P

  • P comme petite promenade pascale

    C'est grâce à une petite promenade printanière, le dimanche de Pâques, que j'ai pour la première fois vu "en vrai" une plante que je ne connaissais que "sur papier". Son nom en néerlandais est "eenbes", ce qui veut dire "une baie" ou "baie unique", pour des raisons évidentes, voyez plutôt: 

    Walrus Pasen 2017 (8).JPG

    J'ai dû attendre d'être rentrée chez moi pour rechercher son nom en français, il s'agit de la parisette (je ne sais pas si ça dit quelque chose à quelqu'un, en tout cas il n'y a qu'à cliquer sur le lien pour en apprendre davantage cool

    Me voici donc toute contente d'avoir enfin vu cette plante sur le sol belge laughing 

    Walrus Pasen 2017 (15).JPG

    à part ça, il y avait aussi l'ail des ours en abondance, des anémones, des jacinthes, cette année tout a fleuri en même temps 

    Walrus Pasen 2017 (18).JPG

    Walrus Pasen 2017 (12).JPG

    une belle découverte!

  • P comme paille et poutre

    burkina.jpg

    - Et contre l'utilisation du bois, demande le sémillant politicien au jeune Burkinabé venu témoigner des actions organisées dans son pays contre la spoliation des terres par les entreprises minières, qu'est-ce que vous faites contre l'utilisation du bois pour le chauffage et la cuisine? 

    L'Adrienne se sent bouillonner et a envie de demander au sémillant politicien: 

    - Et vous? qu'est-ce que vous faites? 

    Oui, que fait-il pour la planète, lui qui a une grosse villa pour deux personnes, le chauffage central, une cuisine suréquipée, un feu ouvert - parce que c'est si convivial et chaleureux les soirs d'hiver, n'est-ce pas, et le bois et bien on l'achète par remorque entière - une belle bagnole, une autre pour sa femme... qu'est-ce qu'il fait pour la planète?

    Heureusement, le jeune Burkinabé a répondu avec beaucoup plus d'intelligence: 

    - Nous essayons de promouvoir des sortes de foyer qui ont besoin de moins de bois pour fonctionner. Mais le mieux, ce serait que le niveau de vie des gens augmente, et qu'ils puissent s'offrir une cuisinière au gaz. 

    Bien dit, l'ami!  

    D'autant plus que le sujet du débat était: les actions entreprises contre la spoliation des terres - et autres nuisances - de la part des entreprises minières... 

    ***

    source de la photo et info ici

  • P comme perpetuum mobile

    - Zut! s'exclame gentille collègue numéro 3. Il est fichu. Je ne réussis plus à le rallumer. 

    - Tu peux le porter chez un réparateur, ça existe. 

    - Et il est tout neuf! ajoute-t-elle. Je l'ai eu à Noël. 

    Un beau smartphone très coûteux qui n'a pas supporté d'être tombé à terre, ce matin-là. Une chute pourtant amortie par un tapis moelleux et une pochette protectrice. 

    Le verre n'est même pas brisé, contrairement à celui du bel appareil fort coûteux lui aussi de gentilles collègues numéros 2 et 4. Elles ne savent plus très bien combien elles en ont déjà "usé". 

    Veerle et moi, nous le savons très bien: nous en sommes toujours à notre vieux Nokia. On pourrait le laisser tomber, il survivrait à une chute, mais bizarrement il ne tombe jamais. 

    Bien sûr, il ne donne ni la météo, ni l'état des routes, ne permet pas d'aller sur fb ou youtube ni de prendre des photos. Mais la durée de sa batterie s'exprime en jours, et non en heures. 

    Bref, d'autres que nous s'en sont apparemment aperçus et on va de nouveau le commercialiser.

    Par nostalgie, dit l'article.

    Je ne suis pas d'accord: s'il a du succès, c'est grâce à ses nombreux avantages. Ce qu'on appelle le rapport qualité-prix. 

    Il coûtera paraît-il 59 €

    nokia.jpg

    source de l'image et article ici 

     

  • P comme Petit Palais

     Il est bien joli, le petit Palais, avec son jardin d'hiver 

    2017-01-04 (22).JPG

    et gratuit, en plus! 

    2017-01-04 (24).JPG

    On peut s'y promener à travers les collections de peintures et les expos temporaires, y boire un café, y manger, y photographier 

    2017-01-04 (26).JPG

    mais qui a piqué les cordes de la harpe Louis XVI?  

    2017-01-04 (25).JPG

    Rarement vu un instrument de musique plus inutile 

    tongue-out

  • P comme play it (again)

    A l'académie de musique, un examen ne s'appelle plus "examen": il s'appelle "toonmoment", ce qui veut dire "un moment où tu dois montrer ce que tu sais faire". Devant un jury et un public. 

    Même l'Adrienne, qui ne sait encore jouer que de simplissimes petites ritournelles de rien du tout, doit participer à ce genre d'évènement. 

    C'était prévu pour lundi dernier et vous pouvez compter sur l'Adrienne pour s'y être dûment préparée, jour après jour. Jusqu'à chantonner sa musiquette en marchant dans les couloirs de l'école: mi-ré-do, ré-mi-fa-mi-do-mi-ré, mi-fa-sol-sol-ré-do, ré-mi-mi-ré etc. 

    Au point qu'elle a réussi à s'y rendre quasiment sans stress, fredonnant ses mi-ré-do et se répétant des "Advienne que pourra" ou "A l'impossible nul n'est tenu". 

    Mais lundi dernier, la porte était close et l'affaire ajournée: la prof était malade. 

    Espérons que demain soir le jury et le public soient indulgents et que les dix doigts ne fourchent pas tongue-out

    Amen. 

  • P comme Premières Perles

    Les premières perles de l'année scolaire sont arrivées avec les premières pluies d'automne: c'est dire que la saison est bonne, elles se sont fait attendre les unes comme les autres. cool 

    Voici la toute première et provisoirement unique perle d'élève: 

    "J'ai une bonne santé parce que je vais chaque samedi chez le curé." 

    Madame n'a pas osé demander ce que ça signifiait tongue-out 

    *** 

    A l'entretien parents-professeurs, Madame a dû un peu jouer à la directrice et accueillir les papas et les mamans. 

    - Bonjour, monsieur, dit-elle à un papa-tout-seul et tout fringant, qui visiblement ne savait pas de quel côté se diriger. Je peux vous aider? 

    - J'attends mon ex-femme et ma fille. 

    - Vous avez rendez-vous avec quel prof? 

    - Je ne sais pas! 

    Pourtant, il était là sur invitation téléphonique.

    Comme la moitié des profs se trouvaient dans la salle du rez-de-chaussée et l'autre moitié dans celle juste au-dessus, Madame demande, afin de pouvoir le diriger du bon côté des escaliers: 

    - Votre fille est dans quelle classe? 

    - Je ne sais pas! 

    - Vous savez en quelle année elle est? 

    - Je ne sais pas... en cinquième, je pense. (1) Oui, c'est ça, en cinquième! 

    - Alors je devrais la connaître... Comment s'appelle-t-elle? 

    Heureusement il se souvenait du nom de sa fille. Mais à Madame, ce nom ne disait rien du tout. Vérification faite sur son ordinateur, Madame constate que ce papa s'est trompé. Non pas d'un an, mais de deux: sa fille n'est qu'en troisième. (2) 

    - Elle est en troisième économique, dit Madame en essayant de cacher sa stupeur (3) 

    - Ah oui, économique, c'est ça! 

    Comme quoi on peut être un jeune cadre dynamique au look arrogant, avoir une fille unique et juste savoir comment elle s'appelle. 

    *** 

    (1) la cinquième correspond à la première, en France. Sa fille devrait donc avoir 16 ans.

    (2) la troisième, c'est la seule année qui ait le même nom en France et en Belgique. Sa fille n'a donc que 14 ans. 

    (3) et ses tremblements... parce que je ne sais pas ce que vous en pensez, mais un père qui ne sait même pas en quelle année est sa fille...

    prof,école,élève,stupeur,perles

    quelques-uns des petits chéris de Madame, à la fenêtre avec leur prof d'histoire 

  • P comme prairie

    DSCI3984.JPG

    Le 11 octobre 

    le fermier est venu faire les foins. 

    2016-10-05 (1).JPG

    Appellerons-nous cela de l'optimisme? 

    ou du réchauffement climatique? 

    2016-10-05 (5).JPG

    L'odeur du foin en octobre 

    voilà qui nous mène très loin 

    de ce qui est TYPIQUE 

    ***

    c'était le thème de la semaine 42 

    pour le projet du Hibou 

  • P comme Paris

    Vous savez à quoi l'Adrienne a passé sa soirée de samedi, au lieu de préparer son billet du lendemain matin? 

    Non? 

    Je vais vous le dire. 

    D'abord, elle a lu qu'une expo sur Magritte allait s'ouvrir au Centre Pompidou. Elle a passé un bon bout de temps à lire tout ce qui la concernait avant de décider qu'elle voulait absolument la voir. 

    Vous devinez la suite... 

    Trouver une date dans le calendrier. 

    Trouver un hôtel pas trop cher du côté de la gare du Nord. 

    Trouver une place dans le TGV. 

    Bref, c'est réglé cool et comme disait l'autre, "Lafayette, nous voici" 

    (je parle de rue et des Galeries, bien entendu)

    paris,expo,art,voyage,peinture,belge,belgique

  • P comme potverdekke!

    - ça va, Georges? 

    - ça va, ça va, on fait aller... 

    - Qu'est-ce que tu bois? 

    - Ben un demi, comme d'habitude. 

    - Huguette! deux demis! et sans faux col, s'il te plaît! 

    - A propos, il y a longtemps que tu as vu Robert? 

    - Quel Robert? 

    - Robert Vandeputte, celui qui a un grand chien noir qui pisse partout. 

    - Ah oui! Robert! c'est vrai qu'il y a longtemps qu'on ne l'a plus vu... Son chien a peut-être fini par mourir. 

    - Ou alors c'est lui qui est mort. Et avant qu'on le trouve, vu qu'il était en bisbille avec toute sa famille, son chien l'aura bouffé, hahaha! 

    - Ouais, rigole pas, ça s'est déjà vu! 

    - Huguette! c'est quoi aujourd'hui le plat du jour? Des carbonnades flamandes? avec des frites, j'espère? 

    - Avec de la purée? OK, allons-y pour la purée, alors. Et apporte-nous encore un demi! 

    - Ce qui est bien, avec les carbonnades et la purée, c'est qu'on a même pas besoin de dents, hahaha! 

    - Arrête, Georges, ça me fait pas rire tes fines allusions... 

    - Tiens, ça me fait penser qu'il me manque dix euros pour payer l'addition. Attends-moi ici, je reviens tout de suite! 

    - Georges, arrête avec ça! Tu vas finir par te faire prendre la main dans le sac! Enfin, la main dans le tronc, plutôt, hahaha! Je vois d'ici les journaux: le pilleur de troncs enfin arrêté après 62 ans de pratique! 

    *** 

    consigne: 

    raconter une histoire inspirée d'un fait divers au choix 

    J'ai choisi celui-ci laughing 

    011 - kopie.JPG

  • P comme Plutôt seront Rhône et Saône disjoints...

    Plutôt seront Rhône et Saône disjoints

    Plutôt seront Rhône et Saône disjoints, 
    Que d'avec toi mon coeur se désassemble :
    Plutôt seront l'un et l'autre mont joints, 
    Qu'avecques nous aucun discord s'assemble :
    Plutôt verrons et toi et moi ensemble 
    Le Rhône aller contremont lentement, 
    Saône monter très violentement, 
    Que ce mien feu, tant soit peu, diminue, 
    Ni que ma foi décroisse aucunement. 
    Car ferme amour sans eux est plus que nue.

    Maurice Scève (1501-1564)

    Lyon 2016 (101).JPG

    photo prise au musée des Confluences le 14 juillet

  • P comme perles de poésie

    Sur le pont Beaurami 

    Il attend son amie 

    Sur le pont Beaumira

    Jamais ne reviendra 

    Mirabeau 

    Rime à beau 

    *** 

    L'élève s'embrouille dans les syllabes 
    Madame s'évade dans les nuages 

    Barimo 
    Maribo 
    Robami 
    Mobari 

    On a ri! 

     

    mirabeau.JPG

    Le pont Mirabeau 
    sous lequel coulent la Seine 
    et les amours d'Apollinaire... 
    source
    de la photo 

     

  • P comme pommes

    a1000mains4.png

    photo de Plume d'Ambre

    C'était un de ces mercredis qu'il était tout seul dans la maison...

    - Alors il a encore fait une bêtise?

    Alors il a pris quatre belles pommes dans le compotier, les a pelées...

    - Et il s'est coupé? le sang a giclé?

    Il les a coupées en beaux morceaux bien égaux qu'il a mis dans un poêlon avec du beurre et du sucre...

    - Qui a joliment cramé?

    Qui a joliment caramélisé! Et pendant ce temps il a pris de la farine pour faire une pâte...

    - Il a bousillé le mixeur et dégueulassé la cuisine?

    Il a étalé la pâte sur les pommes caramélisées et a mis son plat au four.

    - Où il l'a oublié? Carbonisé?

    Où il l'a laissé dorer une petite demi-heure et quand il l'a sorti...

    - Il s'est brûlé? il l'a laissé tomber par terre?

    Il l'a mis à tiédir sur une grille.

    - Alors le chien l'a mangé?

    Alors sa mère est rentrée et elle s'est écriée "mais tu le fais exprès ou quoi? tu sais bien que je suis au régime!"

    - Je le savais que ça finirait mal, cette histoire!

  • P comme pain

    2016-03-19 au 29 (4) - kopie.JPG

    C'est la chaleur qui fait que le pain monte bien 

    2327.JPG

    C'est la chaleur des briquettes de charbon qui a sauvé l'Adrienne cet hiver-là où son chauffage était en panne 

    301.JPG

    C'est la chaleur de l'amitié qui fait que l'Adrienne tient debout. 
    Merci à ma nièce qui n'est pas ma nièce et à ma tante qui n'est pas ma tante. 

    kiss

    ***

    pour le projet Hibou

     https://hibou756.wordpress.com/portfolio/52hibou-2016-suj...

     thème 16 - chaleur 

    ***

    parce que l'Adrienne non plus ne vit pas que de pain 

    tongue-out

     

  • P comme pas de panique!

    Un père violent et absent, une mère psychotique. Des dettes jusqu'au cou. Aucun autre lien familial. Il n'a personne. 

    Sauf Madame qui essaie de le sortir de là et se heurte à des murs. 

    Pourtant, ça s'appelle Protection de la jeunesse, ces murs. 

    Des murs de tracasseries juridiques et administratives. 

     

  • P comme promenade ostendaise

    2016-02-12 (1) - kopie.JPG

    p comme plage vendredi 

    2016-02-12 (3) - kopie.JPG

    p comme 'phone home'?

    (trois promeneurs adultes occupés tous les trois avec leur téléphone)

    2016-02-12 (6) - kopie.JPG

    p comme printemps 

    le 13 février, les jardiniers sont déjà en train d'enlever les jonquilles pour les remplacer par autre chose...

    (à droite le Thermae Palace et à gauche la bibliothèque)

    2016-02-13 (12) - kopie.JPG

    p comme poésie

    (au Mu.Zee, dessin de Spilliaert sur un poème de "je-ne-sais-plus-qui-ô-honte-sur-moi) 

    2016-02-14 (4) - kopie.JPG

    p comme parc au crépuscule

    ostende

    p comme plage dimanche

  • P comme pas de panique

    bricabook205.jpg

    © Vincent Héquet 

    Pas de panique, il avait dit, on va trouver. 

    Et c'est vrai, ils avaient trouvé. 

    Il y avait même un arbre, juste devant la fenêtre. 

    Malheureusement elle était barricadée par des planches. 

    A cause des vitres qui manquaient. 

    Sinon il fallait aller encore plus haut. 

    Mais faire encore deux ou trois étages de plus 

    sans ascenseur 

    c'était au-dessus des forces de mémé.

    bricabook.jpg

     http://www.bricabook.fr/2016/01/atelier-decriture-205-une-photo-quelques-mots/

     ***

    coda

    http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/binnenland/1.2543362

    De 2008 à 2013, le nombre de familles - rien qu'en Flandre - contraintes par la loi à quitter leur domicile, généralement pour cause de loyer non payé, est passé de 10.780 à 12.958.

  • P comme perles

    Si je vous dis 'session d'examens' vous pensez 'saison des perles' et vous n'avez pas tort. Il y en avait effectivement quelques-unes. 

    Malheureusement, je n'ai pas trouvé le temps de les collecter. 

    Et de toute façon, les perles de mes élèves auraient pâli en comparaison de celles récoltées par ma collègue d'histoire.

    Qui, après des semaines passées sur le Consulat et l'Empire, reçoit cette question à la veille de l'examen:

    - Napoléon, qui c'est?

    Non, franchement, aussi fort que ça, je n'ai pas.

    http://www.bartvanloo.info/boeken-napoleon.html

    histoire,prof,école,élèves

     

  • P comme Po

    Finalement, ce qu'il y a eu de plus beau à ce séjour turinois, c'est la balade sur les rives du Po Cool

    Torino 2015-5 006 - kopie.JPG

    c'était un jeudi après-midi

    Torino 2015-5 007 - kopie.JPG

    par ciel bleu

    Torino 2015-5 008 - kopie.JPG

    j'ai traversé le pont Umberto I

    Torino 2015-5 011 - kopie.JPG

    il y avait très peu de promeneurs

    Torino 2015-5 013 - kopie.JPG

    mais les canoteurs se bousculaient

    Torino 2015-5 017 - kopie.JPG

    c'était le moment idéal pour admirer les feux de l'automne

    Torino 2015-5 019 - kopie.JPG

     toute cette beauté juste à côté de la ville

  • P comme plantations

    Il faut que l'Adrienne ait des invités pour qu'elle se décide à remettre son tablier de cuisinière. Depuis qu'elle habite la maison de tante Fé, elle ne se nourrit que de pain, de fromages et de salades. Ou à peu près.

    Alors l'amie Anne a bien fait de venir samedi: pour la première fois depuis son installation il y a plus de deux ans, l'Adrienne a eu l'idée de ressortir sa lourde casserole Le Creuset - un miracle qu'elle se soit souvenue où elle l'avait rangée - et préparé un plat mijoté.

    okt  (6) - kopie.JPG

    voici ce qui en reste

    Dimanche, le soleil brillait et l'Adrienne a pu planter les cadeaux qu'Anne avait apportés de son jardin: quelques framboisiers et salades d'hiver.

    okt  (4) - kopie.JPG

    Depuis que l'Adrienne jardine "en douceur", il y a de nouveau des vers de terre dans le jardin

    Cool

    okt  (5) - kopie.JPG

    Malheureusement, il y a aussi des limaces...

  • P comme paradis perdu

    Il arrive que l'Adrienne ait un gros coup de nostalgie. Il arrive qu'elle repense à son paradis perdu et que sa verte campagne lui manque. Parfois la solitude en ville pèse alors que ça n'avait jamais été le cas dans la vraie solitude de sa petite réserve naturelle. L'Adrienne chaussait ses bottes, allait faire un tour dans les bois et les prés et se revivifiait au chant des oiseaux.

    Il arrive que l'Adrienne ait un gros coup de découragement dans la maison de tante Fé. Tant de choses ne sont toujours pas en ordre. Une armoire à pharmacie attend d'être accrochée au mur depuis plus d'un an, des étagères sont encore au sol et il reste des cartons dans chaque pièce. Elle se demande si un jour elle s'y sentira chez elle et emploiera le mot "thuis" (1) pour la désigner.

    1962 (3) - kopie.JPG

    l'autre paradis perdu
    celui de l'enfance
    dans la maison de grand-mère Adrienne.
    Remarquez comme mini-Adrienne,
    qui ne sourit jamais sur les photos, malgré tous ses efforts,
    respire le bonheur

    Mais ne vous inquiétez pas: l'Adrienne est en train de recréer le décor de ses deux paradis perdus. Elle va planter des pommiers et un seringat pour faire "campagne" et elle a déjà les hortensias et la clématite pour faire "jardin de grand-mère".

    Samedi dernier, elle a acheté des centaines de bulbes à fleurs. Reste à savoir où et quand elle les plantera Langue tirée

    ***

    (1) thuis = à la maison, chez moi. C'est un mot qui manque en français, je trouve. L'équivalent du "home sweet home".

  • P comme perpète

    Vous connaissez Madame, vous savez que ses élèves et ses cours ne sont jamais loin, même au coeur des vacances.

    Alors vous comprendrez que quand elle a vu un lien vers une chanson qui a "Paris" dans son titre, elle est allée voir tout de suite. Elle aimerait bien en ajouter une à la petite collection qu'elle fait écouter à ses élèves de cinquième (la Première, en France) en préparation à leur voyage annuel en ce haut lieu de la culture.

    Malheureusement, la jeune chanteuse l'a vite fait déchanter. A part le mot "perpète", qui fournirait à Madame l'occasion de faire un petit rappel de vocabulaire familier et argotique, il y a surtout des "ouh ouh ouh" et des "ah ah ah" dans le texte. Ainsi que quelques "oh oh".

    Ouh ouh ouh 
    Paris, Paris 
    Paris, Paris 
    Ouh ouh ouh 
    Paris, Paris 
    Ouh ouh ouh Ah ah 
    (Ah ah ah...) 
    Ah ah ah.... 
    Ouh ouh ouh Ah ah 
    Oh oh

    http://www.paroles.net/emilie-simon/paroles-paris-j-ai-pris-perpete

    Les élèves de Madame croiraient qu'elle se moque d'eux.

    Ce qui serait vraiment la pire chose.

    Cool

     paris,chanson,prof,école,élèves

    La belle, il est vrai, a d'autres atouts que ses dons littéraires et linguistiques

    http://www.trackmusik.fr/media/e/emilie-simon/mue

  • P comme peur

    L’Adrienne, on l’imagine, a passé toutes sortes d’examens dans sa vie. Des médicaux et des scolaires, des cliniques et des académiques. Elle a assumé, pris sur elle, géré: le coeur qui cogne, les mains moites, le ventre qui menace de lâcher.
    Le pire de tous les examens, celui qui dérègle toute l’anatomie et tous les sens, ce n’était pas à cause des seringues ou de l’éther, des cursus ou des compositions.
    C’était l’examen du permis de conduire.
    La gorge sèche, la tête qui tourne, le voile noir devant les yeux, les jambes qui tremblent, et voilà que l’Adrienne n’était même plus capable de se rappeler comment il fallait allumer les feux: elle a fait marcher les essuie-glace.

  • P comme passant punique

    Je quitte l'école en marchant d'un pas que je crois être toujours aussi ferme qu'autrefois. Je me trompe: il arrive désormais qu'un autre piéton me rattrape.

    Comme celui-ci, dont je sens le pas derrière moi, qui vient finalement à ma hauteur et décide d'entamer une causette:

    - Bonjour! quel temps, n'est-ce pas?

    Quelques gentils nuages voilent le soleil et le vent fait voleter les jupons.

    - J'aime bien ce temps-là, lui dis-je. Je n'aime pas les fortes chaleurs.

    - Ah! moi si! 

    Puis il ajoute:

    - Je suis Tunisien. Il fait toujours beau en Tunisie. Vous y êtes déjà allée?

    - Ce serait trop chaud pour moi, je crains...

    - Il faudrait y aller, insiste-t-il, c'est magnifique, la mer, la plage, le soleil!

    Il dit encore:

    - Je travaille là-bas, dans le secteur touristique.

    Alors, comme j'ai affaire à un connaisseur, je lui réponds:

    - Moi, si j'allais en Tunisie, ce ne serait pas pour la plage et le soleil, mais pour aller voir les sites antiques.

    Il me regarde comme si j'étais tout à coup passée au chinois ou au lingala.

    - Les sitantiques?

    - Ben oui, des vestiges de l'Antiquité. Il y en a beaucoup en Tunisie, non?

    - ...

    - J'irais visiter la ville de Carthage, par exemple.

    Il est désolé, mais il ne voit pas du tout de quoi je parle.

     Carthage.jpg

    « Ruines de Carthage » par Free On Line Photos. Sous licence No restrictions via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ruines_de_Carthage.jpg#/media/File:Ruines_de_Carthage.jpg

    Les noms des rois de Carthage se mettent à défiler dans ma mémoire et rentrée chez moi, je ne cesse de me demander si on n'enseigne pas ce riche passé aux petits Tunisiens d'aujourd'hui ou si je suis juste tombée sur la "mauvaise tête" de la classe Langue tirée 

  • P comme petit bonze

    bricabook176.jpg

    © Sabine

    http://www.bricabook.fr/2015/05/atelier-decriture-176e-une-photo-quelques-mots/

    Ce n'est pas parce qu'on a la tête rasée depuis hier,

    Ce n'est pas non plus avec le port tout récent d'un vêtement orange

    Qu'on cesse d'être un enfant.

     

    Il court, il saute, 

    le tout nouveau petit bonze.

    Il brandit une arme imaginaire pour terrasser les monstres.

     

    Il court, il saute!

    Oui, l'avez-vous vu?

    Il plane.

    Langue tirée

     

  • P comme Projet 52

    projet 52,photo,voyage,irlande

    en auto ou à vélo

     projet 52,photo,voyage,irlande

    en camping-car ou en camion

     projet 52,photo,voyage,irlande

     en petit ou grand bateau

    projet 52,photo,voyage,irlande

    la Nipotina avec le petit train ou moi à pied

    chacun ne cesse de se déplacer

    ***

    « Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. »
    Blaise Pascal (1623-1662 - Pensées, B139, Divertissement)

    ***

    Projet 52 - semaine 16 - thème: se déplacer

     http://manuelles.canalblog.com/archives/2014/12/30/312277...

  • P comme patio

    Au sifflement aigu, il saisit et se retourne vivement. Dans le patio, une jeune fille en chemise natte sa chevelure. A terre, près d'elle, son chapeau de paille garni d'un ruban bleu et de roses blanches. C'est elle qui a émis ce sifflement?

    Sur une corde, des draps blancs sèchent et d'autres chemises, pareilles à celle qu'elle porte. Des chemises d'homme, sans col. Sur le bord de la fenêtre, un chat se lèche les pattes, consciencieusement, en fermant les yeux.

    La dernière fois qu'il a entendu un sifflement aussi strident, c'était pendant la guerre. 
    C'était une patrouille allemande qui avait découvert son ami Miguel. On ne l'avait plus jamais revu.

    A côté d'elle se trouve encore la grande bassine d'étain qui a contenu le linge à étendre.  Le patio respire la fraîcheur. Il doit faire bon s'y arrêter, s'y reposer, y bavarder.

    Pourquoi a-t-elle sifflé? Au plus il l'observe, au plus elle a l'air de se moquer de lui. Ses nattes faites, elle les enroule savamment autour de sa tête, comme si elle n'était pas consciente de sa présence. Ou plutôt comme si elle posait pour un peintre réalisant un tableau d'une jeune fille à sa toilette. Sur un banc de pierre est posée une cruche fêlée dans laquelle poussent des plantes grasses aux minuscules fleurs roses. Les fleurs sont envahies de papillons. 

    Sa coiffure terminée, elle se lève, prend d'une main l'escabeau sur lequel elle était assise et de l'autre la bassine d'étain d'où s'échappe encore un filet d'eau.

    C'est alors seulement qu'il remarque les langes qui sèchent sur un autre fil. 

    Debout derrière la grille dans la lumière du matin, il ne sait plus ce qu'il doit faire. Continuer sa route ou entrer par cette porte. Il a le souffle court d'un homme qui aurait fait des escaliers en courant.

    fiction

     

  • P comme peindre la mer

    Nous étions samedi à cette expo ostendaise, ce "salut d'honneur" à Jan Hoet et à la mer (1).

    Monsieur Neveu a des goûts très "classiques", ce qui est parfaitement normal à son âge. Il aime qu'un tableau représente quelque chose de réaliste et de reconnaissable et qu'il soit peint avec un minimum d'académisme. Son amour de la peinture s'arrête par conséquent aux impressionnistes.

    Il était tout juste d'accord pour trouver joli un tableautin représentant un canot de pêcheurs

    Oostende (6) - kopie.JPG
    Johan Barthold Jongkind
    Vissersboot op het strand, 1861 
    (musée d'Otterlo)

    Nous avons beaucoup rigolé en voyant l'oeuvre du Roumain Belu-Simion Fainaru: ce n'était pas une peinture mais un verre d'eau dans lequel il y avait un oeuf (cuit dur, je suppose). Sur la mini-surface d'eau flottait un minuscule bateau fait d'un peu de cire (ça ressemblait au dentier de mon arrière-grand-père), d'un cure-dents pour le mât et d'un triangle de papier pour la voile. On peut le voir ici: http://sofievandevelde.be/artists

     fainaru.jpg

    Après avoir scrupuleusement visité chaque recoin du musée que monsieur Neveu a trouvé joyeusement labyrinthique, nous étions tout de même d'accord que l'oeuvre qui nous plaisait le plus était absolument moderne. Il s'agissait l'une peinture de Thierry De Cordier, une mer très belle, comme palpable, sensuelle, et à la fois très menaçante, que je n'ai pas photographiée mais qu'on trouve en suivant ce lien: 
    http://www.xavierhufkens.com/artists/thierry-de-cordier

     de zee.jpg

    MER DU NORD, Étude n°1, 2011
    Oil paint and enamel on canvas
    120 × 150 cm | 47 ¼ × 59 inches

    (1) http://www.muzee.be/fr/muzee/t204250/la-mer-salut-d-honneur-jan-hoet

  • P comme pas peur?

    006 (3) - kopie.JPG

    pour le projet 52 de Ma

    http://manuelles.canalblog.com/archives/2014/12/30/31227714.html

    thème : sucré

    Voilà qui m'a fait penser à mon éducation sans sucre

    et sans crainte du dentiste

    Cool

  • P comme Pascal Perrat

    Il y a Elle et il y a Lui.

    Elle, toujours affairée, toujours une « loque à poussières » entre les mains ou un seau d’eau pour laver les vitres. Pas le temps de rigoler. L’envie lui en est passée depuis l’âge de quatorze ans.

    Lui, toujours affable, toujours vêtu d’un « cache-poussière » gris dont il ferme soigneusement tous les boutons. Toujours une casquette sur la tête, même à table. C’est peut-être parce qu’il en vend. Ou pour cacher sa calvitie. Il fait beaucoup rire la petite en lui disant « Pas op ! mijn haar ligt in een melksausje ».

    - Comment est-ce possible, demande-t-elle, puisque des cheveux, tu n’en as pas ?

    Parfois elle demande :

    - C’est quoi, « een melksausje » ?

    Parce que de sauce au lait, on n’en mange jamais. Pas même chez l’autre grand-mère, qui fait si bien la cuisine.

    Une semaine sur deux, il y a donc aussi la petite. Qui n’oublie jamais de me saluer, ni en arrivant, ni en partant, « Bonjour, Jules ! », « Au revoir, Jules ! ». Qui s’inquiète de ma santé, « Tu n’as pas trop froid, Jules ? », de mon appétit « Tu n’as pas faim, Jules ? ».

    Pour le reste, elle est aussi taiseuse que moi. Aussi petite mangeuse que moi, à picorer dans son assiette, même le mercredi, quand c’est le jour des frites. Mais moi je suis déjà très vieux et elle n’a pas cinq ans. Je pense qu’elle s’ennuie, comme moi.

     

    Elle aussi tourne en rond dans son bocal.

    ***

    Incipit 205 de Pascal Perrat:
    http://www.entre2lettres.com/exercice-inedit-decriture-creative-poisson-rouge/

    Racontez un repas de famille vu par un poisson rouge depuis son bocal

    J'ai déjà parlé de Jules ici: http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2014/05/12/j-comme-jules-8177187.html

    jules.jpg

    image prise sur ce site:

    HTTP://WWW.20MINUTES.FR/PLANETE/777764-BOULES-AQUARIUMS-PRISON-POISSONS-ROUGES

  • P comme pistolet

    Un arbre qui se dénude,
    un nid de pies
    abandonné jusqu'à la saison prochaine, 
    un ciel sans nuages,
    promesse d'une claire journée d'automne...

    9 nov 14 (1) - kopie.JPG

    Qu'est-ce qui fait courir l'Adrienne
    en ce dimanche de novembre
    dès sept heures du matin?

    (et courir est à prendre au sens littéral)

    Rigolant

    Ceci!

      9 nov 14 (2) - kopie.JPG

    Comme c'était la toute première fois
    depuis plus de huit ans
    qu'elle allait manger des pistolets (1)

    (sauf ces beaux dimanches matins où elle se réveille chez des amis)

    elle n'a su que choisir

    Langue tirée

      

    (1) pour les non Belges qui me lisent:
    le pistolet est ce petit pain rond et blanc
    qui doit être 'cuit sur la pierre' (op steen gebakken)
    comme le précise mon boulanger,
    avec une croûte craquante
    et une mie à la fois fine, douce et ferme.

    C'est dans cette même boulangerie
    que mon père est allé fidèlement
    chaque dimanche matin
    tout au long de sa vie d'homme marié
    c'est-à-dire 50 ans.

    Et pendant ces 50 ans
    le nom du boulanger
    n'a changé qu'une seule fois.