E comme expressions dominicales

défi,fiction,père,jeu

- Sors de cette salle de bains! crie le père. Nous aussi on doit encore se laver et s'habiller! 
Elle se retient de lui répondre "quand les poules auront des dents", seule la mère a le droit d'utiliser cette expression. Devant le miroir, elle s'entraîne à embrasser un garçon. Pour ça, elle a choisi un portrait d'Arthur Rimbaud, parce qu'elle le trouve si craquant, avec sa mèche rebelle, ses yeux clairs et sa cravate mal nouée. Le genre de mec pour qui on décrocherait la lune. 
- C'est pas un peu fini, oui? crie le père, au moment où elle sort avec Arthur caché sous son pull. Qu'est-ce que tu as fabriqué pendant tout ce temps? 
- Ben, je me lave, moi! 
Argument imparable dans une maison où l'hygiène prend une place si importante dans l'échelle des valeurs. 
Il aimerait bien, le père, que les diverses obligations matinales se succèdent en bon ordre, ça devrait "être réglé comme du papier à musique", et il le répète assez, mais il y a toujours quelqu'un qui reste trop longtemps sous la couette, ou à table, ou dans la salle de bains. 
 
Une demi-heure plus tard, le père gare sa voiture à côté du parc que toute la famille traverse pour se rendre à l'église. Devant la statue "du monsieur tout nu", le petit frère fait ses grimaces habituelles, suivies d'un "c'est fini, oui?" impatient du père, qui ne peut s'empêcher de rigoler. 
 
Après la messe, le père va au café pendant que le reste de la famille fait sa visite dominicale à la grand-mère, celle qui est veuve et souvent "dans le trou", on ne sait pas très bien ce qu'elle veut dire mais on devine que ce n'est pas joyeux, "dans le trou". 
 
Puis on rentre chez soi, et ça finit souvent en discussions "c'est toi qui as la clé", "mais non, c'est toi!", "c'est toi qui as fermé la porte en partant", "oui mais je te l'ai donnée, la clé!". 
 
Bref, un dimanche des familles.  
*** 
Consignes chez Filigranes: Tout d'abord, vous devrez, dans votre récit, passer  dans l'ordre ou dans le désordre, dans les trois lieux suivants: une salle de bains, un parc, un café
 
 Ensuite, vous devrez faire allusion à trois objets : une clé, une statue et... un portrait d'Arthur Rimbaud. Attention : ce sont bien les objets réels, et pas seulement les mots qui doivent être évoqués dans le texte...
 Et enfin, vous devrez placer les trois expressions suivantes :  
décrocher la lune
être réglé comme du papier à musique
quand les poules auront des dents

Commentaires

  • Du bel ouvrage. Cette famille, on a l'impression d'y vivre pour le meilleur, mais surtout pour le pire ;)

  • c'est ainsi qu'on gagne son paradis, qui n'est pas sur terre ;-)

  • merci Mme Chapeau :-)

  • Je clique ici faute d'accéder ailleurs, excusez-moi, Mme Chapeau, mais comme je te l'ai écrit, Adrienne, je te lis et puis l'écran se bloque et je n'arrive pas au bas des commentaires. Ou bien la bannière défile en continu... Que voulais-je dire ?
    J'ai cru à ton récit familial... et puis j'ai découvert les consignes, c'est très réussi. Tu m'as rappelé mon grand-père qui allait au café près de l'église pendant que nous allions à la messe (et qu'il fallait parfois aller chercher pour le dîner dominical.)

  • c'est bizarre, ce problème que tu rencontres, Tania... si d'autres l'ont aussi, qu'ils me le signalent (?)

  • Oui, nous avons également ce problème, nous le résolvons en cliquant sur le bouton de rafraîchissement du navigateur et pendant le chargement de la page, nous manipulons la molette de la souris, parfois ça fonctionne. J'ai fait un test sur d'autres blogs hébergés par Skynet : le phénomène semble général. Pareil pour les navigateurs :Chrome ou Firefox, même combat !

  • mais alors comment ça se fait que chez moi tout se passe normalement, non seulement avec mon propre ordi (dont on pourrait croire qu'il "connaît la route" ;-)) mais aussi avec n'importe lequel des ordis de la bibliothèque d'Ostende?

  • J'ai le même problème. J'ai lu que c'était dû à certaines publicités...

  • ah vous aussi? sur mon ordi j'ai installé AdBlock donc je n'ai pas de pub mais sur les ordi de la bibliothèque il y avait la pub et pas de problème avec les pages de mon blog, ça reste incompréhensible pour moi...
    Merci Mme Chapeau!

  • J'ai aussi parfois ce problème. Je dois rafraîchir la page, parfois plusieurs fois, pour pouvoir descendre dans la page.

  • Preuve indéniable de la supériorité flamande en matière de communication digitale !

  • Seules certaines pubs semblent responsables.
    Notre ami Maitre Walrus pourrait peut-être faire une étude approfondie ;-)

  • Mon Jack Russel pense que ce serait encore du temps perdu pour lui !

  • Voilà ce que c'est de trop fréquenter mon neveu Joe, on se tape une rimbaldite aiguë !

  • faut te plaindre à Filigranes, c'est là que l'Arthur a été exigé

  • Filigranes, c'est le nom de ma librairie à Bruxelles, mais je n'y vais (presque) plus : je n'ai plus de place pour stocker les bouquins. Peut-être en dessous de mon lit ?

  • je suis fâchée avec Filigranes depuis que le vigile ne m'a pas laissée entrer avec mon sac, qu'il fallait que je le dépose dans un casier...
    - Mais alors comment je fais pour mon mouchoir-mon carnet-mon stylo-mon portefeuille...? je lui ai demandé.
    - Vous les prenez si vous voulez, il m'a dit, mais sans le sac!
    Alors je suis ressortie très fâchée et sans livres, et je n'y suis plus jamais retournée
    (l'Adrienne est une tête de mule ;-))

  • Encore un coup de Trump : son ambassade est juste en face et il nous prend tous pour des terroristes !
    Tu peux te rabattre sur Tropismes dans les galeries, ils sont plus près de ta gare favorite !

  • tu es fâchée avec ce lieu depuis que le vigile a confisqué ton sac, je te suggère la manip que j'ai déjà employée en un tel cas. Au moment de reprendre mon sac confisqué derrière le comptoir, j'ai demandé à vérifier que tous mes articles s'y trouvaient encore. Il n'y a pas de raison de postuler que seul le client est malhonnête

  • il ne confisquait pas, il exigeait que je le dépose dans un casier (qui serait fermé à clé) donc lui n'y toucherait pas...
    Dans les musées, d'accord, il faut tout déposer au vestiaire... mais pour ce qui est du contrôle, on affiche généralement de ne pas y laisser d'objets "de valeur" et que la maison décline toute responsabilité etc etc ;-)

  • excellent, c'est la marque des pros qu'on ne puisse pas deviner la consigne derrière la fluidité du texte, bravo

  • merci pour le compliment, Emma

  • Mais... M'enfin...? C'est une consigne pour moi, ça ?

    Et c'est toi qui t'es débrouillée comme un chef !

    Allez je l'embarque pour la salle Mandoline ce mardi ! Merci infiniment, bravo et bon dimanche, Adrienne !

  • oui, c'est une consigne pour toi, c'est ce que j'ai pensé en la découvrant :-)
    bon amusement à la Mandoline!

  • bon amusement!

  • J'ai lu et je croyais un début d'histoire venant d'un livre.
    Surprise de voir que c'était une consigne...

  • merci Maty :-)

  • Voilà, j'ai participé, et je suis venue lire ton texte !
    Super cette ambiance familio-dominicale et vice versa ! Ça me rappelle des souvenirs pas toujours très gais, notamment les visites aux vieilles tantes...
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • J'ai lu aussi et j'ai bien aimé. Cela a l'air autobiographique mais je ne l'ai pas pensé, car je ne te voyais pas décrivant ton père ainsi..................

    Pour Filigranes, je crois que c'est pour une raison de sécurité. C'est une librairie à risques.

Écrire un commentaire

Optionnel