• M comme maison de poupée

    Maison-poupee.jpg

    Allez savoir pourquoi, ce titre m'a toujours induite en erreur, m'ôtant l'envie de lire la pièce. Maison de poupée, pourtant, est bien choisi, je dois l'avouer maintenant que je l'ai enfin lue tongue-out 

    [Papa] m'appelait sa petite poupée et il jouait avec moi comme je jouais avec mes poupées. Et puis je suis entrée dans ta maison... [...] Je veux dire que j'ai quitté les mains de papa pour passer dans les tiennes. - LdP p.136, traduction de Marc Auchet. 

    La pièce date de la fin du 19e siècle et bien sûr, ça se remarque à chaque page. La position de Nora comme femme, épouse, mère, n'est plus tout à fait celle d'aujourd'hui. Fort heureusement, les lois ont fini par accorder aux femmes un statut d'être humain responsable à part entière. 

    Je viens d'apprendre que les lois ne sont pas ce que je croyais. Mais je n'arrive pas à me persuader que ces lois-là puissent être justes. (id., p.149) 

    Pourtant, même si la société a évolué, la pièce garde une certaine actualité: si on considère la place de la femme, son rôle, son statut, aujourd'hui encore elle est placée devant les mêmes choix. Je le vois par exemple à mes grandes élèves, qui choisissent à 17 ou 18 ans une carrière qui leur permettra de s'occuper de leurs enfants... aucun garçon de 18 ans n'a ce souci. 

    Pour une belle analyse éthique de la pièce, voyez ici

    challenge 2017.jpg

    lu pour le challenge nordique chez Margotte