Stupeur et tremblements

  • Stupeur et tremblements

    lali571.jpg

    Pour mieux se fondre dans la foule parisienne, William Willoughby Junior s'est acquis un béret basque. Il s'étonne d'en voir si peu dans les rues et sur les grands boulevards mais en conclut que tous ces promeneurs plus ou moins pressés ne sont sans doute pas de vrais Parisiens. 

    Il a bien préparé son voyage, il possède quelques rudiments de français et un discret glossaire qui malheureusement ne l'aide pas beaucoup au restaurant. Onglet? Tartare? Tripes? Tout ça ne s'y trouve pas et le serveur, un grand moustachu chauve, s'amuse à l'embrouiller encore plus en lui donnant des explications compliquées avec un débit de fusil mitrailleur. 

    De l'autre côté de la nappe à carreaux, un gros type oublie de fumer sa cigarette, tellement il est atterré par les mauvaises nouvelles de ce samedi 26 octobre. Lui aussi découvre avec stupéfaction des mots inconnus, krach, brokers, Dow Jones... et sent confusément que le monde va changer, et la peur du pire lui prend le ventre. 

    Pendant ce temps, près de la fenêtre, miss Susan Walker - des Walker de Baltimore - les premiers émois passés, se dit qu'il serait peut-être plus prudent de vérifier le pedigree du fringant jeune homme qui lui baise les doigts et la tient constamment sous la langueur de son regard, avant de s'engager plus loin avec lui. 

    Elle ne sait pas encore que depuis deux jours, ce presque sans-le-sou est plus riche qu'elle. 

    *** 

    photo offerte à l'inspiration chez Lali
    que je remercie!

  • Stupeur et tremblements

    parcours sup.jpg

    Je ne sais pas si vous aurez le courage de lire toute cette lettre ouverte, signée par des profs de lycée. Je l'ai fait, avec une stupeur grandissante. Le titre déjà m'avait choquée: "Sélection à l'université: Pire que le tirage au sort.

    Puisse un tel système - ni le précédent, ni celui qui est prévu pour lui donner suite - ne jamais arriver en Belgique! 

    *** 

    Nous, professeurs de lycée, sommes confrontés aujourd’hui aux côtés de nos élèves au nouveau système ParcourSup censé garantir l’accès au post-bac pour les élèves de Terminale. L’État a prétendu par la voix de Jean-Michel Blanquer, Frédérique Vidal et Emmanuel Macron que ce système permettrait de remédier à l’injustice flagrante qui avait ému l’opinion l’an dernier : la sélection arbitraire des bacheliers par tirage au sort. En vérité, cette nouvelle fake news étatique est là pour cacher l’absence flagrante de toute politique de création de postes dans le Supérieur et de construction de nouvelles universités qui, de fait, prive un grand nombre d’élèves de toute poursuite d’études. C’est ainsi, au bas mot, l’équivalent de dix Universités qu’il faudrait créer pour accueillir dignement les élèves.

    Nous constatons aujourd’hui que le nouveau système ParcourSup propose une sélection encore plus injuste que ce tirage au sort pourtant si décrié. En effet, cette sélection va s’opérer à partir des pires préjugés sociaux. Un premier écrémage s’est déjà effectué sur la base d’une intimidation et d’une autocensure des élèves qui manquent d’un capital culturel que ne peut malheureusement pas leur donner l’école : comment répondre sans l’arrogance et sans l’aplomb qui sont le privilège des privilégiés à des questions qui demandent notamment ce que l’on sera dans 10 ans quand on n’a parfois pas même 18 ans ? Comment compléter pour chacun des 10 vœux, en prépa comme dans la moindre des licences, le dossier exigé comprenant un CV, une lettre de motivation de 300 signes, des justificatifs d’une activité socialement valorisable (BAFA, délégué de classe, porte-drapeau, clubs sportifs, etc.) ? Cette exigence a d’ailleurs favorisé l’apparition de petites entreprises hautement lucratives et cyniques qui se proposent, en échange de la somme de 320 euros, de monter, mener et boucler un dossier aussi titanesque. Qui, plus trivialement, dispose des moyens matériels nécessaires et des réseaux pour le finaliser (scanner pour restituer copie des bulletins et autres lettres de recommandation glanées ici ou là auprès de connaissances plus ou moins haut placées et incidemment valorisantes) ?

    Pour ceux qui auraient franchi avec succès cette première étape, dont la discrimination sociale et territoriale ne fait pas grand mystère, vient à présent le moment de l’examen des dossiers par les établissements du Supérieur. C’est maintenant grâce à nos collègues universitaires que nous sommes informés de la monstruosité absolue de la sélection et de ses modalités. Effectivement, étant donné qu’aucun moyen supplémentaire humain n’a été alloué, la simple lecture et consultation des dossiers dûment complétés s’avèrent impossibles. Ainsi ceux-ci nous ont appris qu’aurait été mis à disposition un algorithme applicable sur les bulletins de notes des élèves qui permet leur pondération en fonction des établissements d’origine. Ainsi pour prendre l’exemple de la région parisienne, une note 14/20 obtenue dans un lycée du 93 vaudrait 12 alors que la même note obtenue dans un grand lycée parisien vaudrait 18. La chose est aisée à croire car, en l’état de pénurie de moyens, comment ne pas réinstaurer un arbitraire en sélectionnant sur la dernière réalité objective, la terrible inégalité sociale et territoriale ? Comme nous l’ont dit certains élèves conscients de ce que toute leur classe d’âge allait être sacrifiée, « c’est pire que le tirage au sort » qui, de fait, leur laissait la chance de la chance.

    Partant, l’unique problème qui devrait préoccuper les professeurs tant du lycée que de l’université, c’est de trouver les moyens pratiques de ne pas collaborer à cette vaste entreprise, proprement dégueulasse, de numérisation des inégalités. Nous appelons tous les professeurs de lycée à renseigner la « Fiche Avenir », cette antiphrase, en garantissant un avis favorable et des items positifs à chacun de leurs élèves pour que ce ne soit pas avec notre aval que tout avenir leur soit purement et simplement nié. Nous appelons chacun à participer au mouvement de grève et de manifestation et à lever des actions pour empêcher la mise en place de ce système qui, sous couvert de modernisation et de nouveauté, va nous faire retourner au 19e siècle sinon à l’Ancien Régime. C’est pourquoi, à l’instar de ces prisonniers condamnés à de longues peines, ou mis à l’isolement qui, l’année du 35e anniversaire de l’abolition de la peine de mort, réclamaient qu’on leur « rende la guillotine », nous réclamons qu’on nous rende le tirage au sort. Ou alors qu’on construise de nouvelles universités et de nouveaux lycées. À moins qu’avec le retour du 19ème siècle n’arrive aussi la révolution, qui mettra à bas l’ensemble de l’ordre social actuel. 

    photo et article chez Diacritik

  • Stupeur et tremblements

    Materialdeprivationrate2015.jpg

    cliquer pour ouvrir en grand 

    source Eurostat 

    Le graphique ci-dessus donne les chiffres de 2015 mais la presse a déjà pu jeter un coup d’œil aux statistiques de l'enquête européenne effectuée en 2017. 

    Selon la tendance du journal ou magazine qui relaie l'info, le titre est plus ou moins alarmiste. 

    Le plus alarmiste est forcément le plus accrocheur, la preuve: même l'Adrienne a cliqué pour le lire tongue-out. "Un quart des Belges ne peut pas faire face à une dépense imprévue". Mais plus loin on lit que l'achat d'une nouvelle télé ou d'un téléphone portable ne pose que très rarement un problème. 

    Le moins alarmiste annonce une légère baisse de la pauvreté: 5% des Belges en 2017 contre 6% en 2016. Par pauvreté on entend "privation matérielle sévère", c'est-à-dire connaître des difficultés matérielles pour au moins quatre des neuf paramètres de l'enquête: payer à temps les factures d'eau, de gaz, d'électricité, faire face à l'achat d'une voiture, d'une télé, d'un téléphone portable, se chauffer convenablement, faire face à une dépense imprévue de 1100 € ou plus, partir huit jours en vacances, s'offrir des vêtements neufs ou des sorties (sport, ciné, concert, restaurant). 

    Les critères de 2015 étaient légèrement différents. Pour ceux que ces statistiques intéressent, c'est ici

     

     

  • Stupeur et tremblements

    stupeur,actualité

    Voilà une rubrique qui se nourrit sans problème, il faut même prendre un ticket et faire la queue au portillon: le comportement du genre humain est source constante de stupeur et tremblements, en tout cas quand on s'appelle Adrienne. 

    De quoi s'agit-il cette fois? 

    D'un avion de Swiss Airlines en route pour Zürich qui a dû faire un atterrissage (non prévu) à Stuttgart. 

    Pourquoi? 

    Parce qu'une dame était devenue fort agressive envers le personnel de bord après qu'on avait dû lui annoncer qu'on était désolés, mais que non, malheureusement, il n'y avait plus de champagne. 

    Plus de champagne! 

    L'histoire est relatée ici. Mais vous connaissez l'Adrienne, vous savez qu'elle ne vous raconte pas de carabistouilles

    Imaginez que vous soyez un des 43 autres passagers, qu'au lieu d'arriver bien à l'heure à Zürich, vous soyez obligés de poireauter quarante-cinq minutes sur le tarmac de Stuttgart... 

    Bref, tout ça pour vous demander un conseil: si vous connaissez un bon champagne pas trop cher, l'Adrienne est preneuse, elle n'a encore rien au frigo pour la venue de sa carissima nipotina cool 

    *** 

    la photo est une déclaration d'amour 

    wij zien jullie graag 

    nous vous aimons 

    Passez un bon week-end!

  • Stupeur et tremblements

    tote bag.jpg

    Un jour d'inattention, l'Adrienne a dû refiler ses coordonnées à une chaîne de prêt-à-porter français et depuis lors elle reçoit régulièrement des offres irrésistibles auxquelles elle résiste cependant. 

    Vous qui la connaissez, vous savez qu'elle n'est pas la reine du shopping tongue-out 

    Et vous savez aussi que tout en aimant la langue française, elle n'a pas peur d'utiliser ici ou là un anglicisme, genre OMG, week-end ou suspense. 

    Mais là où elle a ouvert des yeux stupéfaits, c'est quand sa chaîne française de prêt-à-porter a voulu l'allécher avec un "tote bag". 

    Un quoi? 

    Il semblerait qu'à partir du moment où le sac en toile devient un accessoire branché, il faille l'appeler "tote bag". Et probablement prononcer ce 'tote' comme dans 'une litote'... 

    Bref, à partir du moment où le sac en toile coûte deux fois le prix d'un vuitton d'imitation, il s'appelle "tote bag". 

    Comme celui qui a servi d'illustration... 

     

  • Stupeur et tremblements

    les joies d'internet

    De vendredi soir à lundi matin, l'Adrienne aurait pu brancher une guirlande électrique sur son compte skynet: il n'arrêtait pas de clignoter. 

    Oui, non, oui, non, oui, non... une fois toutes les deux secondes la tentative de connexion se terminait par un échec. 

    Et l'Adrienne, après les premiers moments de stupeur, est vite passée aux tremblements de rage, de colère, d'impuissance et d'impatience. 

    Au point qu'elle a consacré une partie de son dimanche après-midi à faire des recherches de tableaux comparatifs sur les mérites réels ou supposés de tous les fournisseurs de blogs et de sites, les gratuits ou pas, avec et sans publicité, à énorme ou faible capacité de stockage, etc. 

    C'est ainsi qu'elle a incidemment appris que si son blog clignotait comme un sapin de Noël, c'était parce que skynet était "en maintenance". 

    Ce qui est aussi frustrant que le "work in progress" qu'affichent certains sites au moment où on a besoin d'un renseignement qu'eux seuls peuvent fournir... 

    Voilà pourquoi, chers lecteurs, vous recevez des billets à n'importe quelle heure et avec un alphabet complètement en déroute tongue-out

  • Stupeur et tremblements

    jacht.jpg

    Stupeur de l'Adrienne, en découvrant en juillet dernier, la carte (enfin visible pour tous) des zones de chasse. 

    Voyez donc cette Flandre toute colorée de vert, à l'exception des centres villes: tout ce vert est - selon les chasseurs - zone de chasse. 

    L'Adrienne est en guerre avec les chasseurs depuis toujours, et ça n'a pas trop amélioré son opinion sur eux de constater que pour arriver aux 40 hectares requis, ils se sont appropriés sans vergogne chaque parcelle de terrain, y compris de nombreux jardins privés et des zones protégées. 

    Dans la province du Limbourg, par exemple, huit parcelles sur dix de celles colorées en vert - donc que des chasseurs se sont attribuées - le sont à l'insu de leur propriétaire... qui peut donc continuer à trembler pour son chat, son chien ou tout autre être vivant qui mettrait le nez dehors un jour d'ouverture de la chasse.  

     

  • Stupeur et tremblements

    Non, se dit l'Adrienne en lisant dans le journal que le premier août, une firme américaine implante un "chip" dans la main de son personnel. 

    Non, se dit-elle, je ne veux pas vivre comme ça. Même si ça permet d'ouvrir automatiquement les portes de l'entreprise, de faire marcher l'ordi et la photocopieuse, de payer à la cafétéria... 

    Puis sa stupeur passe à la vitesse supérieure quand elle lit, en fin d'article, qu'une firme belge le fait depuis décembre dernier.  

    chip.jpeg

    source de la photo et article de décembre dernier ici 

    Le tatoueur qui les implante comme un piercing entre pouce et index prétend qu'il l'a déjà fait chez plus de 450 personnes, aussi bien des particuliers que du personnel d'entreprises, principalement pour une utilisation en domotique. 

    Les Belges étant de doux dingues, leur "chip" servira à leur donner la météo ou l'état des routes et leur permettra de se connecter à leur "playlist" sur Spotify... 

     

  • Stupeur et tremblements

    Burreken 2017-07 (1).JPG

    Ça faisait bien quatre ans que l'Adrienne n'était plus retournée dans son vert paradis, alors quand des amis le lui ont proposé comme but de promenade, un bel après-midi de juillet, elle a d'abord eu un peu d'appréhension. 

    L'émotion, vous comprenez? 

    Mais ô stupeur, les retrouvailles se sont bien passées cool 

    C'est juste que l'endroit a beaucoup changé: c'est fou ce qu'en quatre ans, les arbres ont grandi. 

    Burreken 2017-07 (6).JPG

    Les Exmore avaient choisi de se cacher à l'ombre d'un sous-bois qui n'existait pas encore il y a quatre ans - saules, aulnes, frênes... ont bien poussé! 

    Burreken 2017-07 (8).JPG

    ce ne sont pas les mêmes qu'il y a quatre ans, ceux-là venaient lécher la main de l'Adrienne (ou sa caméra, quand elle voulait les photographier) 

    *** 

    Et la maison d'autrefois? 

    Elle est maintenant bien cachée derrière un haut portail complètement fermé, avec caméra de surveillance et alarme... alors que l'Adrienne, à l'époque, laissait même la porte du garage grande ouverte, et oubliait souvent de la fermer la nuit. 

     

  • Stupeur et tremblements aquatiques

    C'est évidemment en pleine canicule, au moment où les citernes d'eau de pluie se vident et que les autorités nous demandent de ne pas gaspiller l'eau, qu'on nous assène une fois de plus ceci: on trouve de tout, dans "l'eau du robinet", vu qu'on trouve de tout dans nos eaux usées (voir la vidéo ci-dessus), mais qu'on se rassure, elle reste parfaitement propre à la consommation. 

    Pour la Flandre, la dernière étude en date est ici. Elle concerne les résidus de médicaments qui se retrouvent dans nos eaux usées, que ce soit ou non à proximité de firmes pharmaceutiques ou d’hôpitaux. La majeure partie en est éliminée, dit l'étude, et nous ne demandons qu'à le croire, en essayant de ne pas trop nous poser de questions sur cette autre partie. 

    De toute façon, comme disait le père de l'Adrienne, faudra bien qu'on meure de quelque chose... et le grand-père aurait ajouté, en accord complet avec l'esprit de Louis Pasteur, qu'il valait mieux boire une bière.

     

  • Stupeur sans tremblements

    Quoi de plus simple, pense Madame chaque année à cette époque, quand elle revoit avec ses élèves l'emploi des temps du passé, quoi de plus simple que de leur faire écrire et raconter un souvenir d'enfance? 

    Quoi de plus simple, pour montrer qu'on maîtrise la différence entre le passé composé, l'imparfait et le plus-que-parfait, quoi de plus simple que de répondre à la consigne suivante: 

    Quand j'étais petit(e) ... (descriptions, habitudes...)

    Mais un jour ... (qu'est-ce qui est arrivé?)

    Et bien, Madame se trompait! 

    - Je pense, annonce-t-elle un mardi matin en remettant les copies corrigées de la veille, que je vous ferai écrire un exercice de ce genre à l'examen, où il faudra raconter au passé un souvenir d'enfance... 

    Autour des tables, on se regarde puis les plus courageux se lancent: 

    - Oh non! pas un souvenir d'enfance! 
    - Je ne saurais vraiment pas quoi raconter! 
    - Moi aussi j'aimerais mieux un autre sujet... 

    Stupéfaction de Madame: vous n'avez pas de souvenir d'enfance? je pensais que ce serait l'embarras du choix! vous voulez quoi, alors, comme sujet pour raconter au passé? 

    - Les vacances! 

    Re-stupéfaction de Madame: comment ça, les vacances? celles de l'année passée? les vacances, ce sont aussi des souvenirs d'enfance, non? vous voulez vraiment tous parler des vacances? 

    Et bien, oui. Unanimité! 

    *** 

    C'est trois jours plus tard seulement, en y repensant, que Madame s'est souvenue de cet élève de l'an dernier, qui, en recevant la consigne du souvenir d'enfance, lui avait demandé s'il pouvait INVENTER.

     

     

     

  • Stupeur et tremblements

    Mardi soir, impossible d'ouvrir google chrome. Pas grave, se dit l'Adrienne, il reste encore microsoft edge et mozilla firefox, on verra ça demain à tête reposée. 

    Le lendemain, la tête n'était sans doute pas assez reposée, le problème ne trouvait pas de solution: impossible de faire un nettoyage avec Ccleaner, impossible de désinstaller chrome - pour le réinstaller - et l'Adrienne, qui déteste déclarer forfait, a dû se résigner à faire appel au service de support en ligne. 

    La voilà en train de "chatter" avec Rachid, qu'elle imagine jeune, beau et ténébreux. Première expérience de ce genre, elle est donc bien étonnée que Rachid lui demande de pouvoir "contrôler son bureau" tongue-out 

    Rachid et l'Adrienne, chacun derrière son ordi, pouvait ainsi cliquer, ouvrir, fermer, tapoter sur le même écran. Le bureau de l'Adrienne, donc. De temps en temps l'Adrienne devait assister l'assistant, vu que son ordi "parle" néerlandais. 

    Pendant une heure, Rachid a essayé de faire la même chose que l'Adrienne: désinstaller chrome pour pouvoir le réinstaller. Sans succès. 

    Puis Rachid a passé la main à Idriss, sous prétexte qu'il avait un problème d'ordi - un comble, vous serez d'accord, pour un service d'aide en ligne tongue-out 

    Idriss, que l'Adrienne s'est également imaginé jeune, beau et ténébreux, a encore eu besoin d'une bonne demi-heure pour résoudre le problème et finalement désinstaller puis réinstaller chrome. 

    L'Adrienne, Idriss et Rachid se sont quittés très bons amis. 

    C'est juste que maintenant elle tremble un peu en se demandant qui regarde par-dessus son épaule tongue-out 

    12:01 Connexion...
    12:01 Connecté. Un représentant du service d'assistance sera à votre disposition dans un instant.
    12:01 Session d'assistance établie avec Rachid.M.
    12:01 Rachid.M redémarre l'application en tant que service système Windows
    12:01 Connexion...
    12:01 Application exécutée en tant que service système Windows
    12:01 Connecté. Un représentant du service d'assistance sera à votre disposition dans un instant.
    12:01 Session d'assistance établie avec Rachid.M.
    12:01 Vous avez autorisé Rachid.M à contrôler votre bureau. Pour révoquer, cliquez sur le X rouge dans la barre d'outils ou appuyez sur Pause/Break sur le clavier.
    12:01 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    12:12 Rachid.M a interrompu les demandes de maintenance. Veuillez patienter.
    12:12 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    12:13 Session d'assistance établie avec Rachid.M.
    12:13 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    12:13 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    12:14 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    12:14 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    12:14 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.

    12:14 Rachid.M: j'ai perdu le partage d'ecran je tente de la recuperer

    12:26 Rachid.M a interrompu les demandes de maintenance. Veuillez patienter.
    12:26 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    12:26 Session d'assistance établie avec Rachid.M.
    12:26 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    12:33 Rachid.M a interrompu les demandes de maintenance. Veuillez patienter.
    12:33 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    12:34 Connexion fermée. Tentative de reconnexion...
    12:35 Connexion...
    12:36 Connecté. Un représentant du service d'assistance sera à votre disposition dans un instant.
    12:36 Session d'assistance établie avec Rachid.M.
    12:36 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    12:36 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    12:36 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:07 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:08 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:08 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:08 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:08 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:08 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:09 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:09 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:09 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:09 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:09 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:09 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:10 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:10 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.
    13:11 Contrôle à distance par Rachid.M arrêté.
    13:11 Contrôle à distance démarré par Rachid.M.

     

  • Stupeur et tremblements

    Le jeudi matin, avant le congé du carnaval, Madame est seule dans le bureau des coordinatrices quand une élève de Terminale frappe à la porte. 

    - Je voudrais avoir la permission de rentrer chez moi, dit-elle, mais je passe par vous parce que je ne veux pas qu'on avertisse ma mère. 

    Madame n'a qu'une fraction de seconde pour décider si elle répond par oui ou par non, si elle se laisse attendrir ou non par l'air malheureux, le ton humble et les yeux baissés. 

    - Je ne peux pas t'accorder cette permission... Pourquoi tu ne veux pas avertir ta mère? demande-t-elle. 

    On s'assied, on parle, on pleure. Madame essaie en vain de joindre la psychologue - elle est déjà en vacances - et joue à la thérapeute. La jeune fille finit par rejoindre sa classe et ni ce jeudi ni le vendredi elle ne manque un cours.

    Mais Madame n'est pas tranquille et avec raison: le jeudi suivant, pendant les vacances, la jeune fille avale certains comprimés qui devraient arrêter radicalement toute souffrance future - et tout futur. Elle passe deux jours aux soins intensifs, elle revient de loin. Sa mère appelle Madame qui accourt à son chevet.

    - Quand tu étais venue me voir l'autre jeudi, c'était déjà dans cette intention? lui demande Madame qui maintenant est sûre de la réponse.

    - Oui. 

    Alors, dans les jours et les nuits qui ont suivi, Madame n'a cessé de trembler rétrospectivement à l'idée que si elle avait pris la mauvaise décision, si elle avait laissé la jeune fille rentrer chez elle à neuf heures du matin sans avertir sa mère, elle aurait une mort sur la conscience. 

    Voilà une des raisons pour lesquelles ce blog s'est arrêté le 10 mars.

  • Stupeur et tremblements

    praatpaal.jpg

    Le dimanche 22 janvier, c'est avec stupeur que l'Adrienne a appris que ce genre de mobilier urbain serait définitivement mis hors service dès le lendemain. En tout cas en Flandre. 

    Déjà, les cabines téléphoniques ont disparu de nos villes, sous prétexte que chacun - ou presque - a son portable. 

    Même raisonnement ici: en 2014, chaque borne n'a été utilisée en moyenne que deux fois, alors que son entretien coûte 750 € annuellement.  

    Faut donc espérer qu'à l'avenir, en cas de problème sur l'autoroute, chacun ait un portable, qu'il soit en état de marche et qu'on trouve facilement à qui s'adresser. 

    Ça fait tout de même déjà trois conditions... 

    Parce que c'est agitée de forts tremblements que l'Adrienne, l'été 2015, a eu besoin d'une de ces bornes, et a été fort heureuse d'y trouver une voix compréhensive qui l'a tout de suite aidée. 

     source de la photo et article ici 

    pour ceux qui n'étaient pas encore là en 2015 
    l'histoire de la borne ici et de l'accident ici

  • Stupeur et tremblements

    En rentrant de son petit voyage parisien, la première chose que fait l'Adrienne, c'est vider sa boite aux lettres. 

    Voici ce qu'elle y trouve, parmi deux ou trois cartes de vœux et quelques publicités: 

    DSCI4575.JPG

    D'abord, stupéfaction totale (et deux relectures du feuillet): qu'est-ce que ça vient faire ici? le seul crédit que l'Adrienne ait jamais contracté, c'était pour l'achat de sa maison. Or, sur ce document il s'agit de tout autre chose. Ni la somme ni la société de crédit ne correspondent à rien de connu. 

    Mystère total: où est l'erreur? est-ce une arnaque? que faire? réagir, téléphoner, écrire ou pas? 

    DSCI4576.JPG

    La nuit, elle a largement le temps d'y réfléchir, vu qu'elle n'en dort pas. Une recherche rapide montre effectivement l'existence d'une telle société française de crédit. Le numéro de téléphone y correspond. Mais c'est situé à Pau, pas à Paris.

    DSCI4577.JPG

    La nuit, l'Adrienne se dit qu'elle répondra par écrit. 

    En néerlandais 

    tongue-out 

    Une belle longue lettre en termes bien sentis 

    Dans la langue de Vondel 

    tongue-out 

    Finalement elle n'a encore rien fait du tout 

    convaincue que c'est une arnaque

    d'une société française

    qui espère élargir son territoire d'action malfaisante 

    jusqu'en Belgique

     

  • Stupeur et tremblements

    Reportage d'Arte qui dure presque 10 minutes 

    ici le site d'Arte avec ce film, des photos (dont celle ci-dessous) et les commentaires 

    *** 

    il date déjà de septembre 2014 mais ça m'étonnerait que le phénomène soit en régression 

    actualité,nature

    Le vieux slogan "Mon auto... c'est ma liberté" 
    devient "Polluer c'est ma liberté" 

    actualité,nature

    c'est chez Emma que j'ai découvert ce stupéfiant reportage qui depuis ne me lâche pas

  • Stupeur et tremblements

    Ce ne sont pas les causes de "stupeur et tremblements" qui manquent, même pour quelqu'un qui suit l'actualité de très très loin. Le triste soap-opera Hillary Trump à lui seul pourrait remplir la rubrique pendant de nombreux mois. 

    Mais il y a aussi les faits divers, comme cette nouvelle qui m'est parvenue le 11 octobre. 

    Une femme "de chez nous", âgée de 90 ans a déboursé environ 50 000 € pour être "cryogénée". 

    Le premier moment de stupeur passé, les questions se bousculent...  

    Ne pouvait-elle rien faire de mieux avec ces 50 000 €?
    Quelle sorte de foi (en l'homme, en la science, en l'avenir...) faut-il avoir pour être tenté(e) par ce genre de procédé de conservation du corps?
    Quelle sorte de résurrection attend-elle, dans son corps de femme de 90 ans? 
    Quelle sorte de vie espère-t-elle pouvoir mener, quand, où, avec qui, dans quelle sorte de monde? 

    En allant voir à gauche et à droite quelques articles sur le sujet, je me dis que vraiment, les Anciens avaient raison: Mundus vult decipi, le monde veut être trompé. 

    Il y a toujours quelqu'un qui en tirera profit, comme cet entrepreneur de pompes funèbres qui a eu l'honneur de préparer le corps et l'explique avec sérieux devant les caméras de la télévision flamande: rinçages, vitrification, six cents kilos de neige carbonique pour amener le corps à -80°, transport spécial jusqu'à Michigan, refroidissement supplémentaire et conservation à -196°, étonnez-vous après ça qu'on ait besoin de quatre planètes et demie pour subvenir à nos insensés besoins... 

    dhondt.jpg

    source

     

     

  • Stupeur et tremblements

    Madame, on le sait, adore son métier: chaque élève devient tellement "son enfant" qu'elle ne supporte pas qu'on dise du mal de lui et donner une heure de cours est son remède miracle contre la migraine. 

    Quand elle apprend, cette année encore, qu'en Flandre il y a une nouvelle baisse d'une dizaine de pour cent d'étudiants inscrits dans des filières qui mènent au métier de prof, et puis qu'elle voit ce genre de vidéo, destinée à encourager les enseignants à tout mettre en oeuvre pour "motiver" leurs élèves, il lui semble voir un rapport entre les deux. 

    Il y a beaucoup de choses que Madame est prête à faire pour intéresser ou amuser son public, des imitations, des mimiques, du théâtre et même du chant (faut voir leur tête quand elle leur apprend le mot "truite" en leur chantant les premières mesures du Forellenquintett tongue-out puis comme elle joue l'étonnement quand, année après année, aucun sur les 25 ne connaît ce morceau)... beaucoup de choses, vraiment. 

    Mais jamais, je vous le dis, jamais elle ne pondra un œuf.

  • Stupeur et tremblements

    - Salut, Patrick! 

    - Salut, Huguette! Tu as pensé à moi? 

    - Mais oui, ne t'inquiète pas. 

    - Bonne récolte? 

    - Très bonne! Il y en a bien un demi-kilo qui t'attend. 

    - Super! Magnifique! J'approche du but. 

    - Il t'en faut combien, encore? 

    - Encore deux ou trois kilos, je pense. Cinq maximum. 

    - Et tu vas transporter ça comment? 

    - Ben... dans une brouette. 

    - Tout ça ira dans une seule brouette? Une géante, alors! 

    - Non, bien sûr, il m'en faudra deux. J'ai un copain qui va m'aider pour le transport. 

    - Qui ça? Je le connais? 

    - Non, je ne crois pas, non. Un copain du boulot. 

    - Ah bon. Et tu es sûr de ton affaire? Tu ne dois pas tout recalculer, recompter...? 

    - Non, ça va, j'ai tout noté au fur et à mesure. 

    - Ah oui, super! Superbien organisé. Qu'est-ce que j'aimerais être là pour voir leur tête, quand tu vas t'amener avec tes deux brouettes pleines de centimes d'euro! 

    *** 

    fiction, actualité, Belgique, Flandre

    texte de fiction basé sur le fait divers suivant: 
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1504/Insolite/article/detail/352386/2008/07/18/Il-a-paye-sa-facture-Electrabel-avec-215-kilos-de-centimes.dhtml

  • Stupeur et tremblements

    Stupeur en découvrant hier midi un des titres de l'actualité du jour: suite au Brexit, de nombreux sujets de sa majesté Elisabeth II veulent obtenir la nationalité belge. 

    Meer en meer Britten willen Belg worden 

    L'article est en néerlandais mais les chiffres sont clairs. Ils concernent les demandes d'informations sur les conditions de l'obtention et les premières ouvertures de dossiers. 

    C'est là où le bât blesse: les conditions sont assez sévères. Il y en a trois: habiter en Belgique depuis au moins cinq ans, y avoir un travail et parler une de nos langues nationales. 

    Or, l'anglais n'en fait pas partie tongue-out 

    Lyon 2016 (217).JPG

    photo prise le 17 juillet à Lyon au Musée de l'Imprimerie: 
    affiche de Pierre Di Sciullo

  • Stupeur et tremblements vénitiens

    C'est un petit ouvrage d'à peine 58 pages dans sa version italienne qui paraît ce mois-ci en traduction française https://diacritik.com/2016/05/18/roberto-ferrucci-venise-est-lagune-venezia-e-laguna/  

    Venezia non è una città di mare. Venezia è laguna.

    Venise n'est pas une cité de la mer. Venise est lagune.

    I veneziani che escono in barca, si aggirano per le sue fragili e bellissime acque verdi, raramente escono a fendere quelle azzurre dell’alto Adriatico. È questo il paradosso enorme di quell’assurdo dibattito su grandi navi sì, grandi navi no. La laguna non è mare. Anche e soprattutto per questo il resto del mondo sa che la risposta a quel falso dilemma è NO.

    Les Vénitiens qui sortent en bateau et se déplacent sur leurs merveilleuses et fragiles eaux vertes, vont rarement jusqu'à celles toutes bleues du haut Adriatique. Voilà le paradoxe énorme de cet absurde débat à propos des grands paquebots oui, grands paquebots non. La lagune n'est pas une mer. C'est aussi et surtout pour cette raison que le reste du monde sait que la réponse à ce faux dilemme est NON.

    E forse oggi Venezia è in mano a qualcuno che la vuole trasformare in un grande contenitore commerciale, di consumo. […] Solo se si ritornerà a pensarla e a rispettarla come città di laguna, accettando la sua preziosa e unica fragilità, Venezia potrà continuare a essere la città più bella e amata al mondo.

    Et aujourd'hui peut-être Venise se trouve entre les mains de celui qui veut la transformer en un haut lieu de commerce et de consommation. [...] Ce n'est qu'en la repensant et respectant comme ville lagunaire, en acceptant sa fragilité unique et précieuse, qu'on pourra la garder comme la ville la plus belle et la plus aimée au monde.

    Le polveri sottili che una grande nave rilascia nell’aria sono l’equivalente di quattordicimila automobili circolanti in un giorno. Un ecomostro in movimento che avanza lento verso il bacino di San Marco. […] Centomila tonnellate d’acciaio che solcano le gracili acque della laguna, milioni di chili che fanno sussultare le pietre di Venezia […] ma lasciano apparentemente intatta l’acqua attorno a loro. […] Salvo che poi, eccolo, qualche minuto dopo, l’effetto risucchio e pistone […] senti all’improvviso la terra sotto ai tuoi piedi agitarsi come fosse preda di una mareggiata […] devastanti sul lungo periodo per le rive e le fondamenta di Venezia. 

    Les particules fines émises par un paquebot sont l'équivalent de 14000 voitures circulant une journée. Un monstre écologique en mouvement qui s'avance lentement vers Saint-Marc. [...] Cent mille tonnes d'acier qui rident les eaux fragiles de la lagune, des millions de kilos qui font tressauter les pierres de Venise [...] mais laissent l'eau tout autour en apparence intacte. [...] Sauf qu'après quelques minutes, par l'effet de remous, tu sens tout à coup la terre s'agiter sous tes pieds, comme en proie à une tempête [...] dévastant les rives et les quais (ou fondations) de Venise.

    Les extraits viennent d'ici http://www.michelecatozzi.it/2015/12/28/venezia-e-laguna-un-pamphlet-contro-le-grandi-navi/ (c'est moi qui ai traduit).

    Des photos absolument sidérantes de ces paquebots géants qui frôlent les rives et les quais de Venise: Are these giant cruise ships destroying Venice?

    venezia.jpg

    photo prise du blog de l'auteur, Roberto Ferrucci: son livre s'inscrit dans la liste des cris d'alarme lancés ici et là.

    venezia2.jpg

    le même triste débat dans un film documentaire allemand de 2012

  • Stupeur et tremblements

    J'apprends avec stupeur qu'il est question d’organiser chez nous des élections de "Miss" pour des petites filles de six à dix ans. 

    Cette mode américaine aura mis bien longtemps à nous parvenir - et c'est tant mieux! - mais apparemment quelques esprits troublés voudraient l'importer... 

    Des voix s'élèvent ici et là contre ces pernicieux "concours" et j'en suis bien contente.

    Je tremble pour les petites filles d'ici ou d'ailleurs qui ont ou qui auraient à les subir! 

    miss.jpg

    article et source de la photo: 

    http://weekend.knack.be/lifestyle/radar/schattig-zijn-is-geen-talent/article-opinion-694629.html?utm_source=Newsletter-22/04/2016&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBWEEKNL

  • Stupeur et tremblements

    Stupeur de l'Adrienne, il y a une quinzaine de jours, en lisant que les fabricants de crayons de couleur sont en rupture de stock. 

    Et vous savez pourquoi? 

    Parce que les adultes ont la rage du coloriage. 

    C'est un article de The Independent qui est à l'origine de nombreux autres dans la presse néerlandophone et francophone (par exemple Libération ou De Volkskrant). 

    De plus, les adultes ne se satisfont pas de "seulement" 36 couleurs, ils préfèrent les boîtes de 72 ou même 120 crayons. Et ils s'offrent la meilleure qualité, celle des crayons pour "artistes". 

    Ainsi, une boîte de 108 crayons Faber Castell à 250 €, ou encore 100 € de plus pour une belle boîte en bois chez Caran d'Ache. 

    Stupeur devant ces adultes qui font des activités enfantines mais avec des investissements "adultes". 

    Et tremblements pour notre planète aux ressources malheureusement pas inépuisables. 

    En bois de cèdre, par exemple. 

    Parce qu'en plus, si on s'achète une boîte de 120 couleurs, on n'en "use" finalement que quelques-unes... et il faut racheter une nouvelle boîte. 

    faber.jpg

    330 € pour cette boîte de 120 Faber-Castell

     

  • Stupeur et tremblements

    La table et les meubles de ma grand-mère étaient assortis de six chaises comme celle-ci: 

    les chaises (5) - kopie.JPG

    J'ai gardé les meubles, donné la table et quatre chaises. 

    Inutile d'être expert en calcul mental pour faire la soustraction 

    6 - 4 = 2 

    Or, qu'est-ce que j'ai constaté le jour du déménagement? 

    Des deux chaises que je m'étais gardées, il n'en restait qu'une... 

    *** 

    Jamais je ne saurai ce qu'est devenue l'autre. 

    Si ça vous inspire une idée de roman, ne vous gênez pas! 

    cool 

    pour le projet Hibou

     https://hibou756.wordpress.com/portfolio/52hibou-2016-suj...

     thème 12 - chaise

  • Stupeur et tremblements

    Stupeur et tremblements, samedi dernier à la foire du livre, non pas chez l'Adrienne, mais chez son neveu, au moment où il s'est trouvé nez à nez avec notre Amélie.

    Arthur à Bruxelles 006 - kopie (3).JPG

    Il y avait une queue incroyable pour recevoir d'elle un autographe, faire un selfie ou même un gros câlin. Amélie prend le temps de bien faire ce qu'elle fait. On a pu la voir consoler une jeune fille en pleurs et poser pour maints photographes de tout âge.

    Comme l'Adrienne avait son appareil et qu'une foule de gens mitraillaient déjà notre vedette, elle y est allée aussi de son petit cliché.

    Malheureusement, au moment du déclenchement, Amélie dit quelque chose qui lui déforme un peu la bouche. Pour ne pas qu'un portrait mal foutu pourrisse le net, l'Adrienne l'a donc soigneusement découpé.

    Arthur à Bruxelles 006 - kopie (2).JPG

    - J'en suis tout retourné, a fini par dire le neveu, qui normalement ne se tait jamais plus longtemps que vingt secondes.

    Puis, comme il est féru de mode et de 'look', il a longuement détaillé et commenté sa tenue. Il a trouvé ses 'gros godillots' inélégants.

    - C'est pour pouvoir tenir le coup longtemps, toute une journée à la foire, l'a excusée l'Adrienne, qui était venue en baskets pour la même raison. 

    - Tiens! a-t-il dit quand il a finalement retrouvé tous ses esprits, elle boit du champagne!

     

  • Stupeur et tremblements

    Ils sont trois petits garçons, trois petits mecs d'à peine cinq ans, qui sortent ce mercredi midi de la maternelle et marchent derrière une maman qui ne se retourne même pas pour voir s'ils la suivent.

    - Tu as vu? TOUTE cette neige! 

    C'est qu'à cinq ans, on a l'émerveillement météorologique facile. On ne peut pas comparer avec les neiges d'antan smile. Se souviennent-ils seulement de celles de l'an dernier? 2016-01-20 (2) - kopie.JPG

    sous le fin grésil, seuls le terrain de sport et les chemins deviennent blancs

    Ils sont émerveillés par cette poussière de flocons qui commence à tomber. C'est à peine s'ils arrivent à recueillir une minuscule poignée de neige sur le capot des voitures stationnées le long du trottoir. Mais ça suffit à leur bonheur. 

    Voir leurs petites mains nues sur le métal gelé me donne froid dans le dos.

    2016-01-20 (1) - kopie.JPG

    cette mince pellicule sur la cour suffit aussi au bonheur des "grands"

    Plus loin, en attente sous un porche, un tout petit essaie d'attraper son bonnet que son frère s'amuse à tenir juste assez haut pour qu'il ne l'atteigne pas. 

    - Tu n'as pas froid? dis-je au petit. Tu ne crois pas qu'il devrait le mettre, son bonnet? dis-je au plus grand. 

    C'est à ce genre de remarque, pensais-je en m'éloignant, qu'on reconnaît le prof. 

    Et ça m'énerve tongue-out

    hiver,projet 52,photo,prof,école,élève

    mon sapin de Noël a enfin son habit de fête 

    mais bien sûr, on est encore loin des merveilles de l'hiver 2010 

    hiver,projet 52,photo,prof,école,élève

    il était beau, mon paradis cool 

    ***

    Pour le Projet 52 de Ma'

    Projet 52 - 2016

    semaine 3 - hiver

     

  • Stupeur et tremblements de niveau 10

    Après ces journées de novembre où Bruxelles était ville morte, écoles fermées, travailleurs priés de rester à domicile, niveau 4 de l'état d'urgence et l'armée dans les rues, a paru l'article ci-dessous. Il vient d'un journaliste, correspondant au Liban, où il vit avec sa famille.

    Il a une petite fille de 11 ans et depuis quatre ans que je suis à Beyrouth, écrit-il, j'ai cessé de faire le compte des bombes qui explosent dans la ville. Ici, ajoute-t-il, comparé à Bruxelles, ce serait la cote d'alarme niveau 10 tous les jours.

    Et parfois, dit-il, quand sa petite fille lui demande si les bruits dans le soir sont des fusillades ou des feux d'artifice, il lui répond que ce sont des feux d'artifice.

    Parce qu'il ne faut pas montrer ses propres peurs ou inquiétudes aux petits, qui ont droit à une enfance insouciante.

    Et je lui donne raison.

    http://www.standaard.be/cnt/dmf20151124_01986329?_section=60682888&utm_source=standaard&utm_medium=newsletter&utm_campaign=ochtendupdate&M_BT=110935810948&adh_i=a0ca84a6d39365b86215da6ff3755ab0&imai=MASTER.guid

     

  • Stupeur et tremblements

    bricabook197.jpg

    © Julien Ribot

    http://www.bricabook.fr/2015/11/atelier-ecriture-197-une-photo-quelques-mots/

    Paris ville lumière

    Paris ville de l'amour

    Paris la romantique

    c'est ainsi que la voient mes élèves

    et qu'ils veulent continuer de la voir.

    Ils ne veulent pas entendre parler d'annulation de leur voyage scolaire, au printemps prochain.

    ***

    Paris en chanson

    Paris en poésie

    Paris en monuments

    c'est ainsi que la voit Madame

    et qu'elle veut continuer de la voir.

    Elle ne veut pas avoir peur et se refuser une belle balade, une bonne expo.

    ***

    Et les papas les mamans, que veulent-ils?

    Ils veulent la lumière

    l'amour

    la beauté

    pour leurs enfants

    mais aujourd'hui Paris

    le monde entier

    leur fait peur.

  • Stupeur et tremblements

    Il lui a dit:

    - Je te déteste.

    Il lui a crié:

    - Va-t'en d'ici, je ne veux plus te voir!

    Alors elle a fait sa petite valise et elle est partie.

    Quarante-cinq kilos de détresse dans la nuit d'octobre.

    ***

    Il y a des gens qui ne pourraient pas avoir d'enfants

     prof,école,élève