italie

  • O comme Occidentali's Karma

    C'est la chanson qui a gagné au festival de San Remo 2017 et qui représentera l'Italie à l'Eurovision. 

    Francesco Gabbani surfe sur la vague (ou la vogue) qui séduit toute une génération - je le vois assez chez les jeunes et même les moins jeunes qui m'entourent - les bâtonnets d'encens, les sushis, le yoga, la zen-attitude... tout ça mélangé à quelques slogans du monde occidental, depuis le "Panta rhei" des Anciens jusqu'au Singing in the rain... 

    Le singe nu danse 

    la scimmia nuda balla 

    et internet est l'opium du pauvre 

    oppio dei poveri

     

    ***

    sur les forums, beaucoup d'Italiens se demandent pourquoi tant d'étrangers regardent cette vidéo et lui donnent des "like" et des commentaires positifs alors qu'eux-mêmes trouvent le texte assez nul tongue-out

    "assurdo come gli stranieri apprezzino una canzone italiana. . . Non ho visto commenti positivi da italiani. . . forse perché la canzone fa REALMENTE schifo?" (c'est absurde que les étrangers apprécient une chanson italienne. Je n'ai pas vu de commentaires positifs d'Italiens, peut-être parce que la chanson est vraiment nulle)

    la réponse se trouve sans doute dans les commentaires en anglais-polonais-islandais-bosniaque-espagnol qui disent qu'ils ne comprennent rien aux paroles mais donnent 10/10 à la chanson tongue-out

    "I learn to sing this song on italian,even i dont understand a single word,i mean i saw a translation on english but this sounds amazing,1000000 voices from Bosnia goes to Francesko and this masterpiece." (sic) 

    Italy, twelve points? 

     

  • 7 fois 7

    C'est finalement une tout autre cafetière italienne que l'Adrienne s'est offerte fin mai dernier, à l’occasion de son anniversaire. 

    DSCI3274.JPG

    Remarquez l'embout à gauche: la vapeur qu'il produit doit métamorphoser le lait en une mousse légère pour le cappuccino. Voilà ce qui a définitivement fait pencher la balance en faveur de cet article-ci, à peine plus cher que la Bialetti dont on parlait hier et pour lequel le choix du format, du modèle, de la couleur... ne se posait pas. 

    ***

    Contrairement à ses habitudes, l'Adrienne s'est astreinte à lire de bout en bout le mode d'emploi - qui heureusement n'est pas très épais - puis à suivre scrupuleusement toutes les étapes de la fabrication de la mousse de lait: la notice recommande le lait demi-écrémé bien froid, on dose la bonne quantité (100 ml), on attend que les lampes rouge et verte s'allument, on évacue un premier jet de vapeur jusqu'à ce qu'il n'en sorte plus d'eau, on introduit l'embout dans le lait etc. etc.

    DSCI3275.JPG

    Hélas, ça foire à tous les coups. 

    D'abord on ne comprend pas pourquoi le lait ne se change pas en mousse. Au contraire, il se met à bouillir et à gicler sur la nouvelle machine, les murs et tout le reste, y compris sur l'Adrienne. 

    *** 

    Puis on finit par résoudre le mystère: les 100 ml de départ ont doublé de volume tout en restant liquides, d'où on peut conclure que de cet embout, il ne sort pas que de la vapeur, mais aussi de l'eau. 

    Bref, ce n'est pas demain que l'Adrienne pourra offrir un cappuccino à sa mère, à qui elle avait annoncé toute fière: 

    - Dès que je réussis à faire un vrai cappuccino, je t'invite! 

    DSCI3276.JPG

    Sur les sept fois sept tentatives, voici le seul qui donne un peu l'illusion de ressembler à un cappuccino, mais c'est surtout grâce à son cacao tongue-out

     

     

  • E comme expert

    Certains se souviendront peut-être en quels termes dithyrambiques l'Adrienne avait décidé que la cafetière italienne était l'ustensile qu'il lui fallait en remplacement de son percolateur? 

    cafetière.jpg

    dessin de Guillaume Long sur son blog

    Elle s'est donc rendue à Bruxelles dans un magasin spécialisé avec la ferme intention d'en rapporter un précieux exemplaire à la maison. 

    Malheureusement, ces cafetières étaient présentées en divers modèles (du plus classique au plus design), en plusieurs coloris (tons neutres, tons vifs, tons pastels) et bien sûr en différents formats, de sorte que l'Adrienne, après avoir passé une grosse demi-heure à comparer tailles, prix, modèles et couleurs... est ressortie du magasin sans avoir pu se décider. 

    Elle comprend bien, à présent, ce qu'ont dû ressentir ses amis roumains la première fois qu'ils étaient en Belgique, juste après la chute de leur Conducator, et qu'ils ont été confrontés à des hypermarchés où le choix d'un simple yaourt demande l'examen d'un rayonnage de plusieurs mètres sur quatre étages. 

     

  • V comme Voglio una casa

    Voglio una casa, la voglio bella / Je veux une maison, je la veux belle
    Piena di luce come una stella / Pleine de lumière comme une étoile
    Piena di sole e di fortuna / Pleine de soleil et de bonheur
    E sopra il tetto spunti la luna / Et par-dessus le toit se lève la lune
    Piena di riso, piena di pianto / Pleine de rires, pleine de pleurs
    Casa ti sogno, ti sogno tanto / Maison de rêve, je te rêve tant
    Dididindi, Dididindi...

    Voglio una casa, per tanta gente / Je veux une maison pour beaucoup de gens
    La voglio solida ed accogliente, / Je la veux solide et accueillante,
    Robusta e calda, semplice e vera / Solide et chaleureuse, simple et vraie
    Per farci musica matina e sera / Pour y faire de la musique soir et matin
    E la poesia abbia il suo letto / Et que la poésie y ait son lit
    Voglio abitare sotto a quel tetto. / Je veux habiter sous ce toit.
    Dididindi, Dididindi...

    Voglio ogni casa, che sia abitata / Je veux que chaque maison soit habitée
    E più nessuno dorma per strada / Que plus personne ne dorme dans la rue
    Come un cane a mendicare / A mendier comme un chien
    Perchè non ha più dove andare / Parce qu'il n'a plus où aller
    Come una bestia trattato a sputi / Traité avec mépris comme une bête
    E mai nessuno, nessuno lo aiuti. / Sans que personne jamais ne l'aide.
    Dididindi, Dididindi...

    Voglio una casa per i ragazzi, / Je veux une maison pour les jeunes
    che non sanno mai dove incontrarsi / Qui ne savent pas où se rencontrer
    e per i vecchi, case capienti / Et pour les vieux, de grandes maisons
    che possano vivere con i parenti / Où ils puissent vivre avec la famille
    case non care, per le famiglie / Des maisons pas chères pour les familles
    e che ci nascano figli e figlie. / Et qu'y naissent des fils et des filles.
    Dididindi, Dididindi...

    source du texte / traduction de l'Adrienne

  • Stupeur et tremblements vénitiens

    C'est un petit ouvrage d'à peine 58 pages dans sa version italienne qui paraît ce mois-ci en traduction française https://diacritik.com/2016/05/18/roberto-ferrucci-venise-est-lagune-venezia-e-laguna/  

    Venezia non è una città di mare. Venezia è laguna.

    Venise n'est pas une cité de la mer. Venise est lagune.

    I veneziani che escono in barca, si aggirano per le sue fragili e bellissime acque verdi, raramente escono a fendere quelle azzurre dell’alto Adriatico. È questo il paradosso enorme di quell’assurdo dibattito su grandi navi sì, grandi navi no. La laguna non è mare. Anche e soprattutto per questo il resto del mondo sa che la risposta a quel falso dilemma è NO.

    Les Vénitiens qui sortent en bateau et se déplacent sur leurs merveilleuses et fragiles eaux vertes, vont rarement jusqu'à celles toutes bleues du haut Adriatique. Voilà le paradoxe énorme de cet absurde débat à propos des grands paquebots oui, grands paquebots non. La lagune n'est pas une mer. C'est aussi et surtout pour cette raison que le reste du monde sait que la réponse à ce faux dilemme est NON.

    E forse oggi Venezia è in mano a qualcuno che la vuole trasformare in un grande contenitore commerciale, di consumo. […] Solo se si ritornerà a pensarla e a rispettarla come città di laguna, accettando la sua preziosa e unica fragilità, Venezia potrà continuare a essere la città più bella e amata al mondo.

    Et aujourd'hui peut-être Venise se trouve entre les mains de celui qui veut la transformer en un haut lieu de commerce et de consommation. [...] Ce n'est qu'en la repensant et respectant comme ville lagunaire, en acceptant sa fragilité unique et précieuse, qu'on pourra la garder comme la ville la plus belle et la plus aimée au monde.

    Le polveri sottili che una grande nave rilascia nell’aria sono l’equivalente di quattordicimila automobili circolanti in un giorno. Un ecomostro in movimento che avanza lento verso il bacino di San Marco. […] Centomila tonnellate d’acciaio che solcano le gracili acque della laguna, milioni di chili che fanno sussultare le pietre di Venezia […] ma lasciano apparentemente intatta l’acqua attorno a loro. […] Salvo che poi, eccolo, qualche minuto dopo, l’effetto risucchio e pistone […] senti all’improvviso la terra sotto ai tuoi piedi agitarsi come fosse preda di una mareggiata […] devastanti sul lungo periodo per le rive e le fondamenta di Venezia. 

    Les particules fines émises par un paquebot sont l'équivalent de 14000 voitures circulant une journée. Un monstre écologique en mouvement qui s'avance lentement vers Saint-Marc. [...] Cent mille tonnes d'acier qui rident les eaux fragiles de la lagune, des millions de kilos qui font tressauter les pierres de Venise [...] mais laissent l'eau tout autour en apparence intacte. [...] Sauf qu'après quelques minutes, par l'effet de remous, tu sens tout à coup la terre s'agiter sous tes pieds, comme en proie à une tempête [...] dévastant les rives et les quais (ou fondations) de Venise.

    Les extraits viennent d'ici http://www.michelecatozzi.it/2015/12/28/venezia-e-laguna-un-pamphlet-contro-le-grandi-navi/ (c'est moi qui ai traduit).

    Des photos absolument sidérantes de ces paquebots géants qui frôlent les rives et les quais de Venise: Are these giant cruise ships destroying Venice?

    venezia.jpg

    photo prise du blog de l'auteur, Roberto Ferrucci: son livre s'inscrit dans la liste des cris d'alarme lancés ici et là.

    venezia2.jpg

    le même triste débat dans un film documentaire allemand de 2012

  • C comme café

    Ce sont les voyages en Italie qui ont fait que l'Adrienne, buveuse exclusive de thé, a découvert la saveur du café. 

    Découvert et pas redécouvert, car il n'a rien de comparable au café au lait qu'elle a bu chez sa grand-mère pendant toute son enfance, dans les grandes tasses Boch Frères à motifs bleus. 

    L'Homme raillait "la chaude eau" (1) et ne buvait que du café pour lequel il avait un percolateur. L'Adrienne a toujours trouvé le breuvage qui en sortait de qualité plutôt médiocre, même le plus fin des maragogype ne pouvait la convaincre de lâcher ses merveilleux thés de chez Fortnum & Mason.

    C'est la raison pour laquelle, suite à ses séjours chez des amis pourvus d'une magnifique machine à espresso, elle a commencé à rêver d'investir dans du beau matériel. 

    Non pas les dosettes et autres capsules vantées par des acteurs américains mais le fin du fin made in Italy qui coûte malheureusement dix fois plus.

    Et qui encombre aussi beaucoup plus. 

    Elle a failli se l'offrir à Noël. A reculé devant le prix et le volume de l'appareil. Puis elle a vu ceci:  

    café - kopie.jpg

    http://long.blog.lemonde.fr/2009/11/11/pause-cafe-premiere-partie/

    Encombrement zéro, prix dérisoire, utilisation d'une extrême facilité (2), entretien simplissime, aucune panne à craindre... et surtout, elle fait, selon Guillaume Long, le meilleur des cafés. café2 - kopie.gif

    café3 - kopie.gif

    café3 - kopie (2).gif

    http://long.blog.lemonde.fr/2009/11/12/pause-cafe-seconde-partie/

     

    Reste à trouver une boutique où ça se vend cool

    ***

    (1) voir Astérix chez les Bretons

    (2) l'Adrienne est une analphabète des modes d'emploi

  • T comme trofiette

    Parfois, il faut vraiment se forcer. Vraiment se dire: "OK, j'y vais!". Vraiment se décider à pousser la porte et à entrer.

    Toute seule.

    Dans un bon restaurant, où chacun est installé avec sa chacune.

    déc 26 (16) - kopie.JPG

    Après quoi, le plus gros du travail est fait. Il ne s'agit plus que de lire le menu et de passer sa commande en essayant de ne pas voir les regards curieux de chacun avec sa chacune quand ils sont en manque de conversation.

    déc 26 (17) - kopie.JPG

    Choisir des coquilles Saint-Jacques en entrée et des trofiette. Les déguster avec un verre de vin blanc dans lequel une mouche vient apprendre à nager.

    Une mouche fin décembre, voilà un des dommages collatéraux quand il ne gèle plus tongue-out

  • Adrienne aime les arbres

    A Turin aussi, les arbres ont été dûment photographiés Cool

    Torino 2015-1 006 - kopie.JPG

    D'abord, un magnifique camélia, piazza Carlo Alberto

    Torino 2015-5 004 - kopie.JPG

    puis les ors de l'automne, piazza Cavour

    Torino 2015-5 005 - kopie.JPG

    enfin, en allant vers le Po

    Torino 2015-5 010 - kopie.JPG

    le beau rouge de la vigne vierge sur le pont Umberto I

    Torino 2015-5 012 - kopie.JPG

    encore des canoteurs

    Torino 2015-5 014 - kopie.JPG

    et l'étonnement d'être la seule dans ce beau cadre

    Torino 2015-5 015 - kopie.JPG

    si romantique Langue tirée

    Torino 2015-5 016 - kopie.JPG

  • T comme truffes

    Une amie chère au cœur de l'Adrienne s'est fait un devoir de la secouer un peu.

    Il était temps que quelqu'un le fasse de cette façon.

    D'autres amies bien intentionnées lui avaient bien sûr également prodigué force conseil. Mais peu d'entre eux étaient applicables, quand on est fait comme l'Adrienne.

    Depuis la mi-novembre, elle ne "se laisse plus dessécher" et veille à manger quelque chose de mieux que ses sempiternels "pain-fromage-crudité".

    Quand elle n'a ni le temps ni l'envie de cuisiner - ce qui est souvent le cas depuis environ deux ans - elle passe chez le traiteur italien et là... mamma mia! elle s'offre des spighe al tartufo ou une caille farcie à la truffe ou une sauce à la truffe.

    Ne lui dites pas que ce n'est pas la saison des truffes: elle le sait tongue-out

    tartufo.jpg

    c'est décidé, la prochaine fois elle prendra les lasagne d'aubergine ou de courgette
    (et une petite bouteille d'huile d'olive parfumée à la truffe) cool

    ***

    MERCI

    aux amies bien intentionnées

    et aux traiteurs italiens

  • P comme Po

    Finalement, ce qu'il y a eu de plus beau à ce séjour turinois, c'est la balade sur les rives du Po Cool

    Torino 2015-5 006 - kopie.JPG

    c'était un jeudi après-midi

    Torino 2015-5 007 - kopie.JPG

    par ciel bleu

    Torino 2015-5 008 - kopie.JPG

    j'ai traversé le pont Umberto I

    Torino 2015-5 011 - kopie.JPG

    il y avait très peu de promeneurs

    Torino 2015-5 013 - kopie.JPG

    mais les canoteurs se bousculaient

    Torino 2015-5 017 - kopie.JPG

    c'était le moment idéal pour admirer les feux de l'automne

    Torino 2015-5 019 - kopie.JPG

     toute cette beauté juste à côté de la ville

  • L comme longtemps je me suis...

    Longtemps, je me suis baladée dans le centre de la ville.

    Torino 2015-1 012 - kopie.JPG

    l'ombre de l'église San Lorenzo se profile sur la façade du Palazzo reale, 
    dimanche 1er novembre 

    Longtemps, je me suis demandé quelle photo prendre pour illustrer le thème de "l'ombre".

    Et ce n'est que rentrée chez moi que j'ai aperçu que celle-ci en comportait une qui faisait sens cool.

    Pour les fans de Guarino Guarini, voici le lien vers le site de l'église San Lorenzo, son oeuvre: http://www.sanlorenzo.torino.it/

    ***

    Et le titre?

    C'était juste pour faire peur à Walrus

    tongue-out

    ***

    pour le projet 52 de Ma' - thème: ombre

    http://manuelles.canalblog.com/tag/projet%2052

  • K comme Konrad

    - Je m'appelle Konrad, nous dit-il. Avec un K.

    Et il ajoute, comme s'il fallait s'en excuser:

    - Je suis Suisse allemand.

    Personne ne sait quoi lui répondre. Faut-il le consoler ou le congratuler?

    C'est lui qui fournit la réponse, en répétant un certain nombre de fois, au cours de la semaine:

    - Faut m'excuser, je suis Suisse allemand.

    De quoi, ce n'est pas clair, mais la Belge comprend tongue-out.

    Il est prof, comme moi. De langues germaniques (faut l'excuser).

    ***

    A la fin de la semaine, au moment des adieux, je dis à Konrad:

    - Toi, tu restes, tu as quinze jours de congés scolaires, en Suisse?

    Il a eu dans le regard cette ombre reconnaissable entre profs fatigués:

    - Je reste six mois, dit-il. J'ai pris un congé sans solde.

    On acquiesce. On comprend.

    - Je ne gagne pas un sou, mais ce break, j'en ai vraiment besoin.

    Torino 2015 - 2 010 - kopie.JPG

    photo prise à Turin au musée du cinéma

  • J comme jardin

    A l'arrière du palazzo Madama on peut encore parfaitement voir la construction qui date du moyen âge, en briques rouges, avec ses deux tours de garde. C'est là aussi qu'on a reconstitué le "jardin médiéval", dont voici le plan:

    Torino 2015-4 015 - kopie.JPG

    C'est tout mimi et entretenu par des bénévoles. En les voyant balayer les trois feuilles tombées sur une minuscule pelouse, je me suis dit que moi aussi, si j'étais torinese, je porterais leur badge et je gratterais la terre...

    Torino 2015-4 012 - kopie.JPG

    les carrés de potager sont entourés de claies d'osier

    Torino 2015-4 013 - kopie.JPG

    les tours très imposantes "écrasent" le jardinet

    Torino 2015-4 014 - kopie.JPG

    le jardin de ruines, voir à gauche du plan ci-dessus

    Torino 2015-4 016 - kopie.JPG

    le "potager"

    Torino 2015-4 017 - kopie.JPG

    le "jardin du prince", avec fontaine et berceau de roses blanches simples, très parfumées.
    (voir à droite sur le plan)

  • I comme illuminations

    Un beau projet ayant comme nom "Luci d'artista", Lumières d'artiste, rendait les artères principales de la ville particulièrement agréables dès le coucher du soleil, c'est-à-dire déjà à 17.30 h.

    Torino 2015-1 021 - kopie.JPG

    via Roma, Planetario

    Torino 2015-1 022 - kopie.JPG

    piazza San Carlo, Regno dei fiori: nido cosmico de tutte le anime

    Torino 2015-5 022 - kopie.JPG

    Galleria Subalpina, Migrazione

    Torino 2015-5 026 - kopie.JPG

    via Accademia delle Scienze, Ancora una volta

    Torino 2015-5 029 - kopie.JPG

    via Pietro Micca et via Cernaia, Volo su...

     Torino 2015-5 030 - kopie.JPG

    via Garibaldi, Lui e l'arte di andare nel bosco

    Torino 2015-5 031 - kopie.JPG

    une longue histoire que je n'ai pas lue jusqu'au bout

    Torino 2015-5 032 - kopie.JPG

    parce qu'elle m'aurait valu un torticolis

    Torino 2015-5 033 - kopie.JPG

    piazza Palazzo di Città, My noon

    Torino 2015-5 034 - kopie.JPG

    via San Francesco d'Assisi, Il Mito

    ***

    Les illuminations seront encore visibles jusqu'au 10 janvier

    Toute l'info ici:

    http://www.contemporarytorinopiemonte.it/

  • H comme hyperbole

    Tout est grand, tout est immense, tout se doit d'être à la hauteur du passé royal de la ville.

    La plupart des cages d'escaliers - même celles d'un "simple" condominio comme celui où était situé mon B&B - respirent cet air de faste et de grandeur et montrent bien que l'espace, rare et cher dans une ville aussi surpeuplée, est un véritable luxe depuis des siècles.

     Torino 2015-4 006 - kopie.JPG

      une des volées d'escaliers du Museo Egizio

    Torino 2015-4 026 - kopie.JPG

    une de celles du palazzo Madama

    Torino 2015-4 027 - kopie.JPG

    escaliers qui ne mènent à "rien", si ce n'est à un balcon donnant sur la place et à la grande salle dite "du Sénat"
    (qui ne l'a été que pendant 3 ans, de 1861 à 1864)

    Torino 2015-4 018 - kopie.JPG

    bref, un bel endroit pour y boire un cappuccino
    (même pas plus cher qu'ailleurs)

    Torino 2015-4 023 - kopie.JPG

    et on y est tout seul!

    (ils sont fous ces Turinois Langue tirée)

  • F comme fer forgé

    Torino 2015-1 011 - kopie.JPG

    Palazzo Madama

    Torino 2015-4 003 - kopie.JPG

    via dei Mercanti
    (immeuble particulier)

    Torino 2015-4 007 - kopie.JPG

    Museo Egizio

    ***

    trois exemples parmi des centaines d'autres

     

  • 7 notes de musique

    Torino 2015-3 007 - kopie.JPG

    photo prise à Turin lundi dernier 

    (remarquez le petit chat Sourire)

    ***

    pour le projet 52 de Ma' - thème: musique

    http://manuelles.canalblog.com/tag/projet%2052

  • D comme décor

    Quand on se promène dans une ville italienne, surtout dans la moitié nord du pays, on ne peut s'empêcher de penser que le décor - ou le décorum - est une notion réellement essentielle.

    Derrière d'imposantes façades se trouvent de vastes cours intérieures et des cages d'escaliers mènent à une multitude d'appartements. Si on en franchit la porte, on peut constater qu'à l'intérieur également, le décor est riche, "baroquisant", surchargé.

    Torino 2015-1 005 - kopie.JPG

    une des nombreuses cours intérieures de la via Carlo Alberto
    (avec de gros pavés sur lesquels, dès six heures et demie du matin, les "portiere" font rouler à grand fracas d'énormes poubelles)

    Torino 2015-3 001 - kopie.JPG

    splendeurs un peu fanées des galeries si on les regarde de plus près

    Torino 2015-3 008 - kopie.JPG

    les étages supérieurs du bâtiment d'en face
    (tous se ressemblent tellement qu'au bout de trois jours je passe encore devant la porte de mon B&B sans m'en rendre compte, et je dois revenir sur mes pas... ou j'essaie d'introduire la clé dans la serrure d'une autre porte)

     Torino 2015-3 009 - kopie.JPG

    carrelages somptueux, meubles ouvragés, cadres en bois doré sur tous les murs et grands lustres à pendeloques de cristal... ou en verre de Murano, comme dans ma chambre:

    Torino 2015-3 010 - kopie.JPG

    Mais c'est à la nuit tombée que le décor prend vraiment toute sa glorieuse importance

    Torino 2015-1 021 - kopie.JPG

     

  • B comme bellissimo!

    "Bellissimo!" s'exclament jeunes et vieux qui se pressent en ce dimanche après-midi dans le palazzo reale, dont tous les salons sont plus rouge et or les uns que les autres.

    Torino 2015-1 013 - kopie.JPG

    A l'entrée de la salle de bal, il y a la foule: on fait la queue pour s'offrir un selfie. Des couples se proposent gentiment de se prendre en photo les uns les autres.

    Torino 2015-1 014 - kopie.JPG

    Ce qui attire le plus l'Adrienne, dans ce sombre palais où l’œil ne peut se reposer nulle part tant chaque centimètre carré est surchargé de décoration, c'est la vue sur les jardins.

    Torino 2015-1 015 - kopie.JPG

    Le parc aussi est "bellissimo" sous ses couleurs automnales et de chaque fenêtre la vue est différente:

    Torino 2015-1 016 - kopie.JPG

    Dans la suite du parcours, c'est au tour des enfants d'être émerveillés par les chevaux, les armures et le panache de la scuderia.

    Torino 2015-1 017 - kopie.JPG

    "Non toccare!" répètent les gardiens d'un ton sévère dès qu'une main enfantine se tend pour toucher la patte d'un cheval.

    Torino 2015-1 018 - kopie.JPG

    je crois qu'il faut être Italien pour oser se promener avec des plumes roses

    Et c'est vrai que c'est bien tentant. Voyez celui-ci, et dites si vous n'auriez pas eu envie de vérifier la douceur de son poil:

    Torino 2015-1 019 - kopie.JPG

    toutes les photos ont été prises à Turin le 1er novembre 2015

  • Première fois

    S'il n'y a pas de grèves

    pas d'accidents

    pas de défaillances techniques de quelque ordre que ce soit

    l'Adrienne cet avant-midi est en route pour Turin

    pour sa toute première découverte de la capitale du Piémont et du slow-food.

    Les cinq jours qu'elle y passera seront trop courts pour en voir toutes les beautés et y déguster toutes les spécialités

    mais ce sera une raison d'y retourner.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Turin

    Un ticket est déjà pris pour mercredi:

     museo egizio.jpg

    « Museo Egizio di Torino-631 o » par Tim Adams — worldisround.com. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Museo_Egizio_di_Torino-631_o.jpg#/media/File:Museo_Egizio_di_Torino-631_o.jpg

     

  • V comme voleur

    Marcus a arrêté son cheval à l'ombre d'un bosquet qui pépie de chants d'oiseaux. En sautant à terre, il voit que le chien est toujours là. Il n'a servi à rien de galoper, cette bête l'a suivi malgré tout. Il flatte la tête de son cheval. Son cou, tout son corps est en sueur. Il l'attache à un arbre. L’animal commence tout de suite à manger quelques feuilles des branches les plus basses d’un châtaignier. De temps en temps, il s'arrête, l'oreille tendue, nerveux, tout le corps parcouru de frissons.

    La veille encore, Marcus peignait un tableau dont il pensait qu'il serait son chef-d’œuvre. Finies les petites scènes de famille, terminés les portraits de notables et d'enfançons au grand col de dentelle de Malines. Il s'était mis à la création, mûrement réfléchie et préparée par de nombreuses études et esquisses, d'une vaste fresque mythologique. Il avait dépensé une petite fortune pour acquérir les panneaux de tilleul nécessaires à sa réalisation.

    Il se souvient de l’arrivée de l'Italien, voilà à peine deux mois. Il ne s'est pas tout de suite méfié, il avait même cru qu'ils pourraient s'échanger leurs arts, apprendre l'un de l'autre. Mais c'est lui qui a tout donné et l'Italien qui a tout pris. Marcus ne s'en était pas tout de suite rendu compte. Il sait, à présent, que c'est grâce à lui que le Florentin a acquis la maîtrise de la peinture à l'huile, des enduits, des vernis, des fins glacis qui captent la lumière...

    C'est la veille seulement qu'il a tout compris. Le rose aux joues de la duchesse, son trouble, ses émois, ses regards à la dérobée n'étaient plus pour lui.

    Il ne sait pas laquelle des deux trahisons lui cause le plus de douleur.

    Solidement attachés aux flancs de son cheval, les panneaux, les esquisses, les précieuses eaux-fortes.

    Il paraît qu’à Urbino aussi on aime la peinture flamande.

     fiction,peinture

    Urbino, palazzo, juillet 2011

  • Adrienne en bateau

     bricabook153.jpg

    © Kot

    http://www.bricabook.fr/2015/01/atelier-decriture-une-photo-quelques-mots-153e/

    L'Adrienne a soigneusement choisi ce lieu de villégiature pour son petit port de mer. Depuis toujours, les voyages en bateau la font rêver.

    L’excursion est prévue pour le dimanche matin. Elle s’en réjouit à l’avance et tient à être la première sur le quai, quitte à attendre une demi-heure l’ouverture du petit guichet. Au moins, elle sera assurée d’avoir une place. Les bateaux ne sont pas grands, et il n’y en a que deux.

    Le dimanche matin, le quai est désert et la mer étale. Quand la baraquette s’ouvre enfin, elle s’avance, le portefeuille à la main.

    - Les bateaux ne sortiront pas, aujourd’hui, lui dit un homme après l'avoir laissée poireauter dix minutes sous prétexte qu'il déguste un croissant à la crème.

    - Ils ne sortiront pas ? Et pourquoi pas ?

    - La mer est trop agitée, fait-il en se servant le reste du café de sa thermos.

    De son autre main, il a un geste vague vers la surface de l’eau où on ne repère même pas une vaguelette.

    Son café bu, il referme le cadenas de la baraquette.

  • G comme grande bellezza

    Roma 2014 dag 5 (2) - kopie.JPG

    il chiostro di Bramante

    Roma 2014 dag 5 (4) - kopie.JPG

    il palazzo Altemps

    Roma 2014 dag 5 (6) - kopie.JPG

    Roma 2014 dag 5 (8) - kopie.JPG

    Roma 2014 dag 5 (13) - kopie.JPG

    Castel Sant'Angelo

    Roma 2014 dag 6 (5) - kopie.JPG

    Terme di Diocleziano - chiostro

  • E comme extrêmement Rome

    Extrêmement files et queues

    Roma 2014 dag 1 (6) - kopie.JPG

     le dimanche matin al Quirinale et l'après-midi à San Pietro

    Roma 2014 dag 1 (11) - kopie.JPG

     Extrêmement cinéma, toutes les salles de classe
    et depuis l'annonce de l'oscar
    toutes les vitrines des libraires
    toutes les émissions à la télé
    toutes les conversations
    "La grande bellezza"

    Roma 2014 dag 2 (6) - kopie.JPG

     Extrêmement a room with a view
    que ce soit à droite

    Roma 2014 dag 1 (7) - kopie.JPG

    ou à gauche

    Roma 2014 dag 1 (8) - kopie.JPG

    Extrêmement cappuccino "fai da te" Cool

    Roma 2014 dag 3 (5) - kopie.JPG

     

  • D comme droit, devoir ou désir d'oubli

    Ai-je le droit d'oublier le nom de mes anciens élèves? d'oublier quelles études supérieures ils ont entreprises, abandonnées ou réussies? d'oublier s'ils sont encore en couple ou déjà divorcés? parents d'une fille ou d'un garçon? 

    Depuis que j'ai beaucoup de rides et quelques cheveux gris, il me plaît d'exagérer ma vieillesse: elle a bon dos.

    - Tu m'excuseras si je ne me souviens pas de ce que tu as fait comme études, avec l'âge ma mémoire ne s'arrange pas...

    Alors ils me le pardonnent bien volontiers:

    - Ah! mais c'est normal, ça vous fait tout de même une centaine délèves par an, vous ne pouvez pas tout retenir!

    J'ai donc le droit d'oublier.

    ***

    Pour d'autres choses, il me semble que j'ai le devoir d'oublier. Oublier l'offense de celui qui s'en repent. Oublier le mal fait involontairement. Oublier leurs erreurs de jeunesse, leurs maladresses, leurs fautes d'inattention. 

    C'est assez facile à faire, contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes:

    - Vous vous souvenez sûrement de moi, Madame! Avec toutes les bêtises que j'ai faites!

    Et bien non. Je peux très bien me souvenir de l'enfant sage et avoir complètement oublié le garnement. Il n'y a pas de règle pour cet oubli-là, pas de loi, ou alors de très mystérieuses relations de cause à effet.

    ***

    Mais surtout, il y a tant de choses pour lesquelles j'ai le désir d'oublier. Oublier les blessures d'enfance. Oublier les mots qui font mal. Oublier.

    Il n'y a rien de plus difficile.

     Roma 2014 dag 3 (4) - kopie.JPG

    mais quand je suis à Rome
    il y a une chose que je n'oublie jamais
    c'est d'entrer au Panthéon
    et d'y prendre cette photo-là
    Bisou

     Le droit d'oublier
    est le sujet de la semaine
    aux Impromptus littéraires
    (mais je n'ai pas envoyé ma participation)

  • B comme balade romaine

    Roma 2014 dag 1 (13) - kopie.JPG

    Dimanche après-midi
    monter vers le Gianicolo
    par la via Garibaldi

    Roma 2014 dag 1 (14) - kopie.JPG

    Arriver en haut
    et avoir une vue sur Rome

    Roma 2014 dag 1 (15) - kopie.JPG

    Se balader
    parmi les joggers
    et les promeneurs de chiens

    Roma 2014 dag 1 (18) - kopie.JPG

     La pluie a cessé
    le soleil se montre
    et les premières fleurs aussi

    Roma 2014 dag 1 (19) - kopie.JPG

    Avoir envie
    de prendre en photo
    tous les arbres

    Roma 2014 dag 1 (20) - kopie.JPG

     toutes les échappées sur la ville 

    Roma 2014 dag 1 (21) - kopie.JPG

     et tous les marbres "recyclés"

    Roma 2014 dag 1 (22) - kopie.JPG

    Puis se perdre un peu
    dans les méandres de l'énorme parc
    et arriver à la villa Pamphili

    Roma 2014 dag 1 (24) - kopie.JPG

    ses magnolias

    Roma 2014 dag 1 (23) - kopie.JPG

    et ses citronniers sous emballage

    Roma 2014 dag 1 (26) - kopie.JPG

     Revenir par la via Aurelia Antica
    et manquer se faire écraser cinq fois
    avant de retrouver la Porta San Pancrazio
    et un arrêt de bus.

     

  • Adrienne est en vacances

    En ce dimanche 2 mars, l'Adrienne a prévu d'aller au palazzo Quirinale pour y voir l'expo "La memoria ritrovata, tesori recuperati dall'Arma dei carabinieri" (osez encore dire que vous ne comprenez pas l'italien Clin d'œil) et au palazzo Barberini pour le dernier jour de l'expo sur le peintre Antoniazzo Romano.

    Comment ça, vous ne connaissez pas ce monsieur?

    Et bien l'Adrienne non plus Langue tirée

    ***

    l'expo au palazzo Quirinale : http://www.quirinale.it/qrnw/statico/artecultura/mostre/2014_tesori/tesorihome.htm

    l'expo au palazzo Barberini: http://www.romeguide.it/mostre/antoniazzoromano/antoniazzoromano.html

  • J comme jeu de juin

    évasion.jpg

    http://artbrokerage.fr/Jean-Michel-Folon/Untitled-Set-of-4-Prints-Commisioned-by-Conoco-Chemicals-22693

    C'est les vacances dans ma tête

    Les vacances! Où? et quand? et comment? et tu y vas toute seule? Chaque année, on n'échappe pas à la question principale, suivie des subsidiaires, posée des tas de fois dès que l'été approche, que ce soit celui du calendrier ou de la météo:

    - Tu vas où, cette année?

    Et sa variante, pour ceux qui croient bien connaître l'Adrienne:

    - Tu vas où en Italie, cet été?

    Il est vrai que les années précédentes, l'Adrienne a pu répondre costa amalfitana, Rome, Pesaro, Toscane, Venise... Mais ces jours-ci, elle répond invariablement:

    - Non, non, je ne pars pas! faut que je fasse des économies! Tu sais que je me suis acheté une maison?

    Petite maison, petit jardin, petite ville, où l'Adrienne compte passer d'excellentes vacances...

    ... et pas seulement dans sa tête, même si c'est là que tout commence Cool

    Et ça marche!

    La preuve, un premier test fort concluant a été organisé le week-end dernier:

    juni 2013 (5) - kopie.JPG

    écrit pour l'écritoire (lien colonne de gauche)

  • Question existentielle

    Quand reverrai-je...

    Quand reverrai-je, hélas, de mon petit Paris
    Briller la tour Eiffel, et en quelle saison
    Reverrai-je l'Italie et ses horizons
    Qui me sont source de bonheur jamais tarie?

    Plus me plaît un séjour à New-York ou à Rome,
    Le Colisée, l'arc de Titus et le Forum
    Que d'avoir du marbre ou de la soie sur mes murs;

    Plus les voyages en des pays proches ou lointains,
    Big Apple, Bali, Vésuve ou Mont Palatin,
    Que des meubles design et de riches tentures.

    merci Joachim Bisou

  • B comme broutilles et bagatelles

    Quand l'Adrienne est arrivée à Bologne avec sa mère, un beau dimanche de la fin de juillet, elle s'est tout de suite rendue au stand de location de voitures, a exhibé les papiers prouvant qu'une auto réservée à son nom était dûment payée et a sorti son permis de conduire.

    La dame - qui s'appelait Angela mais n'avait rien d'angélique - a tout de même exigé une carte de crédit. Pour l'assurance, a-t-elle dit, c'est marqué dans le contrat.

    Malheureusement, la carte de crédit n'a pas voulu fonctionner dans l'appareil de la dame.
    - Ce n'est pas possible! a dit l'Adrienne, je l'ai encore utilisée ce matin!
    Alors la dame a disparu dans les profondeurs de son cagibit mais en est ressortie en secouant négativement la tête:
    - La banque refuse la transaction, dit-elle toujours sans sourire. Client suivant, s'il vous plaît!

    L'Adrienne n'a donc pas reçu la voiture réservée et payée et a dû prendre avec sa mère un tas de bus et de trains, plus un taxi, pour arriver à l'hôtel aux environs de Sienne, deux cents kilomètres plus loin.

    Entre-temps, le dimanche entier était passé, et le premier concert aussi.

    Le lendemain lundi, l'Adrienne a pu contacter sa banque, qui lui a certifié qu'il n'y avait aucun problème avec sa carte de crédit. Sa mère et elle ont donc repris un tas de bus et de trains pour retourner chercher la voiture, qu'on leur a de nouveau refusée.
    - Le contrat pour cette voiture a été annulé, lui a-t-on dit.

    L'Adrienne n'a rien compris, sauf qu'elle devait en louer - en en payer - une autre.

    Les semaines suivantes, elle n'a cessé d'envoyer des mails de réclamation dans l'espoir d'être remboursée, mais c'était peine perdue: le contrat stipule que si la voiture n'est pas enlevée le jour dit, le client est quitte de ses sous.

    L'Adrienne a beau être une nature naïve et confiante, elle soupçonne l'arnaque.

    ***

    Depuis, elle essaie d'oublier. D'ailleurs, elle a eu d'autres soucis, avec l'explosion du piano et la fuite dans le système de chauffage - ou était-ce le contraire? - la traversée de la place du marché un oreiller sous le bras et la vie sans téléphone ou internet mais avec sandales crades.

    Et voilà que samedi dernier, elle reçoit un coup de fil de la banque.

    - N'utilisez plus votre carte de crédit, lui dit une belle voix mâle.
    - Ma carte de crédit? fait l'Adrienne. Mais je ne l'ai plus utilisée depuis le mois d'août!
    - En effet, dit la voix. Dernière transaction le 6 août.

    Puis elle entend:

    - Quelqu'un s'est en servi dernièrement. Votre carte a été copiée.