stupeur

  • Stupeur et tremblements

    tote bag.jpg

    Un jour d'inattention, l'Adrienne a dû refiler ses coordonnées à une chaîne de prêt-à-porter français et depuis lors elle reçoit régulièrement des offres irrésistibles auxquelles elle résiste cependant. 

    Vous qui la connaissez, vous savez qu'elle n'est pas la reine du shopping tongue-out 

    Et vous savez aussi que tout en aimant la langue française, elle n'a pas peur d'utiliser ici ou là un anglicisme, genre OMG, week-end ou suspense. 

    Mais là où elle a ouvert des yeux stupéfaits, c'est quand sa chaîne française de prêt-à-porter a voulu l'allécher avec un "tote bag". 

    Un quoi? 

    Il semblerait qu'à partir du moment où le sac en toile devient un accessoire branché, il faille l'appeler "tote bag". Et probablement prononcer ce 'tote' comme dans 'une litote'... 

    Bref, à partir du moment où le sac en toile coûte deux fois le prix d'un vuitton d'imitation, il s'appelle "tote bag". 

    Comme celui qui a servi d'illustration... 

     

  • Stupeur et tremblements

    praatpaal.jpg

    Le dimanche 22 janvier, c'est avec stupeur que l'Adrienne a appris que ce genre de mobilier urbain serait définitivement mis hors service dès le lendemain. En tout cas en Flandre. 

    Déjà, les cabines téléphoniques ont disparu de nos villes, sous prétexte que chacun - ou presque - a son portable. 

    Même raisonnement ici: en 2014, chaque borne n'a été utilisée en moyenne que deux fois, alors que son entretien coûte 750 € annuellement.  

    Faut donc espérer qu'à l'avenir, en cas de problème sur l'autoroute, chacun ait un portable, qu'il soit en état de marche et qu'on trouve facilement à qui s'adresser. 

    Ça fait tout de même déjà trois conditions... 

    Parce que c'est agitée de forts tremblements que l'Adrienne, l'été 2015, a eu besoin d'une de ces bornes, et a été fort heureuse d'y trouver une voix compréhensive qui l'a tout de suite aidée. 

     source de la photo et article ici 

    pour ceux qui n'étaient pas encore là en 2015 
    l'histoire de la borne ici et de l'accident ici

  • P comme Premières Perles

    Les premières perles de l'année scolaire sont arrivées avec les premières pluies d'automne: c'est dire que la saison est bonne, elles se sont fait attendre les unes comme les autres. cool 

    Voici la toute première et provisoirement unique perle d'élève: 

    "J'ai une bonne santé parce que je vais chaque samedi chez le curé." 

    Madame n'a pas osé demander ce que ça signifiait tongue-out 

    *** 

    A l'entretien parents-professeurs, Madame a dû un peu jouer à la directrice et accueillir les papas et les mamans. 

    - Bonjour, monsieur, dit-elle à un papa-tout-seul et tout fringant, qui visiblement ne savait pas de quel côté se diriger. Je peux vous aider? 

    - J'attends mon ex-femme et ma fille. 

    - Vous avez rendez-vous avec quel prof? 

    - Je ne sais pas! 

    Pourtant, il était là sur invitation téléphonique.

    Comme la moitié des profs se trouvaient dans la salle du rez-de-chaussée et l'autre moitié dans celle juste au-dessus, Madame demande, afin de pouvoir le diriger du bon côté des escaliers: 

    - Votre fille est dans quelle classe? 

    - Je ne sais pas! 

    - Vous savez en quelle année elle est? 

    - Je ne sais pas... en cinquième, je pense. (1) Oui, c'est ça, en cinquième! 

    - Alors je devrais la connaître... Comment s'appelle-t-elle? 

    Heureusement il se souvenait du nom de sa fille. Mais à Madame, ce nom ne disait rien du tout. Vérification faite sur son ordinateur, Madame constate que ce papa s'est trompé. Non pas d'un an, mais de deux: sa fille n'est qu'en troisième. (2) 

    - Elle est en troisième économique, dit Madame en essayant de cacher sa stupeur (3) 

    - Ah oui, économique, c'est ça! 

    Comme quoi on peut être un jeune cadre dynamique au look arrogant, avoir une fille unique et juste savoir comment elle s'appelle. 

    *** 

    (1) la cinquième correspond à la première, en France. Sa fille devrait donc avoir 16 ans.

    (2) la troisième, c'est la seule année qui ait le même nom en France et en Belgique. Sa fille n'a donc que 14 ans. 

    (3) et ses tremblements... parce que je ne sais pas ce que vous en pensez, mais un père qui ne sait même pas en quelle année est sa fille...

    prof,école,élève,stupeur,perles

    quelques-uns des petits chéris de Madame, à la fenêtre avec leur prof d'histoire 

  • Stupeur et tremblements

    Ce ne sont pas les causes de "stupeur et tremblements" qui manquent, même pour quelqu'un qui suit l'actualité de très très loin. Le triste soap-opera Hillary Trump à lui seul pourrait remplir la rubrique pendant de nombreux mois. 

    Mais il y a aussi les faits divers, comme cette nouvelle qui m'est parvenue le 11 octobre. 

    Une femme "de chez nous", âgée de 90 ans a déboursé environ 50 000 € pour être "cryogénée". 

    Le premier moment de stupeur passé, les questions se bousculent...  

    Ne pouvait-elle rien faire de mieux avec ces 50 000 €?
    Quelle sorte de foi (en l'homme, en la science, en l'avenir...) faut-il avoir pour être tenté(e) par ce genre de procédé de conservation du corps?
    Quelle sorte de résurrection attend-elle, dans son corps de femme de 90 ans? 
    Quelle sorte de vie espère-t-elle pouvoir mener, quand, où, avec qui, dans quelle sorte de monde? 

    En allant voir à gauche et à droite quelques articles sur le sujet, je me dis que vraiment, les Anciens avaient raison: Mundus vult decipi, le monde veut être trompé. 

    Il y a toujours quelqu'un qui en tirera profit, comme cet entrepreneur de pompes funèbres qui a eu l'honneur de préparer le corps et l'explique avec sérieux devant les caméras de la télévision flamande: rinçages, vitrification, six cents kilos de neige carbonique pour amener le corps à -80°, transport spécial jusqu'à Michigan, refroidissement supplémentaire et conservation à -196°, étonnez-vous après ça qu'on ait besoin de quatre planètes et demie pour subvenir à nos insensés besoins... 

    dhondt.jpg

    source