L comme lettre 1

2017-02-04 eetfestijn (6).JPG

Chère Madame D

Je pensais que j'avais oublié votre nom, mais voilà! Il m'est revenu au moment même où je vous écris.

C'est vous qui m'avez appris à lire et à écrire: mon institutrice de première année primaire. Avez-vous vu comme j'étais impatiente de savoir? Tellement impatiente! Sans doute que non, j'étais probablement la plus timide, la plus effacée des petites filles. Mais toujours le regard tendu vers vous et l'oreille à l'écoute de toute parole tombant de vos lèvres expertes. Car on m'avait dit que vous étiez une excellente institutrice et que vous aviez choisi vous-même de rester, année après année, avec les petites qui ânonnaient leurs premières lettres.

Je me souviens très bien de cette leçon initiale où nous avons appris trois voyelles. Je me souviens de la fierté avec laquelle j'ai annoncé à mon père, le soir, que je savais lire. Je me souviens qu'il s'est moqué de moi. Connaître trois lettres, ce n'était pas savoir lire. J'étais loin du but et j'en avais honte.

Mais ça, vous n'en avez sûrement rien su. 

*** 

écrit pour le Marathon d'écriture 2018

Commentaires

  • Ah, et quand je pense que Madame D a emporté le secret de son art avec elle ! Du plus loin que je me rappelle, hélas, je n'ai aucun souvenir ému d'institutrice...

  • ici c'était surtout l'émotion d'apprendre enfin à lire et à écrire autre chose que l'étiquette du pot de confiture de fraises ;-)

  • J'ai des souvenirs de la lettre manuscrite m qu'on voyait sur un dessin de chat.

  • vous avez appris à lire avec un abécédaire?

  • Je ne sais pas. Le m manuscrit a trois bosses et sur le dessin, on voyait trois bosses, la tête du chat, son dos rond et sa queue.

  • c'est une chose étrange, les détails qu'on retient :-)

  • De la fierté à la honte il manque les trois voyelles du verbe aimer.

  • il était comme ça, je ne lui en veux pas

  • Impatience de savoir lire; j'étais extrêmement pressée moi aussi, mais je ne me souviens pas de mon institutrice, je crois que je savais lire avant d'aller à l'école (j'y suis allée très tard).
    Joli dessin!!!

  • c'est le seul souvenir que j'aie gardé de toute cette première année ;-)
    pour le dessin, tu pourrais le faire avec tes petits, les lignes noires sont obtenues en collant une sorte de "scotch" (noir, donc ;-))

  • On ne pourra pas dire que ça ne t'a pas servi !
    On ne pourra pas dire que ça ne nous a pas servi !

    Sinon on serait à courir des marathons avec juste un chronomètre dans la tête !
    ;-)

  • et avec deux voyelles de plus à colorier je pouvais faire du Rimbaud à six ans :-)

  • Tu sais, je suppose, avec quelle émotion j'ai lu ton texte...
    Merci pour ce bel hommage.
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • avec plaisir, Célestine :-)
    tu vois qu'il est marqué "lettre 1" ce qui veut dire qu'il y en aura d'autres, et aussi de moins plaisantes, bien sûr ;-)

  • Je me souviens très bien de mes institutrices, toutes.
    Celle qui m'a appris à lire était aussi une Madame D.
    J'ai appris à lire à des centaines d'enfants et j'ai la fierté de savoir qu'ils utilisent mes leçons même s'ils m'ont oubliée.

  • oui moi aussi toutes!
    par contre je crois que je ne pourrais plus citer les noms de tous les profs que j'ai eus en secondaire, pour toutes les matières...
    et je comprends très bien ta fierté, j'aime aussi à penser que mes anciens élèves savent un peu plus de français grâce à moi ;-)

  • Coucou, Adrienne,

    Je ne me souviens pas de l'institutrice, mais je me souviens de ma motivation à apprendre à lire, je me souviens que l'institutrice écrivait la lettre sur le tableau et nous disait "ça se prononce a ou be (pour le b)", j'attendais ça en fait!

    Qu'est-ce que j'aimais lire, encore maintenant, d'ailleurs!

    J'ai une amie dont la petite-fille de 8 ans ne sait pas lire, comment est-ce possible?

    Bisous,
    Lulu

  • bien sûr c'est possible, soit l'enfant a un problème d'apprentissage soit c'est une combinaison de plusieurs facteurs, il faudrait voir à l'aider

  • Franchement, je me demande si ce n'est pas parce qu'on lui farcit la tête avec plein de "trucs" pour retenir les lettres. Plus à mon avis un manque de maturité et un manque de motivation. Problème psychologique inconscient aussi, peut-être? (Le papa a quitté la maman lorsque la petite est entrée en première primaire). Mais moi, ça m'interpelle! La maman a fait passer je ne sais combien d'examens à sa fille, on ne trouve rien!

  • alors peut-être qu'il faut arrêter de pousser-tirer-faire des problèmes de ce non-apprentissage, s'il n'y a pas de causes "mécaniques" il n'y a pas de raison que ça ne vienne pas

  • je veux dire qu'il y a toutes les raisons de garder confiance en l'avenir :-)

  • Quelle mémoire ! La réaction paternelle est sans doute pour quelque chose dans la précision du souvenir.

  • oui bien sûr, c'est parce que cette journée a connu des pics d'émotions fortes et opposées (big expectations et puis pfouiii en fait c'est rien du tout ce que tu as appris) qu'elle est restée si fortement présente dans mon souvenir, je sais même encore comment on était assis ce soir-là

  • Je me rappelle parfaitement avoir demandé à mon institutrice de maternelle de m'épouser, mais je ne me souviens pas de mon apprentissage des premières lettres en primaire (hors de la rengaine "aeiou") le premier souvenir plus précis se rapporte à l'apprentissage du son "in" et au texte associé : Le lapin de Firmin

  • cette demande a sûrement été un souvenir inoubliable pour elle aussi :-)

  • C'était l'objet d'un des premiers billets de mon deuxième blog. Tu l'avais déjà lu d'ailleurs et y avais fait le même commentaire !
    http://presquentrenous.canalblog.com/archives/2008/04/23/8922985.html

  • oui je sais que je l'ai déjà lue, cette demande en mariage, mais je ne me souvenais pas de mon commentaire ;-)

  • je la trouve d'ailleurs toujours aussi craquante :-)

  • J'avais si hâte d'aller à l'école. Mes frères et sœurs qui partaient tous les matins ... et moi qui insistait auprès de mon père qu'il m'y conduise. A 5 1/2 ans enfin inscrite à la première année. Je me souviens clairement du livre de lecture, de l'ambiance, du plaisir au moment ou je lisais Léa - Léo. J'ai de beaux souvenirs de cette 1e année et de mon prof Rachel que j'aimais et qui m'aimais.

  • oui, c'est cette intensité du désir d'apprendre et du plaisir d'apprendre qui rend le souvenir si fort!

  • Je me souviens très bien de ma première institutrice de primaire (et de tous mes autres enseignants je crois). Madame A, une toute jeune instit aux très beaux yeux noirs, plutôt douce et gentille.
    Pour l'apprentissage de la lecture, je me rappelle la première page du manuel :
    i comme iris, u comme usine, a comme avion, o comme orange.
    Et la page du v, il fallait épeler locomotive. Interminable, ce mot !!!
    Le plus difficile pour moi, les pages d'écriture. On n'arrêtait pas de me dire que le cahier de ma sœur, mon ainée d'une année, était bien plus beau que le mien. Quand une lettre n'était pas assez bien exécutée, la page était barrée d'un grand trait rouge et il fallait tout recommencer.
    On dirait bien que tu as ouvert la boîte à souvenirs, mais je m'arrête là pour aujourd'hui.
    ^_^

  • barrer et tout recommencer! c'est décourageant, comme méthode!
    être comparé aussi, c'est décourageant, et de toute façon chacun est différent, n'est-ce pas!
    tu nous raconteras les souvenirs qui te reviennent?
    :-)

  • Je me rappelle surtout l'encre dans le pot en porcelaine, la plume qui gratte et comme j'ai commencé à mal écrire mes lettres et beaucoup lire. Des fois, enfants ou adultes, il vaut mieux ne pas entendre.

  • ah oui! l'encre dans les petits pots de porcelaine blanche et les plumes qui grattent et parfois crachotent :-)
    j'étais impatiente pour tout ça aussi, la plume et l'encre :-) au début seul le crayon était admis, donc la plume et l'encre c'était comme passer à un niveau supérieur d'initiation dans la vraie vie :-)

  • Ah oui, le crayon! Interdit d'écrire au stylo bille! C'était réservé, euh, je ne sais plus, à la cinquième primaire, aux humanités??? En fouillant dans mes souvenirs, je vois une ardoise aussi, plus tard une ardoise magique,...

  • c'est vrai, j'ai reçu une ardoise de saint Nicolas :-)

  • Quel métier !
    Quel incroyable métier !
    Quel incroyable et gratifiant métier que le nôtre !!!
    Apprendre à lire, ce que j'aime ça et j'ai l'assurance que mes petits chéribibis sont très heureux aussi !

  • c'est le plus beau métier du monde :-)
    malheureusement, au "L comme lettre 2" de mars prochain vous lirez des choses moins gentilles ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel