N comme non non rien n'a changé

camus conférences.jpg

Le troisième volet d'une journée à Bruxelles, c'est évidemment une petite visite à la si belle librairie Tropismes. Oh! juste une visite de courtoisie, pour prendre en main et feuilleter quelques livres - c'est ce qu'on se promet au moment d'y pénétrer - mais comment résister à ce Folio qui rassemble les discours et conférences d'Albert Camus? 

Je sens que vous comprenez cool 

Ouvrez ce livre au hasard, chaque fois vous y lirez quelque chose de juste, de bien dit et de parfaitement actuel. 

Par exemple ceci, p.147, écrit en 1949: 

"Pour guérir l'Europe, pour servir l'avenir du monde, c'est cette morale du dialogue que nous avons provisoirement à opposer à la morale du meurtre. Nous devons lutter contre l'injustice, contre la servitude et la terreur, parce que ces trois fléaux sont ceux qui font régner le silence entre les hommes, qui élèvent des barrières entre eux, qui les obscurcissent l'un à l'autre et qui les empêchent de se retrouver dans la seule valeur qui puisse les sauver de ce monde désespérant: la longue fraternité des hommes en lutte contre leur destin." 

Quand vous serez arrivé - trop tôt! - au bout de la 376e page, vous aurez constaté que pas une seule fois cet homme n'aura cité une de ses oeuvres, ni un de ses personnages, ni aucun passage d'un de ses livres. 

Admirable Camus.  

*** 

photo et infos sur le site de Gallimard - Folio 

premières pages offertes en lecture ici

Commentaires

  • C'était au temps où personne ne twittait pour gouverner le monde.

  • celui-là n'a pas la modestie au nombre de ses qualités ;-)

  • Cette lutte concerne chacun de nous chaque jour. Le mot fraternité me semble bien oublié quant il s'agit d'obéir aux gourous omniprésents du développement personnel.

  • ah! ne me parlez pas de gourous ;-)

  • merci à vous, Bonheur du Jour, et bon week-end!

  • Tropismes reste ma librairie préférée, impossible d'en sortir sans un livre, bien sûr.
    Que les mots de Camus sonnent juste dans ce monde où les tyrans nationalistes continuent à sévir.

  • Tropismes, c'est tellement sympa et gentil qu'on ne veut pas sortir les mains vides :-)
    et là au moins je peux entrer avec mon grand sac sans qu'on me prenne pour une voleuse :-)
    (et oui, tout est beau et vrai dans ces discours et conférences)

  • Désormais, quand j'ai envie d'un livre, je vais plutôt chez TU Li TU, rue de Flandre, mais le choix est sans doute moins large...

  • si je suis de ce côté-là, je vais à Passa Porta, c'est sympa et il y a un beau choix aussi

Écrire un commentaire

Optionnel