belgique

  • Reviens vite, ils sont 7!

    DSCI5700.JPG

    On peut être propriétaire d'une maison de vacances en pleine nature et avoir envie parfois de se promener au lieu d'attendre le client. Surtout si celui-ci n'a pas su dire s'il arrivait à quatorze heures ou en soirée. 

    En pleine forêt, le téléphone de l'ami émet sa chansonnette incongrue. C'est le vigilant voisin qui l'appelle. 

    - Reviens vite! il y a sept types sur ton parking. Des types un peu louches... basanés! 

    Alors il rentre le plus vite qu'il peut, courant presque. Sept types? Il en attendait deux. Basanés, ça le fait rigoler: ce sont des Portugais. Donc oui, plus petits et plus sombres que le germano-belge moyen du coin. 

    Sur le parking de sa maison de vacances, des types attendent en fumant. Un seul parle un peu de français. Il revient d'un chantier en Suède, est en Belgique pour un autre travail qui prendra une quinzaine de jours, et ainsi de suite. Ses collègues et lui seront logés deux à deux dans diverses locations. 

    Et le vigilant voisin? Il devait être tellement ému qu'il a mal compté: ils étaient huit tongue-out

     

  • E comme Eupen

    DSCI5689.JPG

    C'est long, le train jusqu'à Eupen. Surtout si le livre est lu, le casse-croûte avalé, la nuit tombée. On ne peut même plus admirer le paysage. 

    Le jeune homme à côté de l'Adrienne lit Tiens ferme ta couronne pendant que son ami, assis en face, feuillette le Guide bleu Belgique et en lit des passages à haute voix. On comprend qu'ils ont visité Bruges mais on ne voit pas l'intérêt de cette lecture après coup: pour chacune des "curiosités" recommandées, ils se demandent s'ils l'ont vue ou pas... 

    Ils descendent à Liège en emportant soigneusement tous les restes de leur repas, deux pommes, deux poires, du pain bio, un bloc de fromage de Bruges. 

    Eupen. Terminus. Depuis Verviers, il ne reste plus qu'un groupe d'hommes dans le wagon. Ils se quittent en se donnant de viriles accolades accompagnées de fortes tapes dans le dos. 

    Le rituel est amusant à voir mais on se dit qu'il faut être de construction solide, quand on a des amis germano-belges tongue-out

  • C comme champignons

    DSCI5687.JPG

    L'ami-qui-l'a-vue-naître n'est pas un adepte du champignon. Sur l'autoroute, il roule tranquillement sur la bande de droite: par principe, il ne va jamais au-delà du 110 à l'heure. 

    DSCI5678.JPG

    Par principe aussi, il se maintient à 65 quand on peut faire du 70 et à 45 quand la limitation est à 50 km/h. Aussi peut-on aisément imaginer que le chauffeur derrière lui ait des envies de meurtre. L'Adrienne en tout cas en aurait. Lui, ça le fait rigoler, et il baisse encore la vitesse dès que quelqu'un "lui colle au cul". 

    DSCI5679.JPG

    On annonce des travaux ou un virage? L'ami relève déjà le pied (et le type derrière bouffe son volant) 

    DSCI5682.JPG

    - On va aller jusqu'à Clervaux, dit-il, on y trouvera bien un restaurant. 

    DSCI5683.JPG

    Mais comme avec lui le temps passe plus vite que les kilomètres, il change d'avis à mi-chemin: 

    - On ira plutôt à Troisvierges, fait-il. 

    DSCI5684.JPG

    On traverse deux fois le patelin sans découvrir le moindre endroit où se restaurer (l'Adrienne avait déjà faim à onze heures, comme d'hab tongue-out

    DSCI5686.JPG

    - On trouvera bien quelque chose en route, dit-il. 

    Les deux restaurants rencontrés "en route" affichent COMPLET, et ça étonne l'ami que tant de gens aient des envies de resto le dimanche midi tongue-out 

    DSCI5688.JPG

    - On va aller du côté allemand, dit-il, c'est plus rural, on y trouvera sûrement quelque chose. 

    DSCI5691.JPG

    C'est ainsi qu'en une heure et à l'allure pépère, l'Adrienne a visité trois pays cool 

    *** 

    toutes les photos de champignons ont été prises le premier octobre 
    sur un tout petit tronçon du GR
    entre Saint-Vith et la frontière allemande

  • B comme brumes matinales

    DSCI5662.JPG

    Quand on se lève, la lune veille et le cheval dort. 

    DSCI5664.JPG

    Le talus, la prairie, tout est bleu au petit matin. 

    DSCI5665.JPG

    La photographe a dérangé le sommeil du petit cheval. 

    DSCI5667.JPG

    Puis le soleil s'est levé derrière un rideau de brume 

    DSCI5673.JPG

    et l'attirance des arbres et des sentiers est devenue de plus en plus forte 

    DSCI5669.JPG

    l'automne a commencé à mettre des couleurs 

    DSCI5668.JPG

    le temps s'est éclairci 

    DSCI5672.JPG

    et l'Adrienne a vu des arbres 

    DSCI5676.JPG

    autant qu'elle en voulait cool 

    DSCI5690.JPG

    C'était bien. 

    C'était allokataplictique tongue-out

     

     

  • Première fois

    Un hameau de cent vingt habitants. Un environnement rural qui colle à la frontière allemande. Une petite communauté germanophone. 

    Voilà où l'Adrienne passe le week-end pour fêter l'anniversaire de l'ami-qui-l'a-vue-naître. 

    Il faudra attendre le retour pour avoir des photos et des réponses aux commentaires: il se pourrait que l'Adrienne, pour une fois, laisse l'ordi à la maison cool 

    Bon dimanche à tous!

    et ce dimanche soir 

    la photo smile 

    belgique,belge,nature,amitié

    là-bas dans le fond, c'est l'Allemagne

  • L comme langue et liens

    québécois.jpg

    La Canadienne Québécoise (et inversement) Iris Boudreau est à Bruxelles où elle a déjà finement observé mes compatriotes cool  

    Dessin et vidéo sur son blog

  • H comme helkiase

    2017-08-22 (39).JPG

    Dans les couvents aussi l'argent était le nerf de la guerre et si des religieuses ont pu y avoir une "carrière" - chose inaccessible aux autres femmes de leur époque - c'était généralement à condition d'être "bien nées" et d'apporter une dot.

    C'est ainsi que certaines ont pu devenir femmes de pouvoir ou femmes de sciences, à une époque où une jeune fille pouvait s'estimer privilégiée si on lui permettait d'apprendre une langue, un instrument jugé "féminin" comme la harpe ou le piano et la peinture de fleurs à l'aquarelle. 

    2017-08-22 (47).JPG

    Sœur Marie-Rose (née Zélie Carouy) est une de ces femmes intelligentes et avisées. Vers 1898, elle crée un remède appelé helkiase dont l'efficacité antiseptique semble faire l'unanimité: le musée a conservé toute une collection de lettres de remerciements reçues de patients du monde entier. 

    La commercialisation de sa découverte lui permet de remettre à flot les caisses de l'hôpital. Ci-dessous, une des plaques publicitaires vantant le produit: 

    2017-08-22 (30).JPG

    C'est un produit désinfectant et cicatrisant qui sera utilisé de la fin du 19e siècle jusque vers le milieu du 20e. 

    Aujourd'hui, Belgique oblige, la buvette du musée sert une bière de ce nom, produite spécialement par la brasserie Dupont tongue-out 

  • 7 fois la Dendre

    2017-08-22 (3).JPG

     Quand la Dendre était plus égout que rivière, elle passait par les quartiers les plus pauvres, 

    2017-08-22 (55).JPG

     servait au transport et à l'industrie. Aujourd'hui qu'elle est propre et verte

    2017-08-22 (58).JPG

    elle intéresse le beau monde et les promoteurs,  

    2017-08-22 (62).JPG

    fait la joie des cyclistes et des canards. 

    2017-08-22 (63).JPG

    A quoi sais-tu que tu es en Wallonie? 

    2017-08-22 (64).JPG

    Tous ceux que tu rencontres te disent bonjour 

    2017-08-22 (65).JPG

    comme si tu étais des leurs. 

    Bref, j'aime la Wallonie 

    comme le chantait un animateur de la télé flamande (Rob) il y a plus de dix ans

    tongue-out 

  • E comme étranger

    devinette, photo, wallonie, belgique

    la photo n'est pas truquée 

    la plaque "étranger" m'a bien fait rire 

    mais où se trouve-t-elle? 

    qui est cet étrange étranger ?

    tongue-out

  • D comme découverte

    2017-08-22 (13).JPG

    C'est grâce à l'ami P*, celui qui se vante d'avoir vu naître l'Adrienne, sous prétexte qu'il a vingt mois de plus,  

    2017-08-22 (53).JPG

    qu'elle a enfin visité ce lieu merveilleux 

    2017-08-22 (61).JPG

    dans la ville natale d'un certain René. tongue-out 

    2017-08-22 (37).JPG

    Avec son grand jardin 

    2017-08-22 (35).JPG

    sa ferme 

    2017-08-22 (45).JPG

    sa glacière 

    2017-08-22 (28).JPG

    l'hôpital Notre-Dame à la Rose a fonctionné en autarcie dès le 13e siècle. 

    2017-08-22 (21).JPG

    Certains instruments de torture peuvent effrayer les iatrophobes tongue-out 

    2017-08-22 (23).JPG

    mais ils ne pourront conclure qu'une chose: quel bonheur de ne pas être né aux siècles précédents (voir par exemple l'intéressante collection d'instruments pour la trépanation ou l'amputation, sans anesthésie bien sûr) 

    2017-08-22 (27).JPG

     

     

     

  • Stupeur et tremblements

    Non, se dit l'Adrienne en lisant dans le journal que le premier août, une firme américaine implante un "chip" dans la main de son personnel. 

    Non, se dit-elle, je ne veux pas vivre comme ça. Même si ça permet d'ouvrir automatiquement les portes de l'entreprise, de faire marcher l'ordi et la photocopieuse, de payer à la cafétéria... 

    Puis sa stupeur passe à la vitesse supérieure quand elle lit, en fin d'article, qu'une firme belge le fait depuis décembre dernier.  

    chip.jpeg

    source de la photo et article de décembre dernier ici 

    Le tatoueur qui les implante comme un piercing entre pouce et index prétend qu'il l'a déjà fait chez plus de 450 personnes, aussi bien des particuliers que du personnel d'entreprises, principalement pour une utilisation en domotique. 

    Les Belges étant de doux dingues, leur "chip" servira à leur donner la météo ou l'état des routes et leur permettra de se connecter à leur "playlist" sur Spotify... 

     

  • P comme pareil partout

    2017-08-09.JPG

    Comment est-ce possible, s'insurgeait un politicien qui n'est pas mon ami, comment est-ce possible que des écoles, par manque de moyens, doivent faire appel à toutes sortes de bonnes volontés pour réaliser les travaux nécessaires l'été avant la rentrée? 

    Pourquoi, continue-t-il, trouvons-nous ce bénévolat normal quand il s'agit de l'école? Accepterions-nous la même chose pour, par exemple, les maisons de retraite ou les hôpitaux, que les familles soient invitées à venir donner un coup de main pour faire le grand ménage, repeindre, réaliser diverses réparations? 

    Non, évidemment. 

    Par hasard, la veille de la parution de l'article, j'avais photographié l'affiche ci-dessus, me disant qu'à Asciano on allait encore plus loin que dans notre école: on invite tout bonnement les parents d'élèves à s'associer aux profs pour repeindre ensemble les locaux. 

  • N comme nationalités

    2017-08-11 (18).JPG

    - Tous ces Africains qui débarquent par milliers en Italie, dit Monsieur, c'est un vrai problème! Un grand problème! 

    Quelques-uns d'entre eux sont arrivés à Asciano. Le matin, ils vous accueillent tout sourire lorsque vous allez faire vos courses au supermercato COOP. Ils vous disent buongiorno à votre arrivée et à votre départ. Quelques gentilles vieilles dames se laissent attendrir et leur offrent une piécette en échange d'un peu d'aide pour charger le contenu du chariot dans le coffre de la voiture. Elles se disent sans doute que là-bas en Afrique ils ont une mère, une grand-mère, qui s'inquiètent pour eux. 

    Je me demande ce qu'ils font le reste de la journée. Et quelles perspectives ils ont. 

    2017-08-11 (9).JPG

    - Vous avez sûrement déjà remarqué nos Chinois? dit Monsieur. 

    En effet, j'avais déjà rencontré des Asiatiques, toujours entre eux par petits groupes, parlant fort une langue comprise par eux seuls. Ils ont de beaux vêtements, des sacs griffés, leur Ipod et leurs oreillettes. 

    - Ils sont ici pour apprendre l'italien, dit Monsieur. Ils suivent des cours pendant quelques mois, ensuite ils poursuivent une formation ailleurs en Italie, dans la mode par exemple. 

    J'en ai vu quatre dans le train pour Sienne. En sortant de la gare, ils n'avaient que l'esplanade à traverser pour entrer dans leur école de langue. Apparemment le cours ne commençait qu'à onze heures. 

    2017-08-07 (6).JPG

    Les Belges d'Asciano se filment et se photographient, boivent du vin, mangent des spécialités locales, puis un soir ont tout à coup une envie de frites, même s'il fait encore 36° à la terrasse de la trattoria

    voyage,italie,italien,belge,belgique

    Assis toute la journée jusqu'à minuit passé à leur coin de rue, les Italiens d'Asciano contemplent tout ça en donnant des commentaires.
    Ne vous méprenez pas en voyant ces bancs vides, ils sont bien là, ils ont placé leurs sièges en plastique de l'autre côté des buissons, à l'ombre. 

    Je me demande quand ils mangent ou dorment tongue-out 

  • J comme jubilé, jubilons!

    voyage,italie,musique,amitié

    C'est Antoinette qui s'en souvenait, il y a exactement 10 ans qu'on s'est rencontrées pour la première fois, à ce festival en pays siennois. 

    Nous avons donc levé notre verre à dix ans d'amitié. 

    Enfin, elle buvait de l'eau, avec son groupe elle était allée à Montepulciano où elle avait dégusté cinq vins différents pendant le repas, et elle avait l'estomac en compote. 

    Ce qu'il y a de bizarre à ce festival dans des villages toscans, c'est qu'on n'y voit et entend quasiment que des Flamands. Un ou deux francophones et presque aucun Italien. 

    On y fait donc salle comble, ou plutôt "église comble", rien qu'avec des gens venus spécialement de Belgique. 

    voyage,italie,musique,amitié

    Mais quels gens cool Que du beau monde élégant et bien coiffé, bien chaussé. Qui vient chaque année et qui porte le badge "abonné" ou "mécène" autour du cou, se connaît et se retrouve bien serré au coude à coude autour des amuse-gueule d'avant concert. 

    voyage,italie,musique,amitié

    C'est en admirant une dame particulièrement soignée, collier de perles, sac Delvaux, vertigineuses sandalettes dorées, que je me suis rendu compte que je portais la même robe qu'il y a dix ans tongue-out 

  • B comme bonne idée!

    Chaque année, nous explique-t-on dans la vidéo, de grands et coûteux travaux sont nécessaires pour remettre "à niveau" le sable le long de notre côte belge. Surtout à cause des tempêtes hivernales, qui emportent au large des tonnes de sable. 

    On pourrait peut-être régler le problème de manière moins coûteuse et tout à fait écologique, en créant une sorte de récifs artificiels constitués de plantes marines, de coquillages et bien sûr de moules tongue-out 

    Ces récifs formeraient une sorte de filtre et empêcheraient l'érosion des plages. 

    Ce mois-ci, un projet pilote sera installé sur un bout de côte, à hauteur de La Panne. S'il est concluant, dans trois ans il sera réalisé à grande échelle. 

    mer,actualité,belge,belgique

    source de la photo (Jimmy Kets) et article ici

     

  • R comme Redwane

    "Le bonheur," dit Redwane, "c'est les oignons dans mon durum." 

    Je vous laisse méditer sur cette petite phrase et souhaite à tous mes compatriotes une excellente fête nationale! 

    21 juillet 2013 bis (93).JPG

    oui, on les aime et on les respecte, mais ça ne nous empêche pas de rigoler cool

  • 20 miracles de la nature (8)

    La bière des étoiles, c'est la trappist. 

    Pourquoi? 

    Parce que le télescope est belge et tant qu'à lui fabriquer un nom qui est un acronyme, pourquoi pas un acronyme qui fait sens ... et qui a une forte connotation belge? TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope, vous voyez quelles lettres ont été choisies dans ce tas? Vous voyez où il a fallu pêcher un I? 

    Parce que c'est l'équipe belge qui a découvert les exoplanètes, avec leur télescope trappist (LOL), on les a appelées Trappist-1. De 1-a à 1-g. 

    L'article de l'université de Liège ici 

    Comme les Belges sont des petits comiques, leur projet suivant est baptisé Spéculoos. 

    Et oui, c'est aussi un acronyme. Ça vient de Search for habitable Planets ECLipsing ULtra-cOOl Stars

    La conférence donnée à Liège en avril dernier est ici, la page de l'astronome liégeois, Michaël Gillon, est ici et son parcours ici 

    actualité,belge,belgique,nature

    source de la photo (ULg)

     

     

  • Qui a perdu sa balle?

    kazou.jpg

    Vous allez rire: c'est une histoire belge. 

    Prenez un bus transportant des jeunes d'une quinzaine d'années qui rentrent d'un séjour en Espagne.

    Prenez une autoroute française, à hauteur de Tours. Il est environ cinq heures du matin, les gamins dorment. 

    Ils sont brutalement réveillés: une balle est entrée par la vitre arrière, qui a éclaté sous l'impact, et est ressortie par une vitre latérale. 

    Le chauffeur s'arrête, la police est alertée. 

    Et c'est là que vous allez rire: dès le lendemain, la gendarmerie française a rassuré tout le monde en disant mais non, on ne vous a pas tiré dessus! ce n'était qu'une balle perdue! 

    ... 

    J'aimerais bien savoir qui a perdu sa balle sur l'autoroute, le dimanche 9 juillet à 5 heures du matin. 

    source de la photo et article ici

     

  • L comme laatbloeier

    C'était fin juin chez Colo, à propos d'un livre qu'on lui avait offert, Lost in translation, dans lequel l'auteur avait réuni des mots d'un peu partout dans le monde et qui, en traduction, n'avaient pas d'équivalent parfait, ce qui fait qu'on a besoin d'en donner la définition. 

    lost.jpg

    source et info ici 

    Ce genre de chose m'arrive souvent, entre le français et le néerlandais. Prenez par exemple le mot "laatbloeier". Au départ, il s'utilise en botanique: il désigne une plante, un arbuste, à floraison tardive. 

    Mais on l'emploie aussi pour des humains. "Een laatbloeier", c'est quelqu'un qui, dans le domaine qui est le sien, n'a donné sa pleine mesure qu'à son âge mûr. Ou tout au moins une fois passé trente ans. 

    La presse flamande a utilisé ce terme pour notre roi Philippe, een laatbloeier: lui qu'on avait toujours trouvé un peu gauche, effacé, discret, mal à l'aise, se montrait tout à coup excellent dans son nouveau rôle. 

     

  • C comme Carmine Menna

    S'il était vrai que chaque vie humaine a la même valeur, laisserait-on des milliers de gens - hommes, femmes, enfants - mourir sur le chemin de l'exil? 

    Si sauver une vie humaine, quand il s'agit de la vie d'un voyageur de la gare Centrale, fait de vous un héros qui reçoit des félicitations, pourquoi sauver 118 vies en Méditerranée vous vaut des sarcasmes et du cynisme? 

    Opticien de Lampedusa.jpg

    source et info ici 

    "Je ne sais comment vous décrire cette scène. Lorsque notre bateau s'est approché de ce vacarme. Je ne suis pas sûr d'y arriver. Vous ne pouvez comprendre: vous n'y étiez pas. Vous ne pouvez pas comprendre. On aurait dit des cris de mouettes. Oui, c'est ça. Des mouettes qui se chamaillaient autour d'une belle prise. Des oiseaux. De simples oiseaux. 

    (...) Jamais je n'ai vu autant de personnes dans l'eau. Tant de corps se débattre, de mains attraper le vide, de poings frapper l'air, de visages noirs happés par les vagues avant de ressurgir à la surface. Le souffle court, ils appellent, s'étouffent, hurlent. Mon Dieu, ces cris stridents! Je vois la mer bouillonnante les envelopper. Je les vois résister, les mains écartées, serrés les uns contre les autres, cramponnés au moindre morceau de bois, luttant à mort pour ne pas être engloutis. (...) Ils se noient sous mes yeux et je n'ai qu'une question en tête: comment les sauver tous? 

    Je ressens encore la pression de la première main que j'ai saisie. L'empreinte des doigts scellés aux miens, le frottement de l'os contre l'os, la contraction des muscles et le sang affluant dans les veines du poignet. La force de cette emprise! Ma main soudée à celle d'un étranger par un lien plus puissant, plus intime qu'un cordon ombilical. Mon corps entier ébranlé lorsque j'ai hissé son torse nu hors de l'eau." 

    Emma-Jane Kirby, L'opticien de Lampedusa, éd. Equateurs, 2016, début du Prologue. Traduit de l'anglais par Mathias Mézard. 

    Une lecture que je recommande. 

    Avant le livre, il y a eu le reportage; Emma-Jane Kirby est journaliste. 

    Un article sur Carmine Menna, à l'occasion du 3e anniversaire de ce sauvetage. 

    Et les mêmes émotions chez les membres de l'équipage de la frégate Louise-Marie, qui ont sauvé 118 personnes jeudi dernier.

  • M comme Monniksgier

    Il s'appelle Sirius et il est né le 23 mai au Parc des Oiseaux de Villars-les-Dombes, dans l'Ain. Il est arrivé au zoo d'Anvers cinq jours plus tard pour y être adopté et élevé par le couple de vautours moines Sir et Snowflake. Ses parents biologiques ayant cessé de couver leur oeuf, il avait été mis en couveuse et on lui avait cherché des parents adoptifs parce qu'il est primordial pour leur comportement futur que les bébés vautours moines soient élevés par leurs congénères au lieu d'être nourris par des humains.

    Adoption pleinement réussie, sa nouvelle maman s'est tout de suite mise à régurgiter de la nourriture pour la lui donner.

    Voici une photo du bébé 

    monnik.jpg

    © ZOO Antwerpen
    source photo et article ici

    et sur la page fb de l'événement, des Français s'indignent qu'on ait enlevé le petit à ses vrais parents et aimeraient savoir quand on le leur rendra 

    tongue-out

  • F comme Fon (et fer)

    Quand son fils unique est mort électrocuté à vingt ans, Fonne a reporté tout son amour sur le petit dernier de ses patrons. C'est lui qui l'a appelée Fonne, sans doute que pour ses premiers babils de bébé "Yvonne" était trop difficile. 

    C'est elle qui l'a élevé, sa mère étant occupée à la boucherie du matin tôt au soir tard, surtout de Pâques à septembre. La pauvre Fonne, tout en faisant le ménage et la cuisine, devait continuellement le prendre sur le bras. 

    En grandissant, il est resté son préféré, celui à qui on passe tous ses caprices, qu'on défend contre les taquineries des aînés, qu'on excuse de tout, même les rares fois où sa mère veut intervenir de son autorité. 

    Puis un jour le gamin se marie. Et Fonne, qui toute sa vie a repassé des montagnes de torchons et de serviettes, de nappes et de chemises, de draps et de taies, de robes et de jupes, d'uniformes scolaires et de grands tabliers blancs de boucher, décide d'offrir en cadeau de mariage un fer à repasser. 

    Quand la future mariée le déballe, belle-maman déclare: 

    - Et bien! je suis déçue! elle aurait au moins pu acheter un fer à vapeur! 

    DSCI5010.JPG

    c'est pourtant ce fer-là, déjà vieillot il y a 30 ans, qui est toujours vaillant aujourd'hui! 

     

     

  • Z comme Zigzags (2)

    Pour terminer le mois belge, voyons ce que dit Théophile Gautier à propos de son voyage dans notre pays: 

    Belgique.png

    extrait 1: Mons 

    "Mons est une vraie ville flamande. Les rues y sont plus propres que les parquets en France ; on les dirait cirées et mises en couleur. Les maisons sont peintes, sans exceptions, du haut en bas, et de teintes fabuleuses. Il y en a de blanches, de bleu cendré, de ventre de biche, de roses, de vert pomme, de gris de souris effarouchée, et de toutes sortes de nuances égayées, inconnues dans ce pays-ci. Le pignon découpé en forme d’escalier s’y montre assez fréquemment. La toiture de l’Ambigu-Comique peut donner aux Parisiens, qui ne sont pas très-cosmopolites en général, une idée assez nette de ce genre de construction : cela produit un effet d’une bizarrerie assez agréable." (p.60) 

    Madonna.jpg

    extrait 2: la "catholicité" dans le paysage traversé 

    "Plus on avance, plus on sent dans l’air un vague parfum de catholicité totalement inconnu en France ; presque à chaque maison il y a une vierge ou un saint dans une niche, et non point un saint ou une vierge avec des nez cassés et des doigts de moins comme ici, mais jouissant de tout leur nez et très-peu manchots. Dans beaucoup de villages les vierges sont habillées en robe de soie et ornées de couronnes, d’oripeaux et de moelle de sureau ; elles ont une lampe devant elles comme en Espagne ou en Italie ; les églises sont aussi parées avec une recherche et une coquetterie amoureuse tout à fait méridionales." (p.66) 

    jour 1 Bruxelles (1) - Copie.JPG

    extrait 3: Bruxelles 

    "Après avoir traversé une infinité de rues bordées de maisons avec des toits en escaliers, nous débouchâmes tout d’un coup sur la place de l’Hôtel de Ville, c’est la plus vive surprise que j’aie éprouvée dans tout mon voyage.

    Il me sembla que j’entrais dans une autre époque, et que le fantôme du moyen âge se dressait subitement devant moi ; je croyais que de pareils effets n’existaient plus qu’au Diorama et dans les gravures anglaises.

    Qu’on se figure une grande place dont tout un côté est occupé par l’Hôtel de Ville, un édifice miraculeux avec un rang d’arcades, comme le palais ducal à Venise, des clochetons entourés de petits balcons à rampes découpées, un grand toit rempli de lucarnes historiées, et puis un beffroi de la hauteur et de la ténuité la plus audacieuse, tailladé à jour, si frêle que le vent semble l’incliner, et tout en haut, un archange doré, les ailes ouvertes et l’épée à la main.

    À droite, en regardant l’Hôtel de Ville, une suite de maisons qui sont de véritables bijoux, des joyaux de pierre ciselés par les mains merveilleuses de la Renaissance. On ne saurait rien voir de plus amoureusement joli ; ce sont de petites colonnettes torses, des étages qui surplombent, des balcons soutenus par des femmes à gorge aiguë, terminées en feuillages ou en queues de serpent, des médaillons aux cadres fouillés et touffus, des bas-reliefs mythologiques, des allégories soutenant des écussons armoriés, et tout ce que la coquetterie architecturale de ce temps-là peut imaginer de plus séduisant et de plus amusant à l’œil. Toutes ces maisons sont admirablement conservées, il n’y manque pas une pierre ; la triple chemise de couleur dont elles sont couvertes les conserve comme dans un étui." (p.78-80) 

    Zigzags a paru en 1845

     

     

  • N comme Nel

    Brussel 2017-03 (13).JPG

    Quand il la voit pour la première fois, il a vingt ans. C'est un grand Flamand blond aux yeux bleus, un solide gaillard, à peine sorti de l'atelier de menuiserie de son père pour perfectionner son art à Bruxelles. 

    Elle est une petite brune de 16 ans, une francophone de Schaarbeek. Hélène, qu'il appellera Nel et qui sera la femme de sa vie. Ils se marient trois ans plus tard, en 1905, et seule la guerre les séparera. La guerre, puis la mort de Rik, en 1916. 

    Ils ont donc droit à une dizaine d'années ensemble, comme mon grand-père et la petite Yvonne. Pour Rik et Nel, ce sont dix intenses années de production artistique et de vie de couple fusionnelle. 

    C'est Nel qu'il peint, dessine, sculpte. Nel avec sa "plus jolie robe" - celle qui est à rayures rouges et blanches - ou Nel nue. Nel en pleine activité ménagère - à son repassage, par exemple - ou au repos, lisant le journal. Nel en souriante santé ou alitée et malade. 

    Brussel 2017-03 (12).JPG

    Brussel 2017-03 (18).JPG

    fusain de 1912, Nu au fauteuil d'osier 

    Brussel 2017-03 (39).JPG

    aquarelle et encre de Chine, 1915, Le mouillage du linge 

    Brussel 2017-03 (16).JPG

    Nel au chapeau rouge (1909)  

    Brussel 2017-03 (28).JPG

    Nel en blouse blanche (La femme en blanc) 

    Brussel 2017-03 (30).JPG

    Femme en noir lisant le journal (1912) 

    Brussel 2017-03 (32).JPG

    La malade au châle blanc (1912) 

    Brussel 2017-03 (41).JPG

    Malade au lit (aquarelle sans date) 

    Brussel 2017-03 (38).JPG

    trois fois Nel en sculpture 

    vous avez jusqu'au 2 juillet pour y aller cool

     

  • M comme Masereel

    A travers toute son oeuvre, Frans Masereel a fait preuve d'un regard critique sur son époque et d'un indéfectible pacifisme. Son engagement est aussi celui d'un homme qui a toujours voulu rester positif: il montre de la confiance en l'avenir du genre humain, malgré tout. 

    Le Mu.ZEE d'Ostende lui consacre une expo qui a comme titre "la résistance en images"

    art, peinture, belge, belgique, ostende

    Je vous montre d'abord cette gravure sur bois, "Le voyageur" (1922) parce qu'elle symbolise bien ce qu'il a beaucoup fait dans sa vie, voyager pour aller voir ailleurs par lui-même comment les choses s'y passent ou pour se mettre en sécurité, vu ses activités antinazies. 

    art,peinture,belge,belgique,ostende

    "Amerika" (1922)
    Il fait deux voyages en URSS  

    art,peinture,belge,belgique,ostende

    Char et église, 1935-36

    art,peinture,belge,belgique,ostende

    Moscou, maisons anciennes et nouveaux buildings, 1935 

    art,peinture,belge,belgique,ostende

    Ouvriers de chemin de fer en Russie, 1935-36, qui me font penser aux 'moujiks' dans le Général Dourakine, de la comtesse de Ségur wink 

    art,peinture,belge,belgique,ostende

    Le Front populaire, 1936 

    art,peinture,belge,belgique,ostende

    illustration pour le texte de Jules Laforgue (cliquer pour voir en grand) 

    L'expo se termine sur la grande fresque qu'il a réalisée pour l'Exposition universelle à Paris (1937) dans laquelle il exprime - un peu à la manière des affiches russes - sa foi en l'avenir: "La famille en lecture" le fait entrer dans la compagnie de ceux qui croient que l'art, la culture, la connaissance sont indispensables au genre humain, donc aussi à l'ouvrier. 

    art,peinture,belge,belgique,ostende

    partie centrale du tableau

     

  • L comme Léon

    2017-04-08 (15).JPG

    La vie de Léon Spilliaert, né en 1881, donc 21 ans après James Ensor, présente tout de même pas mal de similitudes avec celle du grand maître qui le précède. Lui aussi naît à Ostende dans une famille de commerçants. Son père crée et vend des parfums pour lesquels dès l'enfance le petit Léon crée et dessine de jolies étiquettes et publicités. 

    Dans leur ville natale, tous deux ont fréquenté la même école, qui s'en enorgueillit aujourd'hui par une belle plaque de cuivre apposée à côté de l'entrée principale. Non, je ne l'ai pas photographiée tongue-out 

    2017-04-08 (24).JPG

    Parmi les documents écrits, cette lettre de nouvel an permet d'admirer sa belle calligraphie. On comprend que le papa lui confie la rédaction de ses étiquettes de parfums cool 

    En 1900, le jeune homme de 19 ans peut accompagner son père à l'Exposition universelle, à Paris. Il y reçoit sa première belle grande boîte de pastels. 

    Léon_Spilliaert_(1903)_-_Dame_met_voile.jpg

    J'y ai surtout admiré cette oeuvre que je n'avais pas encore vue, oeuvre fragile - de l'encre sur du papier - représentant une "Dame avec voile" (1903).

    Avis aux amateurs: beaucoup de ses oeuvres se trouvent en photo sur wikipedia commons.  

  • K comme Kapellestraat

    C'est en retournant vers le parking que j'ai remarqué cette oeuvre du Porto-ricain Alexis Diaz, devant laquelle des tas de gens passaient sans la regarder, la Kapellestraat étant une rue piétonnière à vocation uniquement commerçante.

    2017-04-10 (29).JPG

    Ce curieux mélange de terre et de ciel, de vie et de mort, de références bibliques et de symboles, est pourtant placé à hauteur des yeux. 

    En face du casino, dans le bassin, le duo Schellekens et Peleman a installé son "inflatable refugee", qui a déjà pas mal voyagé, comme on peut le voir ici

    2017-04-10 (26).JPG

    A côté d'oeuvres en rapport avec les problèmes de notre temps - et de tous les temps - il y a celles qui se veulent purement esthétiques, comme celle-ci, qui n'était toujours pas achevée lundi, deux jours après l'ouverture 

    2017-04-10 (2).JPG

    Son concepteur est le Brugeois Stefaan De Croock, designer de formation. L'oeuvre est constituée de bois de récupération, vieilles planches, portes, parties de meubles mis au rebut. 

    Bref, entre les peintures de l'an dernier et celles de 2017, il y a encore de quoi remplir quelques séjours ostendais cool

    Et l'inachevé de l'autre jour? Lundi il était bel et bien terminé: 

    2017-04-09 (8).JPG

    2017-04-09 (9).JPG

     

  • J comme James

    Au Mu.ZEE d'Ostende, la nouvelle aile consacrée aux deux "enfants du pays", James Ensor et Léon Spilliaert, vaut vraiment la visite. 

    peinture,art,ostende,belge,belgique

    Voici maître James, âgé de 66 ans, contemplant la mer depuis la terrasse du Kursaal, en 1926. 

    peinture,art,ostende,belge,belgique

    Sa "Grande Marine", dont Verhaeren, dans sa monographie sur James Ensor publiée en 1908, disait ceci: "l'horizon déchiqueté de lueurs saumonées et de nuages violets multiplie le ton et fait songer à quelque énorme oiseau de flamme qu'on déplumerait, au bord de l'espace. La mer fut pour l'oeil d'Ensor une admirable éducatrice. Rien de plus ténu et de plus frêle que la coloration d'une vague avec ses infinies désinences, avec sa mobilité lumineuse et myriadairement changeante." 

    peinture,art,ostende,belge,belgique

    Parmi les documents écrits, ce feuillet sur lequel il s'est amusé - avec pas mal de dérision - à répondre au fameux questionnaire de Proust. Vous pouvez ouvrir la photo pour la voir en plus grand si vous cliquez dessus. 

    Enfin, on y apprend aussi davantage sur le sérieux qu'il mettait à son travail de compositeur et la fierté qu'il en retirait. On peut y écouter "La gamme d'amour" musique de ballet pour lequel il a dessiné les décors, les costumes et écrit la musique ainsi que le scénario. 

    Sacré bonhomme tongue-out 

    et après-demain, L comme Léon!

  • I comme impressions ostendaises

    ostende,mer,belgique

    la même plage qu'avant-hier, mais parfaitement vide le lundi matin, comme l'aime Brigou cool 

    ostende,mer,belgique

    sur le mur du jardin japonais, le même canard que l'an dernier, toujours vivant laughing 

    ostende,mer,belgique

    les cabines de plage, toujours aussi symétriques, malheureusement par manque de vent vous ne pouvez pas admirer le drapeau pirate 

    ostende,mer,belgique

    les jeunes arbres de la bibliothèque ouvrent leurs feuilles (c'est bien normal) 

    ostende,mer,belgique

    de plus en plus de particuliers restaurent les maisons anciennes 

    (la grande baie vitrée du rez-de-chaussée reflète la maison d'en face) 

    ostende,mer,belgique

    les lavabos de la brasserie du Parc (1932) 

    et ci-dessous, la cage d'escalier 

    ostende,mer,belgique

  • H comme Hannon

    2017-04-08 (19).JPG

    2017-04-08 (18).JPG

    Théo Hannon et son copain James Ensor s'amusent autour d'un même thème... 

    (photos prises au Mu.Zee d'Ostende)

    ici, on peut voir un des portraits de Théo Hannon par James Ensor