hibou

  • 20 miracles de la nature (1)

    2016-11-30 (2).JPG

    Quand l'étang est à moitié gelé,
    Saturnin et ses copains  

    2016-11-30 (1).JPG

     amusent les passants 
    et les enfants 

    2016-11-30 (1) - Copie.JPG

    en leur refaisant 
    un numéro de Jésus 

    *** 

    pour le défi du Hibou 

    semaine 51 - miroir

  • K comme Khnopff

    - Les photos sans flash sont permises? demande ingénument l'Adrienne au charmant jeune homme chargé de surveiller les trois premières salles. 

    - Hélas non! dit-il. Les collectionneurs privés ne le veulent pas... 

    - C'est bien dommage! 

    Elle lui montre le tableau d'Adrien-Joseph HeymansBrugje in Houffalize (un petit pont à Houffalize), qui vient en effet d'une collection privée. 

    - Je ne l'avais encore jamais vu, celui-là. La photo, ça aide à se souvenir... 

    - C'est vrai, répond-il, mais vous pouvez la chercher sur internet. 

    Puis il se ravise: 

    - Ou acheter le catalogue! 

    Heymans.jpg

    le voilà, le petit pont, trouvé sur la page fb du musée, un comble tongue-out 

    Interdiction, donc, de sortir l'appareil photo pendant la visite des dix salles consacrées à l'exposition sur Emile Verhaeren et les artistes de son temps.  

    Interdiction de photographier ce KhnopffL'Encens, mais le jeune homme avait raison, on le trouve sans problème sur le net. 

    Khnopff_-_Wierook.JPG

    il est sur wikipedia commons... 

    Par contre, dans la riche collection permanente, on peut photographier autant qu'on veut. Là aussi, quelques Khnopff, comme cet inhabituel portrait masculin, celui qu'il a fait de son père Edmond: 

    DSCI4319.JPG

    Et dans la même salle, quel bonheur de retrouver l'ami Spilliaert, dans ce bel autoportrait tout en transparences: 

    DSCI4315.JPG

    Silhouette du peintre (1907) 

    Le prendre de côté n'a pas empêché qu'on y voie tout de même la photographe: de transparence en transparence, voilà la photo toute trouvée pour le projet du Hibou 

    semaine 50 - transparence

  • E comme envoi

    Ballade en octosyllabes 

    tongue-out 

    Madame en route vers la gare 
    Pense à eux tous, Alex, Oskar, 
    Si eux ne pensent plus à elle, 
    Patricia, Klara, Michaël: 
    Qu'est-ce qu'ils font, comment ils vont, 
    Latifa, Ellen et Simon? 

    Sont-ils satisfaits de leur choix, 
    Lisa, Ruben, Sofie, François? 
    Ils descendent du train de Gand, 
    Nabil, Araz, Noura, Laurent, 
    Crient "Bonjour, Madame! ça va?" 
    Joris, Fehmy, Tim, Vanessa. 

    C'est plus légère qu'elle part 
    Avec Sara, Viktor, Omar. 
    Il suffit de si peu de choses, 
    D'un sourire de Jan ou Roos. 
    Et pendant que Madame lit 
    Elle voit Sam et Beverly. 

    Envoi 

    Gentils élèves qui passez 
    De vous je n'ai jamais assez! 

    DSCI4262.JPG

    gare de Gand (Gent Sint-Pieters) le 11 novembre 2016 

    2016-11 (35).JPG

    gare d'Ostende: les nouveaux quais sont "en planches" et je les ai 

    photographiés pour le projet du Hibou 

    semaine 49 - mobilier urbain

  • 22 rencontres

    Interrompons notre série de rencontres pour répondre à la question de la semaine chez le Hibou (voilà une phrase ron-pon-con-pon qui ne passerait pas le test du gueuloir chez Flaubert tongue-out

    2016-11 (22).JPG

    semaine 47 - étoile 

    La plus belle étoile que je connaisse, c'est le soleil... 

    2016-11 (24).JPG

    Le 11 novembre dernier, il brillait de tous ses feux 

    2016-11 (16).JPG

    et a permis ces photos-ci.

  • M comme maison

    C'est au début de 2015 que l'Adrienne a disposé de la somme nécessaire pour s'offrir quelques armoires supplémentaires dans la cuisine. 

    Parce que là à gauche 

    2016-11-10 cuisine (2).JPG

    et là à droite 

    2016-11-10 cuisine (1).JPG

     et là devant les portes 

    maison,photo,hibou

    il y a de la place pour quelques rangements supplémentaires. 

    La sélection du cuisiniste n'est pas chose aisée mais finalement ça se décante tout seul: la plupart refusent de se déranger pour "seulement trois armoires". 

    Reste une maison de confiance qui accepte le travail et au fil des rendez-vous avec la responsable, l'Adrienne se sent de plus en plus enthousiaste. 

    Les semaines, les mois passent. On est déjà en septembre 2015 quand elle reçoit enfin le premier projet. Il y a quelques modifications à y apporter. 

    Les semaines, les mois passent. En mars 2016, l'offre envoyée est tout de suite signée et l'acompte payé. Les meubles seront installés dans un délai de six à huit semaines.

    Les semaines, les mois passent. En septembre 2016, l'Adrienne reçoit un message annonçant l'arrivée des armoires pour le jeudi 10 novembre. Elle sera au travail à ce moment-là, mais qu'importe! Elle n'ose imaginer quels nouveaux délais lui seraient imposés si elle voulait changer la date... 

    Le jeudi 10 novembre, au retour de l'école, là à gauche 

    maison,photo,hibou

    et là à droite 

    maison,photo,hibou

    et là devant les deux portes 

    maison,photo,hibou

    il y a enfin toutes les armoires demandées. 

    *** 

    photos choisies pour illustrer à contre-sens 

    le thème du Hibou 

    semaine 46 - uniforme 

    car, vu que l'ennui naquit un jour de l'uniformité 

    les nouvelles armoires ont une couleur totalement différente des anciennes 

    cool

     

  • G comme guerre

    Chaque fois que mon père remontait de la cave de mes grands-parents, il ne manquait pas de dire: 

    - Il y a là de quoi soutenir un siège! 

    Sur les étagères, grand-mère Adrienne avait des bocaux de haricots verts, des bouteilles de sauce tomate, des petits pois en conserves, des sardines à l'huile, des pilchards... et j'oublie sûrement des tas de choses. 

    Il est vrai qu'elle ne cessait de nous l'annoncer, la guerre, chaque fois qu'au journal télévisé elle voyait des politiciens se chamailler, chaque fois qu'ils élevaient la voix, c'est-à-dire à peu près tous les jours: 

    - 't Gaat nog oorlog worden! (1) 

    Alors les autres adultes se moquaient d'elle, de ses kilos de café et de sucre planqués dans une grande armoire à l'étage. Et quand elle leur rappelait l'aveuglement de Chamberlain et de Daladier, en 1938, ils riaient de plus belle. 

    Ma chère petite grand-mère... 

    Aussi ai-je bien pensé à elle en voyant ceci, chez ma nipotina

    2016-11 (1).JPG

    la table, côté gauche  

    2016-11 (2).JPG

    la table, côté droit 

    2016-11 (3).JPG

    le salon 

    2016-11 (4).JPG

    la cuisine 

    2016-11 (5).JPG

    et tout ça pour un chat qui ne veut plus se nourrir... 

    *** 

    pour le projet du Hibou 

    semaine 45 - guerre 

    ***

    (1) on va encore avoir une guerre!

     

  • U comme une fois...

    Une fois, juste une fois, l'Adrienne est allée à l'académie, a demandé la clé du local 217 et s'est installée à ce piano: 

    DSCI3988.JPG

    le beau piano à queue du local 217 

    Une fois, juste une fois et pendant une heure entière, elle s'est amusée à jouer tous ses petits morceaux simplets - sur lesquels pourtant ses doigts trébuchent encore - et quand au bout de l'heure elle a rendu à la secrétaire la clé du local numéro 217, elle avait sur la figure un grand, tout grand sourire de bonheur qui ne l'a plus quittée de la journée laughing 

    Quelle différence de 'toucher' avec ce piano qu'elle a chez elle et qui a besoin d'une prise de courant pour fonctionner! 

    musique,photo,hibou,vie quotidienne

    et le piano-qui-marche-à-l'électricité cool 

    *** 

    pour le projet du Hibou 

    semaine 43 - électricité

     

  • P comme prairie

    DSCI3984.JPG

    Le 11 octobre 

    le fermier est venu faire les foins. 

    2016-10-05 (1).JPG

    Appellerons-nous cela de l'optimisme? 

    ou du réchauffement climatique? 

    2016-10-05 (5).JPG

    L'odeur du foin en octobre 

    voilà qui nous mène très loin 

    de ce qui est TYPIQUE 

    ***

    c'était le thème de la semaine 42 

    pour le projet du Hibou 

  • I comme Ivo

    Ivo Pogorelich joue Mozart 

    Sonate pour piano n°11 en fa majeur, KV 331 

    Morceau choisi pour illustrer le thème de la semaine 41 chez le Hibou 

    légèreté 

    jeu,hibou,musique,mozart,photo

    légèreté des graminées et de la lumière automnale 

    jeu,hibou,musique,mozart,photo

    légèreté de la promenade et des nuages 
    légèreté au cœur pour l'amie sur la photo
    qui ces dernières semaines 
    a subi de derniers tests 
    et termine sa cure de chimio 

  • C comme calme plat

    - C'est le calme plat, ici! s'exclame la nouvelle collaboratrice PMS (1). 
    - Ne t'inquiète pas, lui répond la directrice, ce n'est pas le travail qui manque! 

    La vérité est qu'au bout de quatre semaines de "collaboration", les quatre coordinatrices préfèrent s'occuper seules du suivi de leurs élèves à problèmes sociaux ou psychologiques. 

    Pour du vrai "calme plat", il faut aller au jardin: en deux mois de temps, il n'a fallu qu'une seule tonte, en encore... 

    2016-09-25 (1).JPG

    pelouse belge, 30 septembre 2016 
    quand même un brin plus verte du côté où elle a un peu d'ombre 

    2016-09-25 (2).JPG

    renversant, n'est-ce pas? 

    et ici quelques images prises à l'arboretum de Kalmthout après août et septembre quasiment sans une goutte d'eau... 

    ***

    (1) une auxiliaire qui vient deux ou trois fois par semaine à l'école pour aider en cas de problèmes psycho-médicaux-sociaux. 

    ***

    pour le projet du Hibou 

    semaine 40 - repos

  • W comme what else?

    Quoi de plus beau 

    Namur 2016 (4).JPG

    que des arbres et de l'eau 

    Namur 2016 (5).JPG

    du bleu et du vert 

    Namur 2016 (6).JPG

    des nuages dans le ciel 

    Namur 2016 (10).JPG

    et deux yeux pour les contempler 

    Namur 2016 (12).JPG

    photos prises à Namur 

    les 3 et 4 septembre derniers 

    pour le projet du Hibou 

    semaine 39 - verdure

  • K comme kaiyûshiki

    2016-08-26 (24).JPG

    A Ostende, le jardin japonais est "un jardin de promenade à la manière kaiyûshiki", dit le petit dépliant offert sous l'azumaya, la "maison d'été" où on peut s'asseoir et profiter de la beauté du jardin. 

    Kaiyû veut dire promenade: le parcours dessiné dans le jardin offre une belle variété sur un petit espace, comme ce sentier à côté des bambous, 

    2016-08-26 (27).JPG

    une allée de planches en zigzag dans l'étang, qui permet d'admirer une carpe koï et beaucoup de menu fretin 

     2016-08-26 (25).JPG

    2016-08-26 (31).JPG

    2016-08-26 (33).JPG

    vous les voyez, les mini-poissons? 

    2016-08-26 (28).JPG

     La promenade est circulaire et traverse la cascade, ce qui faisait la joie des petits et des grands en ces chaudes journées d'août, où on se plaisait à se mouiller 'exprès' 

    2016-08-26 (32).JPG

    Bref, on sort de là requinqué cool 

    ***

    pour le projet du Hibou semaine 37 - bois 

    le jardin japonais d'Ostende 

    architecte: Takashi Sawano 

    Jardin ouvert au public le samedi et le dimanche de 10.00 à 18.00 h. et tous les jours pendant les vacances scolaires.

     

  • Z comme zen

    Le matin sur la plage bien ratissée, 

    2016-08-26 (5).JPG

    le midi à l'ombre de la galerie des Thermes, 

    2016-08-26 (7).JPG

    l'après-midi dans le jardin japonais, 

    2016-08-26 (27).JPG

    les chemins sont bien tracés 

    cool 

    *** 

    projet du Hibou - semaine 35 

    CHEMIN 

    photos prises à Ostende 

    le vendredi 26 août

  • R comme repos

    L'amie Anne affirme son bonheur de jardinière 

    2016-08-17 (5).JPG

    et me le fait partager 

    2016-08-17 (1).JPG

    au milieu des fleurs, des fruits, 

    2016-08-17 (3).JPG

    et des légumes. 

    2016-08-17 (9).JPG

    Ici aussi, le chat invite à suivre son exemple 

    cool 

    *** 

    Pour le projet du Hibou 

    semaine 34 - légume

     

  • G comme grimpe!

    2016-07-28 (7).JPG

    Dès qu'on quitte la côte et sa végétation méditerranéenne,

    2016-07-29 (5).JPG

    on voit les rochers, la montagne,

    2016-07-29 (8).JPG

    où poussent quantité d'arbres

    2016-07-29 (9).JPG

    jusqu'au milieu des ruines,

    2016-07-29 (10).JPG

    offrant leur ombre au visiteur,

    2016-07-29 (12).JPG

    rendant les sites encore plus photogéniques,

    voyage,pisidie,nature

    encore plus grandioses,

    voyage,pisidie,nature

    encore plus sauvages

    voyage,pisidie,nature

    et encore plus fragiles...

    voyage,pisidie,nature

    pour le projet du Hibou

    semaine 32 - arbres

     

     

     

  • Adrienne et les frelons

    Lyon 2016 (162).JPG

    - C'est tout de même incroyable! dit l'Adrienne à sa mère, en voyant la cathédrale Saint-Jean et la colline de Fourvière en contrebas.

    C'est tout de même incroyable qu'hier on a pris le funiculaire, parce qu'on jugeait la montée à pied jusqu'à Fourvière trop ardue, et qu'aujourd'hui on a grimpé bien plus haut encore... et sans funiculaire!

    ***

    photo prise à Lyon le 16 juillet

    pour le projet du Hibou

    semaine 31 - relief

    ***

    Et les fous, les plus ingambes
    Montent et descendent le long
    De mon cou comme des frelons

    écrit Maurice Carême dans son joli poème sur la tour Eiffel.

    C'est exactement ce que l'Adrienne et sa mère ont fait, en parfaites touristes: monter et descendre comme des frelons...

    cool 

    Lyon 2016 (163).JPG

    famille de frelons belges rencontrés en montant vers la Croix-Rousse

    "Kijk papa! daar is België!" criait le cadet en montrant l'horizon

    tongue-out

  • V comme vue

    Dommage pour la vue, tout comme la place Bellecour était rendue invisible par les installations pour l'euro 2016 (le démontage et le déblayage ont duré toute la semaine), la place des Terreaux était privée de ses deux principaux atouts beauté, la fontaine monumentale et les jeux de lignes et d'eau réalisés par Daniel Buren. 

    voyage, france, photo, hibou

    quelques affiches explicatives où on retiendra surtout que la fontaine restera invisible plus d'un an encore 

    voyage, france, photo, hibou

    derrière les palissades, de grands échafaudages et tout autour de nombreuses voitures garées: impossible de juger de l'effet des "lignes" de Daniel Buren et tous les jeux d'eau sont à l'arrêt 

    voyage, france, photo, hibou

    dans la palissade, un petit trou - soigneusement grillagé - permet au contribuable et au touriste de suivre de loin les travaux en cours: on remarque un cheval hennissant de douleur, privé de ses membres 

    voyage,france,photo,hibou

    et ça, c'est quoi? se demande le lecteur ahuri. 

    ça, c'est la vue de la fenêtre de la chambre d'hôtel 

    tongue-out 

    le genre de détail qu'on n'apprend jamais dans le descriptif au moment de la location 

    ***

    pour le projet du Hibou 

    semaine 30 - fontaine 

    photos prises à Lyon le 13 juillet 

    ***

    ici chez Daniel Buren, l'aspect que la place devrait avoir... 

     

  • Quels ont été tous ces anonymes?

    Hommage

    Annevoie 2016-07-08 (20).JPG

    à tous ces anonymes

    Beloeil 2016-07-07 (49).JPG

    qui pendant plus de 250 ans

    Annevoie 2016-07-08 (26).JPG

    ont planté, soigné, taillé, entretenu

    Beloeil 2016-07-07 (32).JPG

    phots prises à Beloeil et à Annevoie

    les 7 et 8 juillet

    pour le projet du Hibou - semaine 29 - hommage

     

  • J comme jalon

    Annevoie 2016-07-08 (23).JPG

    le 8 juillet
    à Annevoie
    monsieur neveu apprenait enfin
    ses résultats à l'EAF

    un jalon de plus
    dans un parcours scolaire
    qui lui a toujours permis ses propres choix

    girl power2.jpg

    pour le projet du Hibou

    semaine 28 - rouge

  • D comme déguster

    1. 

    C'est un verre à pied en simple verre blanc, celui qui porte bonheur quand on le casse, comme a dit ma tante le jour où elle en a laissé tomber un chez ma mère en l'aidant à la vaisselle. 

    Il est d'un format assez petit: petit pied, rondeur très légère, petite ouverture sur le dessus. 

    Le bord est fin. C'est important. 

     

    2. 

    Tout est est important: le pied pour faire valser le fond de vin qu'on va déguster, le verre fin et parfaitement transparent, pour admirer la robe à la lumière, l'ouverture pas trop grande, exactement à la mesure de la narine qu'on va y introduire pour humer ses parfums. 

     

    3. 

    Sur son galbe léger, le nom en petites lettres blanches du viticulteur qui l'a offert après la dégustation. Il porte fièrement le logo des vignerons indépendants comme un gage de qualité. De ceux qui disent le nom de l'homme qui fabrique ses fûts à la main, vous expliquent de A à Z comment ils maîtrisent la fermentation malolactique et qui dorment à côté de leurs cuves pour mieux les contrôler aux moments délicats. 

    DSCI3279 (2).JPG

    4. 
    Le logo des vignerons indépendants représente un personnage stylisé portant sur son épaule gauche une cuve de vin. 
    Ce qui ne correspond plus à aucune réalité d'aujourd'hui. 
    D'autant plus qu'après trois ou quatre générations de viticulteurs de père en fils, ce sont maintenant deux jeunes femmes qui se trouvent à la tête de l'entreprise familiale. 

     

    5.

    Le pied est solide même si le bord supérieur est très fin. Le verre peut aller au lave-vaisselle. Cependant, après l'avoir soigneusement rincé à l'eau claire, on préfère l'essuyer à un torchon propre qu'on vient de sortir de l'armoire et dont on "casse" d'abord un peu la raideur.

    Avant d'y verser du vin, on hume le verre pour s'assurer qu'aucune odeur étrangère ne viendra interférer avec la dégustation. C'est qu'on prend ces choses-là très au sérieux. 

     

    6. 

    Sur le galbe du verre, à l'endroit le plus large, il y a de légères stries, dues aux frottements. Car dans le secret de l'armoire, derrière la vitre opaque, les verres se touchent, se frôlent, se caressent, se griffent. 

     

    7. 

    Depuis leur dernier déménagement, les verres sont bousculés: ils s'entrechoquent à chaque passage d'un poids lourd. Ils émettent de plaintives musiques cristallines. Ils sont pris de soubresauts et manquent tomber de leur étagère. 

     

    8. 

    Finies les belles dégustations bien orchestrées: les grands crus, les beaux cépages, les années prestigieuses, les gloires du terroir ont été remplacés par la modeste bouteille de supermarché. 

    Plus besoin de faire valser et goûter, le bouchon est remplacé par la capsule à vis métallique. 

     

    9. 

    Sur la table de travail, dans ce fouillis inextricable de papiers et de livres, juste à droite de l'ordinateur, il y a parfois un verre à pied légèrement galbé. On le remplit peu et on le déguste à petites gorgées espacées, en essayant de bien avoir le goût du vin. Comme le préconise Colette. 

    Si c'est du blanc, on fait en sorte que les rayons du soleil ne viennent pas le réchauffer. 

    Parfois on est tellement pris par le travail qu'on oublie complètement le verre à pied dans lequel le lendemain se trouve toujours un fond de vin. 

    DSCI3280.JPG

     ***

    Quatorze fois vers le même objet – à la manière de Francis Ponge.

    http://www.tierslivre.net/WIPagcb/FICHES_IMPRIM/PONGE_oeillet.pdf 

    et pour le projet du Hibou

    semaine 27 - robe

  • X c'est l'inconnu

    DSCI3226.JPG

    Voilà ce qui arrive quand on se promène dans Bruxelles

    et qu'on lève le nez

    DSCI3227.JPG

    On voit des orangers, des bananiers

    On prend quelques photos

    DSCI3225.JPG

    Puis on poursuit sa route

    sous le soleil d'avril  

    et on oublie de noter

    le nom de ce bijou...

    ***

    pour le projet du Hibou

    semaine 26 - bijou

  • R comme Rodho

    prof,école,élève

    Rodho, le dessin de la semaine chez Diakritik 

    pour le projet du Hibou

    semaine 25 - oreille

    car il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre

    et nos gouvernements ne cessent de se faire tirer l'oreille

    chez nous en Flandre aussi:

    A quoi bon être parmi les plus performants en maths, en sciences et en compréhension de l'écrit, si c'est pour avoir les plus gros décalages selon l'origine sociale?

    un exemple? en maths, 1.Shanghai (Chine) 613 2.Singapour 573 3.Hong-Kong (Chine) 561 4.Taipei chinois 560 5.Corée 554 6.Macao (Chine) 538 7.Japon 536 8.Liechtenstein 535 9.Suisse et Belgique (Communauté flamande)531 (source  enquête Pisa 2012)

    autre exemple? "Shanghai (Chine) a obtenu le score le plus élevé en culture financière ; viennent ensuite la Communauté flamande de Belgique, l’Estonie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la République tchèque et la Pologne." (source enquête PISA 2012)

  • L comme le lendemain

    - Et toi, comment tu vas gérer ce problème? demande Madame à un de ses élèves fan de foot.

    - Je vais regarder tous les matches des Diables rouges, répond-il après deux secondes d'hésitation.

    Les autres footeux de la classe acquiescent d'un sourire et d'un signe de tête: ce ne sont pas des événements qui supportent le différé, seul le "live" vaut la peine d'être vécu. Qu'on soit en pleine période d'examens ne change rien à l'affaire.

     duivels3.jpg

    source de la photo

    Dans son coin, au premier rang devant à droite de Madame, Z* rigole doucement. Lui, son truc, c'est le vélo. Mais il regardera tout de même les matches, "pendant mes pauses", dit-il. Z*, c'est celui qui n'a qu'à peine 40% en français:

    - Je me tue à étudier du français et j'ai encore de mauvais résultats! 

    Mais sur le planning que Madame lui a demandé de faire, il a noté qu'il a travaillé dix minutes à son test de grammaire et trois heures à nettoyer son vélo de course.

    Comment résisterait-il, alors, à la folie du foot qui règne depuis des semaines dans tous les étalages, que ce soit un salon de coiffure, une pâtisserie ou un magasin de sous-vêtements?

     duivels2.jpg

    Tout feu tout flamme aussi, les enfants de l'école primaire, lundi matin, jour du premier match des Diables: dès sept heures trente, les premiers arrivés dans la cour donnaient des concerts de vuvuzelas, enveloppés dans des capes tricolores et coiffés de tout l'assortiment de couvre-chefs offerts avec les bacs de bière, les saucissons, la mayonaise, les friandises, les sodas...

    En rentrant chez elle à midi, Madame voit les écrans géants que la ville et les commerçants installent sur les placettes pour que personne n'échappe à Belgique-Italie.

    Madame se dit que si les Diables gagnent, elle l'entendra aux coups de claxon et aux cris de joie sous ses fenêtres...

    duivels.jpg

    pour le projet du Hibou

    semaine 24: feu

  • 7 boules

    Sept boules, et elles ne sont pas de cristal. 

    Elles sont d'acier inoxydable... 

    006 (2).JPG

    Sept boules visibles ici sur les neuf 

    dont six qu'on peut visiter 

    ***

    pour le projet 52 du Hibou 

    semaine 23: sphère 

    ***

    et le week-end prochain 

    Adrienne revoit Bruxelles la belle 

    cool

     

  • Dernier refuge

    Depuis qu'elle avait trouvé ce travail chez un vieux savant 

    plus rien ne faisait obstacle à sa passion dévorante 

    des livres et de la lecture... 

    lali476.jpg

    Lali 476 et Le Hibou semaine 22 
    thème: obstacle

  • T comme trois impressions

    DSCI2759.JPG

    j'ai l'impression que les touristes ne vont rien comprendre

    DSCI2805.JPG

    j'ai l'impression que les gamins ne pourront pas récupérer leur ballon

    DSCI2786.JPG

    j'ai l'impression que je devrais ranger mon bureau

    tongue-out

    pour le projet du Hibou

    semaine 21: impression

  • O comme observez!

    C'était il y a bien longtemps, l'Adrienne suivait sa première année de cours d'italien.

    - Quelqu'un sait comment on dit "moustache" en italien? demande la prof.

    L'Adrienne lève la main, toute contente:

    - Mustacchi (1)! fait-elle.

    La prof lève un sourcil étonné:

    - Ah non, dit-elle, non non! Tu confonds avec le mot français...

    - C'est dans Mozart! riposte l'Adrienne. C'est dans "Così fan tutte"!

    - C'est possible, dit la prof un peu sèchement, mais en italien, moustache se dit "baffi".

    Non siate ritrosi, occhietti vezzosi,
    Due lampi amorosi vibrate un po quà.
    Felici rendeteci, amate con noi,
    E noi felicissime faremo anche voi.
    Guardate, toccate, il tutto osservate;
    Siam due cari matti,
    siam forti e ben fatti, 
    E come ognun vede,
    sia merto, sia caso,
    Abbiamo bel piede,
    bell'occhio, bel naso,
    Guardate bel piede, osservate bell'occhio,
    Toccate bel naso, il tutto osservate:
    E questi mustacchi chiamare si possono
    Trionfi degli uomini, pennacchi d'amor,
    Trionfi, pennacchi, mustacchi!

    (1) se prononce comme Moustaki, sauf pour l'accent tonique, évidemment  wink 

    ***

    semaine 20 chez Le Hibou

    thème: moustache

  • H comme horrible

    lalicorne17.3.jpg

    De l'horrible danger de la lecture...

    ***

    jeu 17 chez La Licorne

    (le texte illustrant une photo choisie
    doit comporter un titre célèbre)

    et

    semaine 19 chez Le Hibou

    (thème doublement illustré:
    monument de pierre et monument littéraire)

    ***

    et pour ceux qui voudraient relire ce toujours fringant Voltaire...

  • Adrienne gratte

    L'Adrienne est têtue, c'est là son moindre défaut.

    Il y a deux ans, elle a acquis une maison que les propriétaires précédents avaient entièrement peinte en beige. A l'extérieur comme à l'intérieur: cuisine beige, des murs au plafond, et vinyl beige cachant le carrelage, salon beige avec moquette beige, bureau beige, couloir beige, portes beige...

    Depuis deux ans, l'Adrienne s'acharne à gratter pour retrouver le bleu des faïences:

    augustus 2013 (8) - kopie.JPG

    la situation en août 2013

     augustus 2013 (7) - kopie.JPG

    c'est à peine mieux aujourd'hui: la peinture est tenace

    juni 2013 (16) - kopie.JPG

    sous la moquette, la plage

    cool

    pour le projet Hibou

     https://hibou756.wordpress.com/portfolio/52hibou-2016-suj...

     thème 18 - peinture

  • V comme Vends maison de famille

    "Le bonheur est dans le pré, cours-y vite, cours-y vite" ... Chaque vers était écrit de plus en plus gros, jusqu'au dernier, "IL A FILÉ", qui éclaboussait la feuille comme pour se moquer du lecteur trop lent à qui le bonheur venait d'échapper." 

    François-Guillaume Lorrain, Vends maison de famille, Flammarion 2016, p.12

    La maison normande, qui suinte l'humidité et où toute l'activité se concentre dans le jardin potager et fruitier, c'est le bonheur du père. Chaque week-end, il y emmène son épouse et ses deux enfants, qui ont été embrigadés dès leur plus jeune âge pour réaliser un rêve qui n'est pas le leur: vivre en autarcie.

    Le dimanche soir, on rentre à Paris épuisés, la voiture chargée de fruits et de légumes. On finira par élever aussi des poules, des moutons. Qu'il faudra tuer. C'est un travail d'homme, même si l'homme n'est encore qu'un enfant. 

    Un enfant isolé qui, au fil des week-ends et des vacances à travailler sous la dure férule d'un père exigeant, peu aimant, aux colères et aux punitions terribles, rêve d'une autre vie, rêve d'avoir le temps d'aller voir un film au cinéma, de lire un livre, d'avoir un moment de liberté. 

    "Oui, je voulais bazarder cette maison. J'avais mes raisons. Autrement dit: des souvenirs. Le mercredi à treize heures, mon père venait me cueillir à la sortie du collège et je m'affalais sur la banquette arrière, fait comme un rat. Au loin, mes camarades s'en allaient jouer au foot, flirter avec les filles, profiter de l'après-midi. J'étais le rat des villes qu'on kidnappe pour l'emmener à la campagne. Sans doute cela ne lui effleurait-il pas l'esprit que j'en étais malheureux." (p.23)

    Quand l'histoire commence, le narrateur est adulte et vit à l'étranger, le plus loin possible de cette maison de campagne que sa mère a gardée et continue à entretenir seule depuis la mort du père.

    "C'était moi, bien sûr, qui aurais dû m'atteler à cette tâche. Mais depuis plus de deux décennies, je croisais au large, loin de la France, toujours en pointillé. J'étais le bon à rien. A peine arrivé et déjà prêt à repartir, tout juste capable, pour la soulager, de scier une grosse branche ou de porter quelques bûches." (p.11)

    Jusqu'au jour où elle fait une chute et se casse le col du fémur: elle sait que son fils voudra vendre la maison et lui envoie un album photo. 

    Au fil des pages de cet album, le narrateur va découvrir d'autres facettes que ce qu'il a gardé en mémoire depuis l'enfance. Et au-delà des souvenirs pénibles, il va comprendre certaines choses concernant les motivations de son père et son attitude envers sa famille.

    Le livre réussit donc ce double défi: faire resurgir un passé douloureux sans tomber dans l'amertume et les rancœurs. 

    Je le recommande smile 

    Je pense que chacun est comme le narrateur "un adulte irradié par son enfance" et que ce qui est valable pour lui (ou moi) l'est pour tous: "La pile enfouie en moi continuait à émettre ses ondes radioactives."  

    livre,lecture,lecteur,hibou,souvenir d'enfance,maison

    source de la photo: 

    http://editions.flammarion.com/Albums_Detail.cfm?ID=49336&levelCode=litterature 

    *** 

    pour le projet Hibou

     https://hibou756.wordpress.com/portfolio/52hibou-2016-suj...

     thème 17 - jardinage