plumes

  • Question existentielle

    jeu,fiction,plumes

    Ce n'est qu'en s'approchant du centre qu'il remarque enfin la grande roue et qu'il se souvient que c'est la kermesse d'hiver. Combien d'années déjà qu'il vit sans enfant et qu'il ne s'approche plus d'un manège, n'achète plus de beignets ou de barbe-à-papa?

    Quand il rentre dans son garage, il a l'esprit de plus en plus embrouillé par des tas de questions auxquelles il ne sait que répondre. Tout ce qu'il déteste le plus, tout ce qu'il s'efforce d'éviter grâce à sa vie bien réglée et minutée.

    Doit-il contacter son ex-femme? Comment l'accueillera-t-elle? Rejettera-t-elle la faute sur lui, sur son absence? Et sa mère, sait-elle déjà? Comment réagira-t-elle? 

    Et sa fille... une gamine de treize ans, où est-elle? Pourquoi, comment, avec qui... que s'est-il passé?

    - J'y vais! décide-t-il d'un seul coup en remontant dans sa voiture. 

    *** 

    consigne 5 des Plumes 

    Lors du défi numéro 3 un imprévu a modifié le déroulement  habituel de la vie du héros. Écrivez la suite en mettant l’accent sur un danger, une tension. Essayez de pousser votre personnage à l’action. 
     
    Photo prise à Ostende le 4 novembre dernier.

     

  • P comme père

    jeu,fiction

    Il aime la vitesse, son joli cabriolet, son moteur puissant. Il aime s'amuser à laisser tout le monde derrière lui quand le feu passe au vert. Il roule encore plus vite que d'habitude et essaie d'oublier le mauvais quart d'heure qu'il vient de passer dans le bureau de la police. 

    C'est la routine, sans doute. C'est parmi les proches qu'on cherche le suspect et que l'enquête commence. Heureusement, avec le métier qu'il a et les joujoux modernes qui enregistrent chacun de ses mouvements, il n'a pas été difficile de démontrer où il se trouvait, ces dernières quarante-huit heures, ni à quoi il a passé son temps, sauf pendant ses quelques heures de sommeil. Y compris le moment où il est entré - et sorti - du Liberty Fitness Club. 

    Il se calme aux abords de la ville. Il ne faudrait pas qu'en plus on lui retire le permis. Quelques prélèvements ont peut-être été faits dans sa roadster - il a dû en remettre la clé - mais il est bien tranquille, on ne risque pas d'y trouver un cheveu de sa fille. 

    *** 

    écrit pour la consigne 4 des Plumes 

    Le héros voyage, effectue un trajet. Il s’agit d’ancrer le héros dans un environnement géographique précis qui constitue le cadre. Il porte également une empreinte historique et permet de définir l'époque. 
     
    Photo prise à Ostende le 4 novembre
  • N comme no pain no gain

    DSCI5751.JPG

    Il était en plein effort quand son téléphone s'est mis à vibrer. Le temps de déposer les haltères, de s'essuyer la figure, de regarder le numéro, il était trop tard pour prendre l'appel.

    - Un numéro inconnu, se dit-il. C'est peut-être un client.

    C'était la police.

    Pour lui demander quand il avait vu sa fille pour la dernière fois.

    - Je... euh... attendez..., a-t-il bafouillé lamentablement. Il y a longtemps... En juillet-août deux mille... euh... attendez... il y a deux ans, oui c'est ça, août 2015.

    De la suite de la conversation, son esprit n'a réussi à enregistrer que des bribes: disparition inquiétante, ça oui, c'est sûr que c'était inquiétant. 

    *** 

    consigne 3 chez les Plumes

    Une lettre est arrivée qui va  bouleverser la vie de votre héros ou de votre héroïne. 
    Si vous êtes dans un monde plus moderne un mail, un appel téléphonique, un sms envoyé par erreur... 
    Votre héros va se trouver dans une situation de crise du fait de cet élément surprise. 
    Grâce à ce texte vous mettrez cet imprévu en place. 

    Photo prise dans ma ville le 3 novembre

  • L comme Liberty

    fiction,jeu

    Quand il a poussé la porte du Liberty fitness club, il a tendu sa carte de membre à Nadir et s'est dirigé vers les vestiaires sans remarquer la jeune fille qui l'observait. 

    - Et celui-là, demande-t-elle à Nadir, dans quelle catégorie tu le places? Half body? 

    - Attends, tu jugeras par toi-même, il sera aux appareils dans moins de cinq minutes. 

    Trois minutes plus tard, il était effectivement de retour, pectoraux moulés dans un maillot blanc, et s'est couché sur le banc aux haltères. 

    - Ça va, j'ai compris, dit-elle. 

    - Tu n'as encore rien vu, dit Nadir. 

    *** 

    suite de I comme inspiration chez les Plumes 

    consigne 2 chez Les Plumes: Votre héros a des activités, il sort et travaille. 
    Il est  dans un lieu public, au marché, chez le coiffeur, à la gare.
    Vous créez deux personnages qui le regardent et parlent de lui. De parfaits inconnus ou des personnages secondaires qui seront utiles ensuite. 

    L’illustration est une photo prise au musée d'Ostende, expo Het Vlot/The Raft - étude de Géricault pour le Radeau de la Méduse

  • I comme inspiration chez les Plumes

    DSCI5766.JPG

    Il a quarante ans depuis deux mois mais il préfère ne pas le savoir, ce qui veut dire qu'il y pense beaucoup. Il se dit que la meilleure moitié de sa vie est passée, ce en quoi il se trompe. 

    Il a un boulot qui ne le satisfait pas et s'il n'en change pas, c'est parce qu'il se persuade que c'est pareil partout. Et par paresse. 

    Il soigne son aspect physique, fait de la musculation, met des lotions antirides, veille à ne pas prendre un gramme. Ses deux millimètres de barbe sont soigneusement entretenus. 

    Il s'habille à la mode dans une boutique "jeune" où il commence à se sentir mal à l'aise. Juste un peu, à certains regards qu'il perçoit. 

    Il n'a pas de relation stable et ne voit presque pas sa fille - aujourd'hui adolescente - qui grandit dans une autre ville. La dernière fois qu'ils ont passé quinze jours de vacances ensemble, ça a viré au drame. Il était en couple avec Amélie, qui était horriblement jalouse de la gamine. Il a dû choisir. Il ne sait pas s'il le regrette. Ça lui fait un peu peur, une fille de treize ans. Et pas seulement peur de vieillir. 

    Il a quelques copains qu'il voit au gré de ses activités sportives, quoique la plupart du temps il les pratique en solitaire. Ce n'est pas simple de trouver les bons créneaux horaires. 

    Il a encore sa mère. Ils se téléphonent beaucoup, elle va bien. Il pense qu'elle a cessé de se tracasser qu'il soit "monogame en série", comme elle dit, ce en quoi il se trompe aussi.  

    *** 

    inspiration (consignes) chez les Plumes d'ici et d'ailleurs 

    photo: tableau de Robert Devriendt (expo The Raft Ostende)