espagnol

  • T comme traduction

    Le discours sur la paix

    Vers la fin d’un discours extrêmement important
    le grand homme d’État trébuchant
    sur une belle phrase creuse
    tombe dedans
    et désemparé la bouche grande ouverte
    haletant
    montre les dents
    et la carie dentaire de ses pacifiques raisonnements
    met à vif le nerf de la guerre
    la délicate question d’argent.


    Jacques Prévert, in Paroles, 1946

    tintin paix.jpg

    source du dessin

    El discurso sobre la paz

    Hacia el final de un discurso de extrema importancia
    el gran hombre de Estado tropieza
    con una bella frase hueca
    cae dentro
    y desesperado, la boca abierta,
    jadeante
    enseña los dientes
    y la caries dental de su s pacíficos razonamientos
    pone en evidencia el nervio de la guerra
    el delicado asunto del dinero.

    traduction trouvée chez Colo (merci Colo!)

    Toespraak over de vrede

    Tegen het einde van een uiterst belangrijke toespraak
    struikelt de grote staatsman
    over een mooie holle frase
    valt erin
    en radeloos met wijdopen mond
    hijgend
    toont de tanden
    en het tandbederf van zijn vreedzame redeneringen
    legt de oorlogszenuw bloot
    de gevoelige geldkwestie.
    traduction de l'Adrienne

    poésie,poème,espagnol,traduction

    source de l'image

     
  • C comme con permiso?

    Le samedi matin, l'Adrienne - qui ne voudrait rater ça pour rien au monde - est de nouveau installée dans un amphi parmi les premiers arrivés.

    Les intervenants entrent par petits groupes, prennent place. Tout le monde est d'excellente humeur: l'hôtel a été apprécié pour son confort, sa gastronomie et son buffet du petit déjeuner. De plus, il est largement antérieur à leur objet d'étude: il est attesté depuis le 14e siècle, les Belges ont clairement voulu faire honneur aux historiens. 

    Et on a pu 'tomar un café' avant de venir cool 

    - Con permiso? dit l'homme qui se penche vers le siège à côté de l'Adrienne. 

    - Buenos dias, Profesor! 

    Voilà notre Adrienne tout heureuse: elle va enfin pouvoir remercier celui grâce à qui elle comprend l'espagnol: 

    - C'est grâce à vous que je suis ici! C'est vous qui m'avez appris l'espagnol. 

    Le cher homme en est tout surpris. 

    - Rafraîchissez-moi la mémoire, demande-t-il. 

    Le pauvre! Lui faire ce coup-là alors que l'Adrienne elle-même ne se souvient parfois plus du nom d'élèves qu'elle a eus juste avant les vacances... 

    Ils font donc ensemble quelques calculs savants pour conclure que voilà bientôt quarante ans, elle faisait partie d'un troupeau d'une soixantaine d'aspirants-hispanisants... 

    Kulak 2016-11 (3).JPG

    Gracias a usted, Profesor!

  • G comme grand nettoyage

    traduction,espagnol,littérature,poésie,poème

    On va faire un grand nettoyage - Amalia Bautista 

    On va faire un grand nettoyage
    et on va jeter toutes les choses
    qui ne nous servent à rien, ces
    choses que nous n'employons plus, ces
    autres qui ne font que prendre la poussière,
    celles que nous évitons de trouver car
    elles nous plongent dans les plus amers souvenirs,
    celles qui nous font mal, occupent de la place
    ou que nous n'avons jamais voulues proches.

     
    On va faire un grand nettoyage
    ou, mieux encore, un déménagement
    qui nous permette d'abandonner les choses
    sans même les toucher, sans nous salir,
    les laissant là où elles ont toujours été;
    c'est nous qui allons partir, mon cœur,
    pour recommencer à accumuler.
    Ou bien nous allons mettre le feu à tout
    et rester tranquilles, avec cette image
    des braises du monde devant les yeux
    et le cœur déshabité.
     
    Trad: Colo
     traduction,espagnol,littérature,poésie,poème

    Vamos a hacer limpieza general - Amalia Bautista

     
    Vamos a hacer limpieza general
    y vamos a tirar todas las cosas
    que no nos sirven para nada, esas
    cosas que ya no utilizamos, esas
    otras que no hacen más que coger polvo,
    las que evitamos encontrarnos porque
    nos traen los recuerdos más amargos,
    las que nos hacen daño, ocupan sitio
    o no quisimos nunca tener cerca.

    Vamos a hacer limpieza general
    o, mejor todavía, una mudanza
    que nos permita abandonar las cosas
    sin tocarlas siquiera, sin mancharnos,
    dejándolas donde han estado siempre;
    vamos a irnos nosotros, vida mía,
    para empezar a acumular de nuevo.
    O vamos a prenderle fuego a todo
    y a quedarnos en paz, con esa imagen
    de las brasas del mundo ante los ojos
    y con el corazón deshabitado.

    traduction,espagnol,littérature,poésie,poème

    We houden een grote schoonmaak - Amalia Bautista

     
    We houden een grote schoonmaak
    en gaan alles weggooien
    wat tot niets dient, 
    dingen die we niet meer gebruiken, 
    andere die alleen maar stof vangen,
    die we liever niet tegenkomen omdat
    ze onze bitterste herinneringen meebrengen,
    die ons pijn doen, plaats innemen
    of die we nooit dicht bij ons wilden hebben.

    We houden een grote schoonmaak
    of beter nog, een verhuis
    die ons toelaat zaken achter te laten
    zonder ze aan te raken, zonder ons vuil te maken,
    ze laten waar ze altijd gestaan hebben;
    wij zullen weggaan, mijn leven,
    om opnieuw te beginnen op te stapelen.
    Of we steken alles in brand
    en blijven in vrede achter, 
    met dat beeld in de ogen
    van de gloeiende kolen van de wereld 
    en met een leeg hart.
     
    traduction de l'Adrienne 
    traduction,espagnol,littérature,poésie,poème

     toutes les photos, on l'aura compris, datent de l'emménagement 
    et les petits pieds nus pointure 34 sont ceux de ma nipotina cool

  • D comme déclaration

    Inopia 

      Fernando del Paso

    He despilfarrado el arcoíris.
    Las golondrinas que tenía destinadas a varios poemas
    están en números rojos.
    Mi cuenta de atardeceres está congelada.
    Le debo al fisco tres mil quinientas mariposas.
     
    INDIGENCE

                  Fernando del Paso

    J'ai gaspillé l'arc en ciel.
    Les hirondelles que j'avais destinées à divers poèmes
    sont dans le rouge.
    Mon compte de crépuscules est congelé.
    Je dois au fisc trois mille cinq cent papillons.
     
    BEHOEFTIGHEID
     
    Fernando del Paso
     
    Ik heb de regenboog verkwist.
    De zwaluwen die bestemd waren voor verscheidene gedichten
    staan rood.
    Mijn bedrag zonsondergangen is bevroren.
    Ik moet de fiscus nog drie duizend vijfhonderd vlinders.  
    (traduction de l'Adrienne)
     
    Tout ça pour vous dire que l'Adrienne trouve toujours de nouvelles raisons de stresser: en ce moment, c'est l'idée qu'elle devrait se mettre à sa déclaration d'impôts tongue-out
     poème, espagnol, traduction

    signe extérieur de richesse

  • T comme traduction

    Siempre hay un intruso
     Claribel Alegría (Nicaragua °1924)

    Una mirada a veces
    un gesto entorpecido
    una frase
    un olor
    el beso que al unirnos
    nos separa.
     
    Altijd is er een spelbreker
    Claribel Alegría (Nicaragua °1924)
     
    Een blik soms
    een hinderlijk gebaar
    een zin
    een geur
    de zoen die ons verenigt
    scheidt ons.
    (traduction de l'Adrienne)
     

    Paris 16 - Louise Bourgeois.JPG

    oeuvre de Louise Bourgeois
    photo prise à Paris en 2010

    Il y a toujours un intrus
    Claribel Alegría (Nicaragua °1924)

    Un regard parfois
    un geste engourdi
    une phrase
    une odeur
    le baiser qui en nous unissant
    nous sépare
    (traduction de Colo)
  • W comme wagon de train

    - Je vois que vous parlez l'espagnol aussi, sourit l'Adrienne en tendant son billet au contrôleur qui vient d'essayer quatre langues pour expliquer à un couple de voyageurs sud-américains que ce train, oui il va à Bruges, mais après avoir fait un long détour et s'être arrêté à chaque gare. 

    - Oui, répond-il, un petit peu. Et un peu de kosovar aussi.

    - Bravo, s'émerveille sincèrement l'Adrienne.

    Et il rit dans sa jeune barbe assortie au galon orange de son képi.

    déc 2015 (1) - kopie.JPG

    Je me demande, se dit l'Adrienne en reprenant la lecture de Pierre Michon, qui lui a appris le kosovar. Vu qu'au Kosovo on parle l'albanais ou le serbe.

    Mais que ça n'empêche personne d'admirer le plurilinguisme de nos contrôleurs de train.

  • T comme traduction

    El silencio redondo de la noche     Federico García Lorca
     
    El silencio redondo de la noche
    Sobre el pentagrama
    Del infinito.
    Yo me salgo desnudo a la calle,
    Maduro de versos
    Perdidos.
    Lo negro, acribillado
    Por el canto del grillo,
    Tiene ese fuego fatuo,
    Muerto,
    Del sonido.
    Esa luz musical
    Que percibe
    El espíritu.
    Los esqueletos de mil mariposas
    Duermen en mi recinto.

    Hay una juventud de brisas locas
    Sobre el río.
     
    De ronde stilte van de nacht    Federico García Lorca
     
    De ronde stilte van de nacht
    Op de notenbalk
    Van het oneindige.
    Ik kom naakt op straat
    Rijp door verloren
    Verzen.
    Het donker, vol van
    Het gezang van de krekel,
    Heeft dit dode
    Dwaallicht
    Van het geluid.
    Dit muzikale licht
    Dat de geest
    Waarneemt.
    Het geraamte van duizend vlinders
    Slaapt in mijn omheining.
     
    Er komt een jeugd aan gekke briesjes
    Over de rivier.
     
    (traduction de l'Adrienne)

    traduction, espagnol, poesie, amitie

     sur la photo c'est plutôt le silence rond - et tout relatif - du matin
     
    Le silence rond de la nuit     Federico García Lorca
     

    Le silence rond de la nuit
    Sur la portée musicale
    De l'infini.
    Moi je sors nu en rue,
    Ivre de vers
    Perdus.
    Le noir, criblé
    Par le chant du grillon,
    Retient ce feu follet
    Mort,
    Du son.
    Cette lumière musicale
    Que perçoit
    L'esprit.
    Les squelettes de mille papillons
    Dorment dans mon enceinte.

     
    Passe une jeunesse de brises folles
    Sur la rivière.
     

    (Trad: Colo) 

    http://espacesinstants.blogspot.be/2015/12/une-lumiere-musicale-una-luz-musical.html

    Bon réveillon à ceux qui réveillonnent cool

    et bonne journée à tous les autres

    tongue-out

  • U comme ultime

    Le jour où sans le savoir 
    Nous faisons une chose pour la dernière fois, 
    regarder une étoile, 
    passer une porte, 
    aimer quelqu’un, 
    écouter une voix, 
    si quelque chose nous prévenait 
    que jamais nous n’allions la refaire, 
    la vie probablement s’arrêterait 
    comme une poupée sans enfant ni ressort. 

    Et pourtant, chaque jour 
    nous faisons quelque chose pour la dernière fois, 
    regarder un visage, 
    nous appeler par notre nom, 
    achever d’user une chaussure, 
    éprouver un frisson 
    comme si la première ou la millième fois 
    pouvait nous préserver de la dernière. 

    Il nous faudrait un tableau noir 
    marquant toutes les entrées et les sorties, 
    où serait clairement annoncé, jour après jour, 
    avec des craies de couleur et des voyelles 
    ce que chacun doit terminer 
    jusqu’à quand on doit faire chaque chose, 
    jusqu’à quand on vit
    jusqu’à quand on meurt.
     
    (Trad: Colo)
     
     
    El día en que sin saberlo
    hacemos por última vez una cosa
    mirar una estrella,
    atravesar una puerta,
    amar a alguien,
    escuchar cierta voz
    si algo nos advirtiera
    que nunca volveremos a hacer eso,
    probablemente la vida se detendría
    como un muñeco sin niño ni resorte.
    .
    Sin embargo, cada día
    hacemos algo por última vez
    mirar un rostro,
    llamarse con su propio nombre,
    terminar de gastar un zapato,
    probar un temblor
    como si la primera vez o la milésima
    pudiera preservarnos de la última.
    .
    Nos haría falta un tablero
    con todas las entradas y salidas marcadas,
    donde se anuncie claramente, día por día,
    con tiza de colores y con vocales
    qué le toca terminar a cada uno,
    hasta cuándo se hace cada cosa,
    hasta cuándo se vive
    hasta cuándo se muere.

    Roberto Juarroz.
     
    De dag dat we zonder het te weten
    iets doen voor de laatste keer
    naar een ster kijken,
    door een deur gaan,
    van iemand houden,
    naar een stem luisteren
    als iets ons verwittigde
    dat we dit nooit meer zullen doen
    zou het leven waarschijnlijk stoppen
    zoals een pop zonder kind of veer.
     
    Toch doen we elke dag
    iets voor de laatste keer
    naar een gezicht kijken,
    zichzelf met de eigen naam noemen,
    een schoen volledig verslijten,
    een rilling voelen
    alsof de eerste of de duizendste keer
    ons kon behoeden voor de laatste.
     
    We zouden een bord nodig hebben
    om elk binnenkomen en vertrek te noteren,
    waarop dag na dag aangekondigd wordt
    met kleurkrijt en klinkers
    wat iedereen moet afwerken,
     tot wanneer alles moet gebeuren,
    tot wanneer men leeft
    tot wanneer men sterft.
     
    (traduction de l'Adrienne)

     DSC00772 - kopie.JPG

    un jour c'est la dernière fois
    qu'il te dit "je t'aime"
    mais tu ne le sais pas

    poesie,traduction,espagnol

    un jour c'est la dernière fois
    que tu le prends en photo
    mais tu ne le sais pas
    (Slovénie, 21 juillet 2006)

    ***

    samedi dernier, c'est la dernière fois
    que tu utilises ton percolateur
    parce que le café s'est écoulé
    par le bol tout fendillé 
    qui tenait le coup depuis deux ans

    si tu l'avais su, tu n'aurais pas fait de café

    Langue tirée

  • C comme citation

    Je viens de trouver cette citation de Ramón Eder (un auteur espagnol né en 1952 et grand spécialiste de l'aphorisme, comme on peut le voir ici: http://www.kulturaldia.com/lectura/los-20-mejores-aforismos-de-ramon-eder/ et on peut aussi le suivre sur fb)

    « Cuando vamos de viaje hay que llevar por lo menos dos libros : uno muy bueno y otro por si no nos apetece leer el muy bueno. »

    Ce qui peut se traduire ainsi: Quand nous allons en voyage, nous devons emporter au moins deux livres: un très bon et un autre pour le cas où le très bon ne nous ferait pas envie.

    C'est exactement ce qui m'est arrivé en Bretagne: L'aménagement du territoire (d'Aurélien Bellanger) m'est tombé des mains malgré plusieurs tentatives.

    C'est probablement parce que c'est un très bon livre Cool

    ***

    Si vous aimez les aphorismes, il y en a un autre de Ramón Eder qui m'a bien plu: 

    “Leer un buen libro mal traducido es como escuchar a Beethoven en un transistor”

    Je pense que vous l'aurez compris? Lire un livre mal traduit, c'est comme écouter Beethoven sur un transistor.

    C'est pourtant ce que j'ai fait, entre mes 14 et 18 ans Cool

  • G comme García Lorca

    Colmena

    F. García Lorca

    ¡Vivimos en celdas 
    de cristal, 

    en colmena de aire!

    Nos besamos a través 

    de cristal. 

    ¡Maravillosa cárcel,

    cuya puerta 

    es la luna!
     

    Ruches

    F. García Lorca 

    Nous vivons dans des cellules
    de verre,
    dans des ruches d'air!
    Nous nous embrassons à travers
    du verre.
    Merveilleuse prison,
    dont la porte
    est la lune! 
     
    (Trad: Colo) 

    Korf

    We leven in cellen
    Van glas,
    In een korf van lucht!
    We zoenen
    Door het glas.
    Prachtige cel
    Met als deur
    De maan!

    (traduction de l'Adrienne)

     

    poesie,espagnol,espagne,traduction,amitié,vive internet

     photo prise à Bruxelles en septembre 2013

  • C comme Colo

    Chaque fois que je passe chez Colo, c'est-à-dire chaque fois que mon feedly me prévient qu'elle a publié quelque chose, j'ai envie de me mettre à traduire en néerlandais ce que je trouve chez elle en espagnol et en français.
     
    Le 20 novembre dernier, c'est ce poème de Federico García Lorca qui m'a attirée:
     
    Las seis cuerdas, F, García Lorca

    La guitarra
    hace llorar a los sueños.
    El sollozo de las almas
    perdidas
    se escapa por su boca
    redonda.
    Y como la tarántula,
    teje una gran estrella
    para cazar suspiros,
    que flotan en su negro
    aljibe de madera.


    1924
     
    Les six cordes
     
    La guitare
    fait pleurer les songes.
    Le sanglot des âmes
    perdues
    s'échappe par sa bouche
    ronde.

    Et comme la tarentule,
    elle tisse une grande étoile
    pour chasser les soupirs
    qui flottent dans sa noire
    citerne en bois.

    (Federico Garcia Lorca, Poème du Cante jondo.
    Poésies 1921-1927)
    (trad: Colo)
     
    1924
     
    De zes snaren
     
    De gitaar
    laat de dromen wenen.
    Het gesnik van de verloren
    zielen
    ontsnapt
    door haar ronde mond.
    En zoals de tarantula
    weeft ze een grote ster
    om de zuchten te vangen
    die drijven in haar zwarte
    houten put.
     
    traduction de l'Adrienne
    qui a choisi d'interpréter 'cazar' comme 'attraper' (vangen)
    plutôt que comme 'chasser'
    vu que les deux sens sont possibles en espagnol
    amitié,musique,poésie,traduction,espagnol,espagne
    photo prise en Andalousie
    en février 2012
     

  • O comme Octavio

    Destino del Poeta
    Octavio Paz

    ¿Palabras? Sí, de aire,
    y en el aire perdidas.

    Déjame que me pierda entre palabras,
    déjame ser el aire en unos labios,
    un soplo vagabundo sin contornos
    que el aire desvanece.

    También la luz en sí misma se pierde.

    poésie,amitié,les joies d'internet,espagnol,traduction

     Destin du poète
    Octavio Paz 
     
    Mots? Oui, d'air,
    et dans l'air perdus.
     
    Laisse-moi me perdre parmi les mots,
    laisse-moi être l'air sur des lèvres,
    un souffle vagabond sans contours
    que l'air dissipe.
     
    Même la lumière se perd en elle-même.

    poésie,amitié,les joies d'internet,espagnol,traduction

     Het lot van de dichter
    Octavio Paz

    Woorden? Ja, van lucht
    en verloren in de lucht.

    Laat mij mezelf verliezen tussen de woorden,
    laat mij de lucht zijn op lippen,
    een zwervende zucht zonder grenzen
    die de lucht verdrijft.

    Ook het licht verliest zich in zichzelf.
    (traduction de l'Adrienne)

     poésie,amitié,les joies d'internet,espagnol,traduction

     trois photos prises en Andalousie en février 2012

  • M comme Manuel de Malaga

    Manuel Altolaguirre (Málaga1905 - Burgos1959)

     A Federico García Lorca

    PLAGE

    Deux par deux les barques

    comme sandales du vent

    mises à sécher au soleil.

     

    Moi et mon ombre, angle droit.

    Moi et mon ombre, livre ouvert.

     

    Couché sur le sable

    comme une dépouille de la mer

    un enfant endormi.

     

    Moi et mon ombre, angle droit.

    Moi et mon ombre, livre ouvert.

     

    Et plus loin, des pêcheurs

    tirant des amarres

    jaunes et saumâtres.

     

    Moi et mon ombre, angle droit.

    Moi et mon ombre, livre ouvert.

    (Trad: Colo)

     

    A Federico García Lorca


    PLAYA


    Las barcas de dos en dos,
    como sandalias del viento
    puestas a secar al sol.


    Yo y mi sombra, ángulo recto.
    Yo y mi sombra, libro abierto.


    Sobre la arena tendido
    como despojo del mar
    se encuentra un niño dormido.


    Yo y mi sombra, ángulo recto.
    Yo y mi sombra, libro abierto.


    Y más allá, pescadores
    tirando de las maromas
    amarillas y salobres.


    Yo y mi sombra, ángulo recto.
    Yo y mi sombra, libro abierto.

     

    opgedragen aan Federico García Lorca

    STRAND


    De boten twee per twee,
    als sandalen van de wind
    om te drogen in de zon.


    Ik en mijn schaduw, rechte hoek.
    Ik en mijn schaduw, open boek.


    Liggend op het zand
    als geworpen door de zee
    een slapend kind.


    Ik en mijn schaduw, rechte hoek.
    Ik en mijn schaduw, open boek.


    En verderop, vissers
    trekkend aan de trossen
    geel en ziltig.


    Ik en mijn schaduw, rechte hoek.
    Ik en mijn schaduw, open boek.

     

    (traduction de l'Adrienne) 

     

    Oostende aug 2009 002 - kopie.JPG

    Ostende, août 2009

    A 2009-2010 046 Africa - kopie.JPG

    Malaga, décembre 2009

     

  • K comme karikol

    C'était en septembre sur le blog de Colo. On pouvait y lire:

    Caracol; mínima cinta métrica con que mide el campo Dios.

    Escargot; minime mètre ruban avec quoi Dieu mesure la campagne

    José Carrera Andrade. Poète équatorien 1903-1978

    http://espacesinstants.blogspot.be/2012/09/mesure-medida.html

    Alors j'avais mis en commentaire:

    Il faudra que je fasse une recherche étymologique qui me dira le lien entre l'espagnol "caracol" et le flamand "karikol" pour désigner le même animal, dès qu'il se trouve piqué d'une fourchette en plastique dans une barquette vendue à la kermesse ;-)

    Nous y sommes donc aujourd'hui. En fait, nos karikol sont plutôt des bigorneaux.

    Il semblerait en effet que le mot vient de l'espagnol, comme quelques autres qui m'avaient déjà frappée (toiiiink) dans mon dialecte: ainsi par exemple, nous appelons un merle (mot dérivé du bas latin merulus) 'ne mirlo'.

    Mais là il s'agit de dialectes.

    En néerlandais, il y a peu de mots d'origine espagnole, quelques-uns du domaine culinaire (barbecue, tomaat et patat par exemple) ou militaire (comme embargo ou commando). Les linguistes néerlandais imputent ce peu de succès au fait que l'occupation espagnole, principalement sous le règne de Philippe II, a surtout laissé de mauvais souvenirs Langue tirée

    Pour les mots espagnols en néerlandais, voir l'intéressante étude (en néerlandais) Geleend en uitgeleend - Etymologiebank (à partir de la page 99 ww.etymologiebank.nl/pdf/1998_Sijs.pdf)

  • N comme "no message today"

    ... ou pour les francophiles: "Nul message aujourd'hui"

    parce qu'avant-hier (lundi soir) j'ai eu l'examen d'italien

    et hier (mardi soir) l'examen d'espagnol.

    Alors vous comprenez, je suis un peu vidée et complètement itagnolisée.

    Heureusement, le mal n'est pas contagieux.

    A demain pour un billet qui sera intitulé O comme oreille Cool