écol

  • Stupeur et tremblements d'anthophile

    Lundi après-midi, nous lisions le Dormeur du val d'Arthur Rimbaud.

    Quand nous en étions au premier tercet,

    Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
    Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
    Nature, berce-le chaudement : il a froid.

    je leur traduis le mot 'glaïeuls': 'gladiolen' mais je vois bien à leur mimique que la traduction ne les aide pas beaucoup. Alors je demande:

    - Vous savez ce que c'est, des glaïeuls?

    Les plus courageux font non de la tête, les autres continuent à me regarder puis suivent le mouvement: non, ils ne savent pas.

    Je suis étonnée à chaque fois que je constate combien mes élèves connaissent peu les fleurs. Pour certaines, comme la pervenche (leçon sur les adjectifs de couleur: le bleu pervenche) je prévois le coup et je me munis de jolies photos.

    Mais cette année, pour la première fois, une classe entière ne réussit pas à s'imaginer à quoi ressemblent des glaïeuls.

    Il est vrai qu'ils sont un peu passés de mode et qu'on n'en voit plus guère chez les fleuristes...

    Alors j'ai pris mes vieux catalogues Gonthier (si joliment illustrés) et un gros coup de nostalgie... (http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20110813_00032183)

    Mais ça, c'est une autre histoire Clin d'œil

    Demain sur ce blog on se fait une dernière orgie de tulipes Cool: pour les glaïeuls, ce n'est pas encore la saison...