florence

  • F comme frileuse Florence

    Quand il tombe trois flocons à Florence, chacun sort sa caméra et ça fait la une des journaux Clin d'œil

    http://corrierefiorentino.corriere.it/fotogallery/2009/12/neve/prima-neve-firenze-1602178515458.shtml##1

    Un tas de gens se sont apparemment mis à filmer l'événement, le premier février dernier, pour s'empresser de le mettre sur youtube. Comme ce monsieur, qui précise la date et l'heure à laquelle la première neige est tombée sur la ville, "quelques minutes après minuit" http://www.youtube.com/watch?v=405EoaLXpPQ

    Bon, ça se comprend: c'est bien joli, tout de même!

    firenze.jpg

    Pourtant la chose n'est pas si unique: ces photos datent de 2009 Cool et on en trouve aussi de 2010...

    Et la météo de 2012? c'est ici: http://meteo.corriere.it/meteo/firenze

    ***

    Et moi qui suis allée à Bruxelles sous la neige le week-end dernier, qu'ai-je fait?
    Sortir mon appareil photo et prendre "a room with a view" Langue tirée

    italie,hiver,florence

    Bruxelles samedi matin vers 08.30 h.
    (faudrait que je lise le pavé qui sert de mode d'emploi pour enfin régler l'heure - fantaisiste - qui s'affiche)

  • Z comme Zumbo

    Quand j'étais à Florence en novembre dernier, j'avais l'intention d'aller au musée de la Specola, à la via Romana. Je m'étais laissé persuader par le commentaire tout à fait convaincant de Dominique Fernandez dans son Voyage d'Italie, Dictionnaire amoureux (p.933-937 de mon édition de la collection Tempus)

    Finalement, je n'ai pas réussi à y aller. Le séjour florentin est toujours trop court et trop rempli. Par contre, j'ai tout de même pu admirer une ou deux de ses oeuvres à l'exposition au palazzo Strozzi, Inganni ad arte, dont j'ai déjà parlé ici le mois dernier à Z comme Zeuxis. Il y avait là par exemple son Anatomia di testa maschile, criante de vérité. La reproduction photo est disponible sur Wikipedia Commons, donc libre de droits.

    Zumbo

     

    Une des quatre oeuvres exposées au musée de la Specola, et que je n'ai pas vue, s'appelle La Peste (ou Cera della Pestilenza).  Apparemment, le marquis de Sade doit l'avoir vue, lui, puisqu'il en donne cette description dans Juliette :

    « On peut y voir un sépulcre empli de cadavres à divers stades de la putréfaction, de l’instant de la mort jusqu’à la destruction totale de l’individu. Cette œuvre sombre a été exécutée en cire colorée imitant si bien le naturel que la nature ne saurait être plus expressive ni plus vraie. L’impression est si forte face à ce chef-d’oeuvre que les sens semblent se donner l’alarme l’un l’autre : sans le vouloir on porte la main à son nez. »

    Alors, si ça ne vous fait pas peur, allez voir ici: http://www.galleriaroma.it/Bonaiuto/5/Zumbo.htm Elle est aussi sur Wikipedia Commons mais je ne voudrais pas heurter deux fois le même jour les âmes sensibles: ira voir qui voudra ;-)

  • G comme Ghirlandaio

    Je n'ai évidemment pas pu prendre de photos à Santa Maria Novella (quoique j'aie vu des touristes braver impunément cet interdit, là et ailleurs) mais Wikipedia me garantit que cette image est libre de droit

    ghirlandaio - geboorte van JB

     

    La fresque ci-dessus représente la naissance de Jean-Baptiste. C'est une de celles qui ornent la chapelle des Tornabuoni. Giovanni Tornabuoni était un oncle de Laurent le Magnifique. Domenico di Ghirlandaio, son frère Davide et tout leur atelier - qui comptait, paraît-il, le jeune Michelangelo Buonarroti - y ont travaillé de 1485 à 1490.

    "Ce cycle de fresques est le plus bel exemple d'une décoration religieuse exécutée non seulement pour embellir une église, mais aussi pour glorifier une famille." dit Damien Wigny à la page 388 de sa bible, Au coeur de Florence, parue chez Duculot en 1990.

    Je dois avouer que j'en connais peu d'autres: tous ces "généreux donateurs" portraités sur les panneaux latéraux des triptyques de nos maîtres flamands ne sont-ils pas là eux aussi pour nous dire "Voyez comme je suis riche et puissant" en même temps qu'ils croient y voir une manière de se racheter, en quelque sorte?

  • F comme Florence

    Florence en novembre, c'est la pluie et le temps plutôt frais comme ici. Mais il n'y a de queue nulle part, ni aux Uffizzi, ni à l'Académie, ni à aucun de ces hauts lieux où il faut normalement "prenotare" et faire la file malgré tout.

    Florence en novembre, ce sont les bus Ataf bondés et aux fenêtres embuées qui empêchent à la touriste que je suis de se repérer. Les gens vont à leur travail, les personnes âgées et les jeunes en âge de scolarité sont nombreux aussi; à chaque nouvel arrêt on se demande comment on réussira à faire entrer dans cette foule compacte les quelques personnes qui désirent encore monter. Mais l'église de Santa Maria Novella est quasi vide. Je peux passer un bon quart d'heure à la chappelle des Tornabuoni pour y admirer les magnifiques fresques de Domenico Ghirlandaio; personne pour me gâcher la vue sur le crucifix de Brunelleschi ou sur la Trinité de Masaccio, merveilleux trompe-l'oeil!

    Florence en novembre, ce sont les voitures qui vous aspergent en passant et les trottoirs si petits et si encombrés qu'ils vous obligent à marcher dans les flaques. Mais j'ai l'impression qu'il y a plus de gentillesse dans l'air que lors de mes deux précédents séjours... peut-être ai-je ce sentiment parce que le soir je retrouve l'appartement coloré et douillet de Carla en non une impersonnelle chambre d'hôtel?

    Firenze nov 2009 008 - kopie

     

    via Ghibellina, les stèles indiquent le palazzo où a vécu Pauline Bonaparte mais rendent le trottoir inutilisable

    Firenze nov 2009 009 - kopie

     

    les rues sont étroites, beaucoup de voitures se garent avec une roue sur le trottoir, et puis il y a les vélos, moyen de transport que privilégient de plus en plus les Florentins, m'a dit Moira, que le bus Ataf rend malade ;-)

    Firenze nov 2009 010 - kopie

     

    Florence n'est pas Naples, bien sûr, mais où voulez-vous mettre vos détritus, si ce n'est sur les trottoirs?

  • D comme Duomo

    Les alentours du Duomo sont devenus piétonniers. Magnifique, me direz-vous! et c'est ce que je pensais moi aussi en le lisant: vivement que le centre de Florence soit réservé aux non-motorisés car les trottoirs n'ont souvent que la largeur de mes deux pieds et encore les chauffeurs les envahissent ( faut bien se garer quelque part, n'est-ce pas?)

    Mais donc, les alentours du Duomo sont piétonniers. On prend ça tellement au sérieux que les bus aussi doivent rester à bonne distance: tant pis, c'est pour la bonne cause.

    Je fais donc le tour du Duomo, le nez en l'air pour admirer ses jolies couleurs et en meme temps les yeux rivés au sol pour essayer d'éviter les plus grosses flaques d'eau (il pleut à Florence, ces jours-ci)

    Et j'ai failli me faire écraser trois fois tant les véhicules sont nombreux à tourner eux aussi autour du Duomo ce matin-là.

  • C comme Carla

    Carla est au Mexique et me prete son appart florentin (et son clavier qwerty sur lequel je ne trouve pas les accents circonflexes ;-)), sa charmante tante qui habite au-dessous et sa gentille fille qui travaille au-dessus.

    De ma vie je n'ai été aussi entourée...

    Je ne la connais pas mais je la découvre au travers de ce lieu: d'abord ses voyages, nombreux, lointains, qui se retrouvent dans les guides qui occupent deux planches de sa bibliothèque, les photos aux murs, d'autres éléments de décoration et tous les condiments exotiques dans sa cuisine.

    Son intérieur coloré plairait à mon amie I qui trouve le mien si monacal ;-)
    Jaune soleil, orange vif, les murs de Carla ne craignent pas la couleur...
    Elle peint aussi, elle a signé de nombreuses toiles aux figures géométriques très contrastées. Il y en a sur tous les murs.

    Je découvre quels livres elle lit, quelle musique elle écoute: quand je partirai d'ici à la fin de la semaine, j'aurai vraiment l'impression de la connaitre alors que je ne l'ai jamais vue.

  • G comme Giardino

    Firenze Pasen 2009 013 - kopie

    photo prise dans les jardins de Boboli le 8 avril 2009: rosa Banksiae lutea, dit l'étiquette accrochée à une branche. Les fleurs jaunes sont d'adorables petits pompons lumineux qui décorent tout un mur de la terrasse du Belvédère.

    Firenze Pasen 2009 031 - kopie

    les premières glycines dans les jardins du palazzo Bardini, photo prise le 10 avril 2009

    et voici la vue sur le Duomo depuis le jardin de Bardini:

    Firenze Pasen 2009 032 - kopie

  • F comme Furba

    Quand on visite le palazzo Pitti, il faut voir également les jardins de Boboli. Je prends donc un billet tout compris, qui donne également accès au jardin de la Villa Bardini.

    Seulement voilà, la visite du musée me prend plusieurs heures et je quitte le giardino di Boboli au moment de la fermeture.

    Pas de problème, je me suis renseignée auprès de deux personnes différentes qui m'ont toutes les deux certifié que la date du 8 avril qui est marquée sur le billet n'a aucune importance: on me laissera entrer sans problèmes demain ou après-demain.

    On sait bien, me rassure-t-on, qu'il est impossible de tout faire en une après-midi.

    Le 10 avril je me présente toute contente au jardin de la Villa Bardini. Le jeune homme examine scrupuleusement mon billet et souligne la date au stylo noir: ce billet n'est plus valable, me dit-il. Il est marqué 8 avril et nous sommes le 10.

    Je sais bien! lui dis-je. Mais il est impossible de visiter le palazzo Pitti, les jardins de Boboli, le musée de la porcelaine, le musée du vêtement (etc) et d'avoir encore du temps de reste pour venir ici! D'ailleurs deux personnes m'ont certifié que (etc etc)

    Rien n'y fait. Je suis remballée comme une resquilleuse.

    Je sors de là en bouillonnant de colère. Je tourne la rue et monte la colline. Je me dis que de là-haut je pourrai peut-être avoir une vue sur ces fameux jardins. Ou qu'au moins l'effort à fournir me calmera. La route grimpe fort et à mi-chemin je me trouve tout à coup devant une seconde entrée vers les jardins. Je me dis: Allons-y, tentons le coup.

    Au guichet, c'est le drame. Une Américaine est en train de crier qu'elle veut voir le responsable et que c'est honteux et qu'elle veut se plaindre et que l'Italie est un pays de m...! Le personnel est à bout, ça se voit. Un jeune homme n'y tient plus et plante là ses collègues avec l'Américaine pour aller au jardin se calmer en fumant une cigarette. Je lui emboîte le pas, lui montre mon billet et hop! me voilà dans les jardins de la Villa Bardini.

    Dans la ville des Médicis, il faut être furba comme eux, me dis-je en sortant mon appareil photo.

    Voici la première que j'ai prise. Malheureusement, j'ai dû un peu la recouper pour que le blog l'accepte:

    Firenze Pasen 2009 021 - kopie

     

  • Z comme ZAZA

    - Zaza! Zaza! crient Coralie et Charlise.

    Mais Zaza n'écoute personne et entre tout droit à la cuisine. On voit qu'elle connaît. Elle y disparaît pour un inquiétant bout de temps.

    Voilà qui ne plairait sûrement pas aux inspecteurs du guide culinaire, me dis-je en terminant mon pain et mon vin.

    Heureusement, je suis la seule à être témoin de ce petit tableau. Et de toute façon, moi j'ai déjà fini de manger ;-)

  • S comme San Frediano (avec stupeur et tremblements)

    Comme je l'ai dit il y a deux ou trois jours, j'aime avoir de la lecture en rapport avec le lieu que je visite. J'ai donc décidé d'attaquer la lecture de Pratolini, Le ragazze di Sanfrediano, sur les lieux mêmes de l'action.

    Dans le quartier de San Frediano, samedi après-midi, je m'installe sur la piazza Torquato Tasso. Il y a des bancs, des pépés, des jeunes filles, ça sent bon l'herbe fraîchement coupée, je respire avec joie cette odeur et je commence ma lecture.

    Il rione di Sanfrediano è "di là d'Arno", è quel grosso mucchio di case tra la riva sinistra del fiume, la Chiesa del Carmine e le pendici di Bellosguardo; dall'alto, simili a contrafforti, lo circondano Palazzo Pitti e i bastioni medicei; l'Arno vi scorre nel suo letto più disteso, vi trova la curva dolce, ampia e meravigliosa che lambisce le Cascine.

    Voilà la première phrase du livre. Je me cale bien le dos sur le banc, je souris à un pépé qui promène le landau de son petit-fils, je jette un oeil derrière moi où une partie de foot se joue entre des jeunes du coin. Quelques-uns sont torse nu et s'assurent de temps en temps que les jeunes filles sur le banc d'en face les ont bien vus.

    On est loin de la Florence touristique. Un homme pousse la chaise roulante de sa femme et va acheter quelques "dolci" au bar Gi.Ro., une dame promène son chien, des mémés ont fait quelques courses, deux petites filles apprennent à rouler à vélo.

    Je suis bien. La bonne odeur de l'herbe coupée me fait tellement plaisir, après cette semaine dans la pollution du centre, que je me dis que non, finalement, je ne suis vraiment pas faite pour habiter en ville.

    Et tout à coup, tout bascule. Un des joueurs de foot prend la fuite, saute par-dessus une moto garée, poursuivi par deux autres. Un couteau à cran d'arrêt tombe à terre. C'est l'empoignade. Une femme accourt en criant "Basta! Basta!" et essaie de séparer les combattants. Sa fille la suit en hurlant comme une hystérique: "Mamma! Pappa!". Arrive le père, encore des cris. Les gens sortent du bar Gi.Ro pour voir ce qui se passe. Deux pépés sont venus sur le pas de la porte du café al Tramonto.

    Chaque fois qu'on réussit à séparer les combattants, ils recommencent un peu plus loin. Finalement, le calme semble revenir sur la piazza Torquato Tasso. Deux nouvelles équipes ont repris la partie de foot.

    Une heure plus tard, l'ambulance est là. Et la police. On soigne quelqu'un sur place. Cette fois, dans l'indifférence générale. Comme s'il n'y avait eu aucun témoin.

    - Che è successo? demandent ceux qui arrivent maintenant sur la place. Ils ne recevront pas de vraie réponse.

    Hé oui, c'est San Frediano!

    Rapido, esatto, il pugno di Gianfranco lo colpì tra naso e bocca, e prima ancora che Bob potesse mettersi in guardia e reagire, li divisero. Era una zuffa, in Sanfrediano, per ragioni di donne, indubbiamente, e tornata la calma, dopo che i due avversari erano stati i soli a non gridare, framezzo al clamore generale, [...] (Le ragazze di Sanfrediano, page 93)

    le ragazze di Sanfrediano

  • bilan d'une semaine à Florence

    • douze capuccino (capuccini?) car oui, certains jours je m'en suis offert un second; six d'entre eux préparés par Leonardo
    • deux glaces, une au chocolat fondant, une à la mandarine et à l'orange de Sicile
    • deux cafés bien corsés
    • una spremuta à six euros sur la terrasse du bar de la galerie Uffizi (faut payer la vue)
    • trois repas du soir slow food chez Baldoria, via San Giuseppe et trois repas de midi au Chiaroscuro, via del Corso
    • trois achats de livres, dans trois librairies différentes
    • pris seize fois le bus, dont deux fois en Belgique, huit trains et deux avions
    • deux jardins à l'italienne, deux parcs publics pour lire sur un banc, huit musées
    • vingt heures de cours
    • sept petits pains du matin mangés dans la rue; le huitième matin, c'est Pâques et la boulangerie de la via dei Mille est fermée
    • une nuit à l'hôtel et sept chez madame Pasquini, dont le beau-frère plus qu'à moitié sourd regarde la télé jusqu'à deux heures du matin
    • insalata, polenta, salsiccia, focaccia, melanzane, pomodori, risotto, carciofi, cacio, costolette d'agnello, spinaci, pizza al taglio, bresaola, crostini, pici, funghi porcini, ragù, verdure grigliate, tagliata di filetto di cinta alla parmegiana

  • P comme Pratolini

    Quand je voyage, j'aime m'imprégner aussi de l'ambiance du pays, de la région ou de la ville que je visite en lisant des oeuvres qui ont un rapport direct avec l'endroit.

    Ainsi, pour Florence, je me suis acheté Le ragazze di Sanfrediano, de Vasco Pratolini.

    pratolini

    Le livre est publié chez Oscar Mondadori et coûte 7,80 €.

    Pratolini y raconte "la chute" d'un don Juan de quartier.

    Il suffit de quelques jours pour que le beau Bob, adulé par cinq ou six jeunes filles de son quartier populaire de Florence, de l'autre côté de l'Arno, commette une paire d'erreurs irréparables.

    Hybris, comme chez les anciens Grecs. Et Narcisse.

    Alors les jeunes filles, le ragazze, se vengent.

  • N comme Neri

    Via de' Neri, on quitte un peu le centre le plus touristique. Au bar de Silvana, madame est à la caisse et monsieur vous fait votre capuccino. Chez Cillo, on peut trouver la véritable glace artisanale. Ce mois-ci, on vous conseille la glace à la mandarine ou à l'orange de Sicile. Renato et Patrizia servent de bonnes pizzas a taglio.

    Vous vous promenez, vous respirez, vous levez le nez, il y a tant de choses à voir, à sentir, ...

    Puis, en tournant le coin de la via de' Benci, vous découvrez Santa Croce, ... et le syndrome de Stendhal vous guette ;-)

    Firenze Pasen 2009 003 - kopie

    Ci-dessus, Santa Croce à 07.30 h et ci-dessous vers 19.00 h

    Firenze Pasen 2009 004 - kopie

  • X à Florence

    Comme je l'ai déjà dit, je me suis inscrite à un cours d'italien à Florence, pour les vacances de Pâques.

    La question qui me préoccupe le plus, ce n'est pas de savoir en quoi consistera ce cours, ni dans quel niveau de connaissance de l'italien je me retrouverai, ni où je serai logée ni quelles seront les activités culturelles...

    La seule et unique question qui me préoccupe est celle-ci: qui, mais qui donc, à part moi, s'inscrit à ce genre de cours? ?des jeunes ou des vieux?? des Américains ou des Asiatiques? ?y verrai-je surtout des étudiants, des profs et des retraités? ?des veuves désoeuvrées? ?des jeunes sponsorisés?? des débutants, des chevronnés, des motivés, des habitués? ?des touristes, des dilettantes, des passionnés? ?

    La réponse dans 37 jours...

  • N comme natation ou comme nuoto

    J'aimerais bien aller nager une ou deux fois quand je serai à Florence. Mais ne vous méprenez pas, ça n'est simple qu'en apparence! Au bout d'une demi-heure sur internet, j'ai plein d'adresses de centres sportifs et de piscines à Florence et dans les environs immédiats, mais apparemment aucun n'a de site web, donc pour les heures d'ouverture, les prix et autres renseignements utiles, c'est tintin, mille milliards de mille sabords de tonnerre de Brest!

     

    1 COMPLESSO SPORTIVO "MOTOVELODROMO" via del Fosso Macinante, 13

    2 SFERISTERIO DELLE CASCINE via del Fosso Macinante, 11

    3 COMPLESSO SPORTIVO "AFFRICO" viale Manfredo Fanti, 20

    4 COMPLESSO SPORTIVO STADIO "A. FRANCHI" e campini allenamento v.le M. Fanti, 4

    5 PISCINA STADIO "A. FRANCHI" v.le Maratona, 4

    6 PALESTRA STADIO "A.FRANCHI" v.le Maratona, 4

    7 COMPLESSO SPORTIVO PISCINA "COSTOLI" viale Paoli

    8 COMPLESSO SPORTIVO "NANNINI" BELLARIVA lungarno Aldo Moro, 6

    9 COMPLESSO SPORTIVO "Nelson Mandela Forum" viale Paoli viale Malta, 6

    10 CAMPO CALCIO VIALE MALTA Viale Malta

    11 STADIO BASEBALL "CERRETI" viale Manfredo Fanti, 18

    12 STADIO RIDOLFI Viale Fanti 2

    13 COMPLESSO SPORTIVO "DUE STRADE" via Ximenes

    14 CAMPI CALCIO "SAN MARCELLINO" via Chiantigiana, 28

    15 PALESTRA "SAN MARCELLINO" via Chiantigiana, 28

    16 PISCINA "SAN MARCELLINO" via Chiantigiana, 28

    17 CAMPO SCUOLA "SORGANE" via Isonzo, 26/b

    18 PALESTRA SPEC. "SORGANE" via Isonzo, 26/a

    19 PALESTRA annessa Villa di Rusciano Via B.Fortini

    20 COMPLESSO SPORTIVO "ASSI GIGLIO ROSSO" Viale Michelangelo 64

    21 CANOTTIERI COMUNALI Lugarno Ferrucci 6/b

    22 PISCINA RASPINI Lugarno Ferrucci 24

    23 PALESTRA SPECIAL. "MONTAGNOLA" via G. da Montorsoli, 1/c

    24 POLIGONO ARCIERI "MANTIGNANO" via dei Pozzi di Mantignano

    25 IMPIANTO DI CALCIO MANTIGNANO Via dell'Isolotto 10

    26 CAMPI TENNIS "VIA BIBBIENA" Via Bibbiena

    27 COMPLESSO POLIVALENTE DI SOFFIANO Via Filarete

    28 PALESTRA PAGANELLI Viale Guidoni

    29 COMPLESSO NATATORIO "PAGANELLI" Viale Guidoni

    30 "PALAZZETTO I.T.I". Via BenedettoDei, 56

    31 CAMPO CALCIO "PAGANELLI" via dell' Olmatello, 1

    32 PALESTRA SPECIALISTICA "IL BARCO" via Corelli, 19

    33 PALESTRA SPECIALISTICA "RIFREDI" via Magellano, 11

    34 PALAROTELLE Via dell'Olmatello

    35 CIRCOLO TENNIS CASCINE Via del Visarno

    36 PISCINA LE PAVONIERE Viale della Catena 2

    37 IPPODROMO "LE MULINA" Via del Pegaso 1

    38 IPPODROMO "VISARNO" Via delle Cascine 14

    39 TIRO A SEGNO NAZIONALE Via delle Cascine 40

    40 TIRO A VOLO (COMPRENSIVO DEL TIRO CON L'ARCO) Via delle Cascine 40

    41 TROPOS Via Orcagna 20/A