraire !

  • le déambulateur est un simple objet mais il provoque l'émotion chez le lecteur qui se fait son film dans la tête :-)

  • hé oui, une simple description objective peut faire froid dans le dos ;-)

  • C'est quand même déroutant de proposer comme incipit "Cette femme est un monstre d'égoïsme" pour un texte censé éviter "tout ce qui ressemble à de l'affect, tout ce qui est expression d'un jugement, d'une appréciation, d'un sentiment", ça commence fort, si le participant qui a tiré cette phrase s'en est sorti, c'est un virtuose !
    Tu vois que je lis tout attentivement ! :o)

  • oui oui tu es excellent lecteur :-)
    celui qui a pioché ça a décrit un personnage manipulateur et narcissique

  • C'est un bon incipit.
    Et j'irai voir à quoi ressemble ce roman, pour voir comment on peut enlever tout affect.

  • enlever tout ce qui n'est pas purement objectif, donc ne pas dire d'une chose qu'elle est belle ou laide, p. ex.
    enlever tous les jugements de valeur
    enlever les "heureusement", "malheureusement" etc
    dans le livre les jumeaux s'efforcent à une description pure sans jugement, par exemple ils ne disent pas que la grand-mère pue mais on apprend qu'elle ne se lave jamais et qu'elle n'ôte jamais ses vêtements, pas même pour dormir

  • Je pense que j'aurais beaucoup de mal dans cet exercice... Ce serait comme me lier les mains. Mais si les autres trouvent l'angle juste... pourquoi pas moi, hein?

  • ça oblige à trouver le mot juste et à ne pas interpréter à la place du lecteur, ça évite des clichés, ça évite des tas d'adverbes inutiles à la compréhension...

  • Encore une auteure que je n'ai pas lue, pourtant elle a passé presque toute sa vie à côté de chez moi. Elle faisait régulièrement parler d'elle (ou plutôt son œuvre) lorsqu'elle était étudiée dans les lycées de sa ville, car elle y avait de féroces détracteurs. Je n'ai jamais lu ses romans car chaque fois que j'entendais ou lisais une de ses interviews, son côté très très sombre et pessimiste me faisait craindre le pire. Un jour peut-être...

  • oui ce livre a été jugé "amoral" parce que les deux enfants le sont (comme produit de ce qu'ils ont vécu)
    je l'ai lu il y a quelques années, c'est très sombre en effet, je ne le relirai pas ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel