fatrazie

  • T comme tautogramme

    Quand j'ai vu le défi 110, j'ai péché contre une chose pour laquelle je préviens mes élèves à chaque test ou examen: "lisez bien la consigne!"

    En effet, j'ai vu le mot "tautogramme en D" et je me suis dit: voilà un vrai défi! 
    A moi Perec, à moi Queneau, à moi Tardieu, ô mes vénérés maîtres, je vais de ce pas me coller à un véritable exercice de style et écrire un tautogramme en D!

    Je n'avais pas vu que la consigne précisait que seul le titre devait être un tautogramme en D - hahaha - ce qui est vraiment de la petite bière, n'est-ce pas?

    Il fallait illustrer un dessin. C'était là mon seul problème, le dessin, au plus je le regardais, au plus il me déplaisait.

    Au premier regard, je l'avais trouvé simplement vulgaire. En le réexaminant, je me suis dit que ça devait correspondre à certains fantasmes masculins (des hommes qui fantasment sur des femmes aux seins en forme d'obus, ça existe ou pas, dites-moi?) et aussi que ça devait correspondre à certaines peurs masculines (la peur du petit homme d'être écrasé, anéanti par une forte femme, le côté 'mante religieuse' de la femme?) 

    Bref, le genre de dessin "humoristique" qui ne me fait pas rire du tout mais qui... (voir plus haut)

    Alors j'ai écrit un tautogramme en D mais je ne l'ai pas envoyé, de peur de tomber moi aussi dans la vulgarité. Je vous le mets ci-dessous, vous en jugerez si vous le désirez, mais n'oubliez pas que depuis Daniel Pennac nous avons nos droits imprescriptibles du lecteur: vous pouvez donc vous arrêter de lire à tout moment ;-)

    Ha oui, encore une précision: il fallait utiliser des mots de monde minéral, ce sont les mots que j'ai soulignés

    Drame de dimanche dernier

    (D’adrienne, déçue du dessin douteux, discutable, discourtois, diffamant, dégradant)

    Depuis deux décennies, Didier Dedecker dévêtait dévotement Dorine Dudek, dactylo dodue d’origine danoise. Dégageant de douces délectations, Dorine dansait devant Didier dans des dessous de dentelle de Douai… Damnation dominicale!

    Dimanche dernier, Didier devant déblayer des digues deçà delà, décaper des derricks, décabosser, décarburer des dizaines de docks, Dorine, déçue, dégoûtée, décida de dîner dehors. Didier dut donc déchanter.

    Dorine Dudek 

    dina dit-on

    de dix dos dodus

    de dix dodus dindons.

     

    « Donnant-donnant ! », déclara Dorine, décidément dominatrice, « du doigté, des divertissements distingués… ». Désireux d’en découdre, Didier Dedecker devint désespérément dur.

    Dorine dompta Didier : Dedecker déglutit difficilement, demi-étranglé dans des dessous de dentelle de Douai, dépérissait, devenait doucement dingue, divaguait : « Docteur, docteur Diafoirus!... » dégobilla-t-il, définitivement désarmé.

     

     

  • V comme Vox Populi

    Chacun connaît probablement un couple dont les deux noms accolés donnent un effet comique. Comme ce Jean-François Colin qui avait épousé Bénédicte Maillard, pour ne citer qu'eux. Je vous laisse imaginer ce que ça peut donner, rien que dans la ville où je travaille, avec les familles Bercez, Billet ou Carton. Et je ne suis qu'au début de l'alphabet...

    Le site oulipien Fatrazie collecte ce genre d'aptonymes. Labelle-Binette, par exemple. Pas mal, hein? Ou Boileau-Desfossés.

    Mais il semble qu'il se serait fait avoir par sa principale source (si j'ose dire), un journal canadien, Vox Populi.

    Si vous voulez tout savoir, et rire en plus, c'est ici: http://www.fatrazie.com/aptocouples.htm

  • U comme Uccellini

    Chaque fois que j'entends annoncer le nom du compositeur Marco Uccellini, je ne peux m'empêcher de sourire. C'est plus fort que moi.

    Et pourtant je sais que ce n'est pas beau de se moquer du nom que portent les gens. Et que ce monsieur soit mort depuis 1680 ne change rien à l'affaire. Et même si personne ne me voit sourire, non ce n'est pas bien.

    Il n'y peut rien s'il s'appelle Petizoiseaux.

    Mais puis-je rire si on annonce un air composé par Marco Uccellini et dont le titre est

    "Le mariage de la poule et du coucou"?

    Parce que là, il l'a fait exprès, non?

    Ce n'est n'est pas comme ce malheureux Claude François, habitant à Chatou, dans les Yvelines, et qui y tient un commerce d'électricité domestique.

    Hé oui.

  • Stupeur et tremblements

    - Oh Madame! J'aurais jamais cru ça de vous! s'exclame un de mes élèves d'un air franchement stupéfait.

    A mon regard étonné il pointe du doigt le sac de toile qui contient mes affaires pour la classe. Ce sac porte une pub pour une boutique de vin italien, ENOTECA.

    Mais l'instant d'après il ne sait plus s'il doit rentrer sous terre, rouge de honte, ou s'esclaffer avec les autres en comprenant sa méprise: lui il avait lu EROTICA.

  • B comme Biche et Boileau

    La dame qui vend des fromages de chèvre s'appelle Biche.

    Non, je sais, ça ne s'invente pas. Donnez ce nom-là à votre personnage de roman bucolique et on vous le reprochera. C'est comme une Pervenche qui aurait été flic.

    Pourtant c'est vrai. C'est marqué sur le sachet d'emballage: Biche et Jef Jacquelin.

    Et puis pour votre roman bucolique, ne prenez pas non plus le vrai nom de leur patelin: car franchement, Champrond, est-ce bien crédible?

    Le vrai peut quelquefois n'être pas vraisemblable. Boileau nous l'a bien dit.

  • D comme demi-vers

    Vous prendrez bien un demi-vers ?

    Si nous vous disons

    Ô temps, suspends ton vol ...

    Qu'avez-vous envie de rajouter ?

    • Ô temps, suspends ton vol et fiche-nous la paix
    • Ô temps, suspends ton voleur au gibet sans nom
    • Ô temps, suspends ton vol, et vous heures propices ! (Alphonse de Lamartine)
    • Ô temps, suspends ton vol de gerfauts sur la mer
    • Ô temps, suspends ton vol, j'ai faim et j'ai très soif
    • Ô temps, suspends ton vol. Vole-t'on en tempo ?

    Allez voir la suite sur http://www.radiofrance.fr/parvis/demivers.htm ou imaginez vos propres jeux du demi-vers, par exemple "Demain, dès l'aube, ..." ou "Mignonne allons voir..." et autres "Heureux qui comme Ulysse..."

    Mais oui, on peut s'amuser avec la littérature!