M comme maison de poupée

Maison-poupee.jpg

Allez savoir pourquoi, ce titre m'a toujours induite en erreur, m'ôtant l'envie de lire la pièce. Maison de poupée, pourtant, est bien choisi, je dois l'avouer maintenant que je l'ai enfin lue tongue-out 

[Papa] m'appelait sa petite poupée et il jouait avec moi comme je jouais avec mes poupées. Et puis je suis entrée dans ta maison... [...] Je veux dire que j'ai quitté les mains de papa pour passer dans les tiennes. - LdP p.136, traduction de Marc Auchet. 

La pièce date de la fin du 19e siècle et bien sûr, ça se remarque à chaque page. La position de Nora comme femme, épouse, mère, n'est plus tout à fait celle d'aujourd'hui. Fort heureusement, les lois ont fini par accorder aux femmes un statut d'être humain responsable à part entière. 

Je viens d'apprendre que les lois ne sont pas ce que je croyais. Mais je n'arrive pas à me persuader que ces lois-là puissent être justes. (id., p.149) 

Pourtant, même si la société a évolué, la pièce garde une certaine actualité: si on considère la place de la femme, son rôle, son statut, aujourd'hui encore elle est placée devant les mêmes choix. Je le vois par exemple à mes grandes élèves, qui choisissent à 17 ou 18 ans une carrière qui leur permettra de s'occuper de leurs enfants... aucun garçon de 18 ans n'a ce souci. 

Pour une belle analyse éthique de la pièce, voyez ici

challenge 2017.jpg

lu pour le challenge nordique chez Margotte

Commentaires

  • Un livre marquant en effet, je l'avais lu avec mes élèves de dernière année. Les discussions avaient été intéressantes, surtout je pense de la part des garçons qui disaient que pour eux la vie avait peu changé: il fallait "encore et toujours qu'ils trouvent, disaient-ils, un travail assez bien payé pour nourrir leur famille."

  • oui, c'est comme ça qu'ils se voient (et ils ne peuvent imaginer que leur femme gagne plus qu'eux)

  • Une pièce que je n'ai pas lue mais que j'ai vu au théâtre et qui m'avait touchée. Être sans soucis, quel bonheur !

  • sans ce souci-là (à dire à haute voix et de plus en plus vite, ça devient un virelangue ;-))

  • on peut s'en passer ;-)

  • Trop tard, il est sur ma liseuse :o)

  • ne viens pas te plaindre après ;-)

  • Je l'ai lu dans ma voiture pendant que mon épouse assistait à son conseil d'administration. Ça m'a rappelé le Raymond à prise rapide : la prise de conscience brutale par Nora de sa triste condition féminine me semble un peu suspecte, théâtrale même pour tout dire... :o)

  • il y a certainement les procédés de deus ex machina et d'heureux hasards dans la pièce (l'amie et l'usurier...) mais pour ce qui est de la prise de conscience soudaine et brutale, je pourrais te raconter des choses... (mais pas ici ;-))

  • Je trouve à l'héroïne un petit côté Schmitt foudroyé dans le Hoggar. Mais je ne peux nier la possibilité d'illumination non plus, moi qui me suis intéressé aux spiritualités orientales dans ma jeunesse.

  • Ni vu, ni lu non plus.
    A 18 ans, j'ai choisi d'étudier les math sans penser à ce que je ferrais après.

  • à 18 ans j'ai étudié les langues romanes en me disant "moi, prof? jamais!" :-)

  • Sans imaginer que vous verriez "ferrais" au lieu de "ferais" et que vous arriveriez à pardonner la faute?
    ;-)

  • chère Mme Chapeau, je sais que vous savez écrire sans faute et je sais fermer un œil sur ces choses-là :-)
    (ou même les deux yeux... comme je le dis à chaque fois: nul n'est à l'abri)

  • Merci de fermer vos yeux. Moi, j'aurais dû ouvrir mes oreilles.
    ;-)

  • Une pièce souvent lue avec mes élèves et vue plusieurs fois au théâtre, à mes yeux un classique. Comme l'écrit Colo, elle pousse à la réflexion, au débat. Claudialucia en a parlé sur son blog. J'irai lire l'article quand j'aurai plus de temps, merci.

  • il y a de quoi débattre, c'est sûr :-)

  • Ibsen est un auteur difficile mais passionnant.
    Tu me donnes envie de lire celui-ci que je ne connais pas. ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • d'Ibsen je ne connaissais que Peer Gynt, une autre sombre histoire ;-)

  • Je crois qu'à dix-huit ans les garçons ne savent pas encore trop pourquoi ils sont là.

    - Eh Manu, tu descends ?
    - Pour quoi faire ?

    Et je crois que bien plus tard... c'est la même chose ! ;-)

  • en dernière année, ils sont obligés d'y réfléchir un peu, puisqu'ils doivent faire un choix d'études (et répondre à un tas de questions de Madame à ce sujet ;-))

  • cet apm je vais à la bib, refaire mon plein de livres. Devine celui que je vais prendre?
    ;-)

  • je m'en sens honorée, Coumarine :-)

  • J'ai trouvé également que la pièce reste moderne. Et puis, ce fut un vrai plaisir de lecture ! La traduction que j'ai doit être excellente car vraiment, le style était d'une fluidité... je n'arrivais pas à lâcher le livre ! Je vais d'ailleurs lire d'autres pièces de cet auteur :-)

  • moi je vais m'arrêter là (mais je suis contente de savoir enfin de quelle maison de poupée il s'agit ;-))

Écrire un commentaire

Optionnel