charles d orleans

  • Les derniers jours de l'hiver

    A peine avais-je lu le Rondel du Printemps avec mes élèves de 5e (la Première, en France) et le lendemain les premières filles à avoir laissé leur manteau et s'être vêtues de leur broderie fleurissaient ma classe de leurs atours vaporeux, colorés et décolletés.

    - Et bien, leur dis-je en les accueillant à la porte de ma classe, il ne fallait quand même pas prendre à la lettre ce que disait Charles d'Orléans!
    - Oui mais j'en avais marre de mon manteau, répond Laura. Je l'ai mis dans l'armoire et je ne le ressors plus!

    Tout ça parce que ce jeudi 19 mars le thermomètre avait tout d'un coup grimpé jusqu'à 15 degrés! Sans doute en l'honneur de la Saint-Joseph et pour signaler aux jardiniers qu'ils pouvaient commencer à sortir les bêches et les sarclettes.

    Trois jours plus tard, il pleuvait et le thermomètre était redescendu à 7 degrés. Et Laura a ressorti elle aussi son manteau de vent, de froidure et de pluie

    Demain il faudra que je leur apprenne la petite phrase En avril, ne te découvre pas d'un fil... mais elles feront comme moi à leur âge: pour se convaincre de la véracité de l'adage, il faudra d'abord qu'elles en fassent l'expérience par elles-mêmes ;-)