expressions

  • G comme grimper aux rideaux

    - Un mot de travers, me dit-elle, et le voilà qui grimpe aux rideaux.

    Voilà. Vous en savez autant que moi. V*** a un mari qui grimpe aux rideaux.

    Le mien heureusement ne l'a jamais fait. Enfin, heureusement, je ne sais pas: il m'aurait bien fait rire s'il avait voulu escalader les rideaux. Surtout qu'avec son mètre nonante (je ne traduis pas, d'accord?) il touchait le plafond sans effort. Et puis les rideaux sont d'une étoffe si légère que s'il avait voulu y grimper, il les aurait déchirés. Ou arrachés de leurs rails.

    Mais V*** a donc un mari qui grimpe aux rideaux.

    ***

    - Celui-là, me dit ma mère en désignant un homme assis deux tables plus loin dans ce petit restaurant italien, celui-là il a un verre dans le nez!
    - Ah bon! dis-je en me retournant légèrement pour voir de mes propres yeux ce phénomène.

    Mais j'ai été déçue. Son nez avait l'air tout à fait normal.

    ***

    Ça me rappelle le jour où mon père a utilisé devant moi pour la première fois une expression qu'il affectionnait. Ma mère trouvait qu'il rentrait un peu tard, ce soir-là, alors il lui dit:

    - Qu'est-ce que tu veux, j'ai rencontré André Machin et il m'a tenu la jambe pendant plus d'une demi-heure!

    Alors moi j'imaginais André Machin, un gros monsieur à moustache, se plier en deux pour tenir la jambe de mon père. Ça me faisait rire aussi, mais j'ai toujours eu le rire facile Rigolant

    - Tu sais qu'il aime tailler une bavette, disait-il encore.

    Et de bavettes, à l'époque, je ne connaissais que celles qu'on mettait autour du cou de mon petit frère, qui avait deux ans.

    ***

    Alors vous comprendrez que moi qui ai l'imagination très visuelle, ça me fait vraiment beaucoup rire si on me dit de quelqu'un qu'il "lèche les bottes" ou qu'il "se casse le cul".

    C'est bien pour ça que personnellement, je "pèse mes mots" Clin d'œil