printemps

  • Premiers signes

    Faire le tour du jardinet et être contente de voir que la clématite n'est pas morte, 

    2017-02-27 (1).JPG

    que la première anémone fleurit 

    2017-02-27 (2).JPG

    et qu'il y aura bientôt des jonquilles. 

    2017-02-27 (3).JPG

    La plus belle récompense à la fin de l'hiver, c'est qu'il y a de nouveau des fleurs. Mais comme on est trop impatiente, on en a acheté un bouquet 

    2017-02-27 (4).JPG

  • G comme guilleret

    Tout guilleret ce début d'avril, entre deux giboulées, coups de grêle, coups de vent et coups de soleil blanc et frais. 

    2016-04-03 (21) - kopie.JPG

    Les canards du jardin japonais sont en couple 

    2016-04-03 (22) - kopie.JPG

    Tranquilles, les portes de leur domaine sont encore fermées 

    2016-04-03 (23) - kopie.JPG

    "Les enfants qui s'aiment s'embrassent debout" et "ne sont là pour personne" 

    2016-04-03 (2) - kopie.JPG

    Les cuistax rutilent sur la digue... 

    C'est le printemps à Ostende! 

    ***

    Pour le Projet 52 de Ma' 

    Projet 52 - 2016 

    semaine 14 - printemps 

     

  • B comme bourgeons

    Voilà une dizaine de jours que l'Adrienne a vu ça en passant son portillon:

    013 - kopie.JPG

    Alors elle s'est dit que tant qu'il y a des bourgeons, il y a de l'espoir! Espoir de clématites ou d'amaryllis...

    016 - kopie.JPG

    Espoir que les arbres reverdiront et que les orchidées refleuriront

    014 - kopie.JPG

  • M comme merle

    Le merle - Théophile Gautier (Emaux et Camées)

    Un oiseau siffle dans les branches
    Et sautille gai, plein d'espoir,
    Sur les herbes, de givre blanches,
    En bottes jaunes, en frac noir.

    C'est un merle, chanteur crédule,
    Ignorant du calendrier,
    Qui rêve soleil, et module
    L'hymne d'avril en février.

    Pourtant il vente, il pleut à verse ;
    L'Arve jaunit le Rhône bleu,
    Et le salon, tendu de perse,
    Tient tous ses hôtes près du feu.

    Les monts sur l'épaule ont l'hermine,
    Comme des magistrats siégeant.
    Leur blanc tribunal examine
    Un cas d'hiver se prolongeant.

    Lustrant son aile qu'il essuie,
    L'oiseau persiste en sa chanson,
    Malgré neige, brouillard et pluie,
    Il croit à la jeune saison.

    Il gronde l'aube paresseuse
    De rester au lit si longtemps
    Et, gourmandant la fleur frileuse,
    Met en demeure le printemps.

    Il voit le jour derrière l'ombre,
    Tel un croyant, dans le saint lieu,
    L'autel désert, sous la nef sombre,
    Avec sa foi voit toujours Dieu.

    A la nature il se confie,
    Car son instinct pressent la loi.
    Qui rit de ta philosophie,
    Beau merle, est moins sage que toi !

    Merle blanc 

    Le prof de maths a 55 ans, des verres épais comme des fonds de bouteille et une réputation d’ours.

    - Chaque fois qu’on a un test de maths, dit Stijn, le premier de la classe, je stresse comme un fou.
    - Mais pourquoi donc ?

    Ce n’est pas toujours rationnel, à quoi tient la réputation d’un prof, d’où elle lui vient et s’il la mérite vraiment. Dans le cas du collègue de maths, ses grands coups de gueule le font passer pour un rustre sans cœur – ce qu’il est loin d’être – mais le plus bizarre de tout, c’est qu’il a une réputation d’alcoolique, alors qu’il ne boit que des canettes de coca light.

    Puis, tôt ou tard un sourire légèrement moqueur apparaît sur toutes les lèvres quand quelqu’un dit : « En zijn duivenkot ! »

    Parce qu’il est colombophile. Donc ringard.

    Jusqu’à ce quelqu’un lance :

    - L’oncle de ma copine, il est aussi colombophile, et il vend les œufs de ses meilleurs pigeons à 1500 euros pièce !

    Au  silence qui suit, on sent tout le respect dû à l’argent, parmi ces jeunes qui font des études d’économie.

    - Bon, dit Madame, à moitié rassurée sur la vision qu’ils ont de son collègue. Il se fait tard. Si on allait manger ?

    Le pigeonneau, se dit-elle en fermant à clé la porte de sa classe, c’est tout de même excellent. Avec des petits pois et du gratin dauphinois.

     poesie,litterature,printemps,hiver,défi

     écrit pour le Défi du samedi 285, Les aventures d'un pigeon voyageur

  • U comme usant

    Dimanche matin, un titre de journal attire mon attention:

    Les Belges fuient massivement à l'étranger!

    Un nouvel exode? C'est la guerre? C'est la peur du séparatisme? La crainte du fisc?

    Non.

    C'est tout simplement la énième variation sur le même thème: le froid, la neige, l'hiver qui dure depuis trop longtemps et les gens qui en ont marre... Alors, paraît-il, ils prennent d'assaut les agences de voyages et bouclent vite vite leurs valises pour des destinations plus ensoleillées. Parmi les favorites, la Turquie, l'Egypte, les îles Canaries. Des avions supplémentaires ont dû être affrétés et tout affiche complet.

    http://www.standaard.be/artikel/detail.aspx?artikelid=DMF20130323_00515458&_section=60682888&utm_source=standaard&utm_medium=newsletter&utm_campaign=ochtendupdate

    Mais moi je sais bien que ça ne peut pas durer et vous verrez, encore une semaine de froid exceptionnel, de neige et de blizzard et après nous aurons des vacances de Pâques avec terrasses fleuries, parasols et sandalettes...

    Je m'en suis acheté une paire. Rouges Cool

    hiver,printemps,actualité

  • 7 signes qui ne trompent pas...

    Dans la prairie en face, les deux petits chevaux se font la course et batifolent.

    Dans les branches devant ma fenêtre, deux mésanges se disputent une troisième.

    Sur la droite, les bourgeons du groseillier à fleurs laissent apparaître quelques pointes de rose.

    Là-bas, le saule est couvert de chatons d'un joli gris duveteux.

    Les premières pousses d'orties et d'égopodes commencent à se montrer.

    Les perce-neige seront bientôt défleuris.

    La jardinière ressent mille petits fourmillements Langue tirée

    Pas de doute possible: le printemps est là!

    nature, jardin, printemps
    et on nous promet de la nouvelle neige pour la semaine prochaine Langue tirée

  • Stupeur et tremblements hormonaux

    Il faisait si froid, il y avait tant de neige, le printemps semblait encore si éloigné - et mama Moussa est si vieille, pensai-je à tort une fois de plus - bref en janvier je n'avais pas encore recommencé à lui donner sa pilule.

    Alors en février, Loverboy (1) était de retour.

    Mama Moussa était si "krols" qu'elle faisait des câlins à un cache-pot en cuivre.

    Et Pipo Rossi croyait devoir braver le froid de la nuit pour tenir ce chanteur de charme félin à bonne distance.

    pipo feb 2013 - kopie.JPG
    Conclusion: même si ça n'en a pas l'air, le printemps est dans l'air

    (1) http://adrienne.skynetblogs.be/archive/2012/02/14/l-comme-loverboy.html

  • 22, v'là le printemps!

    Tout a commencé le 11 mars. C'était un dimanche des familles, le soleil brillait, la campagne environnante nous attirait irrésistiblement avec son ciel bleu, ses chants d'oiseaux et ses petites fleurs. Nous avons fait une bonne quinzaine de kilomètres à travers bois et champs en trimbalant tout un barda de manteaux, d'écharpes et de bonnets devenus tout à coup entièrement hors saison. Nous avons mangé à la terrasse et pris un coup de soleil. Qui donc, en Belgique, prévoirait sa crème facteur 50 le 11 mars?

    La semaine suivante, les premiers garçons en bermudas ont fait leur apparition dans la cour de l'école. A côté de quelques frileuses traînant encore un dernier rhume hivernal, plusieurs filles montraient la quasi intégralité de leurs jambes et de leurs décolletés. On sentait que dans le bureau de la direction et au secrétariat, on allait ressortir la page du règlement interdisant de montrer toute cette peau nue, aussi ravissante et juvénile soit-elle.

    Enfin, en faisant mes courses samedi dernier, je n'ai pu résiter à la tentation de "primevériser" le menu de la semaine. Ce qui fait que ces jours-ci, il n'y a dans mon assiette que des tomates mozzarella et basilic, de l'agneau grillé, du caviar d'aubergines et de la bresaola con rucola e parmeggiano.

    La vie est trop courte pour manger triste Cool

    printemps,école,élèves,gastronomie,nature

  • Premières impressions de printemps

    Les amandiers avaient terminé leur floraison, semant les plus délicats des confettis sur la table de jardin

    Alhaurin feb 12 008 - kopie.JPG

    La haie de mimosas en était à ses derniers moments de grande beauté

    Alhaurin feb 12 028 - kopie.JPG

    Dans la montagne fleurissaient ici et là de jolies petites jonquilles blanches et délicatement parfumées

    Alhaurin feb 12 036 - kopie.JPG

    Et l'escargot attendait la pluie Clin d'œil

    Alhaurin feb 12 054 - kopie.JPG

  • Premiers travaux de jardinage

    Je sais.

    Je sais ce que vous allez me dire.

    Je sais qu'il y a longtemps que vous, heureux possesseurs d'un jardin, avez commencé vos travaux.

    Je sais que chez nous la date du départ des activités horticoles est passée depuis une quinzaine de jours.

    Je sais qu'en Belgique on se fie à la Saint-Joseph (19 mars) et que cette année le joli printemps était là avant l'heure.

    Je sais qu'il a fait beau dans notre plat pays pendant si longtemps que même les pelouses étaient déjà tondues en mars.

    Je sais que mon arrière-grand-père profitait d'un petit coin bien exposé pour avoir ses salades en primeur avant tout le monde.

    Je sais tout cela mais voilà, j'ai besoin d'aide pour les labours et l'ami G*** ne pouvait venir qu'aujourd'hui.

    Enfin, c'est ce qu'il m'a dit. Reste à savoir si ce n'est pas un poisson d'avril Clin d'œil

  • Premières impressions de printemps

    C'est le 15 mars que je n'ai plus pu résister à l'appel du printemps et que je suis sortie faire un tour au lever du soleil (l'heure marquée par mon appareil photo n'est pas exacte). Le ciel était uniformément bleu, l'air sentait bon la fraîcheur printanière et tous les oiseaux chantaient.

    Toutes les misères de l'hiver dernier sont oubliées et je sais de nouveau pourquoi je veux rester habiter ici le plus longtemps possible...

    maart 2010 006 - kopie

     

    maart 2010 008 - kopie

     

    maart 2010 010 - kopie

     

    maart 2010 011 - kopie

     En comptant les cinq Galloways de notre petite réserve naturelle - nous les surveillons quotidiennement et amoureusement ;-) j'ai dû un peu chercher le cinquième: le petit Chocolat était bien camouflé derrière un arbre:

    maart 2010 012 - kopie

  • Les derniers jours de l'hiver

    A peine avais-je lu le Rondel du Printemps avec mes élèves de 5e (la Première, en France) et le lendemain les premières filles à avoir laissé leur manteau et s'être vêtues de leur broderie fleurissaient ma classe de leurs atours vaporeux, colorés et décolletés.

    - Et bien, leur dis-je en les accueillant à la porte de ma classe, il ne fallait quand même pas prendre à la lettre ce que disait Charles d'Orléans!
    - Oui mais j'en avais marre de mon manteau, répond Laura. Je l'ai mis dans l'armoire et je ne le ressors plus!

    Tout ça parce que ce jeudi 19 mars le thermomètre avait tout d'un coup grimpé jusqu'à 15 degrés! Sans doute en l'honneur de la Saint-Joseph et pour signaler aux jardiniers qu'ils pouvaient commencer à sortir les bêches et les sarclettes.

    Trois jours plus tard, il pleuvait et le thermomètre était redescendu à 7 degrés. Et Laura a ressorti elle aussi son manteau de vent, de froidure et de pluie

    Demain il faudra que je leur apprenne la petite phrase En avril, ne te découvre pas d'un fil... mais elles feront comme moi à leur âge: pour se convaincre de la véracité de l'adage, il faudra d'abord qu'elles en fassent l'expérience par elles-mêmes ;-)