K

  • K comme krapoveries

    jeu,fiction,les joies d'internet,krapoverie

    Moi aussi j'ai marché sur la Lune. C'était en décembre et c'était beaucoup plus impressionnant que ces amateurs d'Apollo 11. 

    D'abord, c'était en couleurs: la fusée était du plus bel effet, avec ses carrés rouges et blancs, et nos costumes de bibendums oranges surmontés d'un beau globe aquarium tout à fait jolis et pratiques. En plus on avait un chien. Pas une malheureuse Laïka attachée comme un condamné à mort (lente) mais un vrai compagnon, intelligent et en alerte. 

    Quand j'étais petit, disait mon frère alors âgé de huit ou neuf ans, et il ne pouvait jamais finir sa phrase tellement ça faisait rigoler les grandes personnes. Moi je savais qu'il allait dire qu'il voulait un chien quand il était petit mais qu'il en aurait un quand il serait grand. Ou même deux. Je ne pense pas qu'on aurait pu prendre deux chiens dans la fusée, surtout pas des grands comme mon frère en voulait. C'est sûr qu'on aurait manqué d'oxygène, sur ce coup-là! 

    Et croyez-moi, ce problème d'oxygène nous a salement pourri la balade! Quelle tension dans la cabine, quelles inquiétudes! Sans compter que je suis déjà claustrophobe dans un ascenseur et que je manque d'air dès que mon nez est sous la couette. Bref, il fallait garder son calme et ne pas respirer trop fort. 

    Quand soudain un type en plus est apparu dans la cabine, on a paniqué. Déjà qu'on était drôlement à l'étroit, avec Dupont et Dupond qui n'étaient pas prévus au programme et qui s'amusaient à mettre le bazar, comme d'habitude... alors quand ce Jorgen a sorti son arme à feu, on ne savait vraiment plus où se mettre. 

    Mais ce n'est pas si grave et j'aurais dû le savoir, puisque ces aventures se terminent toujours bien - d'ailleurs sans cette garantie je ne me serais jamais embarquée dans cette fusée, malgré ses jolis carrés rouges et blancs. Ce n'est pas si grave, me suis-je dit, si un mauvais tue un autre mauvais et s'il se suicide après. De toute façon des gens comme lui ne peuvent aller qu'en enfer. C'est obligé.  

    Et comme par magie on a eu pile poil assez d'oxygène pour arriver sur terre presque en bonne forme. On était juste un peu évanouis.   

    1718-06 adopte un dragon IMG_0408

    1718-06 adopte un dragon IMG_0408Consignes et illustrations chez Joe Krapov, que je remercie!

    Comment j'ai adopté un dragon

    Il s'agit d'un jeu de cartes et de dés d'Yves Hirschfeld et Fabien Bleuze édité par "Le Droit de perdre".  

    incipit n°14 Moi aussi, j'ai marché sur la Lune  

    1718-06 adopte un dragon IMG_0408 3Toutes les sept minutes l'animateur lance un dé. On doit alors inclure dans son histoire les petits mots qui sont apparus. Pour cette séance les mots à inclure ont été : 

    Quand j'étais petit
    Et croyez-moi
    Quand soudain
    Mais ce n'est pas si grave
    Et comme par magie

    *** 

    source de la première illustration ici 

    lien vers l'album sur le site officiel de Tintin ici 

    et ici les aspects scientifiques

  • K comme Kronprinz

    lakévio78.jpg

    Si vous dites aux grandes personnes : « J’ai vu une belle maison en briques roses, avec des géraniums aux fenêtres et des colombes sur le toit… » elles ne parviennent pas à s’imaginer cette maison. Il faut leur dire : « J’ai vu une maison de cent mille francs. » Alors elles s’écrient : « Comme c’est joli ! » 

    Après sa lecture, le Kronprinz a refermé le beau volume illustré et a décidé de s'adonner à l'art de l'aquarelle, plutôt qu'à celui de la guerre. 

    *** 

    fiction utopique et uchronique inspirée par le tableau donné en consigne chez Lakévio, que je remercie, ainsi qu'Antoine de Saint-Exupéry.

  • K comme Kristof

    grand-cahier.gif

    Un autre grand classique de tout atelier d'écriture: s'inspirer du Grand cahier d'Agota Kristof pour rédiger un texte d'où on ôte soigneusement tout ce qui ressemble à de l'affect, tout ce qui est expression d'un jugement, d'une appréciation, d'un sentiment. Des critiques du Grand cahier sont à lire ici.

    *** 

    Il marche face au vent qui s'engouffre sous son duffle-coat devenu beaucoup trop large. Il ne sait pas combien de temps il tiendra le coup. Arrivera-t-il jusqu'à la brasserie pour s'y réchauffer le cœur et le corps d'une gaufre et d'un café noir? Ou devrait-il faire demi-tour et rentrer chez lui? 

    Ces promenades sur la plage ne sont plus pour lui. Il devrait se rendre à l'évidence et ne plus sortir de chez lui sans son déambulateur. 

    *** 

    L'incipit était imposé (il marche face au vent). 

    D'autres avaient pioché "Le parc était désert", "Cette femme est un monstre d'égoïsme", "Un cri retentit dans la chaleur du matin", "Assise au milieu du bruit incessant" etc.

  • K comme kurk et knal

    2017-09-02 (2bis).JPG

    Pourquoi faudrait-il se plier à l'étiquette 

    et se priver du plaisir de faire sauter un bouchon? 

    Kurken knallen... 

    Voici l'instant magique 

    juste avant les bulles 

    cool 

    photo prise l'autre week-end 

    chez ma carissima nipotina 

    *** 

    et toujours je repense à mon père 

    qui n'était satisfait que lorsque le bouchon 

    n'avait émis qu'à peine un faible chuintement 

    ...

     

  • K comme Krapu

    krapu.jpg

    Eva-Lena a trente-neuf ans, un mari, trois enfants, et sa vie se trouve à un point mort au moment où, par un malheureux concours de circonstances, elle se retrouve enfermée dans le cagibi de la photocopieuse, un vendredi soir. 

    Elle n'en sera "sauvée" que le lundi matin, de sorte qu'elle a eu de très nombreuses heures pour réfléchir à son passé, son présent et son avenir. 

    Voilà pour le pitch

    info et photo sur le site de l'éditeur 

    lire, lecture, lecteur, nordique

    deuxième lecture pour le challenge chez Margotte. 

    Au début, ça m'a très fort fait penser au Lièvre de Vatanen, peut-être à cause des oreilles sur la photo de couverture, ou parce que l'auteur est née en Finlande, mais il me semblait retrouver des similitudes dans la situation burlesque d'Eva-Lena et celle de Vatanen ainsi que des ressemblances de ton, d'atmosphère. 

    J'ai juste failli arrêter de lire en me rendant compte que le portrait d'Eva-Lena comme prof ressemblait un peu trop au mien: celle qui vient déjà pendant les vacances préparer sa classe, celle pour qui aucun manuel n'est assez bon et qui préfère fabriquer tout son matériel elle-même, celle qui pense tout le temps à l'école, à ses élèves, à ses cours, s'interroge tout le temps sur ses méthodes, ses évaluations, le bien-être de ses élèves. Et qui a tout le temps le nez dans ses copies, méritant ainsi les sarcasmes de son mari: pourquoi faire toutes ces heures supplémentaires sans être payée? 

    Or, je ne voulais surtout pas lui ressembler! 

    Heureusement, les ressemblances n'allaient pas plus loin tongue-out et j'ai suivi avec attention (et espoir tongue-out) l'introspection forcée de l'héroïne qui arrive aux bonnes conclusions: "J'ai fait partie des personnes les plus prétentieuses qui soient" (p.239) cherchant la perfection dans un tas de domaines - elle est par exemple un as du planning, de l'organisation, du ménage et de la traque anti-poussière - et en a oublié ce qui compte réellement.  

    "Quand je sortirai d'ici, j'aurai à nouveau le choix. D'innombrables options s'offriront à moi. 
    Maintenant, il faut que je note les choses que je ne veux pas rater à l'avenir. Et les choses dont je peux me passer." (p.256) 

    Elle ne gardera qu'un seul principe, finalement: l'amour. De soi et des autres. Le plaisir. 

  • K comme KKK

    K comme Kristien! (1) 

    Madame a eu ses fils en classe et l'a revue de temps en temps, à une expo ou un concert. Elles se sont découvert des goûts communs. Celui de la musique, par exemple. Alors quand un jour Madame a évoqué son regret de ne jamais avoir appris à jouer du piano, Kristien a mis en marche le plan A: Amener Madame à s'inscrire à l'Académie de musique. 

    K comme Kristien (2) 

    - Qui tu me recommandes comme prof de piano? 

    - Demande Kristien! a répondu Kristien. C'est elle la meilleure. 

    C'est ainsi que Madame a rajouté une Kristien à sa liste. 

    K comme Kristien (3) 

    Restait à trouver un piano. 

    - Pas de problème! s'exclame la troisième Kristien, une gentille collègue de Madame, j'en ai un qui ne sert à personne, je te le prête. 

    C'est ainsi que Madame a fait la connaissance de "son" Roland. 

    L'autre matin, le téléphone sonne (4) 

    - Je voudrais recommencer le piano, dit Kristien numéro 3. Mais ne t'inquiète pas, tu peux le garder, j'en ai un autre. Ce que je voudrais, c'est que tu m'aides à reprendre... 

    Là, Madame a bien rigolé: elle qui n'a fait qu'un an de piano devrait servir de prof à quelqu'un qui a suivi des cours pendant de nombreuses années? même si c'est il y a TROIS ans? 

    Bref, Kristien est venue chez Madame, s'est mise au piano, et au bout d'une demi-heure l'a refermé toute contente: 

    - Ça va aller, je pense! Merci! 

    Il y a tout de même des gens qui sont incroyables tongue-out 

     *** 

    (1) (2) (3) prononcer Christine, tout simplement 

    (4) GRAND événement dans la vie de Madame: tout le monde sait qu'elle déteste ça et communique avec elle par mail 

    DSCI5022.JPG

    piano décoré pour la fête de l'académie de ma ville, juin 2017

  • K comme kermesse

    C'est le samedi à midi pile que les cloches de l'église sonnent l'ouverture de la kermesse, donnant ainsi raison à l'étymologie puisque le mot kermesse dérive de "kerk", église, et de "mis", messe. 

    Sur la place du marché, les manèges et autres attractions sont installées. On remarquera qu'il y a désormais trois endroits où on peut gaspiller ses sous dans des machines supposées vous en rapporter. Ou vous rapporter des cadeaux et des peluches, si vous réussissez à bien manœuvrer la pince qui, derrière les vitres, devrait agripper puis déposer l'objet de vos désirs. Objet qui, à supposer que vous l'ayez bien ferré, retombera juste avant le bon endroit. 

    Je le sais, j'y ai gaspillé des sous moi aussi quand j'avais douze ans. 

    - On l'a presque! disait mini-Adrienne à son petit frère, et elle remettait 5 francs dans la machine. 

    DSCI5015.JPG

    Les autos tamponneuses sont chaque année au même endroit. Seul le décor des bâches tout autour change. 

    DSCI5017.JPG

    Ce qui ne change pas non plus, à part les décors peints, c'est la chenille. Elle était déjà là quand mon père était petit garçon. Ainsi que le marchand de gaufres et de beignets, le tir à la carabine, la pêche aux canards. 

    Et puis, chaque année il faut une attraction du genre citius, altius, fortius, pour essayer de donner quelques sensations fortes à des gens de plus en plus blasés... 

    DSCI5016.JPG

  • K comme kesketakivapa?

    DIALOGUE ENTRE MON PAPA ET SA VOITURE

    (enregistré le 11 janvier 1998 à 7 heures du matin)

    Glaglagla
    Alors alors alors

    Hein bon euh hein bon

    Ploc ploc

    Non mais dis donc là ho dis donc Savapasspassécommsavapasspassécomm

    Glouglou

    Abon

    Bidule truc bougie machin
    Alorskesketakivapa
    Kesketakesketakesketa
    Kesketaketaketactactatatata-a-ta-a-a-vroum

    Amaitoudmêmmêmmêm !

    Tchouf tchouf ploc ploc tchouf tchouf ploc ploc

     

    poème de Marie-Hortense LACROIX, qu'on trouve sur de nombreux sites à vocation scolaire et que Madame lit avec plaisir pour ses grands ados tongue-out

    ***

    - kesketakivapa?

    - J'ai "journée portes ouvertes" même si je ne travaille qu'à mi-temps...

    - Abon

    - Depuis le matin jusqu'à cinq heures du soir...

    - Non mais dis donc là ho dis donc!

    (hé oui, je ne me sens ni glouglou ni vroumvroum)

     

     

  • K comme Kapellestraat

    C'est en retournant vers le parking que j'ai remarqué cette oeuvre du Porto-ricain Alexis Diaz, devant laquelle des tas de gens passaient sans la regarder, la Kapellestraat étant une rue piétonnière à vocation uniquement commerçante.

    2017-04-10 (29).JPG

    Ce curieux mélange de terre et de ciel, de vie et de mort, de références bibliques et de symboles, est pourtant placé à hauteur des yeux. 

    En face du casino, dans le bassin, le duo Schellekens et Peleman a installé son "inflatable refugee", qui a déjà pas mal voyagé, comme on peut le voir ici

    2017-04-10 (26).JPG

    A côté d'oeuvres en rapport avec les problèmes de notre temps - et de tous les temps - il y a celles qui se veulent purement esthétiques, comme celle-ci, qui n'était toujours pas achevée lundi, deux jours après l'ouverture 

    2017-04-10 (2).JPG

    Son concepteur est le Brugeois Stefaan De Croock, designer de formation. L'oeuvre est constituée de bois de récupération, vieilles planches, portes, parties de meubles mis au rebut. 

    Bref, entre les peintures de l'an dernier et celles de 2017, il y a encore de quoi remplir quelques séjours ostendais cool

    Et l'inachevé de l'autre jour? Lundi il était bel et bien terminé: 

    2017-04-09 (8).JPG

    2017-04-09 (9).JPG

     

  • K comme Kodiak

    lakévio41.jpg

    Lui, c'est mon frère Kodiak. Moi c'est Kirkouk. Parce que 2011, c'est l'année du K

    En nous voyant, tout le monde s'exclame: Oh! comme ils sont mignons! Et comme ils ont l'air de bien s'entendre! 

    L'air, oui, mais l'air ne fait pas la chanson. 

    Si les gens nous observaient un peu plus attentivement, ils verraient bien qui prend toute la place. Et qui risque de tomber à côté du coussin. Qui garde l'os sous le menton. Et qui n'a rien. Qui dort comme un bienheureux. Et qui sert d'oreiller sans réussir à fermer l’œil. Qui a le ventre rond, et qui les os saillants. 

    Oh! comme c'est trop chou! gazouillait encore la visiteuse de cet après-midi. Quel dommage de les séparer! 

    Et bien moi je vous le dis franchement: séparez-nous, ne vous gênez surtout pas! Le plus tôt sera le mieux! 

    Sinon je vais finir par faire un malheur... 

    *** 

     photo et consignes chez Lakévio

  • K comme Knocke ou Knokke

    D'abord, il y a eu ce tableau, au Petit Palais: 

    2017-01-04 (28).JPG

    Il est de la main de Camille Pissarro et s'intitule Le village de Knocke. 

    - Tiens, se dit l'Adrienne, Pissarro est allé à Knokke en 1894? Et sur quelle hauteur s'est-il perché pour avoir ce point de vue sur le village? Écrivait-on réellement "Knocke" avec un c à l'époque ou est-ce une erreur? 

    Bref, un tas d'interrogations devant ce joli tableau qui sent si peu la mer et les mondanités d'aujourd'hui. 

    La réponse à la première question est oui: en juillet 1894, Théo Van Rysselberghe est à Knokke et Pissarro vient l'y rejoindre. On peut lire dans sa biographie qu'une maladie des yeux l'empêchait de peindre en extérieur: c'est pourquoi, il le faisait de la fenêtre de sa chambre. 

    La troisième question a trouvé sa réponse dès le lendemain, à l'expo Hergé: 

    2017-01-04 (56).JPG

    Sur cette affiche publicitaire réalisée par Georges Remi entre les deux guerres on remarque la même graphie avec le c au lieu du k actuel. 

    C'est l'époque où le père de l'Adrienne, d'abord dans le ventre de sa mère, puis tout bébé et petit enfant, découvrait les plaisirs de la plage. 

    Il y a même dans les archives familiales une photo unique de la petite Ivonne dans ce genre de maillot de bain tongue-out

    De la grand-mère Adrienne aussi, d'ailleurs... 

    002.jpg

    Sur la plage de Knokke, entre la petite Ivonne et son mari, leur premier-né; 
    le père de l'Adrienne est encore au stade préparatif... 

     

  • K comme Khnopff

    - Les photos sans flash sont permises? demande ingénument l'Adrienne au charmant jeune homme chargé de surveiller les trois premières salles. 

    - Hélas non! dit-il. Les collectionneurs privés ne le veulent pas... 

    - C'est bien dommage! 

    Elle lui montre le tableau d'Adrien-Joseph HeymansBrugje in Houffalize (un petit pont à Houffalize), qui vient en effet d'une collection privée. 

    - Je ne l'avais encore jamais vu, celui-là. La photo, ça aide à se souvenir... 

    - C'est vrai, répond-il, mais vous pouvez la chercher sur internet. 

    Puis il se ravise: 

    - Ou acheter le catalogue! 

    Heymans.jpg

    le voilà, le petit pont, trouvé sur la page fb du musée, un comble tongue-out 

    Interdiction, donc, de sortir l'appareil photo pendant la visite des dix salles consacrées à l'exposition sur Emile Verhaeren et les artistes de son temps.  

    Interdiction de photographier ce KhnopffL'Encens, mais le jeune homme avait raison, on le trouve sans problème sur le net. 

    Khnopff_-_Wierook.JPG

    il est sur wikipedia commons... 

    Par contre, dans la riche collection permanente, on peut photographier autant qu'on veut. Là aussi, quelques Khnopff, comme cet inhabituel portrait masculin, celui qu'il a fait de son père Edmond: 

    DSCI4319.JPG

    Et dans la même salle, quel bonheur de retrouver l'ami Spilliaert, dans ce bel autoportrait tout en transparences: 

    DSCI4315.JPG

    Silhouette du peintre (1907) 

    Le prendre de côté n'a pas empêché qu'on y voie tout de même la photographe: de transparence en transparence, voilà la photo toute trouvée pour le projet du Hibou 

    semaine 50 - transparence

  • K comme Krapoverie

    La journée avance et le bus avec les grands-parents n'est toujours pas en vue. Ernest n'a plus un radis et il ne reste quasiment rien du petit pécule de Bernadette. Vont-ils pouvoir planter leur tente quelque part dans les environs? C'est douteux! Ils ont déjà eu l'occasion de remarquer que rien - ou presque - n'est gratuit à Lourdes. 

    - On pourrait essayer les maisons religieuses, propose Bernadette, jamais à court de bonnes idées. Séparément, bien sûr! parce que ça m'étonnerait que les bonnes sœurs acceptent de nous loger ensemble. 

    Où trouve-t-elle encore la force de rire, se demande Ernest, qui devient plus sombre d'heure en heure, lui qui n'était déjà pas franchement gai pendant le voyage. 

    DSCI3987.JPG

    Ils finissent par trouver une congrégation posant pour la photo souvenir comme un jeu de quilles, en quinconce et d'une symétrie tirée au cordeau. 

    - On dirait ma grand-tante Gudule et ses copines, s'esclaffe Bernadette. Celle qui est chez les bonnes sœurs à Lokeren. Attends-moi là, je vais me renseigner. 

    Malheureusement, ce n'étaient pas des Flamandes, mais des Polonaises. 

    - Tant pis, dit Bernadette, retournons dans le centre... 

    DSCI3986 - Copie.JPG

     C'est là qu'ils tombent enfin sur le groupe de touristes belges avec le grand-père, la grand-mère, le chauffeur du bus et un tas d'inconnus: tout le monde pose gravement devant un des autels extérieurs. 

    - Qu'est-ce que je suis contente de vous voir, tous les deux! s'écrie Bernadette en se jetant au cou de son grand-père et de sa grand-mère. Venez que je vous présente Ernest.  

     ernest et bernadette.jpg

    C'est ainsi qu'Ernest, en prenant congé des grands-parents de Bernadette trois jours plus tard, a appris une petite phrase essentielle pour la suite des événements le concernant: 

    - Il faut vraiment que j'y aille, dit-il en remerciant une dernière fois le grand-père. Mes affaires m'attendent! 

    - Ah! s'exclame le grand-père, vous avez bien raison, mon garçon: les affaires, c'est comme les brouettes! Quand on ne les pousse pas, elles s'arrêtent! 

    - Merci, je m'en souviendrai, dit Ernest. 

    ***

    c'est avec cette photo chez Joe Krapov que tout a commencé 

    cool 

    le premier épisode est ici 

    toutes les autres photos proviennent des archives de mes grands-parents

  • K comme Krapoverie

    Ernest et Bernadette ont vainement fait deux fois le tour des lieux de dévotion à pied, le vélo à la main, scrutant la foule pour essayer d'y retrouver deux visages connus. 

    - C'est bien joli tout ça, soupire Bernadette, mais j'aimerais enfin tomber sur mes grands-parents et rentrer en bus avec eux! Je n'ai pas envie de refaire tout le voyage du retour à bicyclette! 

    - Ni moi, dit Ernest. J'ai les fesses en charpie. Et mes affaires m'attendent... 

    DSCI3985.JPG

    Pendant qu'Ernest et Bernadette tournicotaient entre la grotte et l'esplanade de la cathédrale, les grands-parents posaient tranquillement devant le bus qui avait amené sa petite colonie de Belges à une des étapes obligées du voyage à Lourdes, le cirque de Gavarnie. Le grand-père tenait fièrement sa toute nouvelle canne de randonneur, munie d'une pointe en fer. Elle ne lui servirait qu'à monter les trois marches du café des Pèlerins, où il avait repéré qu'on servait de la Stella. 

    Mais n'anticipons pas... 

     

    ***

    tout a commencé avec cette photo:

    ernest et bernadette.jpg

    photo, consigne et texte chez Joe Krapov, que je remercie! 

    les autres photos proviennent des archives de mes grands-parents

  • K comme kaiyûshiki

    2016-08-26 (24).JPG

    A Ostende, le jardin japonais est "un jardin de promenade à la manière kaiyûshiki", dit le petit dépliant offert sous l'azumaya, la "maison d'été" où on peut s'asseoir et profiter de la beauté du jardin. 

    Kaiyû veut dire promenade: le parcours dessiné dans le jardin offre une belle variété sur un petit espace, comme ce sentier à côté des bambous, 

    2016-08-26 (27).JPG

    une allée de planches en zigzag dans l'étang, qui permet d'admirer une carpe koï et beaucoup de menu fretin 

     2016-08-26 (25).JPG

    2016-08-26 (31).JPG

    2016-08-26 (33).JPG

    vous les voyez, les mini-poissons? 

    2016-08-26 (28).JPG

     La promenade est circulaire et traverse la cascade, ce qui faisait la joie des petits et des grands en ces chaudes journées d'août, où on se plaisait à se mouiller 'exprès' 

    2016-08-26 (32).JPG

    Bref, on sort de là requinqué cool 

    ***

    pour le projet du Hibou semaine 37 - bois 

    le jardin japonais d'Ostende 

    architecte: Takashi Sawano 

    Jardin ouvert au public le samedi et le dimanche de 10.00 à 18.00 h. et tous les jours pendant les vacances scolaires.

     

  • K comme Kremna

    2016-07-30 (1).JPG

    Kremna, ce sont des ruines sur un pic où ne mène pas de route asphaltée. 

    2016-07-30 (4).JPG

    Située au sommet, elle offre une vue incroyable 

    2016-07-30 (7).JPG

    et n'était accessible autrefois que par cette seule double porte. 

    2016-07-30 (10).JPG

    Quelques "beaux restes" 

    2016-07-30 (12).JPG

    où toutes les inscriptions sont en grec, 

    2016-07-30 (18).JPG

    et un champ de ruines où les archéologues du futur trouveront encore amplement de quoi faire!

  • K comme Klarafy

    Elle s'appelle Klara, ce qui est à la fois un prénom féminin et l'abréviation de 'klassieke radio': la chaîne de radio flamande spécialisée en musique dite 'classique'.

    Dans le but de trouver toujours de nouveaux publics et de toucher les jeunes adultes (je suppose), Klara a inventé Klarafy, un programme en ligne qui vous permet de trouver des morceaux 'classiques' correspondant à vos goûts.

    J'ai testé.

    D'abord, j'ai dû ouvrir un compte spotify.

    Puis j'ai eu accès à Klarafy... qui me propose de sélectionner mes goûts musicaux en fonction des diverses chaînes de radios flamandes, dont bien sûr je n'écoute aucune, puisque je n'écoute que Klara tongue-out.

    J'en ai testé deux ou trois, c'est bien fait et on peut affiner sa sélection - vous voulez plus happy ou sad? relaxing ou cheerful? etc.

    Enfin, vous téléchargez et Klara vous offre quelques minutes d'une dizaine de morceaux allant du baroque au moderne.

    Evidemment, et ceux qui connaissent spotify se moqueront bien de moi, si vous ne prenez que la version gratuite, vous n'échapperez pas aux pub qui viennent s'intercaler entre votre dégustation de la Toccata de l'Orfeo de Monteverdi et Skulkalsbrura de Grieg.

    Il faut que le commerce marche, disait mon père.

     

    ici avec Jordi Savall

  • K comme krak

    L'Adrienne était tranquillement occupée à son bureau

    quand tout à coup

    krak.jpg

    Krak! Dzinng!

     

    La corde qui retenait

    le cadre des ancêtres

    accroché à son clou

    venait de céder

    dans la pièce d'à côté...

    famille 001 (2).JPG

    La famille tout entière

    s'est retrouvée par terre

    dans mille bris de verre...

    ***

    Comme l'Adrienne n'est pas superstitieuse, elle ne croit pas que cela aura des conséquences négatives pour les deux personnes encore vivantes figurant sur la photo parmi les arrière-grands-parents, les grands-oncles et les petits-cousins cool

     

  • K comme Kjell Westö

    "Je parle le finnois couramment et je suis tout à fait bilingue depuis l'âge de 10-12 ans. Je suis un funambule culturel et linguistique. Parler ces deux langues a toujours fait partie de mon identité."

    Kjell Westö, en conversation avec Geert van Istendael à Passa Porta, le 7 août 2008, in Les présents de l'écriture, éd. Passa Porta, 2015, p.231.

    Kjell_Westö.jpg

    source de la photo

    et pour en savoir autant sur lui que Wikipedia 

    cool 

    funambule culturel et linguistique?

    l'image me plaît!

  • K comme kopeck

    L'Adrienne n'ira sans doute jamais en Russie parce qu'elle est persuadée qu'il faut connaître la langue pour apprécier le pays et rencontrer ses habitants. Or, elle ne connaît que trois ou quatre mots de russe, grâce à la comtesse de Ségur: dourak, kopeck, isba, moujik. Autrement dit, des mots en réponse desquels on risque plus l'insulte que les félicitations tongue-out 

    « Je la remerciai, et je pris de toute la vitesse de mes jambes le chemin que cette bonne fille m’avait indiqué. Je courus pendant plusieurs heures, me croyant toujours poursuivi. Mon voyage devint de plus en plus périlleux à mesure que j’approchais du centre de la Russie. J’osais à peine acheter du pain pour soutenir ma misérable existence, quand me trouvai près de Smolensk, dans les bois de votre excellent oncle, dont j’ignorais le séjour dans le pays ; je n’avais rien pris depuis deux jours et je n’avais plus un kopeck pour acheter un morceau de pain. Il y avait près d’un an que j’avais quitté Ékatérininski-Zavod, un an que j’errais inquiet et tremblant, un an que je priais Dieu de terminer mes souffrances. Elles ont trouvé une heureuse fin, grâce à la généreuse hospitalité de votre bon oncle, grâce à votre bonté à tous, dont je garderai un souvenir reconnaissant jusqu’au dernier jour de mon existence."

    Le général Dourakine, en ligne ici

    dourakine.jpg

    merci à l'ancienne collègue de ma mère qui m'a offert sa collection de livres de la comtesse dans cette édition Hachette des années 1930 illustrée par A. Pécoud. 

    Pour ceux qui voudraient s'initier aux insultes russes, le mot "dourak" et quelques autres ici.

  • K comme Koers

    001 - kopie.JPG

    Là où l'Adrienne habitait autrefois, la petite rue qui donnait sur son cul-de-sac était le lieu, au moins deux ou trois fois par an, du passage d'importantes courses cyclistes. Ce qui obligeait l'Adrienne soit à rester chez elle avec des provisions suffisantes pour tout le week-end, soit à prévoir un séjour ailleurs, où sa mobilité ne serait pas réduite et son ciel moins encombré d'hélicoptères. 

    003 - kopie.JPG

    Là où l'Adrienne habite aujourd'hui, la rue en béton est le lieu de passage obligé de toutes les courses cyclistes du pays flamand. Ce qui n'est pas peu dire. 

    La première de la saison était le premier week-end de mars. L'Adrienne s'est postée à la fenêtre du premier étage et a enclenché son appareil à chaque fois qu'un coureur se montrait. 

    Malheureusement, entre le moment où on enclenche et celui où la photo est prise, il se passe la seconde nécessaire pour que le cycliste soit déjà hors-champ. 

     La seule preuve du passage d'une course cycliste, c'est l'absence totale de circulation et de voitures garées. 

    tongue-out

    ***

    Pour le Projet 52 de Ma' 

    Projet 52 - 2016 

    semaine 10 - par la fenêtre 

  • K comme Köln

    Les statistiques officielles nous apprennent qu'en 2013, en Belgique, huit plaintes pour viol ont été déposées chaque jour. 

    Ces chiffres sont en hausse, selon toute probabilité parce que de plus en plus de femmes osent porter plainte. 

    Il est vrai que ce n'est pas une chose simple, en premier lieu parce que dans la majorité des cas, l'agresseur fait partie de l'entourage de la victime. Et aussi parce que la première réaction de la victime est d'essayer d'effacer toute trace... (1) 

    La situation est à peu près la même dans les pays qui nous entourent. (2) 

    Alors j'aimerais bien qu'on ne mélange pas tout. 

    Car il me semble que ceux qui aujourd'hui crient haut et fort qu'il faut renvoyer chez eux tous ces violeurs barbus, sont exactement les mêmes que ceux qui, en mars dernier, se gaussaient des jeunes femmes qui osaient dire qu'elles en avaient assez de subir des remarques sexistes et attouchements divers. 

    C'est qu'en mars dernier, il ne s'agissait pas de barbus. 

    Ceux qui nous traitaient de "juffrouw truttenbol" en nous disant, dans ces mêmes journaux et réseaux sociaux où ils s'insurgent aujourd'hui, plus blancs que neige, qu'il fallait prendre ça pour des compliments et qu'on se plaignait vraiment pour pas grand-chose. 

    Et qu'on l'avait bien cherché, en se promenant seule habillée comme ça. 

    http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2015/03/23/stupeur-et-tremblements-8406779.html

    trut.jpg

    ***

    (1) Voir par exemple ceci http://www.courrierinternational.com/article/belgique-victime-de-viol-tu-porteras-plainte-tout-de-suite-ou-pas-du-tout

    (2) Chiffres pour la France: http://www.planetoscope.com/Criminalite/1497-viols-en-france.html  et rapport d'une enquête de l'Union européenne http://fra.europa.eu/sites/default/files/fra-2014-vaw-survey-main-results-apr14_en.pdf

  • K comme Kerststukje

    En ces temps de Noël, les petits réalisent des travaux de saison avec des maîtres et des maîtresses obligés de réinventer l'eau chaude, année après année.

    La maîtresse de Wannes avait une belle idée: une petite chose tout à fait réalisable pour les doigts malhabiles et en même temps très jolie. Une petite chose qui ne coûterait pas trop cher en fournitures - c'est un aspect de plus en plus important - et qui trouverait sûrement sa place dans tous les foyers, même chez ceux qui croient en d'autres paradis... ou en aucun.

    dec 15 (6) - kopie.JPG

    Et puis allez savoir ce qui s'est passé...

    Wannes a-t-il déposé son trésor pour récupérer un ballon? ramasser un dernier marron? sortir de sa poche un vieux bonbon?

     

  • K comme Konrad

    - Je m'appelle Konrad, nous dit-il. Avec un K.

    Et il ajoute, comme s'il fallait s'en excuser:

    - Je suis Suisse allemand.

    Personne ne sait quoi lui répondre. Faut-il le consoler ou le congratuler?

    C'est lui qui fournit la réponse, en répétant un certain nombre de fois, au cours de la semaine:

    - Faut m'excuser, je suis Suisse allemand.

    De quoi, ce n'est pas clair, mais la Belge comprend tongue-out.

    Il est prof, comme moi. De langues germaniques (faut l'excuser).

    ***

    A la fin de la semaine, au moment des adieux, je dis à Konrad:

    - Toi, tu restes, tu as quinze jours de congés scolaires, en Suisse?

    Il a eu dans le regard cette ombre reconnaissable entre profs fatigués:

    - Je reste six mois, dit-il. J'ai pris un congé sans solde.

    On acquiesce. On comprend.

    - Je ne gagne pas un sou, mais ce break, j'en ai vraiment besoin.

    Torino 2015 - 2 010 - kopie.JPG

    photo prise à Turin au musée du cinéma

  • K comme kilomètres

    - Pour lundi prochain, dit Mieke, il faudra prévoir du papier à musique.

    Nous venions de faire notre première dictée. Il fallait distinguer le sol du mi. C'était tellement facile qu'à peu près toute la classe avait 10 sur 10.

    La classe, ce sont deux hommes et une poignée de femmes, aux motivations les plus diverses: des mères de famille qui veulent pouvoir 'suivre' leur enfant et ses cours de musique, un jeune qui rêve de devenir compositeur mais qui refuse de chanter les notes qu'on apprend, un monsieur qui, comme l'Adrienne, se voit déjà au clavier de son piano Langue tirée

    - Mais où est-ce qu'on peut trouver un cahier de musique? a demandé une des mères.

    Il paraît que ça se vend même en grande surface. Mais l'Adrienne a préféré marcher des kilomètres dans sa ville pour aller dans une grande papeterie.

    - Vous avez des cahiers de musique? a-t-elle demandé à la jeune fille, après avoir vainement cherché dans quatre ou cinq rayons.

    - Suivez-moi.

    001 - kopie.JPG

    et voilà le machin

  • K comme Kundera

    Oostende 2015 027 - kopie.JPG

     face à l'insoutenable légèreté de l'être, la lourdeur du sac à dos, avec cet ordi qu'on tient à emporter partout où on va...

    Dans le train, lire enfin ce roman de Kundera dont tant de gens disent du bien.

    Avoir besoin d'une heure pour arriver à la page 88.

    Laisser tomber la lecture. Ne pas réussir à se passionner pour Tomas, pour Tereza, pour le récit recommencé des rêves récurrents de Tereza.

    Pourtant, c'est vrai, y trouver de temps en temps de jolies phrases:

    "Si la Révolution française devait éternellement se répéter, l'historiographie française serait moins fière de Robespierre."

    Milan Kundera, L'inbsoutenable légèreté de l'être, Folio, 1990, page 13.

    ***

    L'incipit, page 13:

    "L'éternel retour est une idée mystérieuse et, avec elle, Nietzsche a mis bien des philosophes dans l'embarras: penser qu'un jour tout se répétera comme nous l'avons déjà vécu et que même cette répétition se répétera encore indéfiniment! Que veut dire ce mythe loufoque?"

  • K comme kilomètres

    - Vous avez combien de kilomètres, au compteur? 
    - Aucune idée! 
    Vous voulez que j'aille voir?

    J'étais déjà toute contente, en parlant dans la borne de secours, le long de l'A7, de savoir par coeur les trois chiffres de ma plaque. J'hésite toujours sur le dernier: est-ce 3 ou 6?

    On était dans le camion de dépannage, il y avait des papiers à remplir pour la facture.

    - Cent mille?
    - Oh moins, je pense...
    - Soixante-dix mille?
    - Je vais vérifier, si vous voulez...

    Non, ce n'était pas la peine. Il voulait sans doute en finir et aller dépanner une autre malheureuse pas capable de dévisser elle-même une roue de sa bagnole.

    Et il faisait horriblement chaud dans sa cabine.

    Après, bien sûr, j'ai regardé combien de kilomètres j'avais au compteur.

    Mais vous savez quoi?

    Je l'ai déjà de nouveau oublié Langue tirée

     memoire,voyage,france,vie quotidienne,ça se passe comme ça,expert

    Il a fallu un deuxième miracle pour qu'aucun véhicule ne pulvérise ma petite bagnole.
    - Mettez-vous bien derrière la barrière, avait insisté la voix de la borne de secours.

  • K comme KNT

    Avais-je 12 ans? Je ne le pense pas. Ce qui est sûr, c'est que mon frère en avait cinq de moins que moi et le petit Michel sept de moins. Seul Philippe, probablement, avait l'âge requis.

    Et nos parents, ces inconscients, nous ont emmenés au cinéma, un beau dimanche, pour voir Gone with the wind.

    Cool

    Qu'on passera demain sur la première chaîne flamande et qui a reçu la mention KNT, kinderen niet toegelaten, enfants non admis.

    Film > Romantische komedie

    Verenigde Staten - 1939
    Duurtijd: 210 min
    Déconseillé aux moins de 12 ans Déconseillé aux moins de 12 ans  

     

     

     

     

    Ce film ne m'a pourtant pas traumatisée, ni mon petit frère. 

    Personnellement, comme je l'ai déjà raconté ici, je me souviens surtout des rideaux de velours vert transformés en robe. De la nounou qui remonte le décolleté de Scarlett parce qu'elle le trouve inconvenant. Et de la scène dramatique où l'héroïne tombe de l'escalier.

    la première moitié du film en mode "reader's digest"
    c'est-à-dire réduite à dix minutes

    ***

    Aux Etats-Unis, ce film a le "rating G"
    ce qui veut dire "all audiences"

    Bizarre, cette divergence d'opinion, non?

    Langue tirée

     

  • K comme KWIS

    Quand Madame explique le système scolaire français ou fait lire en classe un article sur le sujet, il y a toujours un tas d'acronymes à expliquer: le CAP, le CDI, le CPE, le DS, l'EPS, une ZEP, la liste est infinie (http://www.ac-grenoble.fr/sitegm/spip.php?article46)

    Mais là où ça devient vraiment réjouissant, c'est quand Madame s'informe sur les programmes de ses collègues de France. Elle avait déjà beaucoup ri à l'époque des "instruments scripteurs" de Ségolène Royal: 

    Dites : « Depuis de nombreuses années,
    dès le cycle des approfondissements de
    l'école primaire et plus encore dans les
    classes de collège, on peut constater
    que de très nombreux enfants,
    droitiers ou gauchers,
    ont de réelles difficultés à tenir
    un instrument scripteur. »
    Ségolène Royal
    (B.O. N°24 du 17/06/99,
    NOR : SCOE9900890C,
    RLR : 554-9, CIRCULAIRE N° 99-082 DU 10-6-1999,
    MEN DESCO A1)
    http://www.education.gouv.fr/bo/1999/24/ensel.htm

    Et ne dites plus :

    « ça fait un bail que les instits et les profs ont remarqué que pas mal d'élèves savent même plus tenir un stylo »

    Mais ces jours-ci, on a atteint des sommets dont toute la presse se gausse à qui mieux mieux.

    On peut même faire un petit test de novlangue jargonesque: http://www.liberation.fr/societe/2015/04/24/education-parlez-vous-le-nouveau-programme_1261738#go-quiz

    Tout ça, très probablement, réjouit beaucoup moins les collègues français. Madame les plaint de tout son coeur et prie pour que son Educ'Nat' à elle continue de s'abstenir de telles dérives.

    Amen.