jardin

  • T comme travaux

    "I had a farm in Africa at the foot of the Ngong Hills", écrit Karen Blixen et c'est en pensant à cette phrase que l'Adrienne contemple ceci et se dit: 

    "J'avais un joli jardinet avec une pelouse fraîchement tondue entourée de tulipes, d'anémones et de crocus. 

    DSCI4730.JPG

    état des lieux le mardi 14 mars

    I had a farm in Africa at the foot of the Ngong Hills. The Equator runs across these highlands, a hundred miles to the north, and the farm lay at an altitude of over six thousand feet. In the day-time you felt that you had got high up; near to the sun, but the early mornings and evenings were limpid and restful, and the nights were cold. (source ici

    L'Adrienne devra apprendre la longanimité de Karen... 

  • Premiers signes

    Faire le tour du jardinet et être contente de voir que la clématite n'est pas morte, 

    2017-02-27 (1).JPG

    que la première anémone fleurit 

    2017-02-27 (2).JPG

    et qu'il y aura bientôt des jonquilles. 

    2017-02-27 (3).JPG

    La plus belle récompense à la fin de l'hiver, c'est qu'il y a de nouveau des fleurs. Mais comme on est trop impatiente, on en a acheté un bouquet 

    2017-02-27 (4).JPG

  • Y comme Yaka

    Le Belge, dit le journal de mercredi matin, on le sait, "a une brique dans le ventre". Mais ce qu'une nouvelle enquête vient de révéler, c'est qu'en plus de vouloir à toute force être propriétaire de son logement, il va en moyenne, dans le courant de sa vie, y faire quatre fois des travaux de rénovation. 

    Voilà, se dit l'Adrienne: tout s'explique! 

    En effet, chez elle aussi de nouveaux travaux sont en chantier, alors qu'elle croyait en avoir fini avec "tout ça". 

    *** 

    C'était sans compter sur la commune et ses projets d'aménagement. 

    En octobre, l'Adrienne et ses voisins ont reçu une longue lettre avec un tas de documents agrafés. Un rapide coup d’œil a permis de conclure que ça signifiait "travaux coûteux et dommages collatéraux garantis". 

    *** 

    Les uns après les autres, l'Adrienne et ses voisins reçoivent la visite d'un expert qui vient évaluer quelles mesures seront nécessaires. 

    Un type bien gentil qui vous dit sans sourciller: 

    - Yaka... 

    Par exemple, dans trois maisons il a dit: 

    - Pour séparer l'acheminement de l'eau de pluie des eaux usées, yaka démolir le carrelage. 

    maison,vie quotidienne,ça se passe comme ça

    chez l'Adrienne, en plus de quelques travaux à l'intérieur, YAKA refaire les sentiers, refaire un trou dans le mur et creuser tout le long de la maison pour amener l'eau de pluie jusqu'à l'autre rue... 

    c'est précisément là que depuis 2013 ont été plantés le figuier, l'hortensia grimpant, le romarin, la sauge, des fleurs à bulbe et quelques vivaces...

     

  • J comme je pense à lui

    lakévio37.jpg

    Assise à mon bureau 

    Devant l'ordinateur 

    Les mains sur le clavier 

    Je pense à toi 

     

    Couchée dans le fauteuil 

    Avec un bon bouquin 

    Un film à la télé 

    Je pense à toi 

     

    Ouvrir la boite aux lettres 

    Préparer le repas 

    Se lever se coucher 

    Je pense à toi 

     

    Manger boire et dormir 

    Jardiner ou conduire 

    Pleurer chanter ou rire 

    Je pense à toi 

     

    Je caresse les chats 

    Ou le chien des voisins 

    Je nourris les oiseaux 

    Je pense à toi 

     

    La nuit quand je rêve 

    Ou que je ne dors pas 

    Le matin et le soir 

    Je pense à toi 

     

    La porte du frigo 

    Ou du congélateur 

    Qu'importe le repas 

    Je pense à toi 

     

    Le poisson du marché 

    Les radis du jardin 

    Salades hiver été 

    Je pense à toi 

     

    Klara à la radio 

    Rang un à la Monnaie 

    Qu'importe le programme 

    Je pense à toi 

     

    Mahler ou Beethoven 

    Debussy ou Mozart 

    Qu'on chante ou qu'on pleure 

    Je pense à toi 

     

    Le jardin en hiver 

    En été au printemps 

    Qu'importe la saison 

    Je pense à toi 

    Hexamètres sans titre - mais avec refrain -
    pour m'exhorter à ne plus penser à lui 

    pour l'aquarelle chez Lakévio 

    à cause de ce bouquet de roses qui ressemblent à mes Sweet Juliet d'autrefois

  • Premier novembre

    Premières couleurs automnales 

    DSCI4003.JPG

    douceur des fleurs de saison 

    DSCI3991.JPG

    cyclamens du parc et anémones de mon jardin 

    DSCI4009.JPG

    pour le projet du Hibou

    semaine 44 - douceur

     

     

  • C comme calme plat

    - C'est le calme plat, ici! s'exclame la nouvelle collaboratrice PMS (1). 
    - Ne t'inquiète pas, lui répond la directrice, ce n'est pas le travail qui manque! 

    La vérité est qu'au bout de quatre semaines de "collaboration", les quatre coordinatrices préfèrent s'occuper seules du suivi de leurs élèves à problèmes sociaux ou psychologiques. 

    Pour du vrai "calme plat", il faut aller au jardin: en deux mois de temps, il n'a fallu qu'une seule tonte, en encore... 

    2016-09-25 (1).JPG

    pelouse belge, 30 septembre 2016 
    quand même un brin plus verte du côté où elle a un peu d'ombre 

    2016-09-25 (2).JPG

    renversant, n'est-ce pas? 

    et ici quelques images prises à l'arboretum de Kalmthout après août et septembre quasiment sans une goutte d'eau... 

    ***

    (1) une auxiliaire qui vient deux ou trois fois par semaine à l'école pour aider en cas de problèmes psycho-médicaux-sociaux. 

    ***

    pour le projet du Hibou 

    semaine 40 - repos

  • K comme kaiyûshiki

    2016-08-26 (24).JPG

    A Ostende, le jardin japonais est "un jardin de promenade à la manière kaiyûshiki", dit le petit dépliant offert sous l'azumaya, la "maison d'été" où on peut s'asseoir et profiter de la beauté du jardin. 

    Kaiyû veut dire promenade: le parcours dessiné dans le jardin offre une belle variété sur un petit espace, comme ce sentier à côté des bambous, 

    2016-08-26 (27).JPG

    une allée de planches en zigzag dans l'étang, qui permet d'admirer une carpe koï et beaucoup de menu fretin 

     2016-08-26 (25).JPG

    2016-08-26 (31).JPG

    2016-08-26 (33).JPG

    vous les voyez, les mini-poissons? 

    2016-08-26 (28).JPG

     La promenade est circulaire et traverse la cascade, ce qui faisait la joie des petits et des grands en ces chaudes journées d'août, où on se plaisait à se mouiller 'exprès' 

    2016-08-26 (32).JPG

    Bref, on sort de là requinqué cool 

    ***

    pour le projet du Hibou semaine 37 - bois 

    le jardin japonais d'Ostende 

    architecte: Takashi Sawano 

    Jardin ouvert au public le samedi et le dimanche de 10.00 à 18.00 h. et tous les jours pendant les vacances scolaires.

     

  • H comme héros

    - Moi, dit-il, je serais Dédé-la-Terreur. Aujourd'hui, je vais organiser l'attaque du wagon postal. Et toi, tu serais le machiniste, d'accord? 

    - D'accord. 

    - Alors avec mon colt je vais t'obliger à arrêter ta locomotive et puis je vais t'attacher les pieds et les mains avec mon lasso. 

    - Bon... Mais avant que tu me ficelles comme un saucisson, si on mangeait une petite mousse au chocolat? 

    Elle n'attend pas la réponse pour ouvrir son frigo et retourne au jardin avec deux coupes. Ce gamin va la rendre gaga avec ses jeux mais elle le trouve attendrissant, dans ce vieux veston de son défunt mari, avec son revolver en plastique jaune et son chapeau mou qui lui tombe sur les yeux. Il chevauche la tondeuse à gazon en tenant des rênes imaginaires et en donnant de fougueux coups d'éperons. 

    - Là! s'écrie-t-elle. Là! une coulée de boue! Le train va dérailler! 

    C'est plus fort qu'elle; elle ne peut s'empêcher, chaque mercredi après-midi, d'apporter son grain de sel au scénario qu'il a imaginé. 

    *** 

    texte de fiction 

    la consigne était

    - de créer deux personnages dont le nom serait Dédé-la-Terreur et Joséphine Delacour 

    - d'utiliser les mots saucisson, chapeau et tondeuse à gazon 

    fiction,jeu

  • R comme repos

    L'amie Anne affirme son bonheur de jardinière 

    2016-08-17 (5).JPG

    et me le fait partager 

    2016-08-17 (1).JPG

    au milieu des fleurs, des fruits, 

    2016-08-17 (3).JPG

    et des légumes. 

    2016-08-17 (9).JPG

    Ici aussi, le chat invite à suivre son exemple 

    cool 

    *** 

    Pour le projet du Hibou 

    semaine 34 - légume

     

  • Première!

    C'est Mathilde (Le monde de Mathilde) qui m'en a donné l'idée, en annonçant sur son blog que le petit figuier en pot qu'elle cultive à la terrasse de son appartement portait fièrement huit figues!

    Alors je me suis dit que le mien, qui a sans doute un an ou deux de plus et connaît l'opulence gastronomique de la pleine terre, pourrait me faire la même surprise...

    C'est en cherchant longuement et en soulevant feuille après feuille que j'ai fini par la découvrir: ma première figue tongue-out 

    Lyon 2016 229.JPG

    L'événement est d'une importance si considérable que pour une fois, je vous permets de cliquer sur la photo pour qu'elle s'affiche en format géant

    cool

  • Quels ont été tous ces anonymes?

    Hommage

    Annevoie 2016-07-08 (20).JPG

    à tous ces anonymes

    Beloeil 2016-07-07 (49).JPG

    qui pendant plus de 250 ans

    Annevoie 2016-07-08 (26).JPG

    ont planté, soigné, taillé, entretenu

    Beloeil 2016-07-07 (32).JPG

    phots prises à Beloeil et à Annevoie

    les 7 et 8 juillet

    pour le projet du Hibou - semaine 29 - hommage

     

  • M comme miroirs

    Annevoie 2016-07-08 (3).JPG

    Les jardins du château d'Annevoie

    Annevoie 2016-07-08 (4).JPG

    sont traversés par des canaux

    Annevoie 2016-07-08 (5).JPG

    et les dénivellations naturelles

    Annevoie 2016-07-08 (6).JPG

    alimentent les nombreux jets d'eau,

    Annevoie 2016-07-08 (12).JPG

    les cascades de formes diverses

    Annevoie 2016-07-08 (18).JPG

    et de grands miroirs...

    http://www.annevoie.be/ 

    photos prises le 8 juillet

  • J comme jalon

    Annevoie 2016-07-08 (23).JPG

    le 8 juillet
    à Annevoie
    monsieur neveu apprenait enfin
    ses résultats à l'EAF

    un jalon de plus
    dans un parcours scolaire
    qui lui a toujours permis ses propres choix

    girl power2.jpg

    pour le projet du Hibou

    semaine 28 - rouge

  • H comme horizons wallons

    L'Adrienne a emmené sa mère et monsieur neveu à la découverte du parc et du château de Beloeil, domaine des princes de Ligne.

    Beloeil 2016-07-07 (1) copie.JPG

    dans le bâtiment à droite, un resto-tea room-snack

    Beloeil 2016-07-07 (4).JPG

    et sa fenêtre des toilettes avec vue tongue-out 

    Beloeil 2016-07-07 (6).JPG

    et voilà deux personnes que vous allez commencer à bien connaître cool 

    Beloeil 2016-07-07 (7).JPG

    des horizons formés de beaucoup d'arbres et de plans d'eau, on ne s'en lasse pas...

    Beloeil 2016-07-07 (9).JPG

    bref, l'Adrienne y a pris une cinquantaine de photos...

    wink

     

     

  • D comme déclaration

    Inopia 

      Fernando del Paso

    He despilfarrado el arcoíris.
    Las golondrinas que tenía destinadas a varios poemas
    están en números rojos.
    Mi cuenta de atardeceres está congelada.
    Le debo al fisco tres mil quinientas mariposas.
     
    INDIGENCE

                  Fernando del Paso

    J'ai gaspillé l'arc en ciel.
    Les hirondelles que j'avais destinées à divers poèmes
    sont dans le rouge.
    Mon compte de crépuscules est congelé.
    Je dois au fisc trois mille cinq cent papillons.
     
    BEHOEFTIGHEID
     
    Fernando del Paso
     
    Ik heb de regenboog verkwist.
    De zwaluwen die bestemd waren voor verscheidene gedichten
    staan rood.
    Mijn bedrag zonsondergangen is bevroren.
    Ik moet de fiscus nog drie duizend vijfhonderd vlinders.  
    (traduction de l'Adrienne)
     
    Tout ça pour vous dire que l'Adrienne trouve toujours de nouvelles raisons de stresser: en ce moment, c'est l'idée qu'elle devrait se mettre à sa déclaration d'impôts tongue-out
     poème, espagnol, traduction

    signe extérieur de richesse

  • V comme Vends maison de famille

    "Le bonheur est dans le pré, cours-y vite, cours-y vite" ... Chaque vers était écrit de plus en plus gros, jusqu'au dernier, "IL A FILÉ", qui éclaboussait la feuille comme pour se moquer du lecteur trop lent à qui le bonheur venait d'échapper." 

    François-Guillaume Lorrain, Vends maison de famille, Flammarion 2016, p.12

    La maison normande, qui suinte l'humidité et où toute l'activité se concentre dans le jardin potager et fruitier, c'est le bonheur du père. Chaque week-end, il y emmène son épouse et ses deux enfants, qui ont été embrigadés dès leur plus jeune âge pour réaliser un rêve qui n'est pas le leur: vivre en autarcie.

    Le dimanche soir, on rentre à Paris épuisés, la voiture chargée de fruits et de légumes. On finira par élever aussi des poules, des moutons. Qu'il faudra tuer. C'est un travail d'homme, même si l'homme n'est encore qu'un enfant. 

    Un enfant isolé qui, au fil des week-ends et des vacances à travailler sous la dure férule d'un père exigeant, peu aimant, aux colères et aux punitions terribles, rêve d'une autre vie, rêve d'avoir le temps d'aller voir un film au cinéma, de lire un livre, d'avoir un moment de liberté. 

    "Oui, je voulais bazarder cette maison. J'avais mes raisons. Autrement dit: des souvenirs. Le mercredi à treize heures, mon père venait me cueillir à la sortie du collège et je m'affalais sur la banquette arrière, fait comme un rat. Au loin, mes camarades s'en allaient jouer au foot, flirter avec les filles, profiter de l'après-midi. J'étais le rat des villes qu'on kidnappe pour l'emmener à la campagne. Sans doute cela ne lui effleurait-il pas l'esprit que j'en étais malheureux." (p.23)

    Quand l'histoire commence, le narrateur est adulte et vit à l'étranger, le plus loin possible de cette maison de campagne que sa mère a gardée et continue à entretenir seule depuis la mort du père.

    "C'était moi, bien sûr, qui aurais dû m'atteler à cette tâche. Mais depuis plus de deux décennies, je croisais au large, loin de la France, toujours en pointillé. J'étais le bon à rien. A peine arrivé et déjà prêt à repartir, tout juste capable, pour la soulager, de scier une grosse branche ou de porter quelques bûches." (p.11)

    Jusqu'au jour où elle fait une chute et se casse le col du fémur: elle sait que son fils voudra vendre la maison et lui envoie un album photo. 

    Au fil des pages de cet album, le narrateur va découvrir d'autres facettes que ce qu'il a gardé en mémoire depuis l'enfance. Et au-delà des souvenirs pénibles, il va comprendre certaines choses concernant les motivations de son père et son attitude envers sa famille.

    Le livre réussit donc ce double défi: faire resurgir un passé douloureux sans tomber dans l'amertume et les rancœurs. 

    Je le recommande smile 

    Je pense que chacun est comme le narrateur "un adulte irradié par son enfance" et que ce qui est valable pour lui (ou moi) l'est pour tous: "La pile enfouie en moi continuait à émettre ses ondes radioactives."  

    livre,lecture,lecteur,hibou,souvenir d'enfance,maison

    source de la photo: 

    http://editions.flammarion.com/Albums_Detail.cfm?ID=49336&levelCode=litterature 

    *** 

    pour le projet Hibou

     https://hibou756.wordpress.com/portfolio/52hibou-2016-suj...

     thème 17 - jardinage

  • M comme merveille

    Samedi matin 

    il fait -1°C 

    et au moment d'aller à la gare 

    tu vois ton pot de fleurs 

    qui commence à devenir bien bleu 

    alors tu sors l'appareil 

    2016-03-11 - kopie.JPG

    Samedi soir 

    il fait 10°C 

    quand tu reviens de la gare 

    et tu vois ton pot de fleurs 

    devenu tout à fait bleu 

    alors tu reprends ton appareil 

    2016-03-12 (1) - kopie.JPG

    et tu remercies 

    tes crocus et tes jacinthes 

    pour leur vélocité: 

    grâce à elles

    tu as enfin trouvé 

    comment illustrer 

    le projet Hibou

     https://hibou756.wordpress.com/portfolio/52hibou-2016-suj...

     thème 11 - rapidité

  • Z comme zen

    Un samedi matin à Ostende 

    Avril en décembre 

    Douceur de l'air 

    Et le calme du parc

    déc 26 (7) - kopie.JPG

    les oiseaux de mer jouent le rôle de canards ou de cygnes

    déc 26 (8) - kopie.JPG

    on a judicieusement utilisé les anciennes douves pour en faire de grands étangs

    déc 26 (9) - kopie.JPG

    zénitude et romantisme au cœur de la ville

    cool

    quand est-ce qu'on y retourne?

    tongue-out

  • F comme fleurs de décembre

    Décembre, mois des fleurs!

    dec 15 (4) - kopie.JPG

    Dans le parc, les rosiers pourtant sévèrement taillés en vue de l'hiver, refleurissent...

    12-15 (7) - kopie.JPG

    Dans le jardin de l'Adrienne, les campanules refont des pousses à clochettes bleues...

    12-15 (5) - kopie.JPG

    et les anémones, supposées rester à l'abri du gel jusqu'au printemps prochain, sont déjà là.

    12-15 (4) - kopie.JPG

    Ah! et ça?

    ce sont les iris bulbeux plantés fin octobre.

     

    Frimaire se confond avec Floréal. 

    surprised

  • C comme cabane

    DSC00294 - kopie.JPG

    Hier l'Adrienne 

    avait une envie folle 

    de se retrouver dans la maison d'avant. 

    Alors elle a contemplé cette photo 

    de la cabane du jardin 

    longuement.

    ***

    Puis elle s'est consolée 

    en se disant que dans le jardin de tante Fé 

    certains des bulbes fraîchement plantés 

    commencent à montrer le bout du nez.

     

  • V comme vue

    Comme il y a des "chambres avec vue", il y a des écoles avec vue.

    La mienne, par exemple, qui a une situation privilégiée, au milieu d'un grand parc.

    okt 2015 (2).JPG

    Et trois magnifiques platanes dans la cour de récré.

    okt 2015 (3) - kopie.JPG

    Un mur recouvert de vigne vierge, ici dans sa beauté d'octobre.

    okt 2015 (1) - kopie.JPG

    Et le ciel, qu'on peut voir de partout...

    sauf dans cette école où j'ai fait un intérim, il y a bien longtemps, et dont la classe de 4e latine n'avait même pas de fenêtre.

    J'y ai tout de même tenu le coup quatre mois

    tongue-out

    mais je préfère ma classe actuelle

    au deuxième étage sans ascenseur

    avec la vue magnifique sur les collines

    de là où j'habitais avant.

  • J comme jardin

    A l'arrière du palazzo Madama on peut encore parfaitement voir la construction qui date du moyen âge, en briques rouges, avec ses deux tours de garde. C'est là aussi qu'on a reconstitué le "jardin médiéval", dont voici le plan:

    Torino 2015-4 015 - kopie.JPG

    C'est tout mimi et entretenu par des bénévoles. En les voyant balayer les trois feuilles tombées sur une minuscule pelouse, je me suis dit que moi aussi, si j'étais torinese, je porterais leur badge et je gratterais la terre...

    Torino 2015-4 012 - kopie.JPG

    les carrés de potager sont entourés de claies d'osier

    Torino 2015-4 013 - kopie.JPG

    les tours très imposantes "écrasent" le jardinet

    Torino 2015-4 014 - kopie.JPG

    le jardin de ruines, voir à gauche du plan ci-dessus

    Torino 2015-4 016 - kopie.JPG

    le "potager"

    Torino 2015-4 017 - kopie.JPG

    le "jardin du prince", avec fontaine et berceau de roses blanches simples, très parfumées.
    (voir à droite sur le plan)

  • P comme plantations

    Il faut que l'Adrienne ait des invités pour qu'elle se décide à remettre son tablier de cuisinière. Depuis qu'elle habite la maison de tante Fé, elle ne se nourrit que de pain, de fromages et de salades. Ou à peu près.

    Alors l'amie Anne a bien fait de venir samedi: pour la première fois depuis son installation il y a plus de deux ans, l'Adrienne a eu l'idée de ressortir sa lourde casserole Le Creuset - un miracle qu'elle se soit souvenue où elle l'avait rangée - et préparé un plat mijoté.

    okt  (6) - kopie.JPG

    voici ce qui en reste

    Dimanche, le soleil brillait et l'Adrienne a pu planter les cadeaux qu'Anne avait apportés de son jardin: quelques framboisiers et salades d'hiver.

    okt  (4) - kopie.JPG

    Depuis que l'Adrienne jardine "en douceur", il y a de nouveau des vers de terre dans le jardin

    Cool

    okt  (5) - kopie.JPG

    Malheureusement, il y a aussi des limaces...

  • I comme impressions d'automne

    Ce n'est pas "Un dimanche à la campagne".

    herfst 2015 - kopie.JPG

    Mais on a tout de même de grands projets jardiniers Cool

    ***

    Ce n'est pas encore le grand flamboiement de l'automne.

    herfst (vervolg) (1) - kopie.JPG

    Mais c'est tout de même une fort jolie saison.

     

  • Adrienne aime les détails

    Le détail qui donne de l'espoir

    détail (1) - kopie.JPG

    dans les orchidées défleuries, voir apparaître la prochaine tige à fleurs

    ***

    Le détail qui intrigue

    détail (2) - kopie.JPG

    Ce qui, de loin, ressemblait à une feuille morte prise dans le voilage, et de près à une tache brune, est en réalité une multitude de tout petits oeufs d'un insecte inconnu.

    (désolée pour la piètre qualité de la photo, l'appareil et sa propriétaire sont incapables de faire mieux Clin d'œil)

    ***

    Le détail qui rappelle l'enfance

     projet 52,photo,jardin,nature

    et qu'au retour de l'école, on alourdissait ses poches de beaux marrons luisants

    ***

    Le détail qui émeut

    projet 52,photo,jardin,nature

    comme ce minuscule géranium vivace qui s'est ressemé dans le trottoir

    ***

     pour le projet 52 de Ma' - thème: détail

     http://manuelles.canalblog.com/tag/projet%2052

  • P comme paradis perdu

    Il arrive que l'Adrienne ait un gros coup de nostalgie. Il arrive qu'elle repense à son paradis perdu et que sa verte campagne lui manque. Parfois la solitude en ville pèse alors que ça n'avait jamais été le cas dans la vraie solitude de sa petite réserve naturelle. L'Adrienne chaussait ses bottes, allait faire un tour dans les bois et les prés et se revivifiait au chant des oiseaux.

    Il arrive que l'Adrienne ait un gros coup de découragement dans la maison de tante Fé. Tant de choses ne sont toujours pas en ordre. Une armoire à pharmacie attend d'être accrochée au mur depuis plus d'un an, des étagères sont encore au sol et il reste des cartons dans chaque pièce. Elle se demande si un jour elle s'y sentira chez elle et emploiera le mot "thuis" (1) pour la désigner.

    1962 (3) - kopie.JPG

    l'autre paradis perdu
    celui de l'enfance
    dans la maison de grand-mère Adrienne.
    Remarquez comme mini-Adrienne,
    qui ne sourit jamais sur les photos, malgré tous ses efforts,
    respire le bonheur

    Mais ne vous inquiétez pas: l'Adrienne est en train de recréer le décor de ses deux paradis perdus. Elle va planter des pommiers et un seringat pour faire "campagne" et elle a déjà les hortensias et la clématite pour faire "jardin de grand-mère".

    Samedi dernier, elle a acheté des centaines de bulbes à fleurs. Reste à savoir où et quand elle les plantera Langue tirée

    ***

    (1) thuis = à la maison, chez moi. C'est un mot qui manque en français, je trouve. L'équivalent du "home sweet home".

  • D comme dernière activité agricole

    003 - kopie.JPG

    La dernière activité agricole à laquelle l'Adrienne ait assisté

    (quoique de loin)

    c'est le vol de son bois de chauffage.

    Elle n'a même pas osé porter plainte.

    ***

    pour le projet 52 de Ma' - thème: agricole

     http://manuelles.canalblog.com/tag/projet%2052

    ***

    je me suis longtemps creusé la tête

    à me demander ce que je pourrais bien montrer

    vu que j'habite en ville depuis deux ans...

    et bien voilà

    Langue tirée

  • G comme gazon

    On peut partir une semaine en Bretagne, puis quelques jours à la côte, la seule chose dont on ne doive pas s'inquiéter ces temps-ci, c'est la pelouse. On la retrouve comme on l'a quittée, courte et sèche.

    Quelle économie de tondeuse!

    Bien sûr, les radis et les haricots ne poussent pas non plus. Il n'y a pas de miracle. Les bacs de fleurs ont besoin de litres d'eau, tous les jours. Même la lavande tourne de l'oeil.

    On continue d'espérer voir un nuage ou avoir un bel orage. On continue de nous en promettre. Mais pour d'obscures raisons, ils vont toujours cracher leur pluie bienfaisante ailleurs qu'ici.

    Hier, un article de journal sur le sujet. G comme grave: il s'agit de notre patate nationale, qui ne grossit pas. Il faudrait, a-t-on calculé en haut lieu spécialisé, qu'il tombe 180 litres d'eau par mètre carré pour que nos terres agricoles retrouvent leur bonne humeur fertile. (1)

    180 litres d'eau par mètre carré, c'est ce qu'elles reçoivent normalement en trois mois. Là, il le faudrait tout de suite.

    http://www.knack.be/nieuws/uitzonderlijke-droogte-is-ramp-voor-aardappeloogst/video-iwatch-592591.html?utm_source=Newsletter-08/08/2015&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBDAGKN&M_BT=265941086196

    Quand on voit, dans la vidéo, ce brave agriculteur prendre entre les doigts les tiges desséchées de ses plants de pommes de terre qui s'effritent (2) et tombent en poussière, on a des réminiscences de paysan africain dans un spot pour une ONG: la terre ressemble à du sable et la végétation est quasi nulle.

     jardin,actualité

     à l'arrière-plan, le maïs souffreteux 

    vidéo: http://nieuws.vtm.be/binnenland/153357-droogte-ramp-voor-oogst

     

    (1) D'autres sources (puis-je encore utiliser ce mot?) parlent de 220 litres.

    (2) Encore un mot sensible... la patate de cette année est trop petite pour en faire des frites, dit-il.

  • O comme orage

    Quand les mouches ne vous laissent plus un instant de répit, quand la moiteur de votre peau les attire à cinq ou six à la fois, quand la terre exhale des odeurs de putréfaction et que l’horizon s’obscurcit en même temps que l’air devient lourd, vous entendez les premiers grondements au loin et vous en êtes heureuse, soulagée: voilà la pluie qui s’annonce.
    Tout à coup le vent se met à souffler plus fort, ça sent la poussière chaude, vous frissonnez d’une peur ancestrale en entendant les premiers craquements dans le lointain. Le blé souffrira, trop d’eau tombera en trop peu de temps, les éclairs effrayeront les enfants, tous les chiens se mettront à aboyer.
    C’est l’orage d’été, celui qui fait plier les arbres, tomber les fruits, claquer les volets.
    Vous adorez ça et vous vous laissez tremper de pluie, debout pieds nus au milieu de la pelouse.

  • N comme nuages

    Des semaines que je scrute le ciel à la recherche de nuages. Que j'attends l'orage salvateur de jeunes haricots et de semis de radis. La petite pluie bienfaisante, les grosses gouttes qui font les ruisseaux et redonnent à tout le paysage une bonne odeur de frais, de lavé.

    Drôme 2015 (6) - kopie.JPG

    Quelques nuages d'espoir dans le rose du matin, au-dessus de la maison aux volets toujours fermés. Est-ce que Suzanne aussi attend la pluie ou n'a-t-elle pas de jardin?

    Dans les mails échangés avec ma mère, une seule question quotidienne: est-ce qu'il a plu, "chez nous"? Et toujours la même réponse négative. Pas une goutte n'est tombée. Les orages annoncés sont allés faire des heureux ailleurs.

    Pareil depuis mon retour. Jamais je n'ai autant vérifié la météo. Les feuilles des hortensias pendouillent, l'herbe ne pousse pas (ça, c'est bien Cool) et les radis non plus.

    Jeudi 16 juillet: "Les températures atteindront 25 à 30 degrés. Une petite averse isolée n'est cependant pas exclue en fin de journée."

    Vous ne pouvez pas savoir comme j'ai mis tous mes espoirs dans cette phrase: "Une petite averse isolée n'est cependant pas exclue en fin de journée."

    J'attends les nuages. J'espère qu'ils viendront s'isoler au-dessus de mon quartier Cool