actualite

  • Stupeur et tremblements

    Materialdeprivationrate2015.jpg

    cliquer pour ouvrir en grand 

    source Eurostat 

    Le graphique ci-dessus donne les chiffres de 2015 mais la presse a déjà pu jeter un coup d’œil aux statistiques de l'enquête européenne effectuée en 2017. 

    Selon la tendance du journal ou magazine qui relaie l'info, le titre est plus ou moins alarmiste. 

    Le plus alarmiste est forcément le plus accrocheur, la preuve: même l'Adrienne a cliqué pour le lire tongue-out. "Un quart des Belges ne peut pas faire face à une dépense imprévue". Mais plus loin on lit que l'achat d'une nouvelle télé ou d'un téléphone portable ne pose que très rarement un problème. 

    Le moins alarmiste annonce une légère baisse de la pauvreté: 5% des Belges en 2017 contre 6% en 2016. Par pauvreté on entend "privation matérielle sévère", c'est-à-dire connaître des difficultés matérielles pour au moins quatre des neuf paramètres de l'enquête: payer à temps les factures d'eau, de gaz, d'électricité, faire face à l'achat d'une voiture, d'une télé, d'un téléphone portable, se chauffer convenablement, faire face à une dépense imprévue de 1100 € ou plus, partir huit jours en vacances, s'offrir des vêtements neufs ou des sorties (sport, ciné, concert, restaurant). 

    Les critères de 2015 étaient légèrement différents. Pour ceux que ces statistiques intéressent, c'est ici

     

     

  • N comme nouvelles neuvaines

    2017-12-16 (19).JPG

    Hier commençait une de ces neuvaines de notre temps - sauf que notre temps voit tout en grand et qu'une neuvaine, ça passe trop vite - "30 jours sans se plaindre", Dertig dagen zonder klagen, ce qui a donné tout de suite en flamand de base Dertig dagen zonder zagen

    Klagen, se plaindre.

    Zagen, littéralement "scier", geindre, se plaindre, se lamenter... 

    Est-ce bien raisonnable, se demande le journaliste, et des psychologues sont invités à répondre à la question. N'a-t-on pas ce besoin d'évacuer ce qui s'est mal passé? de se faire consoler? de recevoir une écoute compréhensive? 

    Bref, je me demande comment se portera ce petit nouveau, qui vient s'ajouter aux 40 jours sans viande et aux 30 jours sans alcool, qui a toujours beaucoup de succès en Flandre sous le nom de "Tournée minérale". 

    *** 

    photo prise à Ostende le 16 décembre dernier 

    on peut se plaindre du mauvais temps ou se réjouir d'un coin de ciel bleu (et de chaussures étanches) 

    on peut déplorer la brièveté du séjour ou être content de pouvoir passer un peu de temps dans une ville qu'on aime 

    d'être au chaud à la bibliothèque 

    d'y avoir une heure d'internet 

    et un choix énorme de livres 

    cool 

    etc. 

    etc. 

    vous avez compris 

    pas besoin de "dertig dagen zonder klagen"

  • L comme loup

    nature,actualité,belgique,belge

    "Mammifère carnivore vivant à l'état sauvage en Scandinavie, en Asie occidentale et au Canada", dit mon tout nouveau Petit Robert, déjà obsolète: un premier loup vient d'être vu en Belgique, il vient d'Allemagne. Une puce électronique permet de suivre sa piste: les loups ne s'occupent pas de frontières politiques et passent tranquillement aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique. 

    Nous pourrons donc de nouveau crier au loup, nous jeter dans sa gueule, hurler avec lui. Faire peur aux petits enfants. L'association de défense du loup insiste beaucoup sur le fait que le loup n'est pas dangereux pour l'homme. Dur, dur, avec tous ces siècles d'histoires de loups tous plus gloutons les uns que les autres, et rusés amateurs de petites filles. 

    L'association Welkom Wolf veut aussi rassurer les propriétaires de moutons ou de chèvres en démontrant à l'aide de chiffres allemands que le menu du loup se compose principalement de chevreuils et de cerfs, de sangliers, parfois il croque un lapin ou un lièvre, ou à la limite un "Haustier", c'est-à-dire un chien ou un chat. 

    Le mouton, bien sûr, doit être mis dans un bon enclos et de préférence enfermé la nuit. 

    Mon vieux Petit Robert, qui évite prudemment la question géographique, se révèle donc moins obsolète que le nouveau dans sa définition du loup: "Mammifère carnivore qui ne diffère d'un grand chien que par son museau pointu, ses oreilles toujours droites et sa queue touffue pendante."

    nature,actualité,belgique,belge

     graphique et photo du site www.welkomwolf.be ("bienvenue au loup")

  • H comme hélas non!

    oostende mei 2017 (30).JPG

    "Et tout va rester ainsi jusqu'à la fin des temps gravé dans la Toile? N'y aura-t-il jamais personne pour corriger les erreurs ou supprimer ce qui s'est collé à moi comme une indésirable ventouse?" se demandait dame Lucette Desvignes avant-hier. 

    "Hélas non!" lui a répondu l'Adrienne, à qui ça a tout de suite rappelé une histoire de sa carissima nipotina et de ses chats. 

    Alors qu'elle était à la recherche d'un nouvel emploi, elle a voulu savoir ce qu'un employeur éventuel trouverait sur elle en un simple clic dans un moteur de recherche. A sa grande surprise, elle a retrouvé toutes ses coordonnées à cause d'une annonce passée il y a des années via le site de la Croix-Bleue de Belgique. 

    Annonce éliminée depuis longtemps du site de la Croix-Bleue, mais impossible à éliminer de ce grand foutoir qu'est la Toile. 

    Oui, le mot foutoir est à la mode chez l'Adrienne, en ce début de 2018 tongue-out

  • G comme grand bazar

    DSCI5936.JPG

    Grand nettoyage, vendredi dernier, sur la digue d'Ostende 

    DSCI5935.JPG

    Grands moyens mis en oeuvre après les fortes tempêtes, pour que le sable retourne là où doit se trouver le sable 

    DSCI5937.JPG

    Grande folie et grand plongeon le lendemain samedi: 

    4500 personnes sont allées batifoler dans une eau "exceptionnellement chaude": elle faisait 8°

  • 755

    DSCI5800 (3).JPG

    Demain les cours reprennent. Or, il manque encore 755 profs. Pour la Flandre uniquement. 

    En septembre dernier, les inscriptions pour les formations d'enseignants ont encore chuté. 

    Vivement que les robots nous remplacent pour que mes deux jeunes collègues puissent faire leur bébé à l'aise et nous quitter quelque temps sans culpabiliser tongue-out

  • Dernier né

    Bonne nouvelle à Planckendael, un bébé éléphant est né le jour de Noël. 

    May Tagu, sa maman, l'a porté pendant 629 jours et l'a mis au monde avec l'assistance des autres dames éléphantes. 

    Pendant ce temps-là, le père est allé batifoler à Copenhague où deux autres bébés verront le jour grâce à ses bons soins. 

    A Planckendael aussi il s'est consciencieusement acquitté de ses devoirs, il y aura encore deux naissances. 

    Pour ce bébé de Noël, on cherche un nom asiatique commençant par la lettre S. Le public est appelé à voter cool 

    Ce qui m'étonne le plus, c'est comment toutes ces dames qui l'entourent réussissent à ne pas l'écraser d'un coup de patte intempestif. 

    Comme ils disent à Planckendael

    un Noël éléphantastique!

  • W comme warmste week

    Pour De Warmste Week (1), nous dit Mieke, notre prof de solfège, nous allons former une petite chorale et chanter des chants de Noël. Qui pourra se libérer pour y participer? 

    L'Adrienne lève la main sans réfléchir. 

    Oui, sans réfléchir. Parce que si elle avait réfléchi, elle n'aurait pas été si étonnée, le jour dit, de voir dans le public au moins trois ou quatre anciens élèves. 

    Que ça a d'ailleurs bien fait rigoler d'entendre Madame dans ce rôle de choriste, surtout que tous les chants étaient en anglais. tongue-out 

    Sauf un. 

    Qui était en zoulou tongue-out 

     

    (1) Depuis plusieurs années déjà, de warmste week (2) a lieu la semaine avant Noël. Toute la région flamande est concernée et partout des actions diverses sont organisées dans le but de collecter des fonds pour diverses œuvres caritatives de chez nous et de partout ailleurs dans le monde. Nous on chantait gratos pendant que d'autres vendaient des gâteaux ou le produit de leur créativité artistique et manuelle cool 

    (2) traduction littérale: la semaine la plus chaude 

  • Stupeur et tremblements

    stupeur,actualité

    Voilà une rubrique qui se nourrit sans problème, il faut même prendre un ticket et faire la queue au portillon: le comportement du genre humain est source constante de stupeur et tremblements, en tout cas quand on s'appelle Adrienne. 

    De quoi s'agit-il cette fois? 

    D'un avion de Swiss Airlines en route pour Zürich qui a dû faire un atterrissage (non prévu) à Stuttgart. 

    Pourquoi? 

    Parce qu'une dame était devenue fort agressive envers le personnel de bord après qu'on avait dû lui annoncer qu'on était désolés, mais que non, malheureusement, il n'y avait plus de champagne. 

    Plus de champagne! 

    L'histoire est relatée ici. Mais vous connaissez l'Adrienne, vous savez qu'elle ne vous raconte pas de carabistouilles

    Imaginez que vous soyez un des 43 autres passagers, qu'au lieu d'arriver bien à l'heure à Zürich, vous soyez obligés de poireauter quarante-cinq minutes sur le tarmac de Stuttgart... 

    Bref, tout ça pour vous demander un conseil: si vous connaissez un bon champagne pas trop cher, l'Adrienne est preneuse, elle n'a encore rien au frigo pour la venue de sa carissima nipotina cool 

    *** 

    la photo est une déclaration d'amour 

    wij zien jullie graag 

    nous vous aimons 

    Passez un bon week-end!

  • 20 comme vingt dieux!

    généanet.jpg

    Ils sont cousins! affirmait www.geneanet.org dès le 11 décembre, arbres à l'appui. Voyez-en la preuve dans la photo ci-dessus tongue-out 

    Lustucru, Compère? 

    Ah! c'est beau la famille! 

    *** 

    Cousins à la mode de Bretagne, me direz-vous. 

    Que nenni! 

    Cousins à la mode de Belgique 

    berceau de l'humanité

    cool

  • U comme USA

    Je n'allais pas en parler. Je m'étais promis-juré de ne rien en dire. No comment! Et puis j'ai vu ceci sur le blog de l'excellente Nathalie Jomard 

    USA.jpg

    Faudrait juste, me disais-je, remplacer "le marché français" par "le marché européen"

  • Stupeur et tremblements

    tote bag.jpg

    Un jour d'inattention, l'Adrienne a dû refiler ses coordonnées à une chaîne de prêt-à-porter français et depuis lors elle reçoit régulièrement des offres irrésistibles auxquelles elle résiste cependant. 

    Vous qui la connaissez, vous savez qu'elle n'est pas la reine du shopping tongue-out 

    Et vous savez aussi que tout en aimant la langue française, elle n'a pas peur d'utiliser ici ou là un anglicisme, genre OMG, week-end ou suspense. 

    Mais là où elle a ouvert des yeux stupéfaits, c'est quand sa chaîne française de prêt-à-porter a voulu l'allécher avec un "tote bag". 

    Un quoi? 

    Il semblerait qu'à partir du moment où le sac en toile devient un accessoire branché, il faille l'appeler "tote bag". Et probablement prononcer ce 'tote' comme dans 'une litote'... 

    Bref, à partir du moment où le sac en toile coûte deux fois le prix d'un vuitton d'imitation, il s'appelle "tote bag". 

    Comme celui qui a servi d'illustration... 

     

  • 7 photos

    DSCI5722.JPG

    Dans la vieille ville d'Hébron, des filets protègent les passants des ordures lancées par les colons. Les militaires israéliens y patrouillent plusieurs fois par jour. 

    DSCI5725.JPG

    En 1994, craignant la mise en cause du processus d'Oslo, la communauté internationale a appelé Israël à renoncer à l'implantation de la colonie d'Har Homa sur la forêt palestinienne d'Abu Gnaim. Depuis, cette colonie proche de Bethléem ne cesse de s'agrandir. Photo d'avril 2017. 

    DSCI5727.JPG

    Naplouse, le 5 avril 2005. La dernière maison détruite par l'armée israélienne comme un symbole. De jeunes hommes y viennent et mesurent les pierres récupérées pour arranger le terrain de football. 

    DSCI5730.JPG

    Ramallah, décembre 2002. Un des bâtiments de l'Autorité palestinienne. 

    DSCI5734.JPG

    Rafah, le 9 décembre 2002. Chez lui, il y avait une cuisine rose et une salle de bains verte. La maison a été détruite parce qu'elle se trouvait trop près du nouveau mur. 

    DSCI5736.JPG

    Gaza, décembre 2002. Sur tous les murs du camp de Rafah, on a collé le portrait de cette écolière de 10 ans tuée le mois d'avant par l'armée israélienne. 

    DSCI5732.JPG

    Enfin, la photo qui a servi de point de départ pour un texte de fiction le 26 octobre:  
    La fouille au check-point donnant l'accès au Caveau des Patriarches à Hébron, 2007. 

    Toutes les photos sont de Véronique Vercheval  ainsi que les légendes qui les accompagnent. 

    D'autres photos et des extraits de son livre ici.

  • V comme Véronique

    Elle marche vite en longeant le mur. Dans les deux mains serrées sur sa poitrine, elle tient un mouchoir roulé en boule et un objet de forme allongée, protégé par un sachet plastique de récupération. 

    Un des soldats l'arrête. C'est une jeune femme. Elle paraît déguisée, cet affreux casque contraste avec ses sourcils épilés, ses yeux soigneusement maquillés. A sa ceinture est accrochée une arme lourde qu'on a du mal à imaginer dans ses mains aux ongles longs et manucurés. 

    Mais ce n'est pas un déguisement et l'arme n'est pas un jouet. 

    Elle arrête la petite. C'est la routine. 

    - Et ça, c'est quoi? demande-t-elle en désignant l'objet. 

    Elle le prend. Le sort de son plastique fripé. L'examine sans états d'âme. 

    La petite garde la tête baissée. Ne jamais croiser le regard de ces gens-là. Sous le bord de son foulard, on aperçoit de longs cils de femme et un petit nez enfantin. Elle n'a pas douze ans. 

    - C'est un cadeau pour ma grand-mère, dit-elle sans regarder la femme soldat. 

    Et dans un souffle elle ajoute: 

    - C'est un cadre pour y mettre une photo. C'est moi qui l'ai fait à l'école. 

    La femme déchiffre la phrase calligraphiée qui entoure l'espace réservé à la photo: "Mon cœur est en mille morceaux

    - C'est ce que je devrais faire aussi avec ton cadre, dit-elle d'un air dégoûté. 

    DSCI5732.JPG

    photo prise d'une photo de Véronique Vercheval 

    voir son travail 

    DSCI5731.JPG

    texte écrit à l'atelier d'écriture - la photo était au choix, seuls étaient imposés le thème du mur et la phrase "Mon cœur est en mille morceaux"

  • O comme or

    gold.jpg

    Il faudra que les Suisses trouvent rapidement une solution, sinon l'actualité va donner tort à Monsieur B&B (1) 

    De quoi s'agit-il? Des eaux usées suisses: elles contiennent chaque année pour 3 millions de FS (ou 2,6 millions d'euro) d'or et d'argent. Ou si ça vous parle plus: 43 kilos d'or et 3 tonnes d'argent. 

    Il y a des endroits, dit l'article, où la concentration dans les boues d'épuration est si élevée que ça vaudrait la peine de les recycler pour récupérer cet or. 

    Pour ceux que ça intéresse, tout ça est bel et bien confirmé par les Suisses eux-mêmes: voyez ici

     *** 

    (1) qui m'a entretenue, pendant plus d'une heure, dès qu'il a su que ma prochaine destination était la Suisse, de toutes les rancœurs qu'il a mis une vie à accumuler contre ce pays... 

    *** 

    source article et photo ici

  • M comme montagne

    ermite.jpg

    source photo BELGAIMAGE et article ici 

    Il s'éclaire à la bougie ou à la lampe à huile, n'a pas de douche ni d'eau chaude, son "ermitage" est un cagibi humide qui ne fait que 25 m². 

    Mais il est heureux. 

    J'en parlais ici, juste après sa sélection parmi une cinquantaine de candidats. Cet automne, il termine son premier semestre d'ermite (relatif) dans les Alpes autrichiennes et est fermement décidé à poursuivre l'expérience dès le printemps prochain. 

    Tout en apportant quelques améliorations à son logement: cuisinière au gaz, panneau solaire pour pouvoir s'éclairer avec des lampes LED, douche. 

    "Ma prière ne sera pas meilleure", argumente-t-il, "si je vis comme il y a 350 ans." Je trouve l'argumentation intéressante tongue-out

    Son ermitage finira par avoir cinq étoiles, en plus de toutes celles qu'il peut admirer dans le ciel, une fois que touristes, pèlerins et randonneurs sont repartis cool

  • F comme fête

    klasse.png

    Il paraît que le 5 octobre, c'est la fête des profs. Ou plutôt World Teachers' Day

    Cette année, le magazine flamand Klasse incite les profs à afficher leur bonheur d'enseignant via leur photo de profil sur fb. 

    Aussi, dès l'avant-veille du Jour J a-t-on pu voir fleurir de plus en plus de "Ik geef blij les" (1) 

    Madame n'a pas suivi le mouvement.
    Parce qu'elle n'aime pas ce qui est grégaire.
    Qu'elle pense qu'il n'est pas nécessaire de le prétendre mais de le vivre.
    Et que son grand-père avait le plus grand mépris pour tous ceux qui affichaient leurs opinions sur leur bagnole.(2) 

    Que ce soit leur amour des chiens ou des chats, de la chasse ou de la pêche, des déclarations nationalistes ou d'ordre intime. 

    ***

    (1) "Ik geef blij les" joue sur un double sens, j'enseigne dans la joie et je suis content(e) d'enseigner 

    (2) fb n'existait pas et on n'ose imaginer ce que le grand-père en aurait pensé, lui qui trouvait ces auto-collants déjà tout à fait inconvenants tongue-out

  • Stupeur et tremblements

    jacht.jpg

    Stupeur de l'Adrienne, en découvrant en juillet dernier, la carte (enfin visible pour tous) des zones de chasse. 

    Voyez donc cette Flandre toute colorée de vert, à l'exception des centres villes: tout ce vert est - selon les chasseurs - zone de chasse. 

    L'Adrienne est en guerre avec les chasseurs depuis toujours, et ça n'a pas trop amélioré son opinion sur eux de constater que pour arriver aux 40 hectares requis, ils se sont appropriés sans vergogne chaque parcelle de terrain, y compris de nombreux jardins privés et des zones protégées. 

    Dans la province du Limbourg, par exemple, huit parcelles sur dix de celles colorées en vert - donc que des chasseurs se sont attribuées - le sont à l'insu de leur propriétaire... qui peut donc continuer à trembler pour son chat, son chien ou tout autre être vivant qui mettrait le nez dehors un jour d'ouverture de la chasse.  

     

  • R comme regrets

    2017-09-10 (1).JPG

    Mardi soir, une journaliste du Standaard lançait sa question d'enquête et invitait les internautes à y répondre: "Qu'est-ce que vous regrettez?

    On a évidemment droit aux réponses classiques, je regrette d'être trop comme ceci, pas assez comme cela, d'avoir fait ou pas fait... et toutes les autres philosophies de comptoir, jusqu'au "je regrette d'avoir des regrets". 

    Voilà, tout est dit: n'en ayons pas cool 

    *** 

    photo prise à la Journée du Patrimoine 
    et qui reviendra peut-être à la lettre V 
    V comme vertige 
    tongue-out

  • Stupeur et tremblements

    Non, se dit l'Adrienne en lisant dans le journal que le premier août, une firme américaine implante un "chip" dans la main de son personnel. 

    Non, se dit-elle, je ne veux pas vivre comme ça. Même si ça permet d'ouvrir automatiquement les portes de l'entreprise, de faire marcher l'ordi et la photocopieuse, de payer à la cafétéria... 

    Puis sa stupeur passe à la vitesse supérieure quand elle lit, en fin d'article, qu'une firme belge le fait depuis décembre dernier.  

    chip.jpeg

    source de la photo et article de décembre dernier ici 

    Le tatoueur qui les implante comme un piercing entre pouce et index prétend qu'il l'a déjà fait chez plus de 450 personnes, aussi bien des particuliers que du personnel d'entreprises, principalement pour une utilisation en domotique. 

    Les Belges étant de doux dingues, leur "chip" servira à leur donner la météo ou l'état des routes et leur permettra de se connecter à leur "playlist" sur Spotify... 

     

  • 7 fois!

    hollanddief.jpg

    Oui, vous voyez bien: ceci est une petite Renault transportant deux énormes pylônes. 

    Vous trouvez ça bizarre? Vous n'êtes pas le seul: un riverain a alerté la police. 

    Celle-ci a arrêté le conducteur et fait les constats suivants: 

    1.cette façon de transporter des pylônes n'est pas réglementaire. 

    2.la voiture n'est pas assurée. 

    3.le permis de conduire du chauffeur n'est pas valable. 

    4.le chauffeur pue l'alcool. 

    5.il est déjà fiché pour divers délits.

    6.par exemple, il s'est servi à une station-service sans payer. 

    7.on vérifie la provenance des pylônes: tout porte à croire qu'ils ont été volés.

    C'est une histoire hollandaise tout à fait vraie et elle m'a beaucoup fait rire. Vous aussi, peut-être, ça vous a rappelé ce cher Fernand: 


    Fernand Raynaud "la prévention routière" sketch par marmiton93 

    source de la photo (politie Lelystad) et article ici

     

  • B comme bonne idée!

    Chaque année, nous explique-t-on dans la vidéo, de grands et coûteux travaux sont nécessaires pour remettre "à niveau" le sable le long de notre côte belge. Surtout à cause des tempêtes hivernales, qui emportent au large des tonnes de sable. 

    On pourrait peut-être régler le problème de manière moins coûteuse et tout à fait écologique, en créant une sorte de récifs artificiels constitués de plantes marines, de coquillages et bien sûr de moules tongue-out 

    Ces récifs formeraient une sorte de filtre et empêcheraient l'érosion des plages. 

    Ce mois-ci, un projet pilote sera installé sur un bout de côte, à hauteur de La Panne. S'il est concluant, dans trois ans il sera réalisé à grande échelle. 

    mer,actualité,belge,belgique

    source de la photo (Jimmy Kets) et article ici

     

  • Z comme Zakaria

    Madame a une paire de collègues pour qui la radicalisation n'est pas un vain mot. 

    Aussi, quand Zakaria a décidé de se laisser pousser la barbe, n'ont-ils pas manqué de tirer à la sonnette d'alarme! 

    Ce qu'ils n'ont pas trouvé inquiétant, c'est que Joris et Hendrik, les meilleurs copains de Zakaria, arboraient fièrement le même genre de pilosité faciale. 

    *** 

    Madame a revu Zakaria la première semaine de juillet, dans la cour de l'école, en train d'aider à décharger un camion. 

    Il a terminé avec succès une deuxième année de formation comme prof d'anglais. Il est moniteur à la plaine de jeux et installait le matériel pour les enfants. 

    Sacré barbu! 

    DSCI5056.JPG

    pas de barbu sur cette photo de juin dernier mais un autre "radicalisé", qui n'avait pas apprécié qu'un prof dise du mal de l'islam... à la rentrée prochaine, il entame des études de droit, comme sa grande sœur, dont il est très fier.

  • X c'est l'inconnu

    A'dam 2017-07-20 (16).JPG

    Quand il a fermé la porte de l'appartement et du magasin, il a mis le trousseau de clés dans sa poche. 

    C'était à Alep, il y a trois ans. 

    Il ne pensait pas qu'il ne reverrait plus ni l'appartement, ni le magasin. 

    Avant lui, son père un jour avait aussi rangé un trousseau de clés en attendant le retour. 

    Lui non plus ne pensait pas qu'il ne reverrait jamais sa maison. 

    C'était en Palestine, il y a 69 ans. 

    *** 

    photo prise à l'expo Aleppo au Tropenmuseum d'Amsterdam

     

  • 20 miracles de la nature (8)

    La bière des étoiles, c'est la trappist. 

    Pourquoi? 

    Parce que le télescope est belge et tant qu'à lui fabriquer un nom qui est un acronyme, pourquoi pas un acronyme qui fait sens ... et qui a une forte connotation belge? TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope, vous voyez quelles lettres ont été choisies dans ce tas? Vous voyez où il a fallu pêcher un I? 

    Parce que c'est l'équipe belge qui a découvert les exoplanètes, avec leur télescope trappist (LOL), on les a appelées Trappist-1. De 1-a à 1-g. 

    L'article de l'université de Liège ici 

    Comme les Belges sont des petits comiques, leur projet suivant est baptisé Spéculoos. 

    Et oui, c'est aussi un acronyme. Ça vient de Search for habitable Planets ECLipsing ULtra-cOOl Stars

    La conférence donnée à Liège en avril dernier est ici, la page de l'astronome liégeois, Michaël Gillon, est ici et son parcours ici 

    actualité,belge,belgique,nature

    source de la photo (ULg)

     

     

  • Qui a perdu sa balle?

    kazou.jpg

    Vous allez rire: c'est une histoire belge. 

    Prenez un bus transportant des jeunes d'une quinzaine d'années qui rentrent d'un séjour en Espagne.

    Prenez une autoroute française, à hauteur de Tours. Il est environ cinq heures du matin, les gamins dorment. 

    Ils sont brutalement réveillés: une balle est entrée par la vitre arrière, qui a éclaté sous l'impact, et est ressortie par une vitre latérale. 

    Le chauffeur s'arrête, la police est alertée. 

    Et c'est là que vous allez rire: dès le lendemain, la gendarmerie française a rassuré tout le monde en disant mais non, on ne vous a pas tiré dessus! ce n'était qu'une balle perdue! 

    ... 

    J'aimerais bien savoir qui a perdu sa balle sur l'autoroute, le dimanche 9 juillet à 5 heures du matin. 

    source de la photo et article ici

     

  • E comme épilogue

    Vous me demandez pourquoi je ne donne pas d'interviews. Vous me demandez pourquoi je n'aime pas faire le récit de cette histoire. Si moi-même je n'arrive toujours pas à y croire, comment le pourriez-vous? (...) Voyez-vous, nous étions huit sur ce bateau. Juste huit. Avec une seule bouée de sauvetage. 

    Je les voyais tous les jours. A la télévision, en photo dans les journaux, j'entendais leurs voix à la radio. Pourtant, je n'ai jamais fait attention. Je n'ai pas tendu la main. Pas avant ce jour en mer. 

    Quarante-sept. Nous en avons sauvé quarante-sept. Nous n'avons pas pu les sauver tous. 

    Je n'ai pas voulu jouer au héros. Quand je repense à cette journée, je me sens minuscule. Insignifiant. Je me souviens seulement des mains agrippées aux miennes, des doigts soudés. Je me souviens aussi des mains qui ont glissé, disparues à jamais. 

    Les cauchemars reviennent en rampant. Les mains huileuses et glissantes disparaissant sous l'eau. Les cris bestiaux que j'avais pris pour des mouettes, assourdis puis étouffés par les vagues. Ces cauchemars nous hantent tous les huit. 

    J'étais en mer ce jour-là. Demain, je serai en mer de nouveau. Cela arrivera encore, un autre jour, un autre bateau. (...) 

    Emma-Jane Kirby, L'opticien de Lampedusa, éd. Equateurs, 2016, Epilogue (p.165-166). Traduit de l'anglais par Mathias Mézard. 

    Opticien de Lampedusa.jpg

    Et mardi matin je lis dans la presse que l'Autriche va renforcer les contrôles militaires à la frontière, 750 soldats et quatre blindés: que l'Italie se démerde toute seule avec ses réfugiés!

  • C comme Carmine Menna

    S'il était vrai que chaque vie humaine a la même valeur, laisserait-on des milliers de gens - hommes, femmes, enfants - mourir sur le chemin de l'exil? 

    Si sauver une vie humaine, quand il s'agit de la vie d'un voyageur de la gare Centrale, fait de vous un héros qui reçoit des félicitations, pourquoi sauver 118 vies en Méditerranée vous vaut des sarcasmes et du cynisme? 

    Opticien de Lampedusa.jpg

    source et info ici 

    "Je ne sais comment vous décrire cette scène. Lorsque notre bateau s'est approché de ce vacarme. Je ne suis pas sûr d'y arriver. Vous ne pouvez comprendre: vous n'y étiez pas. Vous ne pouvez pas comprendre. On aurait dit des cris de mouettes. Oui, c'est ça. Des mouettes qui se chamaillaient autour d'une belle prise. Des oiseaux. De simples oiseaux. 

    (...) Jamais je n'ai vu autant de personnes dans l'eau. Tant de corps se débattre, de mains attraper le vide, de poings frapper l'air, de visages noirs happés par les vagues avant de ressurgir à la surface. Le souffle court, ils appellent, s'étouffent, hurlent. Mon Dieu, ces cris stridents! Je vois la mer bouillonnante les envelopper. Je les vois résister, les mains écartées, serrés les uns contre les autres, cramponnés au moindre morceau de bois, luttant à mort pour ne pas être engloutis. (...) Ils se noient sous mes yeux et je n'ai qu'une question en tête: comment les sauver tous? 

    Je ressens encore la pression de la première main que j'ai saisie. L'empreinte des doigts scellés aux miens, le frottement de l'os contre l'os, la contraction des muscles et le sang affluant dans les veines du poignet. La force de cette emprise! Ma main soudée à celle d'un étranger par un lien plus puissant, plus intime qu'un cordon ombilical. Mon corps entier ébranlé lorsque j'ai hissé son torse nu hors de l'eau." 

    Emma-Jane Kirby, L'opticien de Lampedusa, éd. Equateurs, 2016, début du Prologue. Traduit de l'anglais par Mathias Mézard. 

    Une lecture que je recommande. 

    Avant le livre, il y a eu le reportage; Emma-Jane Kirby est journaliste. 

    Un article sur Carmine Menna, à l'occasion du 3e anniversaire de ce sauvetage. 

    Et les mêmes émotions chez les membres de l'équipage de la frégate Louise-Marie, qui ont sauvé 118 personnes jeudi dernier.

  • Stupeur et tremblements aquatiques

    C'est évidemment en pleine canicule, au moment où les citernes d'eau de pluie se vident et que les autorités nous demandent de ne pas gaspiller l'eau, qu'on nous assène une fois de plus ceci: on trouve de tout, dans "l'eau du robinet", vu qu'on trouve de tout dans nos eaux usées (voir la vidéo ci-dessus), mais qu'on se rassure, elle reste parfaitement propre à la consommation. 

    Pour la Flandre, la dernière étude en date est ici. Elle concerne les résidus de médicaments qui se retrouvent dans nos eaux usées, que ce soit ou non à proximité de firmes pharmaceutiques ou d’hôpitaux. La majeure partie en est éliminée, dit l'étude, et nous ne demandons qu'à le croire, en essayant de ne pas trop nous poser de questions sur cette autre partie. 

    De toute façon, comme disait le père de l'Adrienne, faudra bien qu'on meure de quelque chose... et le grand-père aurait ajouté, en accord complet avec l'esprit de Louis Pasteur, qu'il valait mieux boire une bière.

     

  • N comme non, non et non

    Le ministre flamand de la mobilité a décrété que désormais, le long des routes, on ne planterait plus que des arbres poussant lentement et qu'on recouperait dès que leur tronc atteint un diamètre de 10 cm. 

    Pour éviter les accidents. 

    Pourtant, on sait très bien que s'il y a un accident, ce n'est pas la faute de l'arbre. C'est la faute de l'alcool. Ou de la vitesse. Ou des deux. Depuis quelques années, il faut aussi y ajouter le téléphone portable. 

    Mais ce n'est pas la faute de l'arbre. Ni de la façade d'une maison. 

    Tout comme ce n'était pas la faute du ravin, si ma belle-sœur et sa fille sont mortes en route pour l'Espagne, un 17 avril. Elles avaient quitté la maison dans un tel état de fatigue qu'elles se sont endormies, vers trois heures de l'après-midi. 

    Mais ce n'était pas la faute du ravin. 

    L'autre jour dans ma rue, une auto est rentrée dans un poteau indiquant que la vitesse maximale autorisée est 30 km/h. Le conducteur faisait à peu près du 80. Le poteau se trouve juste à hauteur d'une petite école maternelle et primaire. Et d'un passage zébré. Trois raisons de rouler lentement. 

    Juste à côté, il y a un magnifique platane. Malheureusement pour lui, son tronc fait beaucoup plus que dix centimètres de diamètre. 

    1 nov 2014 (11) - kopie.JPG

    photo prise le 1er novembre 2014 
    ces liens pour ceux qui lisent le néerlandais: 
    http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/binnenland/1.3001202 
    http://www.nieuwsblad.be/cnt/dmf20170531_02906877