bd

  • K comme krapoveries

    jeu,fiction,les joies d'internet,krapoverie

    Moi aussi j'ai marché sur la Lune. C'était en décembre et c'était beaucoup plus impressionnant que ces amateurs d'Apollo 11. 

    D'abord, c'était en couleurs: la fusée était du plus bel effet, avec ses carrés rouges et blancs, et nos costumes de bibendums oranges surmontés d'un beau globe aquarium tout à fait jolis et pratiques. En plus on avait un chien. Pas une malheureuse Laïka attachée comme un condamné à mort (lente) mais un vrai compagnon, intelligent et en alerte. 

    Quand j'étais petit, disait mon frère alors âgé de huit ou neuf ans, et il ne pouvait jamais finir sa phrase tellement ça faisait rigoler les grandes personnes. Moi je savais qu'il allait dire qu'il voulait un chien quand il était petit mais qu'il en aurait un quand il serait grand. Ou même deux. Je ne pense pas qu'on aurait pu prendre deux chiens dans la fusée, surtout pas des grands comme mon frère en voulait. C'est sûr qu'on aurait manqué d'oxygène, sur ce coup-là! 

    Et croyez-moi, ce problème d'oxygène nous a salement pourri la balade! Quelle tension dans la cabine, quelles inquiétudes! Sans compter que je suis déjà claustrophobe dans un ascenseur et que je manque d'air dès que mon nez est sous la couette. Bref, il fallait garder son calme et ne pas respirer trop fort. 

    Quand soudain un type en plus est apparu dans la cabine, on a paniqué. Déjà qu'on était drôlement à l'étroit, avec Dupont et Dupond qui n'étaient pas prévus au programme et qui s'amusaient à mettre le bazar, comme d'habitude... alors quand ce Jorgen a sorti son arme à feu, on ne savait vraiment plus où se mettre. 

    Mais ce n'est pas si grave et j'aurais dû le savoir, puisque ces aventures se terminent toujours bien - d'ailleurs sans cette garantie je ne me serais jamais embarquée dans cette fusée, malgré ses jolis carrés rouges et blancs. Ce n'est pas si grave, me suis-je dit, si un mauvais tue un autre mauvais et s'il se suicide après. De toute façon des gens comme lui ne peuvent aller qu'en enfer. C'est obligé.  

    Et comme par magie on a eu pile poil assez d'oxygène pour arriver sur terre presque en bonne forme. On était juste un peu évanouis.   

    1718-06 adopte un dragon IMG_0408

    1718-06 adopte un dragon IMG_0408Consignes et illustrations chez Joe Krapov, que je remercie!

    Comment j'ai adopté un dragon

    Il s'agit d'un jeu de cartes et de dés d'Yves Hirschfeld et Fabien Bleuze édité par "Le Droit de perdre".  

    incipit n°14 Moi aussi, j'ai marché sur la Lune  

    1718-06 adopte un dragon IMG_0408 3Toutes les sept minutes l'animateur lance un dé. On doit alors inclure dans son histoire les petits mots qui sont apparus. Pour cette séance les mots à inclure ont été : 

    Quand j'étais petit
    Et croyez-moi
    Quand soudain
    Mais ce n'est pas si grave
    Et comme par magie

    *** 

    source de la première illustration ici 

    lien vers l'album sur le site officiel de Tintin ici 

    et ici les aspects scientifiques

  • I comme inspiration chez...

    Si vous donnez à l'Adrienne cet incipit à continuer:

    "Je n'ai peur de rien, sauf...

    Que croyez-vous qu'elle écrive? 

    abraracourcix.jpg

    abrarac.jpg

    source des images ici 
    (mais on les trouve aussi ailleurs tongue-out)

    *** 

    Malheureusement, dans l'histoire il fallait utiliser une orange, un cintre ou une horloge cassée. 

    Tant pis, s'est dit l'Adrienne, je reste avec mes amis les Gaulois... 

    *** 

    Parce que franchement, vous avez envie, vous, de dévoiler vos vraies peurs? 

     

  • E comme experte

    Voilà bien longtemps - trois ans, au fait - que l'Adrienne se dit qu'il faudrait changer la poignée de la porte qu'elle utilise le plus. Elle n'est pas d'origine et tout à fait brinquebalante, bref, après avoir vu au fil des mois et des ans de si nombreuses publicités pour des poignées de portes, l'Adrienne a cru pouvoir en conclure qu'opérer ce petit changement était jeu d'enfant. 

    DSCI4679.JPG

    l'ancienne et la nouvelle, réunies pour la photo 

    DSCI4680.JPG

    la porte, dans son état actuel, trois semaines après l'échec de l'opération... 

    (heureusement, il y a une autre porte pour aller du salon vers le couloir) 

    tongue-out 

    experte,ca se passe comme ca,vie quotidienne,maison

    photo prise à l'expo Gaston Lagaffe à Beaubourg en janvier dernier

  • D comme désuet

    jeu,fiction,souvenirs d'enfance

    Dès potron-minet, après de courtes ablutions, ils partaient, l'humeur primesautière et la tête pleine des mirifiques choses qu'ils feraient là-bas, dès leur arrivée, en récompense des moult kilomètres avalés. 

    Le petit frère embarquait toujours subrepticement quelques jouets de plus dans la voiture déjà pleine à craquer. Leur père le subodorait mais préférait épargner ses forces pour fustiger tous ces paltoquets, ces gougnafiers, ces pleutres mous du volant qui avaient choisi de prendre la même route le même jour que lui. 

    Plusieurs fois, la gamine vérifiait si le billet de 20 francs reçu du grand-père était toujours bien plié en quatre dans son escarcelle. Le petit frère jouait à la guerre en faisant tous les bruitages puis à brûle-pourpoint s'enquérait: "c'est encore loin?". 

    Leur pusillanime mère se gardait bien d’intervenir jusqu’à ce que le père, excédé, intime le silence. Mais toujours le petit frère prenait ses menaces pour galéjades et poursuivait allègrement ses calembredaines. 

    "C’est encore loin?" répétait-il au moment même où on lui promettait punitions et fessées, prouvant par là qu’il n’y voyait que rodomontades. 

    Au bout de douze heures de route, ils finissaient tout de même par arriver au pays des vins gouleyants, vénus callipyge et commerçants chafouins qui la nuit peignaient "NL go home" sur toutes leurs départementales et le jour vendaient du pastis aux NL en leur faisant croire que c’était du cognac. 

    *** 

    merci à Filigrane pour ce jeu où il fallait utiliser 10 des 20 mots désuets suivants: 

    ablutions, brûle-pourpoint, calembredaines, callipyge, chafouin, escarcelle, fustiger, galéjade, gougnafier, gouleyant, mirifique, moult, paltoquet, potron-minet, pleutre, primesautier, pusillanime, rodomontades, subrepticement, subodorer 

    *** 

    photo prise à l'expo Hergé 

    dessin pour le Lotus bleu

  • F comme Fiat 509

    fiat 509.jpg

    Fiat 509 peinte aux couleurs de celle de Gaston Lagaffe  

    salon de l'auto de Bruxelles en 2006 

    auteur et source de la photo 

    2017-01-05 (87).JPG

    Gaston, sa Fiat 509 et l'agent Longtarin 

    photos prises à Beaubourg le 5 janvier 2017 

    2017-01-05 (88).JPG

     

  • L comme Lagaffe

    C'était un grand bonus de trouver à Beaubourg, après la visite de l'expo Magritte, un espace consacré à Franquin, l'autre grand monsieur de la BD belge, et à une de ses créations que j'affectionne tout particulièrement, Gaston Lagaffe. 

    2017-01-05 (79).JPG

    Le voici, dans toute l'innocence de sa jeunesse, en 1957: il s'est fait tout beau pour venir se présenter à la rédaction du journal Spirou  

    2017-01-05 (82).JPG

    Ses mèches sont moins longues et il fume encore des cigarettes, 
    comme de nombreux autres héros de BD à l'époque. 
    Et comme Franquin lui-même. 

    Je n'ai pas compris comment faisaient les autres visiteurs pour garder leur sérieux: en relisant des planches que pourtant je connais par cœur, je ne pouvais m'empêcher de rire. 

    D'ailleurs, c'est simple, chez Gaston tout me fait rire et tout m'attendrit: ses inventions à la fois géniales et débiles, qui suscitent l'énervement et l'exaspération de ses collègues, de ses supérieurs, de l'agent Longtarin, et font rater toute tentative de signature de contrat avec monsieur De Mesmaeker...   

    2017-01-05 (80).JPG

    ici encore une planche des débuts, avec Fantasio comme chef de bureau 

    2017-01-05 (81).JPG

    à qui succédera Léon Prunelle et ses merveilleux Rogntudjuuu!!! 

    2017-01-05 (85).JPG

    Jidéhem (Jean De Mesmaeker), collaborateur de Franquin, trouvait que le personnage ressemblait à son père, alors on l'a appelé monsieur De Mesmaeker... Une photo de famille prise au mariage de Jidéhem est là pour témoigner de cette ressemblance physique tongue-out 

    J'allais presque oublier une autre source inépuisable de comique, en tout cas pour mon frère et moi, les combinaisons culinaires très hardies. Il me semble que tout a commencé avec une tartine de confiture restée coincée dans une machine à écrire et qu'au lieu de s'excuser pour sa maladresse ou d'expliquer pourquoi il mettait de la confiture avec des sardines, il a dit: 

    - Meuh non, c'est de la gelée de groseilles!

    2017-01-05 (92).JPG

     ah! génial Gaston! je ris encore en écrivant ce billet! 
    je crois que je vais vous en garder un peu pour le mois prochain cool 

    Petite expo visible jusqu'au 10 avril!

  • H comme Hergé

    L'expo Hergé au Grand Palais était une des trois raisons qui ont poussé l'Adrienne à réserver une place dans le TGV pour Paris en ce début de janvier. 

    2017-01-04 (84).JPG

    Et franchement, elle valait le déplacement. 

    D'abord, parce qu'on y découvre un aspect peu connu de Georges Remi: sa carrière de graphiste et de concepteur d'affiches ou de logos publicitaires. 

    2017-01-04 (60).JPG

    voyage,paris,belge,belgique,bd,peinture,art

    Ensuite, parce que de nombreuses esquisses permettent d'admirer ses talents de dessinateur. C'est tout à fait impressionnant! 

    2017-01-04 (53).JPG

    esquisses pour le "mauvais" de Tintin au pays de l'or noir 

    voyage,paris,belge,belgique,bd,peinture,art

    mauvaise photo d'un crayonné où Milou résiste à la tentation 

    Bien sûr, elle permet aussi de retracer toute sa carrière, la naissance et l'évolution de tous ses personnages de bandes dessinées, sa rencontre décisive avec Tchang et son souci croissant de perfectionnisme jusque dans les moindres détails. 

    2017-01-04 (65).JPG

    Hergé et Tchang à Bruxelles en 1931 

    voyage,paris,belge,belgique,bd,peinture,art

    Enfin, parce qu'on y découvre encore un autre aspect méconnu de Georges Remi: son intérêt pour l'art moderne et sa pratique de la peinture à l'huile. Sa modestie seule faisait qu'il se considérait comme "un peintre du dimanche". 

    2017-01-04 (35).JPG

    Bref, vous avez encore jusqu'au 15 janvier pour y courir, si vous êtes dans le coin cool

  • Z comme ZEP

    J'aime beaucoup l'hommage de Zep à Gotlib 

    zep.jpg

    à voir sur son blog 

    où il se présente ainsi: 

    "L’auteur de Titeuf pose un regard sans concession sur l’actualité sociopolitique de son nombril. Il s’interroge sur la vanité des choses et s’engage pour un monde plus juste, sans guerre, sans peur de l’étranger et sans choux de Bruxelles."

  • G comme Gotlib

    Dimanche dernier, j'étais tranquillement chez moi à tapoter l'ordi quand la nouvelle est arrivée sur le blog de Pierre Maury. Il titrait: "Gotlib, fini de rire." 

    Ça a tout de suite jeté un froid et j'aurais bien aimé me réchauffer aux vieux albums Pilote, avec sa Rubrique-à-brac, sa coccinelle, ce bon vieux Newton, et tous les autres délirants personnages. 

    Malheureusement, mon frère habite à 850 kilomètres.

     

    gotlib.jpg

    source Télérama 13-03-2014 

    site officiel